80721 - Saint-Valery-sur-Somme

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Retour

Saint-Valery-sur-Somme
Blason Saint-Valery-sur-Somme-80721.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 80 - Blason - Somme.png    Somme
Métropole -
Canton Blason Abbeville-80001.png   80-02   Abbeville-2

Blason Saint-Valery-sur-Somme-80721.png   80-40   Saint-Valery-sur-Somme (Ancien canton)

Code INSEE 80721
Code postal 80230
Population 2 491 habitants (2018)
Nom des habitants Valericains, Valericaines
Superficie 1 050 hectares
Densité 237.24 hab./km²
Altitude Mini : 1 m
Point culminant 43 m
Coordonnées
géographiques
50.1883° / 1.62944° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
80721 - Saint-Valery-sur-Somme - carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • Une présence humaine est attestée sur le site dès la Préhistoire. Les Gaulois s'y établissent au Ve siècle avant Jésus-Christ et il est question d'un commerce avec les Grecs transitant par Marseille. À cette époque le village s'appelle Leuconaus. Puis le secteur est envahi par les Romains jusqu'en -52 avant J.-C. et devient un chef-lieu[1].
  • Le territoire est évangélisé au VIIe siècle par Gwalaric, moine d'origine irlandaise adepte de la règle de saint Colomban et fondateur de l'abbaye de Luxeuil. Son nom va évoluer au fil du temps[2] et être à l'origine du toponyme de la cité. Des disciples aux côtés de Gwalaric forment une communauté qui donne naissance à une abbaye, puis une petite agglomération d'habitats se forme tout autour. Soutenue par Dagobert et Charlemagne, l'abbaye prospère et rayonne, avant d'être malmenée par les incursions normandes. Les reliques de saint Valery sont vendues après sa mort en 622. Mais Hugues Capet les récupère et les rapatrie dans la cité en 981. Celle-ci prend alors le nom de son fondateur et devient Saint-Valery.
  • À la fin du IXe siècle un château est érigé et des seigneurs sont mentionnés au siècle suivant.
  • En 1066, quand le duc de Normandie Guillaume II[3] apprend la mort du roi d'Angleterre Édouard le Confesseur, et la crise de succession qui s'ensuit, il décide de partir en Angleterre remettre un peu d'ordre, entrant ainsi dans l'Histoire sous le nom de Guillaume le Conquérant. Il quitte le port de Dives le 10 septembre, mais des vents contraires l'obligent à relâcher. Il s'arrête ainsi à Saint-Valery où les divers comtes et seigneurs du lieu lui viennent en aide. Il ne pourra reprendre son expédition que le 28 septembre, grâce à des vents favorables. Devenu roi d'Angleterre sous le nom de Guillaume Ier, il n'oubliera pas son escale dans la baie de Somme et, en remerciement, dotera l'abbaye de Saint-Valery de nombreuses terres. Dans l'église Saint-Martin, où Guillaume est venu prier, on accrochera bien plus tard sur la tribune de l'orgue des représentations de quelques scènes de la célèbre bataille d'Hastings.
De 1096 à 1099, un des seigneurs de Saint-Valery participe à la première croisade. À son retour, il fait construire une maladrerie.
  • À partir du XIe siècle commence l'élévation de premières fortifications avec portes et tours. Consolidées et restaurées au fil du temps, certaines sont toujours debout.
  • Au siècle suivant, des franchises sont accordées à la cité. Elle est malheureusement incendiée par Richard Cœur de Lion[4] en 1197.
  • Au XIIIe siècle, Saint-Valery passe aux mains des comtes de Dreux et connait une période de prospérité.
Plan de la ville en 1586
Photo B.ohland
  • Les trois siècles qui suivent constituent une période très agitée. La ville occupe en effet une position fort intéressante et est très convoitée aussi bien sur les plans financiers que stratégiques. Ce ne sera qu'une succession de sièges et de reprises par les Français : durant la Guerre de Cent ans d'une part, avec un siège de sept mois en 1358, puis un blocus de trois mois en 1422 ; durant le règne de Louis XI qui va jusqu'à incendier la cité pour qu'elle ne soit pas reprise par les Anglais ; puis durant les guerres de religion où la cité est prise et reprise dix fois en l'espace de deux années. Enfin, en 1593, Henri IV qui vient de se convertir au catholicisme, accorde la neutralité à la ville.
  • Le XVIIe siècle est une période de reconstruction, sous la coupe des ducs de Nevers. La cité est affranchie de sa taxe sur le sel.
  • Au XVIIIe siècle, le château est démantelé, la population se répartit en deux zones : Saint-Valery et La Ferté, et les pêcheurs s'installent dans le quartier du Courtgain. L'activité de corderie commence à se développer. On construit un grand entrepôt pour le sel, « le plus grand et le plus solide du royaume »[5]. Saint-Valery devient un grand port de commerce, tout aussi important que ceux de Calais ou Dieppe.
  • Le siècle suivant amène certaines nouveautés. Cette fois-ci, la population se répartit en ville basse et ville haute. C'est le début des régates et des bains de mer. L'arrivée du chemin de fer renforce le phénomène. Une grande digue est construite, derrière laquelle commencent à s'établir quelques villégiatures.
  • Durant la Première Guerre mondiale s'installe un régiment de tirailleurs. En 1940, ce sont les Allemands qui prennent place, entraînant un exode momentané de la population.
  • Alors que les bains de mer prennent fin, c'est un autre tourisme qui se développe et la ville obtient en 2011 le label "Grand site de France".


Toponymie

Leuconaus à sa fondation puis Leucone. Saint-Valery en 981. Saint-Vallery avant 1789.
La Montagne-sur-Somme et Port-Somme pendant la Révolution.
Saint-Valery-sur-Somme à partir de 1801.

Héraldique

Blason d'HOZIER de 1696 Blason d'HOZIER de 1696 (non retenu) : D'argent à deux fasces engrêlées d'azur[6].
Blason de 1725 Blason de 1725 : D'azur à la nacelle d'or voguant sur des ondes d'argent; au chef semé de France, à la bordure componée d'argent et de gueules[7].
Saint-Valery sur somme blason.jpg
Blason de la ville, au centre - Photo B.ohland

Histoire administrative

  • Département - 1801-2024 : Somme
  • Arrondissement - 1801-2024 : Abbeville
  • Canton - 1801-2015 : Saint-Valery-sur-Somme, 2015-2024 : Abbeville-2
  • Commune - 1801-2024 : Saint-Valery-sur-Somme

Résumé chronologique :

  • 1801-....

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Ancienne abbaye

L'abbaye primitive et fondatrice de la ville date du VIIe siècle. Elle est soutenue par les rois francs de l'époque et connait une certaine prospérité. En l'an 800, Charlemagne la visite et y dispose une base navale avec garnisons. Mais cela ne l'empêche pas d'être pillée par les Normands en 859.
En 1197, les moines sont chassés de l'abbaye par Richard Cœur de Lion. Ils y reviennent plus tard et reconstruisent ce qui est nécessaire. En 1591, l'abbaye est incendiée par le gouverneur de Neufchatel pour le compte d'Henri IV. Elle sera reconstruite. À la Révolution, elle est vendue comme bien national et en partie démolie.
Actuellement, il reste de cet ensemble monastique quelques pans de l'église abbatiale du XIIIe siècle, le logis de l'abbé (dit aussi Maison Fénelon) du XVe siècle, et un autre logis de 1740.

Vestiges des fortifications et de leurs portes

Porte de Nevers - Photo B.ohland
  • La première description détaillée des fortifications de la ville date de 1586 (voir plan en section Histoire de la commune), mais leur élévation est bien plus ancienne, même si les dates exactes ne font pas consensus. L'enceinte totalisait une longueur de 1,2 km, et l'épaisseur des murs en pierres et galets faisait par endroits 1,80 m. Au fil des évènements les fortifications ont été consolidées pour anticiper des invasions, ou réparées après des sièges destructeurs, soit par les Français, soit par les Anglais.
  • De nombreux éléments historiques accréditent la construction de portes et de tours déjà au XIe et XIIe siècle. C'est le cas des trois portes principales :
- La Porte du haut (ou porte de l'abbaye, ou porte d'Eu, ou porte Guillaume, ou porte Jeanne d'Arc), avec pont-levis disparu au XVIIe siècle et deux tours rondes encore debout (après remaniements du XVIIIe siècle). Elle correspondait à l'entrée principale de la ville. Guillaume le Conquérant et Jeanne d'Arc y sont passés. La porte comprenait un étage destiné à un poste de garde et des souterrains ayant servi de prison. Cette tour est classée aux Monuments historiques depuis 1907[8].
- La Porte du bas (Porte de Nevers, ou porte Saint-Martin, ou porte d'Abbeville, ou porte de La Ferté). Elle comprenait également un pont-levis et était surveillée par un bastion. Elle est également classée aux Monuments historiques depuis la même date[9].
- Une troisième porte ouvrait sur la place du marché aux vaches, mais a été démolie après 1789.
  • Plusieurs tours confortaient l'enceinte. Outre les deux tours Guillaume, se dressaient la tour Gonzague (ou tour de l'échevinage) avec une échauguette ; la tour Harold (ou Areau) très trapue afin de résister à la fois aux projectiles et aux grandes marées ; la tour des Anges, la plus haute de la ville.
  • Une portion de remparts de 250 mètres de long vient d'être consolidée de 2018 à 2021, notamment au niveau de la place de l'église, où la hauteur du rempart atteint 11 mètres de haut.


Église Saint-Martin

Église Saint-Martin
Photo Claude DEROLETZ
Oratoire saint-Joseph au sud
Photo B.ohland
  • L'église primitive date du XIIe siècle et il en subsiste quelques éléments. Elle est remaniée au siècle suivant. Après l'incendie volontaire de 1475, l'église est reconstruite et consacrée en 1500. Elle subit plusieurs agrandissements et transformations par la suite, comme l'attestent certaines dates inscrites à l'intérieur de l'édifice.
Comme de nombreuses églises de Picardie, son appareil extérieur est fait de pierres et de galets de silex éclaté, agencés de façon géométrique : ici en damier.
Trois chapelles sont accolées à la façade nord de la nef, et un oratoire dédié à saint Joseph sur le flanc sud. Le clocher est constitué d'une tour quadrangulaire trapue avec contreforts. Rebâti en 1615 et surmonté d'une flèche, il a été reconstruit au XVIIIe siècle sous la forme d'un toit pyramidal.
L'église Saint-Martin est classée aux Monuments historiques depuis 2022[10].
  • L'intérieur est constitué de deux grandes nefs de même largeur, séparées par des arcades en ogive dont certains piliers sont des rescapés du XIIe siècle.
Le chœur principal se trouve dans une des deux nefs, avec une abside à fond plat. L'ensemble du maître-autel, son retable et les boiseries adjacentes sont inscrits au titre d'objet historique en 1990[11]. L'abside de l'autre nef présente un autel dédié à la Vierge Marie.
La tribune d'orgue est soutenue par deux frêles colonnes en bois torsadé et sculpté, datant du XVIe siècle, et est classée au titre d'objet historique depuis 1907[12]. Le buffet de l'instrument date de 1602 et a été rénové cinquante ans plus tard. La rambarde de la tribune présente une reproduction d'éléments de la tapisserie de Bayeux, en référence au séjour de Guillaume le Conquérant avant de partir en Angleterre et de s'illustrer à la bataille d'Hastings.
L'intérieur du sanctuaire est orné de nombreux tableaux, dont la plupart sont inscrits ou classés au titre d'objet historique, et d'ex-voto en forme de bateaux.



Chapelle Saint-Valery dite aussi chapelle des Marins

Chapelle Saint-Valery
Photo Claude DEROLETZ



Au préalable, il y avait à cet endroit une chapelle romane érigée sur le tombeau de saint Valery, « ancien lieu de pèlerinage »[13].

Pendant la Révolution française, la chapelle Saint-Valery a été aménagée en salpêtrière.

À l'initiative du curé et historien local CARON (curé de 1872 à 1893), cette chapelle d'origine a été remplacée par une nouvelle en 1848, construite dans un style néogothique et arborant un appareil typique de Picardie : un damier de grès et de silex taillé.

Sur la croix dominant le clocher un goéland remplace le coq traditionnel, en hommage aux marins.

Chapelle Saint-Pierre

Chapelle Saint-Pierre
Photo Claude DEROLETZ



La chapelle Saint-Pierre est située dans le quartier de La Ferté. Les habitants ont en effet réclamé au pape la possibilité d'avoir leur propre paroisse, pour éviter de monter jusqu'à celle de Saint-Valery.
L'autorisation accordée, la chapelle a été érigée par les marins eux-mêmes en 1723. Il est à noter que son clocher ressemble fortement à l'ancien clocher de l'église Saint-Martin.

Désaffectée, elle reçoit désormais des expositions temporaires[14].

Ancien hôtel-Dieu et sa chapelle

Ancien hôtel-Dieu, façade sur rue - Photo B.ohland
Détail de la chapelle
Photo Claude DEROLETZ



À cet emplacement existait un ancien hôtel-Dieu, fondé au XVIe siècle par des sœurs dominicaines.
Suite à la visite dans la cité du roi Louis Philippe, un nouvel établissement vient remplacer le précédent en 1840. Au fil du temps, il évolue en hôpital avec maternité, mais conserve sa chapelle.
Les religieuses quittent l'établissement en 1967, et celui-ci ferme définitivement ses portes en 2016.
L'édifice est alors mis en vente. D'après les dernières informations parues dans des quotidiens régionaux, il va être transformé en hôtel de luxe.

Chapelle du Gourtgain

Chapelle du Gourtgain
Photo Claude DEROLETZ
Calvaire à proximité - Photo B.ohland



Le quartier du Courtgain, dont le nom signifie "petit salaire", regroupait les petites habitations des marins.
Sur une petite proéminence, face à la mer, les femmes et les enfants venaient saluer les hommes à leur départ en mer et guetter leur retour.
En remplacement d'un premier oratoire détruit en 1915, une petite chapelle a été construite à la demande de Monseigneur MINOTTE et consacrée en 1933. À cette occasion, il a d'ailleurs renoué avec le rite de la "bénédiction de la mer".

Tout à côté s'élève un calvaire avec une croix en fer forgé avec un médaillon sculpté en 1851 et restauré en 1933.
Se dresse aussi à cet endroit une table avec la liste des Valéricains péris en mer.

Patrimoine industriel

  • Ancienne usine de produits agro-alimentaires (cossetterie de chicorée) (IA00076561) Hauts-de-France, Somme, Saint-Valery-sur-Somme, quai Jules-Verne.

Autres patrimoines

Repère géographique.png Repères géographiques

Localisation après 2015
Baie de somme et ses vasières à marée basse. En face : Le Crotoy
Photo B.ohland

La ville se trouve à 80 kilomètres au sud de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) et 22 kilomètres environ au nord-ouest d'Abbeville.
Elle s'est installée à l'embouchure de la Somme et constituait autrefois un grand port fluvial et maritime.

Depuis, la baie s'ensable inexorablement, et devient le domaine des vasières où pousse la salicorne et, plus en avant dans l'estuaire des mollières et pré-salés où paissent les moutons. C'est aussi « une halte de prédilection pour les oiseaux migrateurs »[15].

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 3 639 3 183 3 123 3 224 3 265 3 285 3 241 3 351 3 650 3 404
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 3 456 3 674 3 686 3 647 3 506 3 462 3 541 3 554 3 527 3 656
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 3 525 3 371 3 071 2 982 3 004 2 963 3 112 3 169 3 240 3 072
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 2 935 2 769 2 686 2 790 2 760 2 562 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2018.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires avant la Révolution

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Louis Morel 1594  
Mathieu de Pont 1595  
André de Ponthieu 1596  
Michel de Montmignon 1597  
Philippe Lemarchant 1598  
Robert Machart 1599  
Antoine Moisnel 1600  
Philippe Lemarchant 1601  
Nicolas de Boulogne 1602  
Mathieu de Pont 1603  
Michel Montmignon 1604  
Philippe Lemarchant 1605  
Robert Machart 1606  
Nicolas Dugardin 1607  
Pierre Lesueur 1608  
Nicolas de Ponthieu 1609  
Michel Montmignon 1610  
Pierre Lesueur 1611  
Robert Machart 1612  
Michel Monmignon 1613  
Antoine Moisnel 1614  
Robert Machart 1615  
Nicolas Dugardin 1616  
Michel Montmignon 1617  
Charles de Pont 1618 Grenetier (contrôleur au grenier à sel).  
Laurens de Floques 1619  
Philippe de Ponthieu 1620  
- 1621  
Nicolas de Ponthieu 1622  
Philippe de Ponthieu 1623  
Nicolas Dugardin 1624  
Michel Montmignon 1625  
- 1626  
Antoine La Roque 1627  
Olivier du Bos 1628  
Antoine La Roque 1629  
Philippe de Ponthieu 1630  
Charles de Pont 1631  
Antoine La Roque 1632  
Laurent de Ponthieu 1633  
- 1634  
Louis Lallemant 1635  
Charles de Pont 1636  
Louis Lallemant 1637  
Jean Anguier 1638  
- 1639  
Louis Lallemant 1640  
Michel Montmignon 1641  
Etienne Moisnel 1642 - 1643  
Philippe Liault 1644 - 1645  
Mathieu Machart 1646 - 1647  
Olivier Dugardin 1648 - 1649  
Michel Anguier 1650 - 1651  
Philippe Liault 1652 - 1653 Lieutenant général  
Michel Montmignon 1654 - 1655 2e du nom  
Antoine Lallemant 1656 - 1657  
Nicolas Blondin 1658 - 1659  
Jean Deponthieu 1660 - 1661  
Philippe Liault 1662 - 1663  
Pierre Anguier 1664 - 1665  
Nicolas Blondin 1666 - 1667  
Jacques Anguier 1668 - 1669  
Michel Montmignon 1670  
Nicolas du Bos 1671  
Claude de St Germain 1672 - 1673 Lieutenant particulier  
Nicolas Blondin 1674 - 1675  
Claude de St Germain 1676 - 1677  
Pierre Anguier 1678 - 1679  
Jacques Anguier 1680  
Martin Machart 1681 - 1682  
Nicolas Machart 1683 -1684  
François de Ponthieu 1685 - 1686 Lieutenant général  
Jean de Canteleu 1687 - 1688  
Claude de St Germain 1689  
Daniel Machart 1690 - 1691 Lieutenant général  
Olivier Lannel 1692  
- 1692 - 1700 « Il n'y a point eu d'élection de majeur pendant ces années parce que l'édit de l'année 1692 qui en erigeoit de perpetuels faisoit deffense d'en elire. Ainsy il n'y avoit que les quatre echevins en exercice. »  
Charles Delattre 1701  
Olivier Lannel 1702  
- 1703 Point d'élection de majeur cette année  
Daniel Machart 1704 - 1705 Lieutenant général  
Louis Lemarchant 1706 - 1707  
Claude Lemarchant 1708 - 1709  
Guillaume Bruslé 1710  
Philippe de Ponthieu 1711 - 1712 2e du nom  
Claude Machart 1713 - 1714  
D. F. Machart de la Motiere 1715 - 1716  
Charles Anguier 1717 - 1718 † Bailly; mort au mois d'août 1718.  
Jacques Obry 1719 - 1720  
Olivier Machart 1721 - 1722 Bailly  
Daniel Machart 1723 - 1724 2e du nom  
Louis Vesin Chesnel 1725 - 1726  
Philippe Anguier 1727 - 1728  
Adrien Brulé 1729 - 1730  
François Cherpentier 1731 - 1732  
Daniel Machart 1733 - 1738 Lieutenant général; continué par arrest du Roy de novembre 1733; jusqu'au 15 mars 1738.  
Antoine de Flocques 1738 - 1739 Pour le reste de l'année; et continué  
Pierre Le Roux 1740 - 1741  
Philippe Anguier 1742 - 1743 2e du nom  
Adrien Brûlé 1744 - 1751 †  
- 1752  
Dachy 1753 - 1754  
De Flocque 1755 - 1756  
Pierre Le Roux 1757 - 1758  
François Oeullio 1759 - 1760 Père  
François Cherpentier 1761 - 1762  
Dubrun 1763 - 1764 Bailly  
Jean Baptiste Fleury 1765 - 1768 « En vertu de l'édit du mois de may de laditte année qui voulois qu'au premier juillet en suivant il fut faite une nouvelle élection de maire pour trois ans non compris le surplus du temps a expirer jusqu'au jour acccoutemé des élections ainsy a été procedé a une nouvelle élection pour laquelle mr Jean Baptiste Fleury put etre maire et deux échevins. »  
François Lefebvre 1769 - 1771  
Dupont 1772 - 1773  
François Lefebvre 1774 - 1781 Maire pour la seconde fois en 1774 jusqu'à et compris le 6 août 1781.  
François Marie Masset 1781 - 1789 Nommé le 18 juillet 1781 ; continué jusqu'en 1789.  

Les maires après la Révolution

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Louis RIVERY 1790  
François Marie MASSET 1791  
ANGUIER 1792 Notaire.  
DAINE 1793  
BAILLET 1794  
Philippe ANGUIER 1795  
BOUSTENT 1796 Agent de la commune.  
MARCHAND 1797 Agent de la commune.  
DAMIENS 1798 - 1799 Agent de la commune en 1798 et 1799  
François Gabriel SCELLES 1800 - 1833 † Décédé le 15 mai 1833. Nommé pour 5 ans chaque fois entre 1801 et 1815 ; nommé par les habitants ; M. SCELLES renommé pour la 5e fois par M. le préfet de 1816 à 1820, ce qui fait 20 ans consécutifs ; nommé de nouveau par le préfet pour 1822.  
Pierre Louis François JOLY-LAMBERT 07/07/1833 - 1839 En fonction par l'ordonnance royale du 28 juin 1833.  
François Prosper RAVIN 1839 - 1840  
Magloire César Abel SAUMON 14/10/1840 - 13/09/1843 Installé maire par l'ordonnance royale du 21 septembre 1839.  
Stanislas Théophile WALLOIS 14/09/1843 - 1845 Décédé le 18 juin 1845.  
Jules Gabriel Antoine BRULÉ 16/10/1846 - 1849 Nommé maire en 1846, installé le 20 novembre 1847.  
Philippe Pierre Désiré DUBOILLE 1849 - 1851  
Pierre Nicolas Charles LEROUX-PLANCHEVILLE 1851 - 14/08/1860 Premier adjoint, maire provisoire suivant un arrêté de M. le préfet de la Somme du 17 décembre 1851 et de la … de M. le sous-préfet d'Abbeville en date du 18 décembre 1851 (14 jours) en 1751. Total 8 années, 7 mois, 28 jours.  
Jules Gabriel Antoine BRULÉ 15/08/1860 - 10/05/1865 Nommé maire en 1860. Total 4 années, 8 mois, 27 jours.  
Édouard Benjamin D'ARRAS 26/05/1865 - 1870 Nommé et installé maire en 1865 (décret du 17 mai 1865), renouvelé le 29 septembre 1865 (décret du 26 août 1865).  
Gustave HEUCHARD 1870 - 1870  
Édouard Benjamin d'ARRAS 1870 - 1881  
Jules BRULÉ 1881 - 1882  
Emmanuel Eugène Charles SOMBRET 1882 - 1883  
Stanislas MARQUE 1884 - 1886  
Emmanuel Eugène Charles SOMBRET 1886 - 1888  
Arsène BARBIER 1888 - 1890  
Ernest HOUDANT 1890 - 1906  
Louis DELATTRE 1906 - 1919  
Albert PRUVOST 1919 - 1924  
Paul CAGNARD 1925 - 1929  
Alphonse PIERRU 1929 - 1937  
Charles BAILLEUL 1937 - 1940  
Eugène LOMIER 05/1940 - 1940  
Charles BAILLEUL 1940 - 1944  
Louis AURIOL 1944 - 1945 Propriétaire.  
René DELEPIERRE 1945 - 1959 Directeur de coopérative agricole. Conseiller général du canton de Saint-Valery-sur-Somme (1945-1964).  
Maurice ROBART 1959 - 1965  
Gilbert GAUTHÉ 1965 - 1989 Instituteur puis directeur d'école. Conseiller général du canton de Saint-Valery-sur-Somme (1970-1988). Conseiller régional (1979-1982).  
Pierre DINGREMONT 1989 - 2001 Médecin. Conseiller général du canton de Saint-Valery-sur-Somme (1988-2001).  
Stéphane HAUSSOULIER 2001 - 2020 Né le 21/08/1968. Cadre supérieur du secteur privé. Conseiller départemental du canton d'Abbeville-2 (2015-). Élu président du conseil départemental, le 2 novembre 2020, est touché par la loi sur le non-cumul des mandats, laissera sa place de maire à son premier adjoint Daniel CHAREYRON le 9 novembre 2020.  
Daniel CHAREYRON 09/11/2020 - (2026) Né le 07/04/1970. Conseiller sportif à l'INSEP, fonctionnaire à l'administration centrale du ministère des sports, puis aujourd'hui directeur technique national (DTN) pour le char à voile.  

Cf. : MairesGenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
Fernand BONTE 1933 - 1962 Notaire à la résidence de Saint-Valery-sur-Somme, administrateur de l’étude de Friaucourt en remplacement de Maître Gaëtan Andreu-Boussut  
Jean Marie Privat Eugène BLANC-MAILLAND 1962 - 10 mars 1994  
Pascale Odette Micheline BILLARD-FRÉVILLE 10 mars 1994 - ...  
Alain Arnold Henri BARBIER 29 juillet 1976 - 10 juillet 2006  
Hervé Charles Michel DUVAUCHELLE ... - 10 juillet 2006  
Christine Jeanne Yvette BUTEL 10 juillet 2006 - ...  
Bruno Jean Henri Philippe SIGWALD 10 juillet 2006 - ...  
- -  

Cf. : Dictionnaire prosopographique des notaires de la Somme.

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Jean François DUBRUN 1761 - 1820
80721 - Saint-Valery-sur-Somme Plaque Curé Dubrun.JPG
Né en 1735 à Celle-de-Cayeux, décédé le 24 mars 1820.
Inhumé au pied de la croix du cimetière  
- -  
Jean Baptiste Florimond COLMAIRE 1848 - Curé  
- -  
Jessé Théodule BERTIN 02/07/1852 - 06/09/1860 Vicaire. Natif de Villers Faucon.  
- -  
Élisée Parfait CARON 1872 - 1893 Également historien local - À l'origine de la reconstruction de la chapelle Saint-Valery ou chapelle des marins.  
- -  
Paul FARCY 1893 - Curé  
- -  
François Alexandre PERIN 1897 - Curé  
- -  
80721 - Saint-Valery-sur-Somme - Guy Marie Joseph Choquet.jpg
Guy Marie Joseph CHOQUET
2000 - 2006 Né le 21 novembre 1931 à Amiens (80), décédé le 15 mars 2018 à Amiens (Somme). Curé de la paroisse Saint-Pierre en Baie de Somme. En retraite en 2006 à Saint-Valéry-sur-Somme.  
Noël VANDERLYNDEN 2006 - 2018 Né en 1943 à Winnezeele (Nord). Curé. Ordonné prêtre en 1972. Vicaire de Vron en 1972, curé de Nouvion en 1984, curé de Oisemont et vicaire épiscopal en 1994. Administrateur de Friville-Escarbotin en 2004, administrateur de Huppy en 2005, chanoine titulaire de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens (2020-2025), membre du collège des consulteurs pour cinq ans.  
Jean Bosco KANTENG 1er septembre 2019 - ... Né en 1978 à (République du Congo). Curé de la paroisse Saint-Pierre en Baie de Somme (Saint-Valery-sur-Somme) et curé-modérateur de la paroisse Saint-Éloi en Vimeu (Friville-Escarbotin)
Ordonné prêtre en 2012, curé in solidum des paroisses Saint-Pierre en Baie de Somme et Saint-Éloi en-Vimeu en 2018.  
- -  

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Naissances :

Plaque en l'honneur de J.B. Emmanuel PERRÉE
  • Jean Baptiste Emmanuel PERRÉE, contre amiral de France, né le 29 avril 1763, décédé au combat devant Syracuse le 18 février 1800.


Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945 / Algérie

Le monument aux morts
Photo Geneanet
Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Documents non numérisés

  • AD80 E_DEP2101-Délibérations 1720-1724 registre des délibérations (contenant la liste des maires de 1594 à 1865)

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h30 - 12h30 8h30 - 12h30 8h30 - 12h30 8h30 - 12h30 8h30 - 12h30 9h00 - 12h00 -
Après-midi 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 - -
80721 - Saint-Valery-sur-Somme Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 19, place Saint Martin - 80230 SAINT-VALERY-SUR-SOMME

Tél : 03 22 60 82 16 - Fax : 03 22 26 84 96

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : 50.1883° / 1.62944° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Annuaire-Mairie (mars 2016)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Histoire civile, politique et religieuse de Saint-Valery et le comté de Vimeu
  Saint-Valéry-sur-Somme aux XVIè, XVIIè et XVIIIè siècles

  • Picardie, Baie de Somme, Paris, Guide vert Michelin Éditions, 2022, 407 pages, ISSN 0293-9436

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Celui de l'ancienne division gallo-romaine de Vimeu
  2. Gwalaric évolue en Walaric, Valric puis Valery.
  3. Guillaume de Normandie, appelé aussi Guillaume le Bâtard est né à Falaise en 1027 et décédé à Rouen en 1087. Il est duc de Normandie sous le nom de Guillaume II de 1035 à sa mort et fait de la Normandie un puissant duché s'opposant parfois aux rois de France. Et, suite à son succès lors de la bataille de Hastings, il devient roi d'Angleterre sous le nom de Guillaume Ier de 1066 à sa mort.
  4. Connu aussi en tant que Richard Ier, né en 1157 et décédé en 1199, il fut duc d'Aquitaine et de Normandie, et roi d'Angleterre de 1189 à 1199
  5. Guide vert "Picardie, Baie de Somme", Paris, Michelin Éditions, 2022, 407 pages, ISSN 0293-9436
  6. Armorial général de France, Charles D'HOZIER, registre 26, Picardie, Généralité d'Amiens, page 360
  7. L'armorial des villes et des villages de France
  8. Base Mérimée, Ruines de la Porte Guillaume
  9. Base Mérimée, Porte de Nevers
  10. Base Mérimée, église Saint-Martin
  11. Base Palissy, ensemble du maître-autel
  12. Base Palissy, tribune d'orgue
  13. Source : « La Somme les 783 communes » de Daniel DELATTRE
  14. Source : « La Somme les 783 communes » de Daniel DELATTRE
  15. Guide vert "Picardie, Baie de Somme", Paris, Michelin Éditions, 2022, 407 pages, ISSN 0293-9436


^ Sommaire


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.