69072 - Dardilly

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Retour

Dardilly
Blason de Dardilly
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 69 - Blason - Rhône.png    Rhône
Métropole Blason Lyon-69123.png   69 M   Métropole de Lyon
Canton Blason Écully-69081.png   69-52   Écully (Ancien canton)
Code INSEE 69072
Code postal 69570
Population 8 675 habitants (2018)
Nom des habitants Dardillois, Dardilloises
Superficie 1 399 hectares
Densité 620.09 hab./km²
Altitude Mini : 240 m
Point culminant 375 m (Fort du Paillet)
Coordonnées
géographiques
45.806388° / 4.753611° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
69072 - Dardilly carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Bref historique

Première citation de Dardilly au Xe siècle sur le cartulaire d'Ainay où l'abbaye possédait plusieurs terres[1].

Seconde Guerre mondiale

  • Vers 20h30 le 20 avril 1944, deux automobiles pilotées par des hommes revêtus de l'uniforme de l'armée d'occupation amènent au lieu-dit Daudin (ou Dodin), 6 personnes âgées de 25 à 35 ans et les abattent à la mitraillette. Victimes et auteurs non identifiés par la gendarmerie.

Les victimes sont :

- Moïse CHEMLA. Arrêté le 19 avril 1944 à Lyon. Algérien âgé de 40 ans, manœuvre, résistant. Son épouse et ses 5 enfants furent arrêtés à Lyon le 8 juillet et déportés. Seule la fille ainée Louise survécut.
- Émile PICOTIN. Arrêté à Lyon en janvier 1944. Agé de 38 ans, employé. Il ne semble pas qu'il ait été résistant.
- Pascal TANZILLI. Arrêté à une date et en un lieu inconnu. Italien âgé de 32 ans. Semble être une victime civile.
- Trois autres hommes non identifiés[2].

Histoire des deux églises

C'est en 1846 que les habitants envisagèrent la construction d'une nouvelle église. Deux projets furent élaborés et à partir de ce moment la « Guerre des clochers » est déclenchée.

D'un coté, le curé et « la fabrique » proposent soit d'agrandir l'ancienne église Saint-Pancrace soit de construire un nouvel édifice à la place de l'ancien. D'un autre côté, un membre du conseil de fabrique, Barthélemy COINDRE, et la population du nord de la commune propose la construction d'une nouvelle église proche des hameaux du nord. La municipalité de François MADINIER adopte le projet des gens du nord et en informe le préfet le 3 mai 1846. Le changement de municipalité (HENRY remplace MADINIER) retarde l'étude du projet mais, en 1847, la nouvelle municipalité confirme la décision du maire précédent malgré les protestations des « gens du bas ». De son côté, la fabrique abandonne son projet d'agrandissement et se consacre au soutient du projet d'une nouvelle construction à la place de l'ancien édifice.

La révolution de 1848 et le changement de curé à Dardilly entraînent le gel temporaire des projets. Le 26 décembre, le préfet informe le maire que le gouvernement souhaite que seule une église soit construite. La nouvelle municipalité dirigée par Antoine VINCENT adopte le projet soutenu par « la fabrique » d'une nouvelle église dans le bourg. Les trois conseillers du nord refusent de signer la délibération du conseil municipal.

En 1851, des propriétaires fortunés du nord décident le 12 mai de lancer la construction sur leurs deniers propres d'une église proche des hameaux du nord. Notons que cette décision fut prise le jour de la Saint-Pancrace, jour de la fête patronale de Dardilly. En réaction, le 18 mai, le conseil municipal vote l'augmentation de « centimes additionnels » pendant une durée de dix ans pour financer l'église du bourg. Le projet de la nouvelle église du bas fut définitivement lancé le 21 septembre 1851 après l'enquête de « Commodo et incommodo », malgré l'opposition des conseillers et des habitants du nord. L'autorisation gouvernementale fut délivrée le 12 janvier 1852.

L'église Saint-Claude

L'édifice des hameaux du nord fut achevé en deux ans, à l'exception du carrelage et de l'escalier d'entrée qui furent construits en 1862. Le 13 mars 1853, le vicaire général bénit la nouvelle église Saint-Claude, sous le vocable patron d'après le donateur du terrain Claude DAMEZ. Le clocher fut pourvu de trois cloches en 1855 et d'une horloge en 1873 comme le nouvel édifice Saint-Pancrace. La paroisse Saint-Claude fut officiellement créée comme « succursale paroissiale » le 26 avril 1860 par un décret impérial. Cette décision entraîna le découpage de la commune en deux sections électorales.

L'église du nord étant achevé, la construction de Saint-Pancrace allait se poursuivre avec son lot de retard et de difficultés. Les aides gouvernementales furent refusées pour les années 1853, 1854, 1855 et 1858, entraînant un ralentissement et une révision du projet original en 1855 ou la longueur de celui ci fut ramené de 42,5 à 39,5 mètres.
En 1860, le maire GUILLON, avant son remplacement par COSTE le 1er août 1860, a fait voter la poursuite du prélèvement des « centimes additionnels » jusqu'en 1870 permettant ainsi aux travaux de se poursuivre.

En 1861, la quatrième et dernière travée est achevée.
En 1864, les chapiteaux sont exécutés, en 1869, le maître-autel et la chaire sont livrés, les vitraux sont achevés en 1870.

Le 22 juillet 1869, l'église est enfin consacrée par l'évêque de Belley.
En 1870, la municipalité devait faire prolonger « les centimes additionnels », mais les représentants de Barriot (hameaux du nord) ont demandé à ce moment que la section fut érigée en commune. Le 14 juillet, la municipalité confirme son opposition à la scission.
En 1872, le conseil général repousse la demande des représentants de la section du Barriot par un vote solennel. En 1875, une dernière tentative de scission eu lieu.
Les travaux se poursuivent et, en 1893, un seuil permit de raccorder l'église à la place suite à la démolition des dernières maisons qui masquaient la façade.

En 1973, l'église Saint-Pancrace est placée sous le patronage de saint Jean Marie VIANNEY.

Étymologie

Nom probablement dérivé d'un personnage gallo-romain.

Toponymie

Darciliacus (976 Petit Cartulaire d'Ainay n° 107); Darzilleu (1218, Obituaire de Saint-Paul; p 179); Dardilleu (premier quart du XIIIe siècle, Documents linguistiques du Lyonnais, CNRS, 1975 p 24); Dardilly ( 1556, AD).

Héraldique

  • D'azur au château donjonné d'une tour d'or, maçonné de sable accompagné en chef d'un lion naissant d'or à dextre et d'une croisette tréflée du même à senestre[3].

Histoire administrative

  • Département - 1801-2024 : Rhône
  • Arrondissement - 1801-2024 : Lyon
  • Canton - 1801-2000 : Limonest ---> 2000-2015 : Écully
  • Métropole - 2015-2024 : Métropole de Lyon
  • Commune - 1801-2024 : Dardilly

Résumé chronologique :

  • 1801-2000 : Canton de Limonest, Arrt. de Lyon, Dép. du Rhône
  • 2000-2015 : Canton d'Écully, Arrt. de Lyon, Dép. du Rhône
  • 2015-2024 : Métropole de Lyon, Arrt. de Lyon, Dép. du Rhône

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Jean-Marie Vianney

Église Saint-Jean-Marie Vianney
Photo J-P GALICHON
Le chœur et la nef - Photo J-P GALICHON


L'église Saint-Jean-Marie Vianney est de style néo-romane en moellons de gneiss et de grès. Des réemplois du mur du rempart ont été utilisées pour les parties basses du chevet. Des pierres de taille de Cruas ont été employées pour le portail et les éléments sculptés; le toit est en tuiles rondes sauf la flèche du clocher qui est en ardoises.
Édifice construit à partir de 1852 à la place de l'ancienne église et consacrée en 1869. C'est l'architecte BERNARD qui était en charge du projet.
L'église actuelle est à trois vaisseaux de quatre travées, précédées d'un narthex. Pour des raisons d'économie, la cinquième travée n'a pas été construite. Le bâtiment mesure 40 mètres pour une largeur de 30 mètres. Le transept saillant est prolongé de part et d'autre par une abside semi-circulaire.
Les trois cloches de l'ancienne église fondues en 1835 par CHEVALIER ont été réinstallées dans la nouvelle église en 1861 et électrifiées en 1954. La plus grosse pèse 915 kg pour un diamètre de 1,2 m et la plus petite 467 kg pour un diamètre 0,91 m.
En haut de la nef, dix bustes auréolés représentent les pères de l'église (cinq latins et cinq grecs).
L'orgue a été construit en 1870 par le facteur d'orgue GUÉDON pour Saint-Louis de La Guillotière. Il a été acheté et installé en 1949 dans la chapelle Saint-Joseph, puis déplacé dans le transept nord en 1973 par la maison Merklin. Il a été restauré en 1985 par les établissements Dunand de Villeurbanne.
L'ensemble des 41 vitraux ont été installés entre 1858 et 1869. Ils ont été réalisés par divers artistes de l'époque, dont LOBIN de Tour, THIBAUD de Riom, PAGNON de Lyon. Cinq baies ont été restaurées en 2017 par les artisans de l'entreprise Thomas Vitraux de Valence pour un budget de 18 000 €[4].
Les confessionnaux proviennent de l'ancienne église. Celui du collatéral nord date de 1846. Il a été réalisé par le menuisier COTTON[5], pour la mission de 1846. Celui du collatéral Sud a tété réalisé par le menuisier THOMAS[5].
Un bénitier de forme elliptique, provenant lui aussi de l'ancienne église date de 1683. Il est en grès rose de Dardilly. C'est le tailleur de pierre FOURNIER qui l'a réalisé (date et non figurent sur le bord).
Le coq du clocher date de 2007.
Une restauration de l'intérieur a été faite en 1973 et celle de l'extérieur en 2005.
Le tympan du portail a été sculpté par Loïc GANDREY et inauguré le 8 mai 2009.

Source[6]

Vitraux

Photos divers

Église Saint-Claude

Église Saint-Claude
Photo J-P GALICHON
La nef - Photo J-P GALICHON



Église de style néoromane suivant un plan basilical, orienté au nord, construite en moellons de calcaire pour les côtés et le chevet, en pierre de taille de Dardilly pour l'élévation antérieur et le clocher. La couverture est en tuiles mécaniques et le dôme du clocher en écailles de zinc.
Le projet a été réalisé par l'architecte FACOUZ.
Édifice avec une nef centrale et deux collatéraux de six travées précédées d'un narthex. L'abside en cul de four est percé de trois fenêtres.

Mairie

Pendant tout le XIXe siècle, la mairie école était installée dans les dépendances du presbytère, 8 à 10 chemin de la Grabotière.
La mairie actuelle a été édifiée entre 1907 et 1909 sur un terrain donné à la commune. L'architecte en charge du projet était Louis DUCLOS.
Mairie inaugurée en mai 1909.
C'est un édifice rectangulaire flanqué de deux ailes symétriques en retrait qui était à l'origine les écoles de filles et de garçon, ainsi que la résidence des instituteurs. Depuis 1970, le bâtiment est exclusivement dédié à la mairie.

Autres patrimoines

  • Fort du Paillet
  • Nombreuses croix de chemin.
  • Château de Villedieu
  • Château de la Bocadière ou Brocadière.
  • Émetteur radio de 1935.
  • Maison natale du curé d'Ars (musée) du XVIIIe siècle, située 2 chemin du Curé-d'Ars.
  • Manoir de Parsonge de la fin du XVIe siècle, inscrit aux MH[8] en 1991.
  • Monument aux morts édifié en 1922, inauguré en 1924, réalisé par les sculpteurs Félix DUMAS et Charles YRONDY, situé dans le cimetière communal.

Repère géographique.png Repères géographiques

Le ruisseau des Planches descend de la Fouillouse et reçoit, hors de la commune, le ruisseau de Serres et celui des Gorges, avant de rejoindre la Saône à Vaise.


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 300 917 1 014 935 1 027 1 074 1 281 1 296 1 301 1 243
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 294 1 293 1 212 1 135 1 141 1 506 1 148 1 108 1 067 1 038
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 982 1 014 1 125 1 235 1 359 1 312 1 565 1 731 2 010 2 743
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 4 668 6 688 7 589 8 661 8 450 8 617 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2018.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
André MARGARON - Maire en 1802  
- -  
François André MADINIER - Maire en 1835 - Une cloche fondue cette année là a comme parrain François André - Sa généalogie[9]  
François Marie MADINIER - Maire en 1842 et 1846  
- -  
Jacques Antoine COSTE - 1860 Maire en 1856 - Notaire  
Jean Claude GUILLON 1860 - Maire en 1869  
- -  
Joseph TRARIEUX 1879 - 1889 Source[10]  
- -  
Joseph BLAIN 1904 - 1908 Agriculteur.  
Jean Marie PRADEL 1908 - 1929  
- -  
Henri LACOMBE 1953 - 1971 Né le 14/05/1904 à Lyon (Rhône), décédé le 06/07/1972 à Saint-Genis-Laval (Rhône). Agriculteur, député (1951-1955)[11].  
André VIALLE 1971 - 1989  
Bernard THOMAS 1989 - 1990 Né le 03/01/1929 à Lyon (Rhône), décédé le 15/02/2012 à Lyon.  
Daniel Le MAIRE 1990 - 1995  
Michèle VULLIEN 1995 - 2017 Née le 18/01/1944. Sénatrice du Rhône (2017-2020)[12] - Conseillère générale du canton d'Écully (2001-2008).  
Rose-France FOURNILLON 19/10/2017 - (2026) Née le 21/09/1944.  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés de Saint Pancrace

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Flory BLANCHERY - Source[13]  
Marcelin GRANJASSE 5 mars 1607 - Source[13]  
Benoît ALAMARITE 1640 - Curé en 1658 - Source[13]  
Pierre DERVILLIERS - Source[13]  
Jean Baptiste MORANGE 25 septembre 1661 - Source[13]  
François SEGUIN 23 août 1662 - Source[13]  
Antoine QUIBLIER 15 mars 1689 - Source[13]  
André GONTIER 10 mars 1694 - Source[13]  
Jean Baptiste CHANVON - Source[13]  
Jean Baptiste BOUCHET 14 janvier 1699 - 1727 Source[13]  
Hilaire BOUCHET 23 mars 1729 - Neveu du précédent - Source[13]  
Jacques REY 26 janvier 1753 - 1789 Source[13]  
- -  
Jacques FOURNIER 1803 - Source[14]  
Jacques Étienne TILLION Novembre 1806 - Source[14]  
Claude PRADIER Avril 1823 - 1835 Source[14] - Décès  
Joseph Alexandre PEYRARD Septembre 1835 - Source[14]  
Jean François VINDRIER Juillet 1849 - Source[14]  
Jean Baptiste MÉCHIN Février 1866 - Source[14] - Donateur du vitrail de Saint-Michel Archange  
Benoît Camille VERRIÈRE - Source[14]  
Auguste Marie BONNARDET Juin 1878 - Source[14]  
Pierre Louis VIGNON Septembre 1879 - Source[14]  
François GUILLOT 1886 - 1897 (1842 - 1917 - Curé à l'église Saint-Pancrace - Puis curé de Saint-Charles de Serin (Lyon)  
Antoine Marie DURAND Janvier 1897 - 1903 Source[14]  
Jean Claude JARICOT 1903 - 1924 (1855 - 1927) - Curé à l'église Saint-Pancrace  
Joseph ÉPALLE 1924 - 1927 Puis curé à la Tour-en-Jarez  
Eugène RICHARDIONE 1927 - 1935  
Jean CHOMIER 1935 -  
- -  

Les curés de Saint Jean-Marie Vianney (depuis 1973)

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés de Saint-Claude

  • La paroisse Saint-Claude fut officiellement créer par un décret impérial comme « succursale paroissiale » le 26 avril 1860.

Prénom(s) NOM Période Observations
Jean VALLA Juin 1856 - 1863 Source[15]  
Louis BAYON Octobre 1863 - Source[15]  
Pierre Marie JOURDAN Mars 1882 - 1893 Source[15] - Puis curé de Givors-Canal [16]  
Jean CHAVANNE Juillet 1893 - 1902 Puis curé auxiliaire de Thurins  
Joseph GROS 1902- (1856 - 1937)  
BESSON 1907 -  
- -  
Vincent MICOLLIER 1915 - 1916 (1858 - 1916) - Ex curé de Chambost-Allières  
- -  
Léopold MOUSNIER 1919 - 1921 Puis curé de Châtelus  
- -  
Jean Claude PERRICHON 1928 - Ex curé de La saulaie  
Laurent COLIN 1934 -  
- -  
- -  


Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Naissances :

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts




Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur le monument aux morts ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 30 8 h 30 - 12 h - 9 h - 12 h * -
Après-midi 13 h 30 - 17 h 30 13 h 30 - 17 h 30 - 13 h 30 - 17 h 30 13 h 30 - 17 h 30 - -
69072 - Dardilly Mairie.jpg

Mairie
Adresse : 1, place Bayère - 69574 DARDILLY

Tél : 04 78 66 14 50 - Fax : 04 78 47 58 76

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : * Accueil ouvert le samedi matin uniquement sur rendez-vous pour l'état civil et fermé les trois premiers samedis du mois d'août.

Source : L'annuaire Service Public & Mairie (Juillet 2023)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Une page d'histoire sur le site de la mairie
  2. Le Maitron
  3. L'armorial des villes et des villages de France
  4. Le Progrès
  5. 5,0 et 5,1 Archives paroissiales - compte de la fabrique
  6. Feuillet de présentation affiché dans l'église.
  7. La Montagne
  8. Manoir de Parsonge : Fiche Base Mérimée
  9. Geneanet
  10. Préinventaire des monuments et richesses artistiques - Département du Rhône - Dardilly - 1986 - page 21
  11. Henri LACOMBE : Assemblée Nationale - Fiche
  12. Michèle VULLIEN : Fiche Sénat
  13. 13,00 13,01 13,02 13,03 13,04 13,05 13,06 13,07 13,08 13,09 13,10 et 13,11 Les paroisses du diocèse de Lyon par l'abbé VACHET - Page 141
  14. 14,0 14,1 14,2 14,3 14,4 14,5 14,6 14,7 14,8 et 14,9 Les paroisses du diocèse de Lyon par l'abbé VACHET - Page 610
  15. 15,0 15,1 et 15,2 Les paroisses du diocèse de Lyon par l'abbé VACHET - Page 515
  16. La Semaine religieuse du diocèse de Lyon


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.