69123 - Chapelle inachevée de Loyasse

Retour édifices religieux de Lyon

Chapelle localisée : 58 Rue Roger Radisson 69005 Lyon

Local attente Cimetière Loyasse - Photo J-P GALICHON
69123 - Chapelle de Loyasse plan .jpg


Histoire.pngHistorique

Source : Direction des cimetières de Lyon par le Guichet du savoir[1].
Cette chapelle date de 1870 où « l’Association pour le soulagement des âmes du purgatoire » demande à la Ville de Lyon l’attribution d’une parcelle devant l’entrée du cimetière de Loyasse pour créer un lieu de culte et de prières.
La Ville de Lyon accepte par délibération du 24 juin 1870 de concéder un terrain d’environ 300 m², qui lui appartient, situé dans le virage de la rue entre les deux cimetières de Loyasse, afin d’y élever une chapelle destinée « aux prieurs et aux offices des morts ».
Il est prévu que ce terrain reste la propriété de la Ville de Lyon, et que l’association s’engage à faire établir sous la nef de l’édifice une crypte pouvant servir de caveau provisoire.
Le financement sera assuré par cette association et la Ville ne participera pas, même sous forme de subventions.
L’architecte choisi pour cette construction par cette association proche de l’archevêché était BOSSAN , cf. le plan
Après les événements de 1870, cette décisions est annulée le 01.04.1871 et la Ville reprend le terrain. L’association revient à la charge et le 16.01.1874, une nouvelle délibération lui concède 458m² cette fois-ci, mais dans les mêmes conditions qu’en 1870 (ville propriétaire, pas de subventions, un caveau provisoire dans la crypte..).
Le 20 mai 1875 une autorisation préfectorale de voirie est accordée à Monsieur CLEMENT, entrepreneur, pour débuter les travaux, qui vont s’arrêter faute de fonds.
Une nouvelle demande pour reprendre les travaux est présentée en 1885 mais la Ville refuse, la chapelle restera dès lors inachevée.
Après la loi de 1905 et de 1908, la ville n’ayant plus à participer à l’exercice de droits de cultes dans des bâtiments municipaux, il est décidé par le service travaux et l’adjoint en charge des cimetières en 1910, de transformer cette chapelle non achevée en caveau provisoire au rez-de-chaussée en lieu et place d’un autre caveau très dangereux dans ce même site, et l’étage sera affecté au personnel et à une salle d’autopsie (jamais utilisée en fait).

Référence.png Notes et références