Modifications

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le cérémonial du dîner du Roi

99 octets ajoutés, 21 mars 2017 à 19:58
aucun résumé de modification
{{brouillon}}
[[Catégorie:Administration française d'Ancien Régime]]
[[Catégorie:Histoirede France]]Je suis littéralement ce qui est mentionné dans l'état de la France publié en 1789, pour ce qui concerne le cérémonial du lever, du dîner et du coucher du roi.
= Le cérémonial du dîner du Roi =
== La Nef ==
[[Fichier:nef.jpg|left|75px|]]
L'huissier de salle ayant reçu l'ordre pour le couvert du roi, va à la salle des gardes-du-corps, frappe sur la porte avec sa baguette, qui est la marque de sa charge, et dit tout haut : Messieurs , au couvert du roi, puis avec un garde il se rend au gobelet. Ensuite le chef du gobelet apporte la nef, les autres officiers apportent le reste du couvert; le garde-du-corps marchant proche la nef, et l'huissier de salle portant les deux nappes, est à la tête, s.i baguette en main. Le soir il tient aussi un lia m beau. Voyez l'article 24 des réglemens règlements faits par Louis XIV en 1681. Etant tous arrivés au lieu où la table du prêts est dressée , l'huissier étale seul une nappe sur le buffet ; puis le chef du gobelet et lui étalent une autre nappe dessus la table du prêts ; cet huissier reçoit un des bouts que l'officier du gobelet , qui en retient l'autre bout, lui jette adroitement entre les bras. Après les autres officiers du gobelet posent la nef, et préparent tout le reste du couvert. Celle nef est une pièce d'orfèvrerie , ordinairement de vermeil , faile faille en forme de navire démâté. La tradition veut que ce soit un présent fait dans le seizième siècle à l'un de nos rois, par la ville de Paris, dont les armes sont un navire. Quoi qu'il en soit , c'est dans cette nef que l'on enferme entre des coussins de senteur, les serviettes qui doivent être présentées au roi durant son repas. Lorsqu'il plaît au roi de manger en grand cérémonial, elle est placée sur un bout de la table de S. M., ainsi qu'on l'expliquera ci-après. Dans les autres jours on la met sur la table du prèts près ; mais en quelque endroit qu'elle soit posée , toutes les personnes qui passent devant, même les princesses, lui doivent le salut, de la même manière qu'on le doit au lit du roi, quand on passe par la chambre de S. M.
{{clr}}
== L'ordre des repas ordinaires ==
Suivons l'ordre des repas ordinaires. Le gentilhommeservant gentilhomme servant qui est de jour pour le prêts, coupe les essais de pain déjà préparé au gobelet , fait faire l'essai au chef du gobelet du pain du roi, et du sel : il touche aussi d'un essai les serviettes qui sont dans la nef, la cuiller, la fourchette, le couteau et les cure-dents de S. M. , qui sont sur le cadenas , donnant pareillement cet essai à manger à l'officier du gobelet, ce qu'ils appellent faire le prêts. Le gentilhomme-servant ayant ainsi pris possession de la table du prêts , continue de la garder.
Le prêts étant fait, les officiers du gobelet vont à la table où doit manger le roi, la couvrent de la nappe de la même façon ci-dessus exprimée ; ensuite un des gentilshommes-servans y étale une serviette dont la moitié détorde du côté de S. M. ; et sur cette serviette il y pose le couvert du roi : savoir , l'assiette et le cadenas sur lequel sont le pain, la cuiller , la fourchette et le coiiteau, et par-dessus est la serviette du roi proprement pliée à goudrons et petits carreaux. Puis ce gentilhomme-servant replie sur tout le couvert la serviette de dessous qui déborde. Il pose aussi les coliers ou porte-assiettes, et le tranchant ou couteau , la cuiller et la fourchette dont il a besoin pour le service : ces trois dernières pièces étant pour lors entourées d'une serviette pliée entre deux assiettes d'or, il se lient tout proche de la table pour garder le coDvert de S. M.
[[Fichier:diner du roi.jpg|right|400px|]]
Pendant ce temps, l'huissier de salle retourne à la salle des gardes , où ayant frappé de sa baguette contre la porte, il dit tout haut : Messieurs à la viande du roi; puis il va à l'office-bouche, où il trouve le maître-d'hôtel qui est de jour, le gentilhomme-servant et le contrôleur d'office qui bj sont rendus.
Il se découvre , se lève, fait son compliment en italien ; et après qu' il a bu , S. M. ôte un peu son chapeau pouf le remercier ; le premier coup que le roi boit ensnile , c'est à la santé du pape : le cardinal se tient debout la barrette à la main , pendant que le roi boit ; ce qu'il lait encore toutes les autres fois que S. M. recommence de boire, étant averti chaque fois par le mailre des cérémonies. Le roi ayant bu , ôte un peu son chapeau pour le remercier , et S. M. se recouvrant, c'est le signal au cardinal pour se rasseoir. A chaque service , on couvre la table du roi de ce qu'on appelle un service complet ; et l'on pose en même temps sur les deux autres tiers, qui sont pour le cardinal, un autre service aussi complet, composé précisément du même nombre de plats , remplis de la même qualité de mets. Le roi est servi par ses gentils-hommes-servants, des plats qui sont préparés pour S. M., et le cardinal, par le seul contrôleur-général , des plats préparés pour lui et posés devant lui.
{{clr}}
== Le petit-couvert ==
Pour lors le roi est servi à table par le grand-chambellan, et en son absence , par le premier gentilhomme de la chambre. Le mailre-d'hôtel précède le service à l'ordinaire, mais sans porter le bâton , qui est la marque de son office ; S. M. n'a pas son cadenas sur sa table , mais seulement une assiette avec un simple couvert enveloppé d'une serviette bàtonnée. C'est-là ce qui fait la différence du grand-couvert , comme la nef posée sur la propre table du roi , fait celle du grand cérémonial. Il sera parlé plus amplement de ce service au chapitre du gobrlet.
Le serdeau, ainsi qu'il a été dit, reçoit à tons les rep.19 du roi tous les plats de la desserte de la table de S. M. qui sont portés à l'office, ou salle des gentilshommes-servants, appelée le serdeau , où il leur sert ces plats , et à ceux qui mangent avec eux , ou qui ont ordinaire à la même table. Sous ce serdeau sont encore d'autres garçons qui servent à cet office. Les valets des gentilshommesservants gentilshommes servants y sout sont nourris de leur desserte. == {{Bibliographie}} == * Nicolas Viton de Saint Allais, ''Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France'' == {{Voir aussi}} == * [[Le cérémonial du coucher du Roi]]* [[Le cérémonial du lever du Roi]]
18 845
modifications

Menu de navigation