68072 - Dietwiller

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Retour

Dietwiller
Dietwiller.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole
Canton Blason en attente.png   68-02   Brunstatt

Sierentz.png   68-13   Sierentz (Ancien canton)

Code INSEE 68072
Code postal 68440
Population 1 422 habitants (2020)
Nom des habitants Dietwillerois, Dietwilleroises
Superficie 1106 hectares
Densité 128.57 hab./km²
Altitude 250 m
Point culminant 304 m
Coordonnées
géographiques
° / ° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68072 - Dietwiller carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • À la fin du XXe siècle, des fouilles archéologiques ont mis au jour quelques « fragments anciens de poterie »[1], datant du néolithique.
  • Le hameau originel est cité pour la première fois par Médard BARTH, en 1245, avec un premier toponyme. D'autres parties du finage sont mentionnées en 1284, « dans le censier de Saint-Alban (Bâle) »[2].
  • Le village constitue ensuite une prévôté faisant partie intégrante de la seigneurie de Landser et du bailliage du Haut-Landser, alors sous la coupe des Habsbourg.
Outre cette dynastie autrichienne, d'autres établissements religieux ou seigneurs possèdent des terres sur le territoire de Dietwiller : la commanderie des chevaliers de Malte de Colmar (dès 1262), la famille Schaller de Bâle (en 1380), et le couvent Saint-Ursitz (Suisse).
  • Au début du XIVe siècle, le hameau Esswiller, sur le même territoire, est entièrement décimé par la peste. En 1356, un tremblement de terre fait des dégâts, il faut se remettre à la tâche.
  • Lors de conflits entre Autrichiens et Bâlois, la petite cité est incendiée en 1409, mais renaît peu à peu de ses cendres. En 1441, l'abbaye de Lucelle se manifeste en achetant une moitié du droit de dîme du village, et va dès lors s'occuper de son administration religieuse (avec celle du village voisin de Schlierbach). En 1491, Dietwiller accède au rang de paroisse, mais son église reste considérée comme une simple chapelle et dépourvue de desservant, malgré les multiples demandes des habitants, en appelant même au pape Sixte IV. La paroisse de Schlierbach ayant droit à un curé, il naît une rivalité entre les deux villages se traduisant par l'usage de sobriquets : les Dietwillerois sont surnommés "Katzekepfle" (soit hérétiques), tandis que les Schlierbachois sont appelés "Latiner". Il faudra attendre 1687 pour que l'église soit desservie par un prêtre.
Durant ce XVe siècle, la cité médiévale est également éprouvée par un incendie en 1445. Mais un moulin se montre productif, et les habitants parviennent à vivre de l'agriculture et de la viticulture.
  • Au XVIIe siècle, c'est la Guerre de Trente ans qui fait des ravages, et le village est totalement détruit en 1635 lors du passage des troupes du Duc de Rohan.
Une quarantaine d'années plus tard, la cité s'est reconstruite et les habitants trouvent un nouvel emploi lors de la construction d'une ligne d'ouvrages de défense le long du Rhin qui est alors une frontière. Durant cette même période, les paysans sont réquisitionnés pour les besoins en nourriture de l'armée de réserve de l'intendance.
  • La localité, qui avait été rattachée à la France par le traité de Westphalie en 1648, connaît enfin au XVIIIe siècle une période de paix qui n'est pas trop contrariée lors des évènements de 1789.
Puis avec la révolution industrielle du siècle suivant, certains habitants trouvent du travail dans des entreprises suisses et donc une amélioration de leurs conditions de vie.
  • En 1940, 530 000 Alsaciens sont évacués dans d'autres départements à cause de leur proximité avec les lieux de bataille. C'est le cas des Dietwillerois qui sont déplacés à Allemans-du-Dropt dans le Lot-et-Garonne. Le bon accueil qui leur est réservé et la construction d'amitiés durables sont à l'origine de l'institution d'un jumelage entre les deux communes en 1992.

Héraldique

Blason apposé sur la mairie


D'azur à la lettre majuscule T d'or accostée de deux étoiles de même et soutenue d'un cœur d'argent.

Ces armoiries sont en vigueur depuis « la fin du XVIIe siècle »[3].
La lettre T correspond à l'initiale du village à l'époque où il se dénommait "Tretwilr" ou "Tierwiller".

Toponymie

Le toponyme a adopté différentes formes au cours de l'histoire, le radical connaissant toutes les variations de la racine latine "villare", signifiant ferme ou domaine rural.

Nous trouvons en effet les formes suivantes : Dethwilr en 1245, Dietwilare, Dietwilre en 1284, Tietwilr en 1303, Tretwilr et Tierwiller, Dietweyler en 1676.

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin - 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne) - 1919-2024 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1857 : Altkirch - 1857-1871 : Mulhouse - 1871-1919 : Kreis Mulhouse - 1919-2024 : Mulhouse
  • Canton - 1801-1948 : Landser - 1948-2015 : Sierentz - 2015-2024 : Brunstatt

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Tour de l'église primitive

Ancien clocher au cœur du cimetière
Photo J. GALICHON
  • L'église primitive est déjà mentionnée au tout début du XIVe siècle, sa construction vraisemblablement entreprise auparavant. Une nef complétait le clocher côté ouest, ainsi qu'une sacristie côté nord.
Mais le sanctuaire est détruit par le séisme de 1356, puis par les guerres.
Il est reconstruit avec des baies au remplage gothique, et la tour rehaussée de deux niveaux : située sur une élévation de terrain, elle faisait office de tour de guet, d'alerte et de défense.
L'accès a l'église était difficile en hiver à cause de la pente. Et l'édifice devenu trop petit au XIXe siècle subit un incendie en 1852. La municipalité décide alors de construite une nouvelle église en contrebas, qui sera dédiée à saint Nicolas.
  • La tour primitive est inscrite aux Monuments historiques depuis 1937[4].



Ancien moulin

Un moulin hydraulique est cité dès le XVe siècle sur le Muhlbach. Des plans nous apprennent qu'il disposait de trois roues verticales et que la hauteur de la chute d'eau dépassait les 3 mètres.
Le bâtiment de meunerie a été rasé et il ne subsiste que le logis principal (et une aile latérale), avec des baies du XVIe siècle et une pierre d'angle portant la date de 1597.

Église Saint-Nicolas

Façade occidentale
Photo B.ohland
Pignon arrière et clocher
Photo B.ohland
  • Après une longue période de financement un terrain est acheté en 1878, et il faut encore deux ans pour approuver les plans de l'architecte Friedrich Wilhelm von TUGGINER. La pierre angulaire est posée en avril 1881 et l'édifice est béni en décembre de la même année par Monseigneur RAESS, évêque de Strasbourg.
L'église, qui ne comporte qu'un seul vaisseau, présente une façade de style gothique-renaissance. Deux niches abritent les statues de saint Antoine de Padoue et saint François d'Assise.
  • À l'intérieur, un arc triomphal sépare la nef de l'abside. Cette dernière est semi-circulaire et garnie de lambris sur tout son pourtour. Ses trois vitraux relatent des évènements de la vie de saint Nicolas. Les autels latéraux sont dédiés à saint Dominique et saint Wendelin et présentent des peintures de Georges KAISER.
L'orgue en chêne d'origine, à trois tourelles et deux plate faces, est signé Martin RINCKENBACH et date de 1881. Il a été restauré en 1982 par STEINMETZ.
Les stations du chemin de croix sont en bois sculpté dans un style contemporain.
  • Parmi les trois cloches, deux ont été réquisitionnées pendant la Première Guerre mondiale. La deuxième, "Saint-Wendelin", est revenue, mais la troisième a été sacrifiée et remplacée en 1923 par la cloche "Marie", fondue par les ateliers de Maurice GRIPPON, à Brest.



Repère géographique.png Repères géographiques

Localité du Sundgau, Dietwiller se situe à environ 5 kilomètres au sud de Habsheim et 12 kilomètres à l'ouest de Kembs.
Le village se trouve à l'extrémité occidentale du ban communal de forme rectangulaire. Celui-ci, coupé du nord au sud par l'A36 et la voie ferrée, comporte dans sa partie orientale une portion de la forêt de la Hardt.


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 450 450 512 493 544 553 512 536 539 485
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 446 480 476 487 490 466 442 430 412 441
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 397 385 359 363 335 346 339 324 337 470
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 053 1 258 1 189 1 310 1 401 1 451 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2020.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Michel KARM 1790 - 1794 Né en 1758, décédé en 1820  
Joseph KARM 1794 - 1796 Frère de Michel, né en 1750 ?  
Michel KARM 1796 - 1800 Le même  
Jacques KLENCK 1800 - 1816 Né en 1752, décédé en 1838 - Propriétaire  
François Joseph KETTERLÉ 1816 - 1824 Né en 1773, décédé en 1823 - Maréchal-ferrant  
Nicolas KALT 1824 - 1831 Né en 1786, décédé en 1846 - Cultivateur - Parrain d'une nouvelle cloche en 1828  
Antoine KRAFT 1831 - 1835 Né en 1785, décédé en 1859 - Meunier  
Nicolas KALT 1835 - 1846 Le même  
Antoine KRAFT 1846 - 1859 Le même  
Jacques KALT 1859 - 1897 Né en 1816, décédé en 1897 - Il offre la troisième cloche, "Saint-Wendelin", réquisitionnée en 14-18 et revenue ensuite.  
Antoine Joseph Jacques KRAFT 1897 - 1919 Né en 1869 - Meunier  
Joseph HELFENSTEIN 1919 - 1925  
- -  
- -  
Xavier PROBST 1959 - 1963  
Henri PROBST 19632003-  
Robert RISS 2003 - 2014  
Christian FRANTZ 2014 - (2026) Né en 1958  
-  

Cf. MairesGenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
François Ignace RUDLER 1803 - 1819 Né en 1730, décédé en 1818  
Georges LAEMLIN 1819 - 1822 Sera ensuite curé à Oberentzen  
Joseph ROCK 1822 - 1823 Sera ensuite curé à Heimersdorf  
Joseph ZURBACH 1823 - 1828 Il bénit une nouvelle cloche en 1828  
André CHRISTOPHEL 1828 - 1830 Décédé en 1830  
Ambroise ZIPP 1830 - 1832  
Joseph BRUSSLER 1832 - 1841 Sera ensuite curé à Avolsheim  
Louis ZIPP 1841 - 1878 Décédé en 1878  
Antoine WEBER 1878 - 1886 Sera ensuite curé à Kindwiller  
Alphonse HEMMERLIN 1886 - 1892 Décédé en 1892  
François Xavier LEHMANN 1892 - 1897 Né en 1852  
Camille VOGELWEID 1897 - 1917 Décédé en 1925  
Joseph ODDOLAY 1917 - 1922 Né en 1879, décédé en 1954  
- -  
Jean-Claude HEINRICH - 2014  
Célestin BRUNNELIÈRE 2014 - Communauté de paroisses "De la Hardt aux collines", regroupant Bruebach, Dietwiller, Landser, Schlierbach, Steinbrunn-le-Bas et Steinbrunn-le-Haut.  
- -  

Liste des titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Nicolas KALT 6 janvier 1826 17 février 1891 Lieutenant au 11e Dragons

Chevalier en 1871 : Son dossier  

Joseph François KARM 12 février 1775 8 avril 1836 Maréchal des logis (1795-1816), chef de chasseurs à cheval et secrétaire de mairie après 1816

Chevalier en 1814 : Son dossier  

- - -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts
Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des victimes inscrites sur le monument

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


A savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - 9 h - 12 h - - 9 h -12 h - -
Après-midi 13 h 30 - 19 h 13 h 30 - 19 h - 16 h - 18 h 14 h - 18 h - -
68072 - Dietwiller Mairie.jpg

Mairie
Adresse : 42 rue du Général de Gaulle - 68440 DIETWILLER

Tél : 03 89 26 88 88 - Fax : 03 89 26 86 67

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Site officiel (Mai 2024)

Associations d'histoire locale

Nom de la commune en langues régionales

  • en alsacien : Diatwiller
  • en allemand : Dietweiler

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  2. Site officiel de la commune
  3. AD du haut-Rhin, armoiries des communes
  4. Base Mérimée, tour de l'église primitive



^ Sommaire