Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d’informations

Modifications

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Algérie - Fort-National

125 octets ajoutés, 1 juillet 2008 à 17:25
Période française
Le 19 mai [[1857]], le Maréchal Randon vint prendre le commandement des troupes à Tizi-Ouzou et cette bourgade devint dès lors la base de départ des opérations à mener au cœur du DJURDJURA.
Après une résistance farouche faisant face aux nombreuse expéditions, au bout de la quinzième, la plus formidable jamais égalée dans l'Histoire de la région Kabyle encore moins dans le pays et le continent, les Kabyles, dans un ultime effort herculéen à Icherriden (24 juin 1857) déposèrent les armes et vinrent auprès de leur vainqueur, le maréchal Randon, gouverneur-général d'Algérie et chef de l'expédition en question, demander l'aman (la paix). Elle leur fut accordée mais sous conditions. Entre autres ne pas s'opposer à la présence française sur leur sol, encore moins entraver la réalisation du tracé de la route carrossable qui doit continuer jusqu'au Djurdjura. De même La la construction d'un bordj français. Des études entreprises sur le terrain par le génie militaire, la position de SOUK-LARBAA parut réunir les conditions requises pour y construire le fameux fort de guerre. Un plateau qui se présentait le plus large en ces éminences, incluant avec lui le périmètre du village Ichariouène dont la population a quitté dû quitter l'endroit . D'ailleurs, on la retrouvera toute disloquée pour avoir dans les villages et parrages environnants. La raison est qu'elle avait activement participé activement politiquement et militairement à la défense du territoire.
Le choix de l'emplacement pour l'édification du fort était beaucoup plus stratégique afin de maintenir la région dans l'obéissance. En effet, la présence d'une garnison pouvant se suffire à elle-même dans les temps les plus durs (l'exemple nous sera donné lors de l'insurrection de 1871 où la garnison a pu survivre à deux (02) mois d'embargo)s'avérera donc dissuasive à plus d'un titre. La garnison était donc 'une épine dans l'oeil des Kabyles', comme l'avait prédit le maréchal ordonnateur de son élévation.
9
modifications

Menu de navigation