68266 - Réguisheim

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Retour

Réguisheim
Blason d'Réguisheim
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole -
Canton Blason Ensisheim-68082.png   68-06   Ensisheim

Blason Ensisheim-68082.png   68-06   Ensisheim (Ancien canton)

Code INSEE 68266
Code postal 68890
Population 1 942 habitants (2018)
Nom des habitants Réguisheimois, Réguisheimoises
Superficie 2 387 hectares
Densité 81.36 hab./km²
Altitude Mini : 209 m
Point culminant 219 m
Coordonnées
géographiques
47.897222° / 7.355833° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68266 - Réguisheim carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • Le territoire est déjà l'objet d'une présence humaine au néolithique, comme le prouvent des traces d'occupation au Bronze final et des traces d'habitat au Hallstatt ancien. Ces présences sont peut-être liées au site rubané et à la nécropole rubanée d'Ensisheim, puisqu'elles sont localisées tout autour comme le montre une carte du secteur[1].
  • Au XIIe siècle, une église romane est édifiée. En 1250, est cité un château au lieu-dit « Kastelgraben »[2], au nord-ouest du village actuel, château vraisemblablement entouré de fossés comme l'atteste la physionomie actuelle du lieu. Ce château appartenait aux nobles de Réguisheim, famille qui s'est divisée en trois rameaux, le premier mentionné en 1236 et 1239, représenté par le « chevalier Siegfried, membre du Conseil urbain en 1265-1266 »[3]. Des nobles de « Bollwiller »[4] étaient également présents dans la cité.
  • Entre 1340 et 1347, des épidémies ravagent la région, notamment la peste noire. Cette funeste maladie « raye de la carte Sermensheim »[5], village existant depuis le IXe siècle, entre Munchhouse et Réguisheim, et où vivaient différents nobles dont on trouve des traces dans les archives. L'histoire locale prétend que seules deux ou trois personnes seraient restées en vie, auraient demandé la protection de Munchhouse, malheureusement refusée, mais auraient été généreusement accueilles par Réguisheim. Depuis, l'ancien ban communal de Sermensheim a été intégré à celui de Réguisheim, et une chapelle a été érigée en souvenir. De cette histoire découle aussi la symbolique du blason réguisheimois.
  • À partir de 1540, une communauté juive s'installe dans le village, d'autant plus importante que celle d'Ensisheim a été dissoute. « Dès 1693 »[6], une synagogue est mentionnée. Mais la communauté n'est pas très bien acceptée par les habitants de Réguisheim ; si bien qu'en février 1840 ont lieu des exactions, essentiellement sous la forme de dégâts matériels. En 1890, cette communauté est encore présente dans le village, puisque les statistiques nous donnent les chiffres suivants : 1505 habitants, dont 1395 catholiques, 7 luthériens, 103 israélites[7]. L'ossature de la synagogue existe toujours mais abrite désormais une grange ; il subsiste des vestiges d'un bain rituel.
  • En avril 1815, un détachement de trois régiments d'infanterie, s'arrête « pour la nuit »[8] dans le village, avant de rejoindre Mulhouse.
  • « En 1881 »[9], une filature de coton s'implante au bord du canal Vauban, créée par le manufacturier Jean Henry FREY (1813-1884), déjà directeur des établissements Frey & Witz à Guebwiller. Sont également construits dans le village des abattoirs et « plusieurs forges artisanales »[10].
  • En 1921, la commune se voit attribuer la Croix de guerre 1914-1918 « (J.O. du 6 novembre 1921) »[11]. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Réguisheim est libérée le 5 février par la 5e compagnie du 2/21e Régiment d'Infanterie Coloniale.

Héraldique

Gravé sur une ancienne borne
En décoration à l'entrée du village
  • D'argent à trois cœurs de gueules aboutés en pal, de tailles croissantes vers la pointe, chacun empiétant sur celui du dessous. [12]
Ou aussi : D'argent aux trois cœurs de gueules, rangés en pal, de taille décroissante du chef vers la pointe, celui du dessus empiétant sur celui du dessous.
Pictos recherche.png Article détaillé : Voir la page du blason de Réguisheim ...
  • Historique :
À l'origine, ce sont les armoiries « d'argent à un léopard rampant de sable »[13] qui avaient été attribuées arbitrairement par l'armorial.
Mais la commune a choisi d'adopter pour son blason, en 1978, un emblème qui existait depuis longtemps en rapport avec les armoiries des Bollwiller (d'azur au pal d'argent chargé de trois chevrons renversés de gueules). Pour Réguishiem, ce sera non pas des chevrons, mais des cœurs, symbolisant son hospitalité envers les trois survivants du village de Sermensheim, ravagé par la peste puis disparu.


Toponymie

Quand le village de Réguisheim est mentionné au XIIe siècle, c'est sous la forme Regenesheim.

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin, 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne), 1919-2024 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1871 : Colmar, 1871-1919 : Kreis Guebwiller, 1919-2015 : Guebwiller, 2015-2024 : Thann-Guebwiller
  • Canton - 1801-2024 : Ensisheim
  • Commune - 1801-2024 : Réguisheim (Requisheim)

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint Étienne

Tour romane

Vue d'ensemble Photo B.ohland
Détail du dernier étage
Photo B.ohland
  • La tour est élevée à la fin du XIe siècle et au début du XIIe pour servir de clocher. Dans la mouvance ottonienne du premier art roman, elle est bâtie en grès des Vosges sur la base d'une section carrée. Avec ses quatre niveaux, dont le dernier ouvert de fenêtres géminées à colonnettes, elle s'élève à 50 mètres. Un escalier « dans l'épaisseur des murs »[14] permet d'accéder aux différents niveaux
Suite à un incendie en 1300, la façade occidentale est remaniée en briques en 1313, ainsi que son porche d'accès à la salle basse qui deviendra plus tard la sacristie de l'église.
Viennent en effet s'appuyer à la tour, en 1778, le chœur et la nef d'une église, laquelle est agrandie en 1837.
Suite à ces travaux, la tour romane est fragilisée. Il est alors décidé d'en descendre les cloches pour les installer dans un premier temps sur un beffroi provisoire, en attendant la construction d'un clocher propre à l'église.
  • En décembre 1898, la tour romane est classée aux Monuments historiques[15]. Des réparations suivront dans les années 1950, puis une restauration par les Monuments historiques en 1999.


Église

Façade à l'est
Photo C.Angsthelm

La nef et le chœur de l'église sont élevées en 1778 en venant se raccorder à la façade orientale de la tour romane, sans que l'on en connaisse le maître d'œuvre. La nef est agrandie en 1837.

Un clocher baroque avec flèche est rajouté en 1888 afin d'y loger les cloches qui ont été descendues de la tour. À la même date, le porche d'entrée est retravaillé et surmonté d'un fronton triangulaire avec la date de 1888 et l'inscription latine se traduisant par : « À Dieu seul la gloire ».

Pendant la Première Guerre mondiale, deux cloches sont réquisitionnées. En 1944, la façade est détériorée et la toiture éventrée par des bombardements. Les réparations s'étalent sur la deuxième moitié du siècle, comprenant également les peintures intérieures, notamment la représentation de la Vierge sur le plafond de la nef, par le peintre Claude BERNATH.

Au début du XXIe siècle, la sacristie est rénovée. Et le curé de l'époque décide de mettre en valeur certains objets du passé tels que les canons d'autel[16] en latin, et le mécanisme de l'horloge (fabriquée en 1889 par la société UNGERER).

Mobilier :

  • C'est en 1750 que Réguisheim acquiert son premier orgue Nicolas Boulay qui fonctionna jusqu'au milieu du XIXe siècle. En 1853 elle demande à Claude Ignace Callinet la construction d'un bel instrument de trois claviers et 31 jeux, installé dans un buffet en chêne, capable de rivaliser avec celui d'Oberhergheim. L'instrument est réparé vers 1890 par J.A. BERGER, pneumatisé en 1931 et transformé en 1982 par Alfred KERN[17].
  • La chaire à prêcher (seconde moitié du XIXe) est travaillée dans un style néo-Renaissance. La cuve octogonale au revers évidé présente les Évangélistes et leurs attributs, ainsi qu'une inscription. Son auteur n'est pas connu.
  • Les vitraux, dont certains sont non figuratifs, sont l'œuvre du peintre verrier Albert GERRER.



Croix de chemin et oratoire des champs

À l'intersection du chemin des champs et de la D47
Sur le chemin des champs
  • Cette croix a été taillée et sculptée dans du grès, en 1863, par le sculpteur Barta.
Le socle rehaussé d'un Golgotha sert de piédestal à une croix avec médaillon ovale et grand Christ traité en ronde-bosse.
Une inscription en allemand sur le piédestal nous apprend que ce petit édifice a été commandité par Georges HASSENFORDER et Catherine FLEITH.
dans le médaillon du fût, figure une inscription d'indulgence.


  • Le petit oratoire se trouve au lieu-dit "Eselaecker".
Une pierre au-dessus de l'entrée porte la date de 1869, un œil de Jehovah, et les initiales HD, MA, TH.


Chapelle oratoire en souvenir de Sermensheim

À proximité du giratoire sur les D2b / D47

Cette chapelle a été construite en 1871, en souvenir du village de Sermensheim ravagé par la peste en 1604 ; l'emplacement exact du village étant marqué par une grande croix, en plein champ, en direction de Munchhouse.

La chapelle, détériorée pendant la Seconde Guerre mondiale, a été rénovée en 1959.

En 2004, elle est déplacée lors des travaux de confection du giratoire, puis inaugurée en 2005.

Autre patrimoine

  • La maison du maréchal-ferrant, rue d'Hirtzfelden, porte les dates de 1746 et 1877.
  • La maison aux dîmes, mentionnée en tant que cour colongère au Moyen Âge, est située aux n° 42 et 44 de la Grand-Rue. Composée de deux parcelles et deux logis, ainsi que d'une cour avec grange, elle porte la date de 1832 sur le puits et de 1833 sur un pilier.
  • L'ancien corps de garde, rue du Sellier, datant de la seconde période du XIXe siècle, est devenu le local des pompiers.
  • Le presbytère, de la même période, comporte un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un toit à longs pans avec croupe.
  • La filature de coton, rue de Munchhouse, avait été établie le long du canal Vauban, en 1866, par l'ingénieur Jung. Les bâtiments avec ateliers et l'usine ont été démolis en 1939 et 1950. Les logements du contremaître et des ouvriers ont été remaniés au fil du temps par leurs nouveaux propriétaires.


Repère géographique.png Repères géographiques

Réguisheim est situé dans la plaine alluviale du Rhin, dans la partie septentrionale de la forêt de la Hardt, au nord de Mulhouse et au sud de Colmar.

Le village ancien s'est établi sur la rive orientale de la rivière l'Ill, puis il s'est agrandi par la suite sur l'autre rive.

Le ban communal comprend une grande partie de terres agricoles et une petite zone de forêt à l'est et à l'ouest. En plus de l'Ill, il est irrigué par le canal Vauban et la Vieille-Thur.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 166 1 261 1 354 1 485 1 878 2 090 2 089 2 209 2 132 2 088
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 145 2 048 1 975 1 740 1 631 1 643 1 676 1 621 1 582 1 505
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 477 1 465 1 486 1 472 1 356 1 266 1 279 1 273 1 239 1 304
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 612 1 536 1 660 1 741 1 802 1 847 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2018.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Georges HASSENFORDER 1790 - 1795  
Étienne HASSENFORDER 1795 - 1799 Né en 1749 - Bourgeois et maître d'école - Décédé en 1826  
Nicolas BRAUN 1799 - 1813 Né en 1764  
André WEHEKIND 1813 - 1816 Né en 1775  
François Xavier WEISS 1816 - 1819 Né en 1760 - Bourgeois et cultivateur  
Étienne HASSENFORDER 1819 - 1830  
André WEHEKINDT -  
Georges MEYER 1835 - 1837  
François Xavier WEISS 1837 - 1851  
Nicolas BRAUN 1851 - 1859 Fils du précédent - Né en 1801 - Décédé en 1859  
Jean-Baptiste GANTER 1860 - 1864 Né en 1794 - Cultivateur et maréchal-ferrant - D'abord adjoint au maire  
François Antoine GANTER 1864 - 1881  
Paul SIFFERT 1881 - 1891 Né en 1819 - Ébéniste  
- -  
Eugène KUNTZELMANN 1922 - 1929 Né en 1869 - Décédé en 1949  
- -  
Joseph Jules Henri HEYMANN 1935 - 1945 Né en 1883 - Décédé en 1965  
- -  
- -  
Léon HAEFFLINGER 1970 - 1983 Né en 1920 - Décédé en 2009  
Alfred KLEIN 1983 - 2001  
Bernard HOEGY 2001 - 2020  
Frank PAULUS 2020 - (2026)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
François Xavier BURGLIN 1795 - 1803 D'abord curé constitutionnel à Ammerschwihr - Sera ensuite à Éguisheim  
Sébastien WEINZAEPFEL 1803 - 1834 Dominicain - Né en 1760 - Décédé en 1834  
Georges LAEMLIN 1834 - 1859 Précédemment à Oberentzen - Décédé en 1859  
François Joseph BOCKEL 1859 - 1865 Né en 1808 - Auparavant curé à Bischwihr - Décédé en 1888  
François Joseph HAEGY 1865 - 1872 Né en 1822 - Auparavant curé à Oberbruck  
Adolphe BUCHER 1872 - 1882 Né en 1827 - Auparavant curé à Andolsheim - Sera ensuite à Fellering - Décédé en 1884  
Michel HILTENFINK 1882 - 1892 Auparavant curé à Attenschwiller - Décédé en 1901  
Jean SCHRAPP 1892 - 1899 Auparavant curé à Richwiller - Décédé en 1899  
Louis ZIEGLER 1899 - 1908 Auparavant curé à Manspach - Sera ensuite à Blotzheim  
Émile WEBER 1908 - 1917 Auparavant curé à Rixheim - Décédé en 1918  
Alphonse STUCK 1908 - 1917 Né en 1871 - Décédé en 1930  
- -  
Pierre WANNER 1988 - 1997  
- -  
Bruno FEUERSTEIN 2001 - 2006  
Bernard MUNSCH 2006 - 2008  
Jean-Paul GASCHY 2008 - 2018  
- -  

Liste des titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Joseph KAEPPELIN 20 juillet 1864 9 juillet 1951 Sous-lieutenant territorial - Chevalier en 1916 : Son dossier  
Ernest Nathan WEILL 25 octobre 1865 2 juin 1947 Grand rabbin de Colmar - Chevalier en 1929 : Son dossier  
François Joseph GANTER 7 août 1833 30 septembre 1898 Capitaine d'infanterie - Chevalier en 1881 : Son dossier  
Joseph HASSENFORDER 10 avril 1862 Interprète de première classe - Chevalier en 1921 : Son dossier  
André BARTH 11 août 1762 3 mai 1844 garde d'artillerie - Chevalier en 1807 : Son dossier  
Henri LEVY 31 janvier 1865 - Industriel à Besançon - Chevalier en 1930 : Son dossier  
Xavier FREY 22 mars 1821 - Gardien de batterie - Chevalier en 1869 : Son dossier  
Jean-Georges BIRR 8 juin 1822 1865 Caporal - Chevalier en 1848 : Son dossier  
André SELTZ 19 mai 1831 30 juillet 1887 Artificier - Chevalier en 1861 : Son dossier  
Joseph SELTZ 16 janvier 1872 - Lieutenant d'infanterie - Chevalier en 1921 : Son dossier  
François KELLER 10 mai 1829 20 mars 1892 Sergent - Chevalier en 1875 : Son dossier  

Personnalités liées à la commune

Plaque apposée sur un mur latéral de la mairie
  • René BIRR :
Né ici en 1922 et décédé le 1er juin 1943. Héros de la jeunesse alsacienne - Torturé et assassiné par les Nazis à l'âge de 20 ans;


Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts

Émigration

Émigration en Algérie

Pictos recherche.png Article détaillé : Émigration en Algérie

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 10h - 12h - 10h - 12h 10h - 12h 8h - 12h - -
Après-midi 16h - 18h 16h - 18h 16h - 18h 16h - 18h 14h - 16h - -
68266 - Réguisheim Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 40, Grand’rue - 68890 RÉGUISHEIM

Tél : 03 89 81 02 50 - Fax : 03 89 26 44 13

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public (Décembre 2016)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Collectif d'auteurs, Ensisheim, un voyage dans le temps, collection "mémoires de vie", Strasbourg, Éditions Carré Blanc, 2016, 248 pages, ISBN 2-84488-183-1
  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  • Gilbert POINSOT, Alain HAUSS, Olivia LIND, Michèle SCHNEIDER-BARDOUT, Canton d'Ensisheim, Haut Rhin, images du patrimoine, collection "L'Inventaire", Illkirch, Le Verger éditeur, 1990, 72 pages, ISBN 2-908367-19-X
  • KAUFFMANN Marie-Madeleine et ALBARRACIN Christiane, Munchhouse, une petite histoire dans la grande, Mulhouse, Journal des ménagères, 2003, 240 pages, ISSN 0908 K 83551
  • Collectif d'auteurs, Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 13, La Petite Imprimerie, Riquewihr, 2000, 124 pages, ISSN 0990-6894

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Page 19, in Collectif d'auteurs, Ensisheim, un voyage dans le temps, collection "mémoires de vie", Strasbourg, Éditions Carré Blanc, 2016, 248 pages, ISBN 2-84488-183-1
  2. Gilbert POINSOT, Alain HAUSS, Olivia LIND, Michèle SCHNEIDER-BARDOUT, Canton d'Ensisheim, Haut Rhin, images du patrimoine, collection "L'Inventaire", Illkirch, Le Verger éditeur, 1990, 72 pages, ISBN 2-908367-19-X
  3. Nobles de Réguisheim, Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace
  4. Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  5. KAUFFMANN Marie-Madeleine et ALBARRACIN Christiane, Munchhouse, une petite histoire dans la grande, Mulhouse, Journal des ménagères, 2003, 240 pages, ISSN 0908 K 83551
  6. Collectif d'auteurs, Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 13, La Petite Imprimerie, Riquewihr, 2000, 124 pages, ISSN 0990-6894
  7. Tableau donné par Günter BOLL et Denis INGOLD, dans leur article intitulé "Une pierre dans un berceau vide", in Collectif d'auteurs, Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 13, La Petite Imprimerie, Riquewihr, 2000, 124 pages, ISSN 0990-6894
  8. Réguisheim 1815, Charte d'Histoire vivante
  9. Jean Henry FREY
  10. Gilbert POINSOT, Alain HAUSS, Olivia LIND, Michèle SCHNEIDER-BARDOUT, Canton d'Ensisheim, Haut Rhin, images du patrimoine, collection "L'Inventaire", Illkirch, Le Verger éditeur, 1990, 72 pages, ISBN 2-908367-19-X
  11. Archives départementales du Haut-Rhin, armoiries des communes
  12. L'armorial des villes et des villages de France
  13. Archives départementales du Haut-Rhin, armoiries des communes
  14. Gilbert POINSOT, Alain HAUSS, Olivia LIND, Michèle SCHNEIDER-BARDOUT, Canton d'Ensisheim, Haut Rhin, images du patrimoine, collection "L'Inventaire", Illkirch, Le Verger éditeur, 1990, 72 pages, ISBN 2-908367-19-X
  15. Base Mérimée, église Saint-Étienne
  16. Objets liturgiques du culte catholique, les canons d'autel sont des recueils de texte en latin, rédigés sur des panneaux décoratifs, que les prêtres pouvaient installer entre l'autel et le tabernacle, afin que le célébrant puisse s'y référer en cas de trou de mémoire.
  17. Les Kern, facteurs d'orgues