Les Régiments de mobiles (1870-1871)

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche


<< Retour à la page : La Garde nationale (1789-1871)

La garde nationale mobile

La Garde nationale mobile fut créée par la loi du 1er février 1868 afin de concourir comme auxiliaire de l'armée active à la défense des places fortes, villes, côtes, frontières de l'Empire, et du maintien de l'ordre intérieur.
Elle était composée de tous les jeunes gens ou presque) des classes 1867 et suivantes n’ayant pas été appelés dans le contingent annuel à la suite du tirage au sort.
Contrairement à la garde nationale dont les officiers étaient élus, les siens étaient nommés par l’empereur et les sous-officiers et les caporaux par l’autorité militaire.
Les exercices militaires se faisaient par canton pendant 15 jours par an.
Lorsque le maréchal Niel meurt en août 1869, son successeur, le maréchal Leboeuf se désintéressa de la mise en activité de cette garde, car seule l’armée permanente comptait pour lui.
A la déclaration de guerre, si l’organisation des bataillons et des batteries était prête dans les dossiers, par contre leur mise sur pied rencontra de nombreux mécomptes et se fit tant bien que mal, grâce à la bonne volonté de tous.
La garde nationale mobile a été mobilisée le 15 août 1870, lorsque les choses ont commencé à mal tourner, et organisée en régiments par regroupement des bataillons.
Mis sur pied trop tard pour participer aux combats avant le désastre de Sedan, ils ont été utilisés dans les différentes armées de la période suivante, dite « de la défense Nationale ».
Leur tenue au feu a souvent été honorable, malgré leur manque d’expérience

L'uniforme des Mobiles

L'uniforme des Mobiles se distingue de la troupe régulière par la dotation d'un pantalon bleu foncé et non garance [1]
La tunique droite (non marquée à la taille) est bleue foncée, de deux rangées de cinq boutons (contre 7 dans la ligne).
Le képi bleu est surmonté d'un pompon orné du numéro du régiment.

Costumes militaires sous les deux sièges de Paris : dessin / par Aug. Raffet (domaine public)

Les régiments de mobiles, surnommés les "moblots"

Chaque département met sur pied un Régiment de Mobiles comportant un nombre variable de bataillons.

Régiments Origines des bataillons Officiers
1er Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Seine; 1°, 2° et 3° bataillons colonel Piotri.
2e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Seine; 4°, 5° et 6° bataillons colonel Ramuaud.
3e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Seine; 7°, 8° et 9° bataillons colonel Valette.
4e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Seine; 10°, 11° et 12° bataillons lieutenant-colonel Lemerle de Beaufond puis colonel Dautrement.
5e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Seine; 13°, 14° et 15° bataillons lieutenant-colonel Gallois puis lieutenant-colonel Roussan.
6e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Seine; 16°, 17° et 18° bataillons lieutenant-colonel Beugnot puis lieutenant-colonel Lemerle de Beaufond puis lieutenant-colonel Ouillet Saint Ange.
7e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Tarn ; 1°, 2° et 3° bataillons colonel Reille puis lieutenant-colonel Faure.
8e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Charente Inferieure; 1° (commandant Auberge), 2° (commandant Ribière) et 3° (commandant de La Barre) bataillons lieutenant-colonel Vast-Vimeux puis lieutenant-colonel Maine.
9e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Allier; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel de Fradel.
10e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Côte d’Or; 1°, 2°, 3° et 4° bataillons colonel de Mandat de Grancey (tué à Champigny le 2 décembre 1870) puis colonel Jacquot d’Andelarre (commandant du 3° bataillon).
11e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Loire; 1°, 2° (commandant de la Tour du Pin) et 3° bataillons lieutenant-colonel Poyeton puis lieutenant-colonel Gueytat.
12e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Nièvre; 1° (chef de bataillon de Pracomtal), 2° (capitaine de Nourry) et 3° (commandant Veyny) bataillons colonel Philippe de Bourgoing (nommé le 7 décembre au commandement du 1° régiment des éclaireurs à cheval puis lieutenant-colonel Veyny.
13e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Saône et Loire; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Denat.
14e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Yonne; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Lebrun de Rabot puis lieutenant-colonel Bramas puis lieutenant-colonel Barré.
15e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Calvados; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel de Beaurepaire – Louvagy (mort le 18 octobre 1870) puis de lieutenant-colonel de la Barthe.
16e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Rhône ; 3° et 5° bataillons, 2° bataillon détaché à Neuf-Brisach lieutenant-colonel Rochas.
17e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Aisne; 2° et 6° bataillons lieutenant-colonel Carpentier.
18e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Charente; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Masson puis lieutenant-colonel de la Bastide puis lieutenant-colonel d’Angely.
19e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Cher; 1° (commandant Vallet), 2° et 3° (commandant de Boismarmin) bataillons lieutenant-colonel Lavenne de Choulot (chef de bataillon Martin mort le 1° décembre : 2° bataillon ?).
20e Régiment mobiles Garde nationale mobile des Côtes du Nord; 1°, 2°, 3° et 4° bataillons lieutenant-colonel Chollet.
21e régiment mobiles Garde nationale mobile de la Creuse; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel de Lapelin.
22e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Dordogne; 1° (commandant de Chadois), 2° (commandant de Nattes) et 4° (commandant Marty) bataillons lieutenant-colonel Desmaison puis lieutenant-colonel de Chadois puis lieutenant-colonel de Nattes.
23e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Finistère; 2°, 4° et 5° bataillons lieutenant-colonel Garnier de la Villesbret (chef de bataillon Boscals de Réals).
24e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Haute-Garonne; 1°, 2° et 3° (commandant Fernand de Comminges) bataillons lieutenant colonel de Sarméjane (chef de bataillon Delmas).
25e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Gironde; 1° (chef de bataillon D’Antin), 2° (chef de bataillon de Pineau) et 4° (chef de bataillon Horeau, nommé ensuite lieutenant-colonel du 32° mobiles (Puy-de-Dôme) puis chef de bataillon de Vaudrecourt) bataillons lieutenant-colonel d’Artigolles.
26e Régiment mobiles Garde nationale mobile d’Ille et Vilaine; 1°, 2° et 4° (chef de Bataillon Carron de la Carrière) bataillons lieutenant-colonel Duhil puis lieutenant-colonel de Vigneral puis lieutenant-colonel Carron (chefs de bataillon du Dézerseul, Le Mintier de Saint André et Le Gonidec).
27e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Isère; 1° (capitaine Vial puis lieutenant Julhiet), 2° (capitaine Routaud) et 3° (commandant Cadot) bataillons lieutenant-colonel Gustin (fait prisonnier le 8 décembre) puis lieutenant-colonel Vial.
28e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Loire-Inférieure; 3°, 4° et 5° bataillons lieutenant-colonel Bascher (chef de bataillon Baillardel).
29e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Maine et Loire; 1° (commandant de Place), 2° (commandant de Paillot) et 3° (commandant Arnous-Rivière) bataillons lieutenant-colonel de Paillot puis commandant Arnous-Rivière.
30e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Manche; 1° (commandant de Grainville), 4° (commandant de Clinchant) et 5° (commandant Renouf de Vain) bataillons lieutenant-colonel Lemoine-Desmarets puis lieutenant-colonel Laigre de Grainville.
31e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Morbihan; 1° (commandant Tillet puis ?), 2° et 5° bataillons lieutenant-colonel Filhol de Camas puis lieutenant-colonel Tillet puis lieutenant-colonel Bonnard du Hanlay.
32e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Puy de Dôme; 2°, 3° et 4° bataillons lieutenant-colonel Mallay puis lieutenant-colonel Sersiron puis lieutenant-colonel de Mol (prisonnier le 4 décembre) puis lieutenant-colonel Iloreau (chef de bataillon De Molen).
33e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Sarthe; 1° (de Lentilhac Gaston), 2° (de Mailly-Chalon) et 4° (de Musset Georges) bataillons lieutenant-colonel Bigot de la Touanne (chef de bataillon de Montesson blessé le 9 novembre).
34e Régiment mobiles Garde nationale mobile des Deux Sèvres; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Rouget de Courcy (chef de bataillon Poupard).
35e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Vendée; 1° (chef de bataillon Grégoire, blessé lors de la bataille de Champigny puis chef de bataillon Lemercier), 2° (chef de bataillon Caillaud, blessé lors de la bataille de Champigny puis chef de bataillon Chappot) et 3° (de La Boutetière, blessé lors de la bataille de Champigny) bataillons lieutenant-colonel Aubry (blessé lors de la bataille de Champigny) puis lieutenant-colonel Madelor.
36e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Vienne; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Chopelet puis lieutenant-colonel Mahieu.
37e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Loiret; 2°, 3° et 4° bataillons lieutenant-colonel Laganié puis lieutenant-colonel Conquère-de-Montbrison
38e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Seine et Marne; 1°, 2°, 3° et 4° bataillons lieutenant-colonel Franceschetti.
39e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Eure; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel d'Arjuzon puis lieutenant-colonel Power.
40e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Ain; 2°, 3° et 4° bataillons lieutenant-colonel Dortu
41e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Ardèche; 1° (capitaine Thomas puis capitaine Alexandre Jouve de Guilbert), 2° (chef de bataillon Bertrand) et 3° (chef de bataillon de Montgolfier) bataillons lieutenant-colonel Thomas.
42e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Aveyron; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Devert (chef de bataillon Champagneur).
43e Régiment mobiles Garde nationale mobile des Bouches du Rhône; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Garde puis lieutenant-colonel Williame.
44e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Gard; 2°, 3° et 3° bis bataillons lieutenant-colonel Saignemorte puis lieutenant-colonel Lemaire.
45e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Hérault; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Fabre de Montvaillant.
46e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Nord; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Martin puis lieutenant-colonel Folliot de Fierville puis lieutenant-colonel Lalène-Laprade (chef de bataillon Boitelle).
47e Régiment mobiles ( Garde nationale mobile du Nord; 4°, 5° et 6° bataillons lieutenant-colonel Gallier puis lieutenant-colonel de Lagrange puis lieutenant-colonel Lebel.
48e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Nord; 7°, 8° et 9° bataillons lieutenant-colonel Duhamel puis lieutenant-colonel Dégoutin (chefs de bataillon Tauchon, Pyot et Vernhette).
49e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Orne; 1° (chef de bataillon Tassin de Montaigu), 2° (commandant Mazier) et 3° (commandant Boudonnet puis Guiot puis Letessier) bataillons lieutenant-colonel Leclerc puis lieutenant-colonel Desmoutis.
50e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Seine Inférieure; 1°, 4° et 5° bataillons lieutenant-colonel de Berruyer (chef de bataillon Amyot du Mesnil-Gaillard).
51e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Seine et Oise; 4°, 5° et 6° bataillons lieutenant-colonel Abraham.
52e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Somme; « 1er » , 2° et 5° bataillons lieutenant-colonel Boucher. - (le journal d'un officier du 1er bataillon de la Somme)
53e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Oise; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Canongète de Canacaude.
54e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Doubs; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Cornu puis lieutenant-colonel Maréchal-Vézet.
55e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Jura; 1° et 2° bataillons, 3° bataillon au fort des Rousses lieutenant-colonel de Montravel (chef de bataillon de Vaulchier).
56e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Haute Marne; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel du Potet puis lieutenant-colonel de Maures de Mail (décédé le 28 janver1871) ; (chef de bataillon de Regel).
57e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Haute-Saône; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Fournier (chef de bataillon Lanoir, Nachon).
58e Régiment mobiles Garde nationale mobile des Vosges; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Dyonnot puis lieutenant-colonel Siniollin puis lieutenant-colonel Muller (chef de bataillon Brachet).
59e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Aube ; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Bigot d’Eugonto puis lieutenant-colonel Paris puis lieutenant-colonel Favréaux (chefs de bataillon de Dampierre, Mutel).
60e Régiment mobiles Garde nationale de la Seine et Oise, 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Rincheval.
61e Régiment mobiles garde nationale mobile de la Somme et de la Marne; 3° et 6° bataillons de la Somme et 1° bataillon de la Marne lieutenant-colonel d’Anzol d’Aument.
62e Régiment mobiles Garde nationale mobile d’Ille et Vilaine et du Finistère; 3° et 5° bataillons d’Ille et Vilaine et 1° bataillon du Finistère) lieutenant-colonel Marais puis lieutenant-colonel Samson.
63e Régiment mobiles Garde nationale mobile d’Eure et Loir; 1° (commandant de Maleyssie), 2° (commandant Lecomte de la Perrine puis de Bréqueville) et 3° (commandant Marais puis Etasse) bataillons lieutenant-colonel de la Marlière de la Sauverie.
64e Régiment mobiles Garde nationale mobile avec 1° bataillon de l’Aisne, 1° bataillon de l’Indre (lieutenant colonel Armand d’Auvergne puis chef de bataillon Lejeune) et 1° bataillon du Puy de Dôme lieutenant-colonel d’Auvergne.
65e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Rhône; 1° et 4° bataillons lieutenant-colonel Garnier des Garots (chef de bataillon Soulary).
66e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Mayenne; 1°, 2° et 3° (commandant comte de Chamisso) bataillons lieutenant-colonel Brunet de la Charie.
67e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Haute Loire; 1° (commandant Coste), 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel de Polignac puis lieutenant-colonel Roche du Breux.
68e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Haut Rhin; 1° (chefs de bataillon Dumas puis Rudelle) et 4° (chef de bataillon Dollfuss-Galline) bataillons, 5° bataillon (chefs de bataillon Knauss puis Sauveton) détaché à l’armée de l’Est puis au 24° corps lieutenant-colonel Vivenot puis lieutenant-colonel Dumas.
69e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Ariège; 1°, 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel Acloque (chef de bataillon Gailhard).
70e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Lot; 1° (commandant Esportelle puis), 2° (commandant Fouilhade) et 3° bataillons lieutenant-colonel Esportelle puis commandant Fouilhade (tué le 10 décembre) par intérim puis lieutenant-colonel Vigouroux (blessé le 8 décembre) puis lieutenant-colonel Delgal (chefs de bataillon Fouilhade, Guiraudiès – Capdeville et Pechverty).
71e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Haute-Vienne; 1° (chef de bataillon Pinelli puis chef de bataillon Dutheillet de Lamothe), 2° (chef de bataillon Duval) et 3° (chef de bataillon Périer) bataillons lieutenant-colonel Pinelli (blessé et capturé le 9 décembre 1870) puis chef de bataillon Périer par intérim puis lieutenant-colonel Roger de Beaumont (chef de bataillon Chabrol).
72e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Cantal et de l’Yonne ; 1° et 2° bataillons du Cantal et 4° bataillon de l’Yonne (commandant Besson puis Josson de Bilheim, tué le 11 janvier) lieutenant-colonel Besson puis lieutenant-colonel de Cambefort (fait prisonnier à Vendôme) puis lieutenant-colonel Cournier) ; (chef de bataillon Bouscarel).
73e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Loiret et de l’Isère; 1° et 6° bataillons du Loiret et 4° bataillon de l’Isère lieutenant-colonel de Rancourt de Miremand (chef de bataillon de Barrin).
74e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Lot et Garonne et de la Sarthe; 1°, 2° bataillons du Lot et Garonne et 2° bataillon de la Sarthe lieutenant-colonel Falcon (chef de bataillon de Mailly-Chalon).
75e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Loir et Cher et du Maine et Loire; 1° (commandant Clauzel) et 2° bataillons du Loir et Cher et 4° (commandant Bayard de la Vingtrie) bataillon du Maine et Loire lieutenant-colonel comte Villardi de Montlaur (chef de bataillon De Terras).
76e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Ain, de l’Aude et de l’Isère; 1° bataillon de l’Ain, 3° bataillon de l’Aude et 5° bataillon de l’Isère lieutenant-colonel d'Haussonville puis lieutenant-colonel d'Angeville de Beaumont.
77e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Tarn, du Maine et Loire et de l’Allier; 4° bataillon du Tarn, 5° bataillon du Maine et Loire (commandant vicomte Christian de Bernard) et 4° bataillon de l’Allier lieutenant-colonel de Labro.
78e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Lot et Garonne, de la Vendée et de la Gironde; 3° bataillon du Lot et Garonne, 5° bataillon de la Vendée et 5° bataillon de la Gironde (commandant Arnould) lieutenant-colonel Pelet de Lautrec.
79e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Mayenne; 5° et 6° bataillons lieutenant-colonel de Pineau.
80e Régiment mobiles Garde nationale mobile des Deux-Sèvres, de l’Ardèche et de l’Isère; 6° bataillon de l’Isère et 4° bataillons des Deux-Sèvres et de l’Ardèche lieutenant-colonel Welter (blessé le 11 janvier 1871 et mort le 31 janvier 1871).
81e Régiment mobiles Garde nationale mobile de Charente-Inférieure, du Cher et de l'Indre; avec 3 bataillons : Charente-Inférieure (4°), Cher (4°) et Indre (3°)) lieutenant-colonel Reynaud puis lieutenant-colonel Barberet.
82e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Vaucluse et du Var ; 1° et 2° bataillons du Vaucluse et 2° bataillon du Var) lieutenant-colonel Hommey.
83e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Aude et du Gers; 1° et 2° bataillons de l’Aude et 3° bataillon du Gers) lieutenant-colonel Pech de Lestanière (tué le 16 janvier 1871) puis lieutenant-colonel Mary.
83e bis Régiment mobiles Formé le 23 février 1871 avec des détachements de divers régiments de mobiles de l’armée de l’Est lieutenant-colonel Marchai.
84e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Morbihan et de l’Indre ; 3° et 4° bataillons du Morbihan et 2° bataillon et de l’Indre lieutenant-colonel Thore.
85e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Gers et de la Vienne; 1°, 2° bataillons du Gers et 4° bataillon de la Vienne) lieutenant-colonel Taberne.
86e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Saône et Loire; 6°, 7° et 8° bataillons) lieutenant-colonel Cadot puis lieutenant-colonel Collavet.
87e Régiment mobiles Garde nationale mobile des Basses Pyrénées et de la Lozère; 1° et 3° bataillons des Basses Pyrénées et bataillon unique de la Lozère lieutenant-colonel Bordier puis lieutenant-colonel Patin.
88e Régiment mobiles Garde nationale mobile de l’Indre et Loire; 1° (chef de bataillon Worms de Romilly), 2° et 3° bataillons lieutenant-colonel de Cools (avec chefs de bataillon de Vonne, comte de Montlivault, comte Roger de Beaumont et Moisant).
89e Régiment mobiles Garde nationale mobile avec un bataillon de la Loire et un bataillon du Var lieutenant-colonel Marchai.
90e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Sarthe et de la Corrèze; 1° (commandant Veyriéras) et 2° (commandants Bertrand de Cezac puis Jamait) bataillons de la Corrèze et 5° (commandant Safflet ?) bataillon de la Sarthe colonel Feugeas (blessé le 9 janvier 1871) puis commandant Safflet.
91e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Pas de Calais; formé des compagnies des 5°, 6° et 7° bataillons) lieutenant-colonel Fovel (chef de bataillon Pessez).
92e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Calvados et de la Manche; 4° bataillon du Calvados et 2° et 3° bataillons de la Manche lieutenant-colonel de Tocqueville.
93e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Pas de Calais et de la Loire-Inférieure; 1° et 8° bataillons du Pas de Calais et 1° bataillon de la Loire-Inférieure lieutenant-colonel Beaudelet de Livois.
94e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Seine Inférieure et de la Marne; 2° et 6° bataillons de la Seine Inférieure et 2° bataillon de la Marne lieutenant-colonel de Peyronnet.
95e Régiment mobiles Garde nationale mobile des Hautes-Pyrénées; 1° et 2° bataillons lieutenant-colonel Lafaille.
96e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Gironde et de la Charente; 6° bataillon de la Gironde (chef de bataillon Gautereau puis ?) et 4° bataillon de la Charente lieutenant-colonel Gautereau.
97e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Haute Savoie; 1°, 2° et 3° bataillons) lieutenant-colonel Vigouroux.
98e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Nièvre et du Tarn et Garonne; 4° bataillon de la Nièvre, 2° et 3° bataillons du Tarn et Garonne lieutenant-colonel Duchateau.
99e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Loire, de l’Aveyron et de la Dordogne; 6° bataillon de la Loire, de l’Aveyron, 4° bataillon de l’Aveyron) et de la Dordogne et(5° bataillon et de la Dordogne lieutenant-colonel Soubervie.
100e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Nord; 10°, 11° et 12° bataillons) lieutenant-colonel Lebœuf.
101e régiment mobiles Garde nationale mobile de la Somme et de la Marne; 3° bataillon de la Marne, 4° bataillon de la Somme et un bataillon de la Somme et de la Marne (commandant Boully ?)) lieutenant-colonel de Brouard (chefs de bataillon Huré).
102e Régiment mobiles Garde nationale mobile du Nord; 1°, 2° et 3° bataillons ; les bataillons sont constitués de compagnies provenant de plusieurs bataillons des mobiles du Nord) lieutenant-colonel Borie de Vintimille.
103e Régiment mobiles Garde nationale de l’Aisne ; 4° et 5° bataillons) lieutenant-colonel Alliou.
104e Régiment mobiles Garde nationale mobile de la Loire, de l’Isère, du Var et de la Corse ;7° bataillon de la Loire, 7° bataillon de l’Isère) et un troisième bataillon avec mobiles du Var et de la Corse lieutenant-colonel Thermet.
105e Régiment mobiles En formation à Rodez pendant l’armistice avec des détachements des Alpes-Maritimes, du Cantal,de la Corse, des Bouches du Rhône et du Vaucluse. Il devait comporter 2 bataillons.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

  • Corps auxiliaires créés pendant la guerre 1870-1871 par Aristide Martinien - Publication date 1897
Livre numérisé par Google à partir de la bibliothèque de l’Université du Michigan et téléchargé sur l'internet

Référence.png Notes et références

  1. La couleur garance est celle d'une teinture rouge,



^ Sommaire