Société Algérienne de Navigation

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche


<< Retour : Transports maritimes


Présentation

  • Société pour l'Afrique du Nord, Charles Schiaffino & cie
  • La société joua un rôle vital dans le sauvetage des bateaux pendant la 1e guerre mondiale

Famille SCHIAFFINO

Charles Baptiste SCHIAFFINO

  • Fils de Laurent SCHIAFFINO (1833-1882) et de Catherine FIGO (1841-1903)
  • Armateur
  • Né le 30 novembre 1865 à Alger (Algérie)
  • Décédé le 29 juillet 1920, à l'âge de 54 ans
  • Marié le 17 janvier 1895 (jeudi), Alger (Algérie), avec Rosine Antoinette ACHAQUE dont
Laurent SCHIAFFINO
Chevalier de la Légion d'Honneur et décoré de plusieurs ordres
  • Armateur, Sénateur
  • Né le 22 janvier 1897 - Alger, Algérie
  • Décédé le 11 juillet 1978 - Paris, 75, à l'âge de 81 ans
  • Inhumé - Paris, 75, Cimetière du Père Lachaise
  • Marié le 11 octobre 1924 avec Marie Louise de MANIQUE-VAUBERET,
Le mariage de Mlle Marie-Louise de Maniquet-Vauberet et de M. Laurent Schiaffino, armateur à Alger, a eu lieu le 14 octobre : la cérémonie civile à la mairie du 16e arrondissement et la bénédiction nuptiale en l'église Saint-Pierre de Chaillot.
Les témoins de la mariée étaient : MM. Gaston Thomson, ancien ministre, député de Constantine, et le peintre Tony-Tollet, président de la Société lyonnaise des Beaux-Arts, son oncle ; ceux du marié : M. de Talleyrand-Périgord, duc de Valençay et M. Théodore Ansbacher.
De nombreux Algériens se trouvaient parmi l'assistance venue très nombreuse pour féliciter les nouveaux époux et leurs familles. Nous renouvelons nos meilleurs vœux de bonheur aux jeunes époux et tous nos compliments à leurs très honorées familles.
[1]

Lignes

L'Algérienne de Navigation pour l'Afrique du Nord exploite différentes lignes de navigation entre l'Afrique du Nord (Algérie et Tunisie) et la métropole ; elle se livre également au cabotage sur les lignes de l'Algérie

  • Algérie ---> Tunisie
  • Rouen ---> Brest ---> Dunkerque
  • Marseille ---> Sète ---> Saint-Louis du Rhône ---> Espagne

Navires

Flottes en 1935

Lignes ALGERIE - TUNISIE - ROUEN
  • Nicole SCHIAFFINO
  • Marcel SCHIAFFINO
  • Charles SCHIAFFINO
  • Monique SCHIAFFINO
  • Ange SCHIAFFINO
Lignes ALGERIE-TUNISIE-BREST-CAEN-DUNKERQUE-ANVERS
  • Laurent SCHIAFFINO
  • SCHIAFFINO
  • Mairie Louise SCHIAFFINO
  • Rose SCHIAFFINO
  • SCHIAFFINO Frères
Lignes de la MEDITERRANEE
  • Jacques SCHIAFFINO
  • Catherine SCHIAFFINO
  • SCHIAFFINO XXIII
Lignes COTIERE
  • Jeanne SCHIAFFINO
  • FINISTÈRE
  • Prosper SCHIAFFINO
  • ACTIF
  • SCHIAFFINO
  • Ville de TIPAZA
  • Ville de TENE
  • NOTRE DAME D'AFRIQUE

Accident du travail

A bord du vapeur Rose-Schiaffino, ancré au port d'Oran, le nommé Adda Mustapha Ould Maâzouz, âgé de 52 ans, originaire de Mostaganem, se tenait au fond de la cale arrière du navire où, en compagnie de plusieurs dockers, il arrimait des sacs d'orge descendus au moyen d'un palan. Soudain, une galiote, espèce de fer à T servant à la fermeture des panneaux tomba au fond de la cale et atteignit le malheureux Adda qui fut tué sur le coup, la tête fracassée. [2]

L'abordage de l’ « Antoine-Schiaffino »

Le vapeur français Antoine-Schiaffino [3], capitaine MALLO, venant d'Alger, son port d'attache, avec un chargement de phosphate, faisait route, le 27 mai, sur Dunkerque. Vers 21 h. 30, alors qu'il se trouvait à six milles dans l'ouest d'Ouessant, marchant à une vitesse réduite — la brume étant extrêmement épaisse — il fut abordé par tribord avant. Le choc fut si violent que l'étrave du Schiaffino fut enfoncée ; l'eau, pénétrant par l'écubier, envahit le picq. Le navire abordeur poursuivit sa route, et ce n'est que plus tard, questionné par T.S.F. par le capitaine MALLO, qu'il se fit connaître. Il s'agissait du cargo Highland, de Londres. Ayant, lui aussi, subi des avaries par le travers de sa passerelle, il fit route sur Falmouth. Le remorqueur Iroise, avisé de la collision par un radio du poste de T.S.F. d'Ouessant, prit la mer vers deux heures du matin pour prêter assistance au Schiaffino. Mais sa marché ayant été entravée par la brume, il ne put le joindre que vers neuf heures du matin. Convoyé par le remorqueur, l’Antoine-Schiaffino poursuivit sa route sur Brest, où des réparations provisoires seront faites pour lui permettre de gagner Dunkerque.

Le « MarceI-Schiaffino » s'échoue près de Marseille

Le vapeur « Marcel-Schiaffino » [4] , consigné à Marseille, à la Compagnie Daher, se rendant de Cassis à Cette, s'est échoué, le 25 août 1927, sur un fond de sable, entre l'île Jarre et Calseraigne. Des secours sont partis immédiatement de Marseille pour aider le navire à sortir de sa dangereuse position. Mais, à 7 h. 30, la situation du navire ne faisant que s'aggraver, les passagers furent débarqués et ramenés à terre sur des bateaux de pêche, tandis que l'équipage mettait, pour sa propre sauvegarde, les embarcations à la mer. Le « Marseillais-28 » est auprès de lui, ainsi que le « Marius-Chambon » dont les équipages aident aux manœuvres de renflouement. Hier, dimanche, une équipe de 80 dockers a travaillé toute la nuit au déchargement de la marchandise. Les sacs de chaux et de ciment qui n'ont pas été mouillés ont pu être chargés sur des chalands.
Les remorqueurs « Marius-Chambon » et « Marseillais-14 » sont restés toute la nuit sur les lieux. Un scaphandrier a relevé sur l'avant du navire plusieurs déchirures, dont une qui mesure 3 m. 50 de long et deux autres de 2 m. 20. La partie de la coque qui est assise sur les rochers n'a pu être visitée. On ignore par conséquent si, à cet endroit, il y a des dégâts et s'ils sont importants. Ce matin, on à commencé à aveugler les ouvertures et, pour rendre plus facile cette opération difficile, les pompes ont été mises en train. La machine et la chaufferie sont complètement inondées. Les travaux actuels, grâce au beau temps, s’effectuent d'une manière très satisfaisante.

La perte du Schiaffino-XXIV

La perte, dans la nuit du 9 au 10 décembre 1934, du Schiaffino-XXIV met en deuil de nombreuses familles bretonnes et provençales [5] Le malheur qui frappe l’armement algérien est maintenant, après huit jours d'attente et de recherche, un fait certain. Il nous faut ajouter au martyrologe de la mer une nouvelle liste de vingt-et-un braves marins bretons et provençaux, péris en pleine tourmente. Dès hier, de nombreuses personnalités ont présenté leurs condoléances à M. Laurent Schiaffino, directeur de la S.A.P.A.N, et à son personnel.

Le rôle de l'équipage
L’inscription maritime nous communique le rôle d’équipage déclaré à Marseille le 9 décembre, jour du dernier appareillage du navire, et qui ne peut donc être sujet à erreur.
Ce sont :

  • Adrien MÉDA, commandant (Saint-Brieuc), demeurant à Lantic (Côtes-du-Nord)   ;
  • Pierre de Harchies. deuxième commandant (Bordeaux), demeurant 30, rue Godot-deMauroy, Paris (9e) ;
  • Alexandre Le Moel, premier lieutenant (Brest), demeurant 70, rue Jean-Jaurès, Lambezellec (Finistère)   ;
  • Yvon Hervé, deuxième lieutenant (Paimpol), demeurant à Ploubazlanec (Côtes-du-Nord),
  • Jean Rion, chef mécanicien (Brest), demeurant 19, rue du Chemin-de-Fer (Brest),
  • Maurice Aurias, deuxième mécanicien (Marseille), demeurant 11, rue Gondard (Marseille) :
  • Jean Vincent, troisième mécanicien (Marseille), demeurant 21, rue Maréchal-Pétain (Le Creusot)  ;
  • Yves Campion, maître d’équipage (Paimpol), demeurant à Plouézec-Kerfaut (Côtes-du-Nord) ;
  • Joseph Le Gall, cuisinier (Paimpol), demeurant à Plouézec-Kerfaut (Côtes-du-Nord)   :
  • Louis Gagne, matelot (Paimpol), demeurant Plouézec-Ploutanic (Côtes-du-Nord) ;
  • Maurice Letendre (Saint-Malo), demeurant 34, avenue Pelletan (Marseille) ;
  • Pierre Picard (Concarneau), demeurant 11, rue Hoche, à Concarneau (Finistère) :
  • Narcisse Renault (Saint-Brieuc), demeurant à Lantic-Kerfaut (Côtes-du-Nord),
  • Yves Sevenon, Yves Serviget, Guillaume Allain (Paimpol) demeurant à Plouézec (Côtes-du-Nord),
  • Jean Tudo, novice (SaintBrieuc), demeurant à Lantic (Côtes-du-Nord) ;
  • Jules Ripert, premier chauffeur (Marseille), La Valentine, quartier de l’Eure (Marseille) :
  • Mamadou Sakhou Diallo Kande, Demba Kano (Dakar).

Nous nous inclinons devant la douleur des familles.

Bibliographie

  • Echo d'Alger - Janvier 1915

Référence.png Notes et références

  1. (Le Sémaphore algérien, 24 octobre 1924)
  2. (Les Annales coloniales, 20 et 23 août 1926)
  3. (Le Courrier maritime nord-africain, 20 juin 1927)
  4. (Le Courrier maritime nord-africain, 29 août 1927)
  5. (L’Écho d’Alger, 18 décembre 1934)