68105 - Gildwiller

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Retour

Gildwiller
Gildwiller.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole
Canton Blason en attente.png   68-09   Masevaux

Dannemarie.png   68-05   Dannemarie (Ancien canton)

Code INSEE 68105
Code postal 68210
Population 265 habitants (2018)
Nom des habitants Gildwillerois, Gildwilleroises
Superficie 502 hectares
Densité 52.79 hab./km²
Altitude 295 m
Point culminant 357 m
Coordonnées
géographiques
47.689444° / 7.134167° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68105 - Gildwiller carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • La partie haute du ban communal, c'est à dire la colline du Sternenberg qui prendra plus tard le nom de Gildwiller-le-Mont, est un lieu de pèlerinage dès la christianisation en France.
Les premières mentions écrites apparaissent en 728, « dans les documents de l'abbaye de Murbach »[1] et en 735 sous une autre dénomination (voir section Toponymie). Le hameau fait alors partie du comté de Ferrette.
  • Au XIIe siècle, après la mort de saint Morand, prieur d'Altkirch qui venait chaque vendredi à Gildwiller-le-Mont, le pèlerinage s'intensifie.
À partir de 1324, le village passe aux mains des Habsbourg, jusqu'en 1648, date du traité de Westphalie.
Une mairie-école se construit en 1850. L'ancienne école du Mont (du XVIIe) deviendra par la suite une salle du pèlerin.
  • Lors de la Première Guerre mondiale, l'État-Major s'installe sur le Mont. Afin de pouvoir approvisionner les troupes, une voie ferrée est installée : il s'agit d'une voie « à écartement de 60 cm »[2], facile à monter, et reliant Mortzwiller à Dannemarie où elle rejoint le véritable réseau de chemin de fer .
En 1914, le clocher de l'église est volontairement incendié par les Français pour éviter d'être un point de repère facilement attaquable. Néanmoins, des obus toucheront le village en 1915 et 1917. Enfin, en septembre 1918, les Américains mettant sur pied une attaque, la population est évacuée à Vesoul pour « dix semaines »[3].

Héraldique

Blason sur le monument aux morts, différent du blason officiel

« De gueules à l'église d'argent ouverte et ajourée de sable, posée sur un coupeau de sinople mouvant de la pointe, accostée de deux arbres d'or ».

Les armoiries sont créées « en 1976 »[4]. Elles font référence à l'église élevée sur la colline et devenue lieu de pèlerinage.


Remarque : sur le monument aux morts figure un blason sculpté dans le grès rose, mais il ne correspond pas aux armoiries officielles.
Cependant il pourrait évoquer la colline du Sternenberg (équivalent de "colline aux étoiles").


Toponymie

« Gyldulfoviler »[5] en 728 - « Gyldolfovilare »[6] en 735.

Gultwiller en 1793 - Giltwiller, Gildwiller en 1801 - Gildweiler pendant l'occupation allemande de 1871 à 1918.

Comme bien souvent dans ce secteur, le toponyme est composé d'un radical germanique, ici "Geldulf"[7], et du suffixe -willer, dérivé du latin "villare" et signifiant domaine, hameau, village. [8]

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin - 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne) - 1919-2024 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1871 : Belfort - 1871-1919 : Kreis Altkirch - 1919-2024 : Altkirch
  • Canton - 1801-1871 : Dannemarie - 1871-1919 : Dammerkirch (Dannemarie) - 1919-2015 : Dannemarie - 2015-2024 : Masevaux

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église de l'Épiphanie de Notre-Seigneur

Vue en contre-plongée Photo B.ohland
Baies du clocher Photo B.ohland

Historique :

  • L'église, dédiée à Notre-Dame-des-Septs-Douleurs, est construite au XIIIe siècle, accueille les pèlerins de plus en plus nombreux, et devient église-mère de différents villages. Encore de nos jours, elle accueille les habitants de Falkwiller et de Hecken. Elle subit de fortes détériorations lors des invasions de 1376 et 1441 (Anglais puis Armagnacs).
  • Elle est alors reconstruite en 1452, tout en gardant la base du clocher précédent et une sacristie devenue l'actuelle Chapelle du Tombeau.
  • Une deuxième reconstruction a lieu en 1833, avec rehausse du clocher, suivie d'un agrandissement 30 ans plus tard. Mais l'église est incendiée en 1914 et bombardée plusieurs fois durant la Grande guerre.
  • Une troisième reconstruction est menée en 1924 par l'architecte Paul Kirchacker qui prend l'option d'inverser la nouvelle nef et le chœur, tout en conservant encore la base du clocher. La consécration a lieu en 1926.

Description :

  • Le clocher qui se terminait à l'origine par un bulbe a été doté au XIXe siècle d'une flèche polygonale. Puis l'architecte a choisi en 1924 de le coiffer d'un toit en bâtière. Chacune de ses faces est pourvu de triplets d'abat-sons, mais dans des embrasures en grès de formes différentes. Le rez-de-chaussée du clocher est voûté en arêtes, actuellement décorées.
  • La nef à trois travées ne comporte pas de collatéraux. L'abside est semi-circulaire.
  • Le maître-autel est du colmarien Théophile Klem, tandis que les autels secondaires ont été réalisés par Paul Brutschi, de Ribeauvillé, dans un style Renaissance. L'autel de la Vierge accueille une Pietà en bois de tilleul, du XVe siècle ou du XVIe, qui était l'objet du pèlerinage. Sur la gauche de l'autel sont apposés de nombreux ex-votos.
  • Les vitraux et verrières, de 1926, viennent des ateliers des Frères Ott. Ceux de la nef présentent des médaillons provenant des anciens vitraux munichois d'avant la guerre. Les verrières du transept s'inscrivent dans les remplages en pierre et s'inspirent du style rhénan du XVe siècle.


Chapelle du Tombeau

Le rez-de-chaussée du clocher fait office de vestibule. Il ouvre à gauche sur la nef de l'église, et en face sur une ancienne sacristie, devenue la Chapelle du Tombeau, qui correspond à la dernière station du Chemin de Croix extérieur.

Cette chapelle abrite un autel gothique en bois représentant le Christ au tombeau. Il a été réalisé en 1934 par Camille Rudmann et Justin Guthmann, les sculpteurs du Monument aux morts.

Elle abrite aussi une custode gothique de 1452, d'une hauteur de 4,85 mètres, réalisée par Hans Propst, de Sternenberg.

Enfin on y découvre une statue de saint Morand en bronze. Cette statue ornait à l'origine la fontaine de Saint-Morand, non loin de là. Perdue par un moment, elle a été remplacée par une statue en pierre. Retrouvée plus tard enfouie dans la vase, elle a été restaurée et placée dans cette chapelle.


Chemin de Croix

Station 7 : Jesus fällt das zweite Mal
Station 13 : Jesus wird vom Kreuz abgenommen

Élément incontournable du pèlerinage, un Chemin de Croix a pris place sur le chemin rural Kirchweg, qui s'étire du centre de Gildwiller jusqu'en haut de la colline où se trouve l'église de l'Épiphanie, également appelée Notre-Dame du Mont.

Le chemin ne comporte que treize stations, la quatorzième correspondant à la Chapelle du Tombeau, dans l'église.

Chaque station, de grande taille, est formée d'une croix en pierre reconstituée ornée d'un décor, un peu à l'image des "Bildstock" de la région. Ici le décor est un bas-relief en majolique, réalisé en 1933-1934 (année jubilaire) par le céramiste Léon Elchinger, d'après des cartons du peintre R. Kuven. Quand au sculpteur Paul Brutschi, il a inscrit des indications dans chaque piédestal.


Repère géographique.png Repères géographiques

Gildwiller se trouve dans le sud du département et fait partie de la région appelée Sundgau.

Le village se situe à 20 km au sud-ouest de Mulhouse et une quinzaine au nord-ouest d'Altkirch.

La commune est formée de deux entités distinctes : le centre du village et Gildwiller-le-Mont, sur la colline du Sternenberg. La limite occidentale de son ban se confond avec la rivière le Soultzbach.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 186 187 207 224 279 263 274 268 255 264
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 282 276 257 256 277 260 287 273 261 248
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 253 216 213 213 209 214 195 186 169 188
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 244 282 278 282 291 277 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2018.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos


Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jacques BURY 1790 - 1795 -  
- - -  
- - -  
Jacques KUONY 1816 - 1821 -  
Apolinaire DEIBER 1821 - 1828 -  
Nicolas WADEL 1828 - 1830 Né en 1793 - Décédé en 1884  
- - -  
- - -  
Jean le Jeune WADEL 1865 - 1869 Né en 1777 - Cultivateur - Décédé en 1871  
François Joseph BRUCKERT 1869 - 1871 Né en 1815 - Décédé en 1880  
Jean-Jacques WADEL 1871 - 1876 -  
François Joseph ELLERBACH 1876 - 1898 Né en 1823 - Cultivateur  
François Pierre BURY 1898 - 1903 -  
Célestin SCHIRCH 1903 - 1911 Né en 1859  
François Joseph HINDERER 1911 - 1944 -  
Joseph HINDERER 1944 - 1945 -  
Joseph CHRISTEN 1945 - 1947 -  
Louis BRUCKERT 1947 - 1971 -  
Raymond SCHNOEBELEN 1971 - 1974 -  
René BLONDÉ 1974 - 1977 -  
Roger FREYBURGER 1977 - 1995 -  
Gabriel SCHNOEBELEN 1995 - 2020 -  
Gilbert LEFÈVRE 2020 - (2026) -  
- - -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Apollinaire STEMMELIN 1803 - 1812 Auparavant curé à Buetwiller - Décède en 1812  
Jean-Baptiste BRUN 1813 - 1816 Auparavant curé à Mertzen - Sera ensuite nommé à Aspach-le-Haut  
Antoine NUSSBAUMER 1816 - 1823 Ancien cistercien - Était curé à Koestlach depuis 1795 - Décédé en 1845  
Jean DIDNER 1823 - 1824 Auparavant curé à Mertzen - Décède en 1824  
Stanislas REHMANN 1824 - 1828 Auparavant curé à Aspach-le-Haut - Sera ensuite nommé à Baldersheim  
Joseph BLÉNIAT 1828 - 1834 Ensuite curé à Lautenbach  
Gabriel BOTTEMER 1834 - 1835 Né en 1802 - Ordonné en 1825 - Auparavant curé à Rustenhart - Sera ensuite nommé à Stetten - Décédé en 1864  
Jean-Baptiste KIEFFER 1835 - 1843 Auparavant curé à Stetten - Sera ensuite nommé à Ruederbach  
François Ignace ENDERLIN 1843 - 1853 Né en 1807 en Suisse - Auparavant curé à Muespach-le-Haut - Sera ensuite nommé à Rantzwiller - Décédé en 1880  
Pierre STRAUSS 1853 - 1861 Auparavant curé à Magstatt-le-Bas - Décédé en 1887  
Thiébaut MURÉ 1861 - 1869 Né vers 1828 - Auparavant curé à Ranspach - Sera ensuite nommé à Fellering  
Thiébaut BITSCH 1869 - 1873 Auparavant curé à Hundsbach  
Édouard HEITZMANN 1873 - 1880 Né en 1836 - Ordonné en 1860 - Sera ensuite curé à Biesheim - Décédé en 1919  
Thiébaut WERNER 1880 - 1891 Auparavant curé à Mulhouse-Dornach - Sera ensuite nommé à Morschwiller-le-Bas  
Sébastien SCHULTZ 1891 - 1897 Auparavant curé à Magstatt-le-Bas - Sera ensuite nommé à Riedisheim  
Jean-Baptiste WOLFF 1897 - 1906 Auparavant curé à Munster - Sera ensuite nommé à Aspach-le-Bas  
Marie Alphonse SCHMOLL 1906 - 1920 Né en 1867 - Auparavant curé à Saint-Joseph de Mulhouse - Sera ensuite nommé à Habsheim - Décédé en 1963  
Ernest WEBER 1920 - Auparavant curé à Chalampé  
- -  

Liste des titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Joseph GARNIE 24 août 1757 12 août 1833 Sergent d'Infanterie de ligne

Chevalier en 1807 Son dossier  

François Joseph LABERELL 4 novembre 1757 12 mai 1829 Capitaine d'Infanterie de ligne

Chevalier en 1804 Son dossier  

Léon Prosper Joseph Émile MAUDRUX 14 avril 1872 15 avril 1950 Inspecteur des Postes à Colmar

Chevalier en 1933 Son dossier  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts

Le monument aux morts liste les victimes de cette commune, mais aussi celles de Falkwiller et de Hecken


Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des victimes de Falkwiller, Gildwiller et Hecken

Personnes nées ou décédées dans la commune

Cimetière de Balschwiller
  • Hubert (Gonzale Marie) CHIRON de la CASINIÈRE :
- Né au Maroc le 7 février 1921
- Filleul du Maréchal LIAUTEY. Aspirant au 5e escadron de reconnaissance
- Tombé ici le 28 novembre 1944 lors de la Libération de Balschwiller.
- La commune de Balschwiller, reconnaissante, fait apposer une plaque sur sa tombe 50 ans après.


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - 9 h - 11 h - -
Après-midi - 17 h - 19 h - - - - -
68105 - Gildwiller Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 14 rue des Vergers - 68210 GILDWILLER

Tél : 03 89 25 90 73 - Fax : 03 89 25 36 73

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : {{{GPSlatitude}}}° / {{{GPSlongitude}}}° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  2. Panneaux du sentier de mémoire 1914-1918
  3. Guerre de 14-18-Ammertzwiller-bernwiller
  4. AD du Haut-Rhin, armoiries des communes
  5. Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  6. AD du Haut-Rhin, armoiries des communes
  7. Armorial de France
  8. AD du Haut-Rhin, armoiries des communes