Les Régiments d'Artillerie - 1870-1871

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche


Présentation

En 1870, un régiment d’artillerie doit être considéré comme une unité « administrative ». Il ne combat pas de façon constitué.
Ce sont ses batteries qui sont affectées individuellement aux troupes combattantes. De plus, les chefs de corps, à la mobilisation, quittent le commandement de leurs régiments pour prendre celui de l’artillerie aux armées au sein des corps d’armées et des réserves générales d’artillerie.

Il existe 3 types de batteries mobilisées dont voici l’évolution de juillet 1870 à la mi-septembre 1870 :

  • Batteries à pied (de 12) : 16 puis 25,
  • Batteries attelées de 12 : 26 puis 34,
  • Batteries de campagne (de 4 ou mitrailleuses) : 135 puis 144.

Pour les armées en campagne, l’artillerie est dotée de 161 puis 178 batteries.

  • Le 6e régiment d'artillerie
Bataille de Frœschwiller-Wœrth
  • Le 8e régiment d'artillerie
C'est une unité de l’Armée de terre française créée en 1784.
Le 16 mars 1854, le 8e régiment d'artillerie est transformé en 17e régiment d'artillerie à cheval.
Mais à la suite du décret du 14 février 1854, le 8e Régiment d'Artillerie Montée
Le nouveau 8e Régiment d'Artillerie est créé le 10 mai 1872. Il s'installe sur plusieurs garnisons
  • Le 15e régiment d'artillerie
Après la reddition de Napoléon III, le 15e Régiment d'artillerie intervient contre la Commune de Paris en 1871.

Canon classique français

En 1870, l’artillerie française entre en campagne avec ses bouches à feux rayées à chargement par la bouche, s’opposant à l’artillerie prussienne déjà équipée de bouches à feux en acier à chargement par la culasse.
Il n'y avait seulement que 986 pièces de campagne française contre 2046 canons allemands.

Pièce de 4

Canon de campagne de 4 à 6 rayures, à chargement par la bouche
Le canon de 4 n'a qu'une portée de 1850 m

Pièce de 7

Canon en bronze à 14 rayures à chargement par la culasse

Pièce de 8

Les pièces de 8 sont des canons de campagne rayées suivant le système la Hitte en 1869, à chargement par la bouche

Pièce de 12

Canon de campagne rayé modèle 1853-59 à chargement par la bouche, ancien canon lisse modèle modernisé par la rayure au système La Hitte
Le canon de de 12 tire jusqu'à 3000 m.

Canon-obusier

Canon-obusier lisse à chargement par la bouche sur affût de 8, modèle 1853 dit "Canon de l'Empereur"

Canon à balles

Canon à balles de Reyffye modèle 1866
Constitué d'un cylindre en bronze contenant 25 canons de fusils et d'une culasse mobile comprenant 25 cartouches percutées successivement par un système à manivelle.
Les mitrailleuses Reyffye qui tiraient environ 75 coups à la minute. Il fut constitué des batteries de six pièces.

Morts pour la Patrie

6e Régiment d'Artillerie

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Joseph ARON 15 septembre 1835
Woerth
( Bas Rhin)
10 Janvier 1871
Sélestat
(Bas Rhin)
Soldat au 6e Régiment d'Artillerie
Fils de François Henry ARON et d' Élisabeth STEINBAUER
✞ Mort à l'hospice de Sélestat à l'âge de 35 ans [1]  
- - - - ✞  


^ Sommaire

8e Régiment d'Artillerie

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Anthelme CHAVAT - - ✞ Figure sur le monument aux Morts de Argis (01) [2]  
- - - - ✞  


^ Sommaire

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Les responsabilités de l'artillerie française en 1870 : contribution à l'histoire de l'artillerie / Commandant C. Romain BnF Gallica - Le livre

Référence.png Notes et références

  1. Archives du Bas-Rhin, Registre des décès 1871, n°4E 462/67,
  2. Registre de Matricule - Canton de Belley - Archives de l'Ain