13078 - Port-Saint-Louis-du-Rhône

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Retour

Port-Saint-Louis-du-Rhône
Fichier:Blason Port-Saint-Louis-du-Rhône-13078.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 13 - Blason - Bouches-du-Rhône.png    Bouches-du-Rhône
Métropole Aix-Marseille-Provence
Canton Blason Arles-13004.png   13-04   Arles

Blason en attente.png   13-28   Port-Saint-Louis-du-Rhône (Ancien canton)

Code INSEE 13078
Code postal 13230
Population 8 423 habitants (2018)
Nom des habitants Saint-Louisiens, Saint-Louisiennes
Superficie 7 338 hectares
Densité 114.79 hab./km²
Altitude Mini : 0 m
Point culminant 3 m
Coordonnées
géographiques
43.3875° / 4.804444° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
13078 - Port-Saint-Louis-du-Rhône carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Contributions à l'histoire de Port-Saint-Louis-du-Rhône

Sources : Contributions à l'histoire de Port-Saint-Louis-du-Rhône par Emile Boncoeur, Jean louis Charrière, Jean Louis Mattéi

Cette histoire ne peut être comprise sans que soit évoquée même brièvement l'histoire du Rhône et plus particulièrement celle des embouchures du delta de ce fleuve. Les embouchures présentent une contrainte extrêmement gênante pour la navigation : les alluvions qui se déposent à ces endroits font remonter les fonds à quelques mètres de la surface, constituant une barre et interdisant aux navires d'un tirant d'eau supérieur à celui d'une barque de passer. Longtemps le fleuve a divagué, changé de parcours, de même la ligne du littoral a considérablement avancée sur la mer et continuait d'avancer jusqu'au grands travaux hydroélectriques en amont qui retienne aujourd'hui les alluvions.

Les embouchures du Rhône ont fait l'objet de l'attention des hommes depuis les temps les plus anciens. À l'époque protohistorique, des populations Celto-Ligures s'installent en Camargue, prés des bras du fleuve.

Les Grecs après avoir fondé Marseille vers 600 ans avant J.-C. établissent un comptoir nommé THELINE, qui deviendra la ville d'Arles à la pointe nord de l'ile. Les Romains dés leur arrivée en Provence (Provincia Romana) se sont attachés à développer Arles sur le plan politique et économique, ce qui imposait d'aménager la voie d'eau qui la mettait en communication avec la mer. Notons qu'à cette époque la cote était plus au nord et que Arles était à 25 km de la mer contre 40 km aujourd'hui. Le trafic maritime déjà important devait pouvoir passer en permanence. Des travaux ont peut être été faits dés cette époque mais il n'en reste pas trace.

Le premier "aménageur" des embouchures est Caius Marius en 103/102 avant J.-C. Il c'était installé dans la région pour arrêter les hordes barbares de Cimbres et de Teutons qui descendaient vers la Provence, voire envisageaient de pousser jusqu'à Rome (il s'agissait en fait d'une immigration de masse de populations venus de l'Europe de l'est et du centre phénomène récurent dans l'histoire). Marius campait avec ses légions entre le Rhône et l'étang de Berre. II avait constaté que les embouchures du fleuve était difficilement praticables, pour occuper ses soldats dans l'attente de la bataille, il leur fit creuser un nouveau lit. Ce canal de Marius, Fosses Mariennes ou Fossae Marianae a fait l'objet de nombreuses hypothèses quand à son tracé. Il semble aujourd'hui admit grâce aux études sémiologiques et géologiques que les Fosses Mariennes empruntaient un parcours mettant à profit les fosses profondes qui existaient dans le système lagunaire séparant le bras du grand Rhône de la mer. Le fleuve trouvant un parcours plus direct se seraient précipité dans cette voie. Après la victoire sur les barbares, Marius pour remercier Marseille de l'aide qu'elle lui avait apportée fit don à la ville de cette embouchure. Le Gradus Massalitanorum devint pour Marseille une source de revenus considérable à cause des droits de passage qu'elle y prélevait.


À l'emplacement de la ville, il n'y avait jusqu'en 1706 que des marécages et des étangs, le sel déposé par la mer cristallisait en été et était exploité par des contrebandiers, la gabelle était un des importants revenus de l'état et les gabelous avaient fort à faire. Il fut décidé de créer un canal partant du fleuve afin d'inonder cette zone et d'empêcher la formation du sel. En 1711 lors d'une crue particulièrement importante comme le fleuve en connait de temps à autre, la vanne de ce canal fut emportée et le tracé du grand Rhône actuel s'établit, à partir de 1724 il fut régulièrement emporté par les barques de mer sur lest.


En 1737 fut construit une tour de surveillance prés de la nouvelle embouchure grâce au produit d'un impôt supplémentaire de 5 sols par minot de sel qui passerait par le Rhône à destination des provinces de Rouergue, Auvergne, Dauphiné, Lyonnais, Languedoc et Provence. Cette tour est l'avant dernière d'une série : à chaque changement de lit du fleuve on en construisait une nouvelle, elles servaient de postes de surveillance et accessoirement de refuges, la mer méditerranée était encore parcourue par des pirates et des barbaresques, enfin sur ces côtes ans reliefs les tours étaient également des amers utiles. C'est au pied de cette tour que s'établirent quelques cabanes de pêcheurs. Une chapelle dédiée à saint Louis fut également élevée et donna son nom à la tour.


En 1863, un décret déclare d'utilité publique le projet de creusement d'un canal, l'ouvrage une fois réalisé se présente ainsi : un canal de 6 m de profondeur, et de 30 m de largeur (au plafond) une écluse de 160 m de longueur entre le bajoyers et de 6 m de tirant d'eau . Un chenal en mer protégé au sud des vents du large par une jetée qui s'avancerait jusqu'au fonds naturels de 3,50 m et un bassin de 6 hectares entre l'écluse et le canal. Coût estimé : 6 millions de Francs. Adjudication des travaux le 7 janvier 1864, débuts immédiats. Des modifications seront apportées au projet initial : la jetée est avancée jusqu'aux fonds naturels de 6,50 m, une deuxième jetée est construite à 1 350 m au nord du canal, dirigée obliquement vers la jetée du sud jusqu'aux fonds de 3,25 m, son rôle étant d'empêcher le sable d'envahir la sortie du canal. Une autre digue (appelée de brûle tabac, en référence en un lieu sur lequel les douaniers avaient brulé une saisie de contrebande) pour empêcher les eaux des étangs de se répandre dans l'avant port. Le bassin est agrandi à 12 hectares afin de servir également de bassin d'évolution, les perrés (murs de soutènement en pierre sèche sur un talus pour soutenir la terre) prévus sont remplacés par des quais verticaux d'un développement initial de 850 mètres, pouvant être portés à 1 100 mètres si besoin. Il était prévu de creuser à la drague et de rejeter les déblais en mer, finalement il sera intelligemment décidé un creusement à sec et d'utiliser les déblais pour établir des terre-pleins les plus hauts possibles pour s'abriter des inondations, le tirant d'eau de l'écluse est porté à 7,50 m en prévision de l'approfondissement ultérieur du canal. Ce dernier est ouvert à la navigation 15 août 1871 et entièrement terminé le 28 septembre 1873.

Héraldique

  • D'azur à deux piques de gardian d'or emmanchées d'argent passées en sautoir; à la tour du lieu d'or, ouverte et ajourée de sable, brochant sur le tout[1].

Histoire administrative

  • Département - 1904-2024 : Bouches-du-Rhône
  • Arrondissement - 1904-1981 : Arles, 1981-1982 : Istres, 1982-2017 : Arles, 2017-2024 : Istres[2]
  • Canton - 1904-1932 : Arles-Ouest, 1932-2015 : Port-Saint-Louis-du-Rhône, 2015-2024 : Arles
  • Commune - 1904-2024 : Port-Saint-Louis-du-Rhône

Résumé chronologique :

  • 1904-.... : Cton de , Arrt. de , Dép. de
  • En 1904, la commune de Port-Saint-Louis-du-Rhône a été créée à partir des communes d'Arles et de Fos-sur-Mer.

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Louis

Église Saint-Louis de 1907.

Tour Saint-Louis

Tour Saint-Louis du XVIIIe siècle.

Repère géographique.png Repères géographiques


Démographie.png Démographie

Année 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
Population ... 2 388 2 702 3 682 4 174 4 284 4 448 3 982 4 923 6 278
Année 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 -
Population 8 285 10 393 10 378 8 624 8 123 8 483 8 609 8 519 - -
Année - - - - - - - - - -
Population - - - - - - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2018.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Antoine CALMENT Mai 1904 - juillet 1910  
Félix ORCEL Juillet 1910 - 1912  
Antoine DATTY Janvier 1912 - 1919  
Nicolas DAHER Décembre 1919 - 1925  
Victorien GIRARD Mai 1925 - 1928  
Jean ROUGET Avril 1928 - 1931  
Émile SERRIS Août 1931 - 1941 Conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône (1933-1934).  
- - Période de la Seconde Guerre mondiale  
Constant RENAULT Février 1941 - août 1944 Nommé.  
Roger NOUGARET Août 1944 - septembre 1944 Médecin. Désigné par le Comité de Libération.  
Marcel BAUDIN Septembre 1944 - 1947 Né le 16/01/1897 à Germigny-des-Prés (Loiret), décédé le 26/11/1969 à Port-Saint-Louis-du-Rhône (Bouches-du-Rhône)[3]. Docker, conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône (1934-1940 et 1945-1947).  
(Louis) Gustave VIDAL Octobre 1947 - 1965 Né le 12/06/1899 à Nîmes (Gard), décédé le 23/09/1980 à Arles (Bouches-du-Rhône)[4]. Conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône (1949-1967).  
Vincent PORELLI mars 1965 - 1989 Né le 08/02/1935 à Nice (Alpes-Maritimes)[5]. Instituteur, conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône (1967-1973). Député (1973-1988)[6][7]  
Philippe CAIZERGUES mars 1989 - 2008 Chirurgien-dentiste, conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône (1992-2004).  
Jean-Marc CHARRIER mars 2008 - 2014 Conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône (2004-2015).  
Martial ALVAREZ 2014 - (2026) Né le 08/07/1973. Conseiller départemental du canton d'Arles (2021-).  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 10 h - 12 h 8 h 30 - 12 h - -
Après-midi 13 h 30 - 18 h 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h - -
Commune.png

Mairie
Adresse : 3, avenue du Port - 13518 PORT-SAINT-LOUIS-DU-RHÔNE

Tél : 04 42 86 90 00 - Fax : 04 42 86 21 31

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public & Mairie (Juin 2023)

Associations d'histoire locale

  • Port-Saint-Louis d'Hier et d'Aujourd'hui

Dépouillements des registres

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. L'armorial des villes et des villages de France
  2. Port-Saint-Louis-du-Rhône, 01/03/2017 Insee-COG
  3. Marcel BAUDIN : Fiche Le Maitron
  4. Gustave VIDAL : Fiche Le Maitron
  5. Vincent PORELLI : Fiche Le Maitron
  6. Vincent PORELLI : Assemblée Nationale - Fiche
  7. Assemblée Nationale