75110 - Paris 10ème Arrondissement

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

< Retour à Paris

10e arrondissement de Paris
L'Enclos-Saint-Laurent
75 - Blason - Paris.png
Informations
Pays Drapeau de la France    France
Région Région - Blason - Ile-de-France.png    Île-de-France
Département 75 - Blason - Paris.png    Paris (Quartiers)
Arrondissement 75 - Blason - Paris.png    20 arrondissements
Chef-lieu 75 - Blason - Paris.png    Paris
Code INSEE 75 - 1 - 24
Population 94 186 hab. (20/01/2010)
Superficie 289 hectares
Densité 32 590 hab/km²
Point culminant -
Quartiers
administratifs
- Saint-Vincent-de-Paul
- La Porte-Saint-Denis
- La Porte-Saint-Martin
- L'Hôpital-Saint-Louis
Localisation
75 - Carte administrative - Canton - Paris-10ème arrondissement.png
        Arrondissement              Chef-lieu     ?

Histoire.pngHistoire

Quartiers administratifs de l'arrondissement : L'Enclos-Saint-Laurent

Le 10e arrondissement est un quartier plutôt gris et maussade. L'animation n'est pas son atout majeur. Le 10e arrondissement dispose de deux gares : la Gare du Nord et la Gare de l'Est.

  • Saint-Vincent-de-Paul
  • La Porte-Saint-Denis
  • La Porte-Saint-Martin
  • L'Hôpital-Saint-Louis

Patrimoine.png Patrimoine bâti

  • Gare du Nord
  • Gare de l'Est
  • Canal Saint-Martin




Porte Saint Denis

Porte Saint Denis par François Blondel, 1672
Passage du Rhin à Tholus
  • Dès le Moyen-Âge une route menait à la basilique Saint Denis au nord de Paris via une porte bâtie dans l'enceinte. C'est par cette porte que les rois se présentaient devant Paris pour une entrée majestueuse.
  • Entre 1668 et 1775, Louis XIV fait raser l'enceinte construite sous Charles V pour en faire un large boulevard, et décide d'élever deux portes triomphales pour marquer l'entrée dans la ville : la porte Saint Denis et la porte Saint Martin, donnant accès aux voies du même nom. C'était également la volonté de Colbert de séparer la ville des faubourgs.
Porte Saint Denis (Musée Carnavalet)
  • La porte Saint Denis est construite en 1672 par l'architecte François Blondel (1618-1686). C'est un arc de triomphe, inspiré de l'arc de Titus à Rome, pour célébrer les victoires de Louis XIV en Hollande (le passage du Rhin et la prise de Maastricht) face aux Provinces unies. Tel un nouvel Alexandre Le Grand, le roi ne se contente pas d'imiter les Anciens, il les surpasse par la dimension des arcs de triomphe édifiés en son honneur.
  • Haut de 25 mètres sur 25 mètres de large, L'arc reprend les ornements classiques de l'Antiquité mêlant obélisques et pyramides, posés sur des piédestaux comme la colonne Trajan, les sculptures ont été réalisées par François Girardon (1628-1715) et les bas-reliefs taillés par Michel Anguier (1612-1686).
  • Au sommet de l'édifice, la dédicace Ludovico Magno (à Louis Le Grand) est une allusion plus ou moins discrète au roi, ainsi que les deux obélisques de chaque côté de l'arc, symboles victorieux qui commémorent le passage du Rhin par Louis XIV (côté ville) et la frise supérieure symbolisant la victoire à Maastricht (côté faubourg).
Inscription latine sous
le Rhin vaincu
  • Les pyramides sont coiffées de globes terrestres couronnés et ornés de trois fleurs de lys. Du côté sud (côté ville) les arbres de gloire arborent des casques, cuirasses, armes, drapeaux et dépouilles de lion ; à sa base, du côté gauche, une femme, figure allégorique de la Hollande au désespoir, blessée et flanquée d'un lion blessé écrasant de sa patte une épée et sept flèches brisées symbolisant les sept Provinces Unies vaincues ; du côté gauche, le Dieu fleuve représentant le Rhin dompté tenant un gouvernail. Une plaque sur le piédestal indique (en latin) : "Parce que en à peine soixante jours, il a franchi le Rhin, le Waal, la Meuse et l'Ussel ; conquis trois provinces, pris quarante places fortes".
  • Du côté nord, des palmiers sont mis en exergue dans la pyramide, au milieu de casques, armures et drapeaux.
  • Les bas reliefs supérieurs représentent le passage du Rhin à Tholus côté sud, et côté nord, le siège de Maastricht.
Les Trois Glorieuses juillet 1830 (Musée Carnavalet)
  • Le 25 juillet 1830, réagissant à l'affirmation de l'opposition aux élections, Charles X prend quatre ordonnances, dont l'une suspend la liberté de la presse. Les journalistes libéraux refusent de s'y soumettre. Leur réaction est à l'origine de la révolution des Trois Glorieuses (27, 28 et 29 juillet 1830) . Réunis dans les bureaux du National (rue Saint Marc, 2ème), 44 rédacteurs signent une protestation collective. la tension augmente à partir du 27 juillet lorsque sont saisies les presses des journaux Le National et Le Temps qui avaient publié cette protestation. Paris est le théâtre de deux jours et demi de manifestations et de combats.
Les Trois Glorieuses 1830 (Musée Carnavalet)
  • L'idée force mobilisatrice des révolutionnaires (en majorité des artisans, ouvriers et petits commerçants, habitant le centre ville et les faubourgs du nord et de l'est parisien, sans oublier les étudiants) est la Liberté. 1830 constitue une césure majeure dans l'histoire parisienne. Des actions politiques aux barricades et combats de rue, des pétitions collectives aux gardes civiques, émergent des idées politiques, des mythes et des figures de héros diffusés dans toute l'Europe.

La porte Saint Denis est classée au Monuments Historiques depuis le 1862 : [1]


Porte Saint Martin

Porte Saint Martin, par Pierre Bullet 1674
  • La porte Saint Martin doit son nom au prieuré Saint Martin des Champs situé à proximité.
  • Elle est située à quelques mètres de la porte Saint Denis, sur les anciennes fortifications rasées par Louis XIV, entre 1668 et 1675, pour en faire un grand boulevard. Elle fut édifiée deux ans après la porte Saint Denis, en 1674.
Porte Saint Martin, eau-forte d'Adam Perelle 1674 (Musée Carnavalet)
  • L'architecte Pierre Bullet (1639-1716), élève de François Blondel, dessina l'arc de triomphe, de 18 mètres de haut, percé de trois portes : une de 5 mètres au centre et deux latérales de 2.3 mètres pour le passage des piétons.
Inscription latine à la gloire de Louis XIV
  • Sur l'attique, une inscription latine à la gloire de Louis XIV, LUDOVICO MAGNO (Louis Le Grand) "À Louis le Grand pour avoir pris deux fois Besançon et la Franche-Comté, et vaincu les armées allemande, espagnole et batave, le prévôt des marchands et échevins de Paris".
  • Au-dessus de chaque petite porte, les écoinçons portent des allégories en bas-relief représentant :
- Côté sud :
- La rupture de la Triple Alliance par Étienne Le Hongre, présentant Louis XIV en Hercule à demi nu portant une massue et foulant aux pieds Achéloos ;
- La prise de Besançon par Martin van den Bogaert, montrant Louis XIV surmonté d'une Renommée, devant un palmier et un olivier, et recevant les clefs d'une femme posant le genou à terre :
- Côté nord :
- La prise du Limbourg par Pierre Legros, symbolisée par une femme assise près d'un lion couché ;
- La défaite des Allemands par Gaspard Marsy représentant Louis XIV portant l'écu de France et repoussant l'aigle germanique en protégeant une femme et un vieillard:
.

La porte Saint Martin est classée aux Monuments Historiques depuis 1862 : [2].



Caserne Vérines

Caserne Vérines, place de la République
Portail Caserne Vérines 1854
  • Cette imposante bâtisse, place de la République (anciennement place du Château-d'Eau) a été voulue par Napoléon III pour regrouper les forces de l'ordre dans le nord-est de la ville en cas d'émeute, et par le baron Haussmann pour poursuivre l'embellissement de la capitale.
  • La caserne a d'abord porté le nom de Caserne du Château-d'Eau puisqu'elle donnait sur la place du même nom. Par contre les autorités l'appellent Caserne du prince Eugène , en souvenir du prince Eugène de Beauharnais (1781-1824), beau-fils de Napoléon Ier, vainqueur des batailles de la Raab et de Wagram.
  • L'architecte Degrove érige la caserne en 1854 à l'emplacement du Diorama construit par Daguerre (1787-1851), pionnier de la photographie. Elle était prévue à l'origine pour regrouper 3500 hommes.
  • Le 4 septembre 1870, à la chute du Second Empire, la foule fait disparaître les aigles et les attributs de la façade et du fronton. Ce n'est qu'en 1891 qu'une tête monumentale de la République apparaîtra dans le fronton, entourée d'attributs guerriers : casques, cuirasses et glaives.
  • En juin 1940, les Allemands occupent la caserne placée sous les ordres du commandant Vérines, chef d'escadron du 3ème bataillon de la Garde. Le bâtiment intéresse l'armée d'occupation pour la capacité de son casernement mais surtout pour ses installations en sous-sol comprenant un poste de commandement de la défense aérienne du territoire couvrant notamment la défense aérienne de Paris. Une centaine de soldats allemands occupent les lieux.
Plaque commémorative Jean Vérines
  • Dès août 1940, le commandant Jean Vérines s'engage dans l'un des tout premiers réseaux de résistance, le réseau Saint-Jacques. Considéré comme un terroriste, il est arrêté à son bureau le 10 octobre 1941, interné et torturé à Fresnes avant sa déportation en Allemagne, pour être fusillé à Cologne le 20 octobre 1943. La caserne porte le nom du commandant Vérines depuis le 20 novembre 1947.
  • Depuis 1947, elle accueille la Garde Républicaine..




Ancienne prison Saint Lazare

Pictos recherche.png Article détaillé : Voir la page dédiée

Salles de spectacles

  • Théâtre du Gymnase Marie-Paul Bell, 38 boulevard de Bonne Nouvelle
  • Théâtre de la Renaissance, 20 boulevard Saint Martin
  • Théâtre de la Porte Saint Martin, 18 boulevard Saint Martin
  • Théâtre Antoine, 14 boulevard de Strasbourg
  • Théâtre Libre, Le Comédia, 4 boulevard de Strasbourg (ex café-concert en 1920, et Comédia en 2000)
  • La Scala, 13 boulevard de Strasbourg
  • Alhambra théâtre music-hall show, 21 rue Yves Toudic
  • Théâtre des Bouffes du Nord, 37 bis boulevard de la Chapelle
  • Palais des Glaces, 37 rue du Faubourg du Temple
  • Le Splendid, 48 rue du Faubourg Saint Martin
  • Le Comedy-Club, 42 boulevard de Bonne Nouvelle
  • L'Archipel, 17 boulevard de Strasbourg
  • Laurette théâtre, 36 rue Bichat
  • Théâtre La Boussole, 29 rue de Dunkerque




Espaces verts

  • Square Alban Satragne, 11 square Alban Satragne
Jardin Alban Satragne
Fontaine mosaïque de Jean Luc Giraud 1990
la chapelle Saint Lazare est sous bâche
  • Depuis son aménagement en 2020, ce jardin offre une perspective dégagée et symétrique, dite à la française, sur la chapelle Saint Lazare et son parvis surélevé. L'allée centrale et piétonnière invite à la promenade autour des deux bassins et de la fontaine en mosaïque de Jean Luc Giraud installée depuis 1990. Tout autour et aux entrées, se déploient, dessinant un écrin, des bosquets arbustifs et des alignements d'arbres apportant fraîcheur et ombrage.
  • Faisant partie de l'ancien et vaste enclos Saint Lazare, l'histoire du jardin est étroitement liée à celle de la médiathèque Françoise Sagan ouverte en 2015.
  • le jardin porte le nom d'Alban Satragne, conseiller municipal de l'arrondissement entre 1937 et 1954.


  • Jardin Villemin, 14 rue des Récollets
  • Square Amadou Hampaté-Bâ, 19 rue Boy Zelenski
  • Square Aristide Cavaillé-Coll, place Franz Liszt
  • Jardin de la rue du Châlet, 18 rue du Châlet
  • Square Frédérick Lemaître, 35 quai de Jemmapes
  • Square Eugène Varlin, 150 quai de Jemmapes
  • Square Henri Christiné, 151 quai de Jemmapes
  • Jardin de l'Hôpital Saint Louis, 1 avenue Claude Vellefaux
  • Square Juliette Dodu, rue Juliette Dodu
  • Square Madeleine Tribolati (ex Robert Blache), 6 rue Monseigneur Rodhain
  • Jardin Marielle Franco, rue d'Alsace
  • Square des Récollets, 86 quai de Valmy
  • Square Saint Laurent, 68 boulevard de Magenta
  • Jardin Yilmaz Güney, 27 rue de l'Échiquier


Les lieux de Culte du 10ème Arrondissement

Pictos recherche.pngLieux de Culte du 10ème Arrondissement

Mairie du 10e

Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
75110 - Paris Mairie du X è .JPG

Mairie
Adresse : -

Tél : - Fax :

Courriel : [mailto: Contact]

Site internet : [ Site officiel]

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Nom_du_site (Septembre 2015)


  • Adresse :
72 rue du Faubourg Saint-Martin
75475 Paris Cedex 10
Standard : 01 53 72 10 10
  • Horaires :
Lundi, mardi, mercredi et Vendredi : 8h30 à 17h
Jeudi : 8h30 à 19h30
Samedi : 9h à 12h30 (état civil uniquement)
Site : http://www.mairie10.paris.fr/

Les maires d'arrondissement

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Rémi FERAUD 2008 - 2017  
Alexandra CORDEBARD 2017 - (2026) Succède en juin 2017 à Rémi Féraud, élu sénateur de Paris. - Réélue en 2020  
- -  

Démographie.png Démographie

Année 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 - - -
Population 113 372 94 046 86 970 90 083 89 612 92 082 94 321 - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Source : INSEE INSEE, 2006 & 2008


En photos

Photos

Cartes Postales


Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Les arrondissements de Paris

1er  |  2e  |  3e  |  4e  |  5e  |  6e  |  7e  |  8e  |  9e  |  10e  |  11e  |  12e  |  13e  |  14e  |  15e  |  16e  |  17e  |  18e  |  19e  |  20e


Référence.png Notes et références



Blason de Paris
Portail de Paris
Blason de la région Île-de-France
Portail de la région Île-de-France