33214 - Lacanau

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Retour

Lacanau
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 33 - Blason - Gironde.png    Gironde
Métropole
Canton Blason en attente.png   33-30   Le Sud-Médoc

Blason en attente.png   33-20   Castelnau-de-Médoc (Ancien canton)

Code INSEE 33214
Code postal 33680
Population 5 064 habitants (2020)
Nom des habitants Canaulais
Canaulaises
Superficie 21 402 hectares
Densité 23.66 hab./km²
Altitude Mini: 0 m
Point culminant 66 m
Coordonnées
géographiques
44.980278° / -1.078333° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

En occitan, la commune se nomme La Canau. Dès le Ie siècle, des Gaulois habitaient à l'embouchure de la rivière de La Canau. Puis les Romains construisirent des maisons de pierre à Port Maurice sur la rivière qui était très profonde et permettait ainsi aux bateaux de remonter assez loin dans les terres.
Un phénomène géologique se produisit au cours du VIe siècle en faisant sortir de mer une énorme quantité de sable qui recouvrit toute la région. Avec la formation de ces dunes, les eaux de ruissellement ne peuvent s'écouler vers l'océan, faisant des Landes une vaste zone humide de lacs, étangs et marais, qui sera progressivement aménagée et asséchée au cours du Moyen Âge.
Il y aurait eu une église et un château dans le hameau de Talaris, mais ils furent détruits par la montée des eaux. Un second château fut déplacé et remplacé par une autre construction en bois au cours du XIIIe siècle. Le troisième et dernier château fut construit à Lacanau au XVe siècle et sera détruit en 1806.
Lacanau doit sa notoriété à son emplacement sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Sur la voie du littoral les pélerins se rendaient de la basilique de Notre-Dame-de-la-fin-des-Terres de Soulac à l'église Saint-Vincent en passant par Grayan, Hourtin et Carcans.
L'église Saint-Vincent, initialement construite à 500 m de la rive du lac de Lacanau, est déplacée en 1764 à son emplacement actuel car une construction de digue n'aurait pas suffi à stopper l'avancée des marais.
Dès la fin du XVIIe, Vauban avait projeté de boiser les dunes de Gascogne en pins, en lien avec le projet de créer un canal unissant la Garonne à l'Adour par les étangs. Les premiers essais de plantations datent de 1787, et furent interrompus par la Révolution. Une Commission des Dunes sera créée en 1801, poursuivie par les Ponts et Chaussées en 1817 et enfin par les Eaux et Forêts. Au XVIIIe dans le Médoc, un seul lac longeait l'océan entre Sainte-Hélène et Lège. Dans un premier temps il fallut monter une grande dune créée artificiellement et le sable retenu derrière une palissade, puis ensemencer la dune arrière par des graminées à racines rampantes, et enfin planter les pins maritimes. En 1824 est créé un canal reliant les étangs de Lacanau, Le Porge et le Bassin d'Arcachon. Ces chenaux ont facilité l'assèchement de la lande et aidé à l'écoulement des eaux stagnantes entre les dunes et les contreforts du lit de la Gironde vers le Sud et le Bassin d'Arcachon.
En 1835 seuls quelques ensemencements isolés étaient pratiqués, en 1843 débutent les chantiers de grands semis pour la fixation des dunes.
En 1859, le canal des étangs est créé entre les lacs de Carcons-Hourtin et le Bassin d'Arcachon. Ce canal sera ouvert en 1871 et délimite ainsi les zones humides et les zones dunaires de la commune de Lacanau.
En 1884, ouverture de la ligne de chemin de fer reliant Arès à Lesparre avec un arrêt à Lacanau. C'est à cette date que Pierre Ortal, propriétaire à Lacanau et chef de service aux Chemins de fer des Landes fait savoir au conseil municipal de Lacanau son intention de créer une station balnéaire sur les dunes.
En 1885, une nouvelle ligne de chemin de fer est ouverte de Bordeaux à Lacanau.
En 1899, un très violent incendie détruit 4 000 ha de pins.
En 1905, Emile Faugère, ingénieur en chemin de fer, fait ouvrir la ligne de chemin de fer reliant Lacanau à l'océan en passant par Talaris et le Moutchic.
En 1906 le nom de Lacanau-océan apparaît pour la première fois et les premières villas sortent des sables. C'est la Société immobilière de Lacanau et du chemin de fer de Pierre Ortal et de riches bordelais qui gèrent les terrains.
En 1908, les premières villas apparaissent au Moutchic sur le lac de Lacanau, dont celle de La Tour des pins du baron Kertel.
En 1910, la route reliant Lacanau ville à l'océan est inaugurée le 11 septembre.
En 1917, une autorisation est donnée aux Américains pour installer au Moutchic une base aéronavale, une école de pilotage d'hydravions. Le Moutchic sera l'une des 11 bases autorisées par le département de la Marine sur le sol français. Les cours de navigation, tirs, de technique avion et réparation moteurs débutent en octobre 1917. Les cours de bombardements et la formation au renseignement ont été ajoutés par la suite. Le jour de l'Armistice il y avait une cinquantaine d'officiers et 400 hommes sur la base ainsi que 24 avions. La démobilisation se fera le 10 février 1919.
Jusqu'aux années 1950, la station de Lacanau est essentiellement bourgeoise et élitiste. Elle se démocratisera après la Seconde Guerre mondiale avec les évolutions sociales.
Dans les années 1970, la multiplication des atteintes à l'environnement sur le littoral, principalement liées à l'explosion du tourisme et l'expansion immobilière, a participé à l'exacerbation des rapports conflictuels entre partisans de l'aménagement et ceux de l'environnement. Des évolutions seront remarquables dans les années 1990 en instaurant une relation nouvelle à la nature et au littoral en particulier.
De même, la côte, assez inhospitalière du fait de ses grands rouleaux, souffre du recul des dunes lors des grandes marées qui saccagent régulièrement ses infrastructures.




Héraldique

De gueules au soleil non figuré d'or soutenu d'une mouette contournée, volante d'argent, accosté de deux pins d'or, à la champagne fascée ondée d'argent et d'azur de quatre pièces[1].

Histoire administrative

  • Département - 1801-2024 : Gironde
  • Arrondissement - 1801-2005 : Bordeaux --> 2006-2024 : Lesparre-Médoc
  • Canton - 1801-2015 : Castelnau-de-Médoc --> 2015-2024 : Le Sud-Médoc
  • Commune - 1801-2024 : Lacanau

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint Vincent

Eglise Saint-Vincent
Photo : AL Tassin
Les deux porches

L'église Saint-Vincent est située sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. En 1650, l'église de Lacanau était entourée par les marais et tous les hivers les fidèles pouvaient difficilement pénétrer dans l'église. En 1690, le seigneur de Lacanau, le Baron Caupos, fit relever l'intérieur de l'église. En 1717, l'assemblée des paroissiens demandent au baron de déplacer l'église et le cimetière. Ce sera seulement en 1765 que l'église sera finalement reconstruite à son emplacement actuel, sur un terrain donné par le Baron Caupos. L'ancienne église a été déplacée pierre par pierre de la cour du château de Cournillaut à l'emplacement actuel qui s'appelait Le Poujeau de l'Ascension édifiée en pierre de garluche (grès local ferrugineux). Elle sera achevée en 1775. Le cimetière entourait l'église.
À l'intérieur, l'église abrite une Pièta du XVIe et la statue d'un pèlerin de Saint-Jacques du XVIIe siècle portant les coquilles et la calebasse.
En 1917 un plafond en lambris est posé et décoré d'un ciel bleu étoilé par A.Terral. Le curé de la paroisse, le père Lago, fera disparaître cette décoration dans les années 1980. La pose de vitraux a été possible grâce aux dons des fidèles dont les noms figurent au bas des vitraux. La fausse voûte qui couvrait la nef a été démolie en 1977-78 et a permis de mettre en valeur la charpente d'origine.
L'église possède un clocher plat en arcade de 1765 percé de deux baies abritant les cloches, ainsi que deux porches, un à l'ouest et un au sud qui abritait la pieta en pierre du XVIe aujourd'hui disposée à l'intérieur ; le grand porche servait d'abri aux pélerins.


Chapelle Saint-François d'Assise

À Longarisse inaugurée le 31 août 1952 en présence de Monseigneur Ricaud , archevêque de Bordeaux.
Cette chapelle a pu être construite grâce à la générosité de plusieurs familles et aux collectes porte à porte.

Chapelle Saint-Paul à Carcans plage


Lacanau Océan

La station balnéaire de Lacanau Océan est située à 11 km de Lacanau Ville.
La création de la station balnéaire sur les dunes de la commune a été initiée en 1884 par Pierre Ortal, un propriétaire de Lacanau.

Blockhaus sur la plage en 1998
Blockhaus sur la plage Nord en 1999

Le Mur de l'Atlantique

Dès 1942, le IIIe Reich avait construit des fortifications défensives s'étendant de la côte espagnole à la Norvège. À Lacanau Océan, ce mur était composé de batteries d'artillerie, de bunkers, de champs de mines, de tobrouk (petit bunker individuel équipé de mitrailleuses) et de stations de surveillance. 4 blockhaus étaient installés sur les plages de Lacanau Océan : plage Nord, plage Centrale, plage Sud et plage du Lion. Ces blockhaus ont été dynamités en 2002, il est encore possible d'en voir des vestiges lors des grandes marées.
En 1941, un avocat de Calcutta, Subbas Chandras Bose (1897-1945) opposant à Gandhi, s'allie aux Allemands pour faire avancer la libération de l'Inde des Anglais. Il obtient des Allemands de recruter des volontaires parmi les soldats indiens de l'armée britannique faits prisonniers en Libye par Rommel. Cette légion comprenant environ 2 500 hommes est placée sous le commandement de la Waffen-SS et porte le nom de Indische Freiwilingen Legion der Waffen-SS avec le SS Oberführer Heionz Bertling à sa tête. Le 17 septembre 1943, le régiment est transféré à Saint-André-de-Cubsac et déployé sur la Côte Atlantique. En février 1944, le général Rommel viendra inspecter la légion, qui restera deux mois dans les dunes (plus de deux mois après le débarquement en Normandie). Le 15 août 1944, la légion part en retraite de Lacanau pour l'Allemagne, ils marchent de nuit en passant par Dijon puis Colmar ; fin mars 1945 ils seront capturés par des soldats de l'armée américaine et de l'armée française à la frontière suisse sur le lac de Constance. Les prisonniers indiens seront finalement renvoyés en Inde par voie maritime et leurs responsables emprisonnés.


Spot de Surf

Compétitions internationales de surf'
Sports nautiques

Le premier surfeur est apparu dans les années 1960 avec sa planche de 22 kg sous le bras.
Le premier championnat de surf a été organisé à Lacanau en 1979 par Jacques Hèle et Patrice Chrzan et deviendra le Lacanau Pro en 1983, une étape majeure du circuit professionnel de surf.
La Maison de la Glisse ouvrira ses portes en juillet 1990. Le Jardin des vagues initiera les tout-petits de 5 ans au surf.


Villa Plaisance - Mairie annexe

33214 - Lacanau Villa Plaisance mairie annexe.jpg
vue arrière mairie annexe


  • La villa Plaisance a été construite en 1905 par Pierre DURAND, architecte de la Société Immobilière de Lacanau et du Chemin de Fer de Lacanau à l'océan. Elle est l'archétype de l'architecture des villas de stations balnéaires du début du siècle


Notre-Dame-des-Flots

Une première chapelle en bois existait en 1907, bâtie sur les dunes face à la mer pour permettre aux vacanciers d'assister à la messe. Mais dès 1930 elle s'avéra trop petite, et risquait d'être engloutie par le sable.
La première pierre de la nouvelle église fut posée en août 1965 par l'archevêque de Bordeaux, Mgr Paul Richaud ; les architectes de cette église atypique étant Patrick Maxwell, Jean-Claude Moreau et Francis Duclos (du Groupe Agora). Pour rembourser la dette d'emprunt, le curé de Lacanau s'engageait à organiser kermesses, quêtes et collectes, ainsi que la location de l'église comme salle de spectacles.
Une conception modulaire vit le jour en 1967, grâce à des panneaux une partie de l'église pouvait être chauffée et servir d'église d'hiver. Dans les années 1970 la structure de fer avait mal résisté aux effets marins et le toit n'était plus étanche. Pendant les dix années suivantes, de gros investissements eurent lieu.
En 1991, les verriers de l'Atelier Dupuy-Fournier posèrent des vitraux ainsi qu'un émail, créations de Raymond Mirande, positionnées derrière l'autel, représentent : l'Arche de Noé, La Vierge Marie et Jésus adolescent, ainsi qu'une série d'images illustrant la colombe de la paix, la Pentecôte et Jérusalem.
Puis de nouveaux aménagements ont eu lieu dans les années 2000 afin de correspondre aux normes de sécurité et accueillir sereinement plus de 600 fidèles pendant la saison estivale.
En 2015, l'église s'est vue attribuer le label Patrimoine du XXe siècle [2].

Repère géographique.png Repères géographiques

Territoire de la commune

Via MICHELIN
La ville de Lacanau est située sur la Côte d'Argent, entre la pointe de Grave et le bassin d'Arcachon, dans le département de la Gironde, à 42 km au nord ouest de Bordeaux.. Sa côte océane offre plus de 100 km de sable fin entre la Pointe de Grave jusqu'au Cap Ferret sur le bassin d'Arcachon.
Le territoire de la commune s'étend sur 21 402 ha englobant :

- Le Moutchic, sur le lac de Lacanau
- Longarisse sur le lac de Lacanau
- Le Huga
- Lacanau océan
- le lac de Lacanau, classé réserve biologique (21 km²)
- l'étang de Cousseau, classé réserve naturelle (50 ha)

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 960 674 732 853 879 843 894 1 040 938 1 020
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 015 1 032 974 962 934 1 007 1 106 1 047 1 146 1 306
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 402 1 516 2 019 2 115 2 103 2 050 1 974 1 845 1 846 2 038
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 961 2 405 3 142 4 105 4 460 4 745 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2020.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Lacanau océan


Cartes postales 1900


Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
LAMBERT 1888 - 1908  
MARIAN 1908 - 1919  
BOSSUET 1919 - 1935  
MARIAN 1935 - 1944  
BERGEY 1944 - 1945  
LAVERGNE 1945 - 1959  
Roger GRASSIAN 1959 - 1977  
J.-B. FOURNIER 1977 - 1979  
M. FOURNIER 1979 - 1983  
ARNOU-LAUJEAC 1983 - 1990  
Michel PEYRONDET Juin 1990 - 2001  
Jean-Michel DAVID 2001 - 2014  
Laurent PEYRONDET 2014 - (2026)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  


Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

  • Jean CAYROL (1911-2005), écrivain, fit connaître Lacanau à travers son livre Les enfants pillards
  • Georges GOULONGES, écrivain scénariste né le 4 avril 1923, décédé à Pern (Lot) le 12 juin 2003
  • Francis MAUGARD, (1931-2021), médecin et poète, introduit le surf à Lacanau dans les années 1960
  • Gérard PAPIN (1947-2005), footballeur des Girondins de Bordeaux, inhumé à Lacanau-océan
  • Justine DUPONT (1961-), surfeuse internationale qui décroche le record de la plus grosse vague jamais surfée par une femme en 2013

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - 9 - 12 - 9 - 12 - 9 - 12 - 9 - 12 - 9 - 12 - 9 - 12 -
Après-midi - 14 - 17 - 14 - 17 - 14 - 17 - 14 - 17 - 14 - 17 - -
33214 - Lacanau-ville Hôtel de ville.jpeg

Mairie
Adresse : 31 avenue de la Libération - 33680 LACANAU

Tél : 05 56 03 83 03 - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références