84097 - Richerenches

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Retour

Richerenches
Blason Richerenches-84097.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 84 - Blason - Vaucluse.png    Vaucluse
Métropole
Canton Blason Valréas-84138.png   84-17   Valréas

Blason Valréas-84138.png   84-22   Valréas (Ancien canton)

Code INSEE 84097
Code postal 84600
Population 619 habitants (2017)
Nom des habitants Richerenchois, Richerenchoises
Superficie 1 096 hectares
Densité 56.48 hab./km²
Altitude Mini: 115 m
Point culminant 174 m
Coordonnées
géographiques
44.3032° / 5.3531° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
84097 - Richerenches carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • Sur les hauteurs avoisinantes, domaine appelé "Les vieilles", il existait depuis le Xe siècle un prieuré de l'ordre de Cluny, mais sans aucun hameau.
Une des quatre tours de l'enceinte médiévale
  • Avant que le village ne prenne forme, Richerenches est d'abord une cité templière. En effet, cet ordre religieux et militaire appelé Ordre du Temple[1] est fondé en 1118 par neuf chevaliers.
    En 1136, le seigneur voisin, Hugues de Bourbouton, fait don de ses terres (à l'époque vierges de culture et d'habitations) à cet Ordre. La commanderie des templiers est alors créée et va connaître un essor considérable. Et autour de cette commanderie vont se regrouper peu à peu des habitations, donnant naissance au village.
  • En 1317, lorsque l'Ordre du Temple est supprimé, les biens passent aux mains des papes d'Avignon. Au XIVe siècle, le secteur est dévasté par les brigands et Richerenches abandonné.
  • Au XVe siècle, le domaine est racheté par le cardinal Julien de la Rovaire, qui le cède ensuite au collège de Roure. Celui-ci conclut un acte d'habitation avec une dizaine de familles qui progressivement reconstruisent le village.
La construction de la cité s'étale alors sur tout le XVIe siècle, en respectant le tracé ancien, c'est à dire une enceinte carrée de 80 mètres de côté, flanquée de tours rondes à chaque coin et protégeant les habitations intra-muros.
  • En 1747, la porte principale est surmontée d'un beffroi avec horloge publique. Une vingtaine d'années plus tard, les terres extérieures à l'enceinte commencent à être loties.
  • Richerenches abrite un autre trésor : une terre propice à la culture de la célèbre truffe, la « Tuber Melanosporum ». Le village est d'ailleurs devenu la capitale de la truffe, avec la Confrérie du Diamant Noir, un marché aux truffes hebdomadaire, des foires et autres animations, enfin un musée de la truffe et du vin.


Héraldique

Tableau à l'intérieur de la Maison Templière


  • Blasonnement : « D'argent au chêne blanc de sinople englanté de sable » ou « D'argent au chêne blanc de sinople fruité de sable »
  • Ces armes ont été attribuées à Richerenches au XVIe siècle par Julien de la Rovère, qui allait devenir par la suite le pape Jules II. Le patronyme Rovère est en rapport avec le chêne rouvre (ou roure en provençal), autre nom du chêne blanc.

Toponymie

L'origine du toponyme serait lié à la légende suivante (Pictos recherche.png Voir document) où il est déjà question de truffes...

Ce toponyme a connu deux formes différentes au XIIe siècle : Ricarensis et Richernsis

Histoire administrative

  • Département - 1801-2024 : Vaucluse
  • Arrondissement - 1801-1926 : Orange - 1926-2024 : Avignon
  • Canton - 1801-2024 : Valréas
  • Commune - 1801-2024 : Richerenches

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Maison templière

Façade avec contreforts en arcades Photo B.ohland
  • C'est en 1136 qu'est fondée la Commanderie, à l'initiative de trois personnes : un frère de Catalogne, Arnaud de Bedos, missionné en Provence pour y implanter une institution templière, l'évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Pons de Grillon, qui l'oriente vers cette partie du Vaucluse, et enfin Hugues de Bourbouton, seigneur voisin, qui donne ses terres dans ce noble but. Durant les deux années suivantes, ce dernier œuvre pour collecter d'autres dons auprès de familles locales. En 1138, Hugues de Bourbouton devient frère, puis Commandeur en 1145, et va prendre la direction de la Maison jusqu'en 1151. La Commanderie du Temple de Richerenches est alors un établissement précurseur de cet Ordre en Provence.
Au milieu du XIIe siècle, la communauté a déjà pris de l'ampleur et compte une quinzaine de frères qui s'adonnent à l'élevage de chevaux et d'ovins et la Commanderie devient l'un des plus grands haras de France.
  • Lorsque l'Ordre du Temple est supprimé en 1312, l'établissement est récupéré par l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. La Commanderie devient deux fois plus puissante et s'enrichit. Mais pour peu de temps, car elle est cédée au Pape en 1317. Puis Richerenches est pillé par des brigands et abandonné.
  • La Maison templière qui subsiste est classée aux Monuments historiques depuis 1984[2].
Voûte avec arcs en doubleaux
Photo B.ohland

Son architecture

  • L'établissement a connu deux périodes de construction. La première, terminée en 1147, correspondait à un grand bâtiment de forme rectangulaire, sur deux étages dédiés à deux fonctions différentes : une grange pour les animaux et les récoltes et l'étage supérieur pour les frères.
À la fin du XIIe siècle, l'édifice est fortifié : la façade est consolidée de contreforts reliés par des arcs formant mâchicoulis, et l'étage (de 32 m de long, 11 de large et 6,5 de haut) est voûté en berceau brisé, supporté par des doubleaux. Une cheminée est rajoutée dans une salle. Par ailleurs la maison templière se trouve accolée à la maison des notaires et devient "préceptrice"[3].
  • Au temps de son plein essor, la Commanderie faisant vivre toute une communauté était conçue comme un petit village : la maison templière était accompagnée d'un réfectoire, d'un dortoir, de chambres pour les hôtes de passage, de cuisines, d'un puits et d'écuries. Enfin le domaine comprenait une chapelle templière dont témoigne encore le chevet de l'église actuelle.
  • Dans la salle de l'étage sont présentés une fresque représentative des chevaliers de l'Ordre du Temple, un extrait du cartulaire et divers objets ou documents.


Église Saint-Denis

Façade de l'église Photo Véronique PAGNIER
  • La chapelle templière était achevée en 1147.
  • Lorsque le village se reconstruit au XVIe siècle, on élève une église sur la base du chevet de la chapelle précédente. Les travaux se terminent en 1602. Deux siècles plus tard, l'église menace ruine et est fermée.
  • Un nouvel édifice est construit entre 1840 et 1844, préservant toujours le chevet semi-circulaire du XIIe siècle témoignant de la cité templière. Une rénovation intérieure a lieu en 1994. En 2020 un chantier de ravalement est encours.
  • Quelques éléments se remarquent à l'intérieur :

- la pierre prouvant la donation et la fondation de la Commanderie, pierre qui était à l'origine incrustée dans le chevet,
- une statue de saint Antoine avec son cochon,
- des fonts baptismaux du XVIIe siècle, où a été baptisée Marguerite-Thérèse Charransol, devenue Sœur Marie de Jésus, et une des 32 martyres d'Orange,
- le vitrail surplombant le porche occidental, représentant justement la montée à l'échafaud de cette bienheureuse martyre.

  • Il est à noter que chaque année, au moment de la Saint-Antoine (3e dimanche de janvier), a lieu une cérémonie avec la Confrérie du Diamant noir, au cours de la quelle l'offrande lors de la quête est constituée non pas de monnaie mais de truffes.


Chapelle Saint-Alban

Des traces écrites de cette chapelle existent déjà en 1138 dans le cartulaire de la Commanderie.
Elle est oubliée quand le village est anéanti, mais rétablie par la générosité des nouveaux villageois et citée à nouveau en 1633.
Se détériorant au fil du temps, elle est réparée en 1746.
Elle est épargnée lors de la Révolution puis tombe aux mains d'un particulier. Des messes régulières y sont célébrées.

Repère géographique.png Repères géographiques

Avec Grillon, Valréas et Visan, la village de Richerenches est située dans l'enclave des papes, cette partie du Vaucluse, plus exactement le canton de Valréas, incluse dans l'extrémité sud-sud-est du département de la Drôme.
La commune est située à 20 kilomètres au nord-est de Bollène et 8 au sud de Grignan et la limite occidentale de son ban est mitoyenne avec le département de la Drôme.
Constitué à l'origine de marais, le secteur a été asséché dès le XIIe siècle pour y établir des cultures céréalières et potagères

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 504 503 556 573 660 664 728 725 710 757
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 723 723 717 738 660 622 613 607 566 607
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 592 471 468 413 419 356 369 362 454 445
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 466 542 616 691 696 665 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2017.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
Philippe Athanase CHARRANSOL  ? - Né en 1801 - Maire du village - Décédé en 1882  
- - -  
- - -  
- - -  
André CHARRANSOL 2001 - 2008 -  
Pierre-André VALAYER 2008 - 2014 -  
Jean-Pierre BIZARD 2014 - 2020 -  
Pierre André VALAYER 2020 - (2026) -  
- - -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
Paul GRANET  ? - Notaire, greffier du village - Décédé en 1661  
François II de GRANET  ? - Fils de Paul - Né en 1627 - Également notaire et greffier de Richerenches - Décédé en 1712  
- -  
- -  

(Source : arbres généalogiques de Geneanet)

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Pierre GRANET  ? - Né en 1640 - Frère du notaire François II - Curé de Richerenches - Décédé après 1706  
- -  
- -  
Henri MICHEL-REYNE 1952 - C'est lui qui est à l'initiative de la "messe aux truffes" qui se perpétue de nos jours  
- -  

Liste des titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Jean Pierre Mathieu GERMAIN 26 septembre 1832 18 décembre 1905 Lieutenant au 14e Bataillon de la Garde mobile de la Seine.

Chevalier en 1871. Son dossier  

Joseph Henri Louis PERBEN 17 décembre 1873 - Dossier non communicable en ligne  
- - -  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi 13h30 - 17h30 - - 13h30 - 17h30 13h30 - 17h30 - -
84097 - Richerenches Mairie.JPG

Mairie
Adresse : avenue de la Rabasse - 84600 RICHERENCHES

Tél : 04 90 28 02 00 - Fax : 04 90 28 02 41

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Ordre dont la mission est de protéger les pèlerins se rendant en Terre Sainte
  2. Base Mérimée
  3. D'elle dépendent toutes les autres Commanderies de Provence