Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d’informations

Modifications

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

85149 - Moreilles

Aucun changement de taille, 4 mars 2012 à 15:01
m
aucun résumé de modification
D'après une description de l'abbaye que l'on possède (20), il semble qu'elle soit bien aménagée et que les moines soient correctement logés. L'église a été reconstruite en 1699. Dom Boyer, de passage, écrit "Je dis la sainte messe dans l'église de Moreilles qui est très belle. Dom Jacques Godet, prieur (...) fait bâtir à grande hâte et répare bien son monastère." (21)
On dispose de peu d'éléments pour connaître la vie de ce monastère. Un simple fait nous est connu, c'est qu'en 1784 Dom de Moulin, religieux de Moreilles, fait une déclaration dans laquelle il mentionne qu'il y a eu des "plaintes et menées secrettes ou publicq contre Dom Choppin, prêtre Religieux, et prieur de la dite abbaïe." (22) Une lettre a été envoyée par un particulier à l'évêque critiquant l'attitude du prieur à l'égard de Dom de Moulin qui cherche à "limiter les dégâts".
Il est difficile de connaître l'avis des contemporains sur les religieux de Moreilles. Ce que Cavoleau leur reproche c'est leur inutilité. Il écrit en effet : "Les religieux et l'abbé de cette maison ont prouvé que les ordres monastiques n'ont pas contribué autant qu'on serait disposé à le croire aux progrès de l'agriculture dans les campagnes qu'ils habitaient. Situés au centre du dessèchement du Petit-Poitou, dans lequel étaient placés tous leurs domaines, ils n'ont contribué à cette belle entreprise que par l'abandon qu'ils ont été forcés de faire aux dessécheurs d'une partie de leurs marais Pour jouir de l'amélioration de l'autre partie." (23) On pourrait objecter à cette remarque que la première raison d'être d'un monastère n'est pas de faire oeuvre œuvre d'entrepreneur de travaux publics. Toutefois, l'abandon aux sociétés de marais de l'initiative des dessèchements a sans doute marqué pour l'abbaye de Moreilles le commencement du déclin. Elle s'est contentée de jouir paisiblement des richesses amassées autrefois. Un sursaut de rayonnement spirituel n'a pas contrebalancé cette perte d'influence auprès des habitants de l'entourage. A la Révolution, tous les moines ont prêté serment et la communauté s'est dispersée.
<center>'''NOTES'''</center>
64 031
modifications

Menu de navigation