Église Notre-Dame de Joinville

De Geneawiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

< Retour à la page de Joinville

Façade Sud
Photo C. PIEMINOT depuis la Place du Marché
Plan
Photo C. PIEMINOT partie d'un panneau informatif

Histoire.pngHistorique

Elle se situe dans le cœur historique de Joinville. Attestée depuis le XIIe siècle, elle est la première construction religieuse de la cité.
De cette époque datent en particulier les nefs principale et latérales.

Au XIXe siècle, suite à la décision de supprimer le clocher d’origine, le transept et l’abside ont entièrement été reconstruits.
Ce premier clocher aurait déjà été remanié à la suite de l’incendie de 1544 causé par les troupes de Charles Quint.
Ainsi, le clocher actuel, prenant la forme d’une haute tour, symbole de la ville, est un apport du XIXe siècle. Il a été construit à l’emplacement d’un ancien portail « Renaissance », détruit.

A l’intérieur de l’édifice, subsiste la trace de l’église du XIIe siècle à travers la tourelle d’escalier et la rosace, visible depuis l’estrade de l’Orgue.
Selon la légende, l’ancien portail aurait accueilli une statue représentant le fondateur mythique de Joinville, Jovin, avec son épouse. Il aurait fondé la ville et l’église dès le IVe siècle, donnant son nom à Joinville.

Cette église abrite également un souvenir essentiel de l’histoire du Royaume de France, puisqu’elle renferme la ceinture de Saint Joseph, ramenée par Jean, Sire de Joinville, compagnon de Saint Louis, lors de la VIIe croisade.
Parmi les autres trésors, existe un remarque ensemble statuaire représentant, une mise au tombeau du Christ datant du VIe siècle.

Elle est classée aux Monuments Historiques depuis le 09/10/1925 [1] .

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Extérieur

Portails

Principal Occidental

(condamné au public)

  • Depuis l'extérieur
  • A l'intérieur

Sur le pilier, entre les deux battants de porte, se remarque la statue de Saint Sébastien. Elle est classée au titre objet depuis le 15/07/1985 [2] .

Sur les piliers de chaque côté des escaliers, des tableaux indiquent la liste des Sires et Barons de Joinville et la liste de ceux inhumés dans le tombeau du cimetière.


Latéral Sud dit « Renaissance »

  • Extérieur depuis la Place du Marché
  • Intérieur, avec ses rosaces, depuis la Nef latérale Sud

Intérieur

Nefs

  • Centrale
  • Latérale Nord
(1) - Saint Hieronymus (ou Jérôme) (347 - 420) : Originaire de Dalmatie, en Croatie. Il devint moine et se mit au service du pape Damase. Il fonda plusieurs monastères d’hommes et de femmes. Il se consacra à l’écriture et traduisit l’ancien Testament en latin « La Vulgate ». Il laissa de nombreux commentaires de l’Ecriture, des Ecrits et des Lettres. Dans son monastère de Bethléem, il fut traumatisé à la prise de Rome par Wasigothes barbares en 410. Sa citation « Tout ce qui commence doit périr… Tout ce qui grandit connaît la décrépitude et la mort… Mais Rome !! ».
(2) - Saint Jean Chrysostome (345 - 407) : Originaire d’Antioche, en Turquie. Il devint moine puis prêtre. Excellent prédicateur, il fut surnommé « bouche d’or ». Il fut ordonné évêque de Constantinople. Il ne put s’adapter à l’atmosphère de la cour impériale et voulut réformer les mœurs du clergé et des courtisans. Il fut exilé en Asie et laissa des traités sur le Sacerdoce, le Mariage et la Virginité essentiellement. Sa citation « Chacun peut-être utile à son prochain, s’il veut bien faire tout ce qui dépend de lui ».
(3) - Saint Basile le Grand (330 - 379) : Ce fut un riche aristocrate de Cappadoce, en Turquie. Il devint moine puis évêque de Césarée. Homme de mesure et de dialogue, il fut précurseur de l’action sociale. Il construisit une cité ouvrière, avec hôpital et logements « La Basiliade ». Il écrivit le « Traité du Saint Esprit ». Il affirma sa divinité et montra son action dans la vie quotidienne. Sa citation « Tu es pauvre ? Un autre est plus pauvre que toi ».
(4) - Saint Athanase d’Alexandrie (293/298 - 373) : Il naquit à Alexandrie, métropole de l'Égypte. Diacre de l’évêque Alexandre d’Alexandrie, il a contribué à la défaite de l’arianisme. Considéré comme l’un des pères de l’Église antique les plus importants, aux côtés d’Ambroise, de Jean Chrysostome et d’Augustin, d’une intelligence remarquable et pétri de culture grecque, il a participé au concile de Nicée en 325. Nommé évêque d’Alexandrie en 328, Il n’a eu de cesse de défendre la divinité de Jésus-Christ. Sa citation « Telle est la foi catholique, que chacun doit croire fidèlement et fermement, sous peine de ne pouvoir être sauvé ».
  • Latérale Sud
(5) - Saint Augustin (354 - 430) : Originaire de Numidie, en Algérie. Après avoir longtemps cherché la Vérité dans la philosophie, il se fit baptiser à 33 ans par Ambroise. Il devint évêque d’Hippone (Bône). Il était philosophe, théologien, exégète, éducateur, catéchiste… Parmi ses œuvres colossales, on lui doit « Les Confessions », « La Cité de Dieu » et « Le traité sur la Trinité ». Ses citations « En aimant notre frère selon l’amour, nous aimons notre frère selon Dieu » et « Tu vois la Trinité, quand tu vois la Charité ».

Chœur

La grille de clôture en fer forgé est classée au titre objet depuis le 04/11/1975 [3] .

De la 2e moitié du XIXe siècle, le Maître-autel est l'oeuvre du fabricant de mobilier liturgique Mayer, de Munich.

Transept

Chapelle du Sacré-Cœur

La grille de clôture en fer forgé est classée au titre objet depuis le 04/11/1975 [4] .


Chapelle de la Vierge

La grille de clôture en fer forgé est classée au titre objet depuis le 04/11/1975 [5] .


Chapelle de Saint Joseph

Ceinture de Saint Joseph
Photo C. PIEMINOT

La ceinture de Saint Joseph avait été apportée de Terre Sainte par Saint Louis. Offerte à Jean de Joinville, elle est vénérée en la paroisse depuis l’an 1252.
Elle est exposé dans une vitrine sur un cylindre de cristal supporté à ses extrémités par quatre personnages représentant Jean, Sire de Joinville, Saint Louis (Louis IX), L’Évêque de Châlons et un moine de Saint Urbain.

Le reliquaire est classé au titre objet depuis le 03/12/1984 [6].

Chapelle de Saint Simon

La statue centrale représente Saint Simon. Elle est classée au titre objet depuis le 09/10/1961 [7] .

En sa partie inférieure et au dessus de l’autel, un groupe sculpté représente le Christ entouré de la Vierge de Pitié, Saint Jean et La Sainte Madeleine. Créé au XVIe siècle, il est également classé au titre objet depuis le 21/02/1907 [8] .

Au milieu de cette chapelle une statue intitulée « Vierge à l'enfant assise » en bois peint, du XIIIe siècle est classée au titre objet depuis le 18/09/1908 [9] .


Baptistère

Fonts baptismaux
Photo C. PIEMINOT

Les fonts baptismaux sont classés au titre objet depuis le 09/10/1961 [10] .

La statue « Saint Jean Baptiste » est classée au titre objet depuis le 09/10/1961 [11] .

(6) - Saint Ambroise (340 - 397) : Gouverneur de Milan, ordonné évêque après son baptême. Il distribua ses biens aux pauvres. Il demanda aux chrétiens la justice sociale. Il accomplit toutes les fonctions de pasteur. Son œuvre littéraire fut importante (Sermons, catéchèses baptismales, traité sur la virginité…). Il introduisit le chant des hymnes dans les églises occidentales. Sa citation « La Terre appartient à tous et non aux riches ».
(7) - Saint Grégoire de Naziance (330 - 390) : Originaire de Cappadoce, en Turquie. Ami de Basile de Césarée, il fut humaniste, poète et théologien. Il devint évêque de Naziance, puis de Constantinople. Il participa au Concile de Constantinople en 381, qui proclama la « Divinité du Saint-Esprit ». Il a prononcé cinq discours Théologiques sur la « Trinité ». Il a laissé des poèmes et une correspondance abondante. Sa citation « Le Sauveur avait enseigné bien des choses mais l’Esprit enseignerait tout ».

Sépulcre

Œuvre de Claude BORNOT (1480 - 1545), cet ensemble statuaire intitulé « Mise au Tombeau du Christ » est classé au titre objet depuis le 04/07/1903 [12] .

Il représente un tombeau, orné de quatre bas-reliefs, sur lequel le Christ est étendu.
Sept personnages l'entourent : Saint Joseph d'Arimathie, la Sainte Madeleine, Saint Jean, la Vierge et la mère de Jacques, Sainte Véronique et Nicodème, ce dernier n'étant ni de la même époque, ni dans le style de l'oeuvre.

Chaire à prêcher

Du XVIIe siècle, elle est adossée à un pilier Nord de la Nef centrale, proche de la Chapelle de Saint Simon.

Elle est classée au titre objet depuis le 06/01/1970 [13] .

Orgue de tribune

De très belles orgues d'époque Renaissance, superbement sculptées, à la tribune. Oeuvre du facteur Louis Le BéLeur, leur fabrication remonte à 1688 et leur installation à Joinville en 1696. De facture française typique de cette époque, et après de nombreuses modifications au cours des siècles, cet instrument a été entièrement restauré à partir de 1978 et son inauguration, dans sa forme actuelle date de 1984. Le buffet du grand orgue est d'origine (époque Louis XIV), celui du positif a été reconstruit dans le même style. Il possède 30 jeux (2142 tuyaux), 3 claviers. Un pédalier « à la française » a été réinstallé, pour conserver la facture classique de l'instrument d'origine.

Le buffet d'orgue a été classé par arrêté du 6 janvier 1970, la tribune d'orgue a été classée par arrêté du 30 septembre 1911 et la partie instrumentale de l'orgue a été classée par arrêté du 25 février 1974 [14] .

Tableau « L'Institution du Rosaire »

Visible dans le bras Sud du transept, il représente Saint Dominique, Sainte Catherine de Sienne et des donateurs.

Il est classé au titre objet depuis le 06/01/1970 [15] .

Orgue et banquette

Dans le bras Nord du transept, un orgue est exposé pour être vendu. De la fin du XIXe siècle, il avait été fabriqué par la La maison Jaquot-Jeanpierre.

La banquette, visible devant sur la photographie, date du 1er quart du XVIIIe siècle. Elle est classée au titre objet depuis le 12/01/1977 [16] .

Quelques statues et tableaux

Plaques commémoratives

  • En hommage aux soldats joinvillois morts pour la France entre 1914 et 1919.

Murale, elle est présente à l’angle Est de la Chapelle Saint Simon avec la Nef latérale Nord.



Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des enfants de Joinville Morts pour la France entre 1914 et 1919 ...


  • En mémoire de l’Abbé Placide MARIET, curé de Joinville de 1923 à 1948.

Murale, elle est visible dans la Chapelle du Sacré-Cœur.

A LA MÉMOIRE
DE
MR L’ABBÉ PLACIDE MARIET
CHANOINE HONORAIRE
CURÉ DE JOINVILLE
DE
1923 A 1948
PRIEZ POUR LUI


  • Plaque funéraire Claude DE NAYER.

Murale, elle est présente dans le bras Sud du Transept.

ICI REPOSENT :
ME CLAUDE DE NAYER,
VIVANT RECEVEUR DES TRAITES ET GABELLES,
DÉCÉDÉ LE 20 SEPT. 1735, ÂGÉ DE 48 ANS.
DAME FLORENCE LE FEBVRE, SON ÉPOUSE,
DÉCÉDÉE LE 30 MARS 1764, ÂGÉE DE 73 ANS.
JOSEPH MARIE MAULGUÉ DE CERNY (*),
LEUR PETIT-FILS,
DÉCÉDÉ LE 3 JUIN 1765, ÂGÉ DE 22 ANS.
DE PROFUNDIS.


(*) : MAULGUÉ ou MAULGUÉ DE CERNY. Dit MAUGUET Joseph Marie à sa naissance le 3 juin 1743 à Joinville, fils de Louis et de Marguerite Françoise Joseph DE NAYER (dite DESNAYER).
  • Dalle funéraire Anne Marie Claire BARON épouse DUCONTE

MONUMENT
D’AMOUR MATERNEL ET DE TENDRESSE FRATERNELLE
A LA MEMOIRE
DE DAME ANNE MARIE CLAIRE BARON
EPOUSE DE MESSIRE ANDRÉ SIMÉON DUCONTE
CONSEILLER AU CONSEIL SOUVERAIN D’ALSACE
SA SAGESSE / SURPASSA SA RARE BEAUTÉ / À LA FLEUR DE SON ÂGE / ATTAQUÉE D’UNE ÉTISIE CRUELLE / APRÈS DE LONGUES SOUFFRANCES
ELLE PASSA LE IV FÉVRIER MDCCLXVIII (**)
DE CETTE VIE MORTELLE ET DOULOUREUSE / À CELLE QU’ELLE A SÇU MÉRITER / EN LAISSANT APRÈS ELLE / LES EXEMPLES INSTRUCTIFS ET FRAPPANS / DE PIÉTÉ, DE PATIENCE ET DE COURAGE CHRÉTIEN


(**) : Inhumée le 4 février MDCCLXVIII (1768) dans l'Église Notre-Dame suite décès à Joinville le 2 des dits mois et an à l'âge de 28 ans environ.
  • Plaque d'attribution de place à l'Évêque Olivier de Durfort

Plaque d'attribution de place, parmi les stalles, à Olivier de Durfort (1863-1935) [17] , Évêque de Langres de 1911 à 1918, lors de son passage en l'Église de Joinville le 6 octobre 1912.

Visuel sources.png Sources

  • Panneaux informatifs

Familles notables.png Notables

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Pierre Ier 1181 Dit chapelain de Joinville, étant en cette qualité le vrai curé de la paroisse. Il fit comme curé un arrangement avec l'abbaye de Saint Urbain. D'après cet arrangement réglé en 1181 par Guy de Joinville, évêque de Châlons, il devait percevoir seul les droits curiaux, tels que les offrandes des confessions et les repas des noces. De plus, il devait percevoir le tiers des dîmes et des offrandes, les deux autres tiers devant être partagés entre les prieurés de Sainte-Anne et de Saint-Jacques, membres dépendants de l'abbaye de Saint-Urbain  
Raoul 1250 - 1256 Témoin de diverses donations faites au chapitre de Joinville  
Bertrand 1272 - 1281 -  
BERTIN 1282 -  
Pierre II 1300 Curé à une époque inconnue, peut-être vers 1300, fonde son anniversaire au chapitre de Joinville ; il est possible qu'il soit le même que Pierre Ier  
Ferry ou Frédéric DONNE 1363 Fit un arrangement touchant ses droits curiaux avec les prieurs de Sainte- Anne et de Saint-Jacques  
Nicolas AUBERTIN 1439 -  
Jean VITEL-GRÉBIN 1472 Pacifie un démêlé survenu entre le prieur de Saint-Jacques et le curé de Rupt (52)  
Arnoul Vivien 1502 Aussi chanoine de Metz (57) et archidiacre de Marsal (57)  
Claude FLORNOY 1554 -  
Jean HERBELET 1586 - 1587 Meurt des suites d’une maladie contagieuse, victime de son zèle et de son dévouement pour ses paroissiens  
Jean VÉRET 1587 - 1598 -  
Claude VÉRET 1630 - 1637 -  
Nicolas LEPAULT 1647 - 1662 -  
Simon ROYNETTE 1668 - 1691 Docteur en théologie, étant en même temps vicaire général de l'évêque de Châlons  
Claude CLÉMENT 1708 - 1723 -  
Louis François LEMAISTRE 1725 Licencié in utroque  
Claude PATOT 1731 - 1768 Docteur de Sorbonne et chanoine de Sailly (52) - Meurt en 1768  
François Etienne PETITJEAN 1768 - 1794 Bachelier en théologie, ex chanoine de Sailly (52) - Assermenté, puis rentré dans le siècle - Meurt à Paris en 1817 dans un état voisin de la misère  
François Thomas BLUGET 1803 - 1817 Décède en 1817  
Charles Antoine MILLIÈRE 1818 - 1832 Maître-ès-arts - Ex curé d'Échenay (52) - Meurt en 1832  
Pierre Louis MARÉCHAL 1832 - 1861 Auparavant vicaire de Joinville de 1822 à 1832 - Décède en 1861  
Jean Auguste Alexandre DESMOT 1861 - 1891/.... Dit DEMOT - Né le 14/07/1826 à Poinson-lès-Grancey (52) - Fils de Joseph, cultivateur, et de Marie AUBRIOT - D'abord professeur au collège de Puellemontier, puis vicaire de Joinville avant d’être curé en 1861 - Recensements 1866, 1876, 1881, 1891  
Alexandre Eugène BAUDRY ..../1896 - 1906/.... Né le 24/03/1842 à Blumeray (52) - Fils de François Adolphe, bûcheron, et de Joséphine MUTEL - Recensements 1896, 1901, 1906  
Louis Hector MOUSSU ..../1911 - 1923 Né le 13/06/1859 à Meuse (52) - Fils de Louis Adolphe, cultivateur, et de Marguerite Scolastique SILVESTRE - Recensements 1911, 1921  
Marie Théodore Placide Pie MARIET 1923 - 1948
52250 - Joinville - Église Notre-Dame - Plaque commémorative - Abbé Placide MARIET - 2019.JPG
Dit Placide - Dit Placide Marius Pie - Né en 05/08/1869 à Changey (52) - Fils de Théodore François, cultivateur, et de Marie Céline RACLOT - Recensements 1926, 1936 - Décède à Joinville le 02/02/1948  
Marcel Emile MAITRIER
Chanoine Marcel Maitrier.jpg
- 1961 Dit Marcel - Né le 12/06/1891 à Langres (52) - Fils de Pierre Marie Joseph, imprimeur, et de Marie Jeanne Adélaïde BARRIERE - Curé de Neuilly-sur-Suize (52) en 1931 - Rappelé à Dieu le 22 janvier 1961 à Joinville dans sa 70ème année et la 46ème de son sacerdoce  
- - -  

Visuel sources.png Sources : Le diocèse de Langres: histoire et statistique, Volume 2 par l’Abbé Charles François ROUSSEL, 1875, Langres + Site des Archives Départementales de la Haute-Marne (A.D. 52)

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Histoire de Joinville
  Tablettes historiques de Joinville
  Joinville (Notre Vieux) - Son château d'autrefois, la collégiale de Saint-Laurent et ses tombeaux

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.