79003 - Cahier de doléances - Saint-Maurice-de-Mairé

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche


Extrait des Cahiers de doléances pour les paroisses relevant de l'Abbaye de Saint Maixent. : Département des Deux-Sèvres: Cahier de doléances des sénéchaussées de Niort et de Saint-Maixent, et des communautés et corporations de Niort et Saint-Maixent pour les États généraux de 1789, Léonce Cathelineau , Imprimerie G.Clouzot - Niort , 1912 , 463p.


SAINT-MAURICE-DE-MAIRÉ(1)

(1) Ancienne paroisse, réunie aujourd'hui à celle d'Aiffres, par décret du 1er janvier 1836.

Dép. : Deux-Sèvres. — Arr. : Niort. — Canton. : Prahecq.

Gén. : Poitiers. — Elec. : Niort. — Dioc. : Poitiers.

Haute justice ressortissant au château de Niort.

Princip. cult. : blé.

Seigneur en 1750 : madame Maboul.

Seigneur en 1789: Anne-Emmanuel-François-Georges de Crussol d'Uzès, marquis d'Amboise et de Fors, seigneur de Saint-Maurice-de-Mairé.

Popul. en 1790: 188 habitants.

Taille : 700 L.


PROCÈS-VERRAL

Le procès-verbal de cette paroisse n'a pu être retrouvé. Son cahier de doléances et le procès-verbal de l'assemblée préliminaire du Tiers état nous donnent les renseignements suivants :

Date : 1er mars 1789.

Population : 45 feux.

Députés : Daniel Rabault, et Pierre Papinot.


CAHIER DE DOLÉANCES

Cahier de doléances, plaintes et remontrances de tous les habitants composant le Tiers état de la commune de Saint-Maurice-de-Mairé, en la province de Poitou, au ressort du Bailliage de Niort, pour la tenue des Etats généraux du Royaume à Versailles, le 27 avril 1789, en exécution des lettres du Roi données le 24 janvier de la présente année, du Règlement y annexé, et de l'ordonnance de Monsieur le lieutenant général du siège royal de Niort, du 19 février 1789, le tout dûment lu, publié, signifié et affiché au désir desdits Règlements.

Les articles 1 à 4, sont identiques aux articles 1 à 4 du [[79125_-_Cahier_de_doléances_-_Fors|cahier de Fors].

[Art. 5 et 6. — Identiques aux articles 5 et 6 de Prahecq.]

[Art. 7, 8 et 9.— Identiques aux articles 5, 6, et 7 de Fors.]

Le dixième, de demander que les cens et rentes en blés soient converties à un prix fixe en argent avec la facilité de s'en rédîmer sur le pied du capital au denier vingt, en laissant sur les objets qui en sont grevés, un léger cens pour en marquer la directe seigneurie et qu'il en soit de même pour les terrages et complants, dont la valeur en serait fixée par des experts réciproquement choisis.

Le onzième, de demander la réunion des bénéfices simples pour faire un fond suffisant pour la dotation du curé et pour soutenir des établissements de charité dans les paroisses et l'entretien de l'église.

Le douzième, de demander que tous les ordres mendiants soient supprimés, que la mendicité en général soit anéantie.

Fait et arrêté par nous dits habitants de la paroisse de Saint-Maurice-de-Mairé, assemblés à la principale porte et entrée de l'église paroissiale, ce jourd'hui premier mars 1789 et se sont ceux qui savent signer, soussignés.

(Suivent 12 signatures, celles de : Daniel Rabault, et Pierre Papinot, députés ; J. Rabault, syndic, etc.)