🍪
Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d’informations
Ouvrir le menu principal

Modifications

Consanguinité

719 octets ajoutés, 3 avril 2017 à 10:02
ajout référence biblio
''[[Lexique - C|< Retour au Lexique lettre " C "]]''
<!-- Catégorie de la page, ne pas modifier -->
[[Catégorie:Premiers pas en généalogie]]
[[Catégorie:Lexiques de la parenté]]
<!-- Catégorie de la page, ne pas modifier -->
__TOC__
La consanguinité est la parenté entre deux personnes (ou plus généralement deux êtres vivants), ou à l'intérieur d'une population (même espèce).
Il a été ensuite étendu, ce qui a conduit au concept de biodiversité, qui ne s'applique pas à une espèce mais à l'ensemble de la biosphère.
[modifier]
== Définition et mesure==
La consanguinité entre deux individus (personnes ou animaux) se définit comme la proportion d'allèles identiques. C'est donc un nombre compris entre 0 et 1, souvent exprimé en pourcentage. Notez qu'il est bien question d'allèles et non de gènes : l'homme possèdant possédant déjà entre 98,4 % et 98,6 % de ses gènes en commun avec le chimpanzé, un pourcentage sur les gènes serait à peu près inexploitable.
Deux clones, deux vrais jumeaux sont bien entendu parfaitement consanguins (100%). Ils ne sont pas pour autant identiques : les empreintes digitales de jumeaux diffèrent, les pelages de chats ou de bovins clonés aussi.
La consanguinité de parent à enfant, en supposant une consanguinité « nulle » (ce qui est impossible, mais disons très diluée en pratique) entre les deux parents, est de 50 %. En effet, l'enfant partage dans ce cas la moitié de ses chromosomes (ou plus exactement de ses allèles, pour tenir compte des cas de cross-over) avec chacun de ses parents.
Pour tous les autres cas, il n'est possible de définir qu'une consanguinité moyenne, car c'est chromosome par chromosome qu'il faut faire le test.
Ainsi, le descendant d'un accouplement parent-enfant (celui ayant un second parent au départ nullement consanguin avec le premier) aura une consanguinité qui peut varier, vis-à-vis de son parent et grand-parent simultanément, de 50% à 100 %, avec une moyenne de 75%. Vis-à-vis de son autre parent, la consanguinité peut varier de 0% à 100%, avec une moyenne de 50%. La multiplication de ce type d'accouplement conduirait rapidement, sans l'apparition aléatoire de mutation parfois significative, à une consanguinité proche de 100%. Cette consanguinité ne serait pas pour autant un clonage naturel, car deux parents ayant un patrimoine génétique identique (à l'exception du chromosome Y chez l'un remplacé par un Y chez l'autre) ne seraient pas identiques pour autant. Il y subsisterait la « loterie de l'hérédité » qui pourrait apparier deux allèles récessifs aussi bien qu'un dominant et un récessif, changeant l'aspect et les caractéristiques de la progéniture).
Entre deux enfants (de sexe indéterminé, pour passer rapidement sur le cas des chromosomes sexuels) de même parents (toujours dans le cas d'une consanguinité nulle entre eux), la consanguinié consanguinité peut varier de 0 à 100 %, avec une moyenne de 50 %. Curieusement, donc, la consanguinité de ces enfants entre eux est en moyenne la même que celle vis-à-vis de leur parents.
On peut également définir, sur cette base, une consanguinité moyenne dans une population, comme la moyenne des consanguités consanguinités deux à deux. Elle dépendra du nombre de variantes (allèles) du même gène qui sont disponibles dans la population, et donc du nombre d'ancêtres différents qui ont fondé la population considérée et du taux de mutation depuis cette fondation.
Si chaque gène dispose de 10 allèles equifréquentséquifréquents, la consanguinité moyenne sera de 10%. Mais si les 10 allèles ne sont pas équifréquentéquifréquents, la consanguinité moyenne sera bien plus forte : par exemple, si un gène représente la moitié de du stock génétique (ou « pool ») et les 9 autres le reste (cas bien plus réaliste), la consanguinité moyenne dépasse 25%. Et pourtant, la diversité génétique reste forte (elle est indépendante de la fréquence de chaque allèle, et ne dépend que de leur nombre.
En pratique, on observe que la consanguinité moyenne dans une population, même très mélangée, est forte, supérieure à 33%. De sorte que le mariage « moyen » est à peine moins consanguin qu'un mariage parent-enfant ou frère-sœur. On observe aussi qu'une introduction rare de « sang neuf » (par exemple un accouplement sur 100) permet de maintenir une consanguinité forte mais sans dommage sur la diversité.[modifier]
Croyances et réalitésPour la mesure complète de la consanguinité, voir le calcul par la méthode des chemins :[http://www.braquedubourbonnais.info/fr/calcul-consanguinite.htm Calcul de la consanguinité]
Il y a un mythe, popularisé tout le long du XIXe siècle notamment par des écrivains, de la tare héréditaire ou congénitale, == Croyances et de l'influence néfaste d'une consanguinité importante (facteur explicatif de décadence par exemple dans des familles royale). Mais la réalité est plus simple : il ne s'agit que d'un mythe, certes commode pour ne pas chercher d'autres explications, mais nullement de réalité.réalités ==
CertesIl y a un mythe, il est incontestable que la procréation consanguine concentre certaines caractéristiques génétiquespopularisé tout le long du {{XIXe siècle}} notamment par des écrivains, y compris certaines considérées comme défavorables. Cela ne signifie nullement que les produits aient plus de « tares » que la moyenne tare héréditaire ou congénitale, et de leur espèce, mais seulement qul'influence néfaste d'ils ont une consanguinité importante (facteur explicatif de décadence par exemple dans des familles royales). Mais la réalité est plus souvent les mêmes – qui simple : il ne s'éliminent ainsi plus facilement (agit que d'ou lun mythe, certes commode pour ne pas chercher d'intérêt des « pur-sang »)autres explications, mais nullement de réalité.
Il n'Certes, il est pas moins vrai incontestable que la procréation consanguine concentre certaines caractéristiques génétiques, y compris certaines considérées comme défavorables. Cela ne signifie nullement que les petites populations évoluent produits aient plus vite et plus brutalement de « tares » que les nombreusesla moyenne de leur espèce, une mutation smais seulement qu'y propageant mieux en raison d'un stock de gènes initialement ils ont plus faible. Cela se manifestera, par exemple, par une grande variation de taille, vers des formes géantes ou naines. Mais le nanisme ainsi observé ne doit pas être considéré en soi comme une dégénerescence : bien souvent, il les mêmes – qui s'agit au contraire éliminent ainsi plus facilement (d'une adaptation, à un milieu plus petit, fournissant donc où l'intérêt des ressources plus limitées« pur-sang »).
Il n'est pas moins vrai que les petites populations évoluent plus vite et plus brutalement que les nombreuses, une mutation s'y propageant mieux en raison d'un stock de gènes initialement plus faible. Cela se manifestera, par exemple, par une grande variation de taille, vers des formes géantes ou naines. Mais le nanisme ainsi observé ne doit pas être considéré en soi comme une dégénérescence : bien souvent, il s'agit au contraire d'une adaptation, à un milieu plus petit, fournissant donc des ressources plus limitées.
=== Alors pourquoi le mythe ?===
Ce n'est pas du coté de la génétique que se trouve l'explication, mais du côté de la sociologie. Claude Lévi-Strauss suggère dans son livre ''Les structures élémentaires de la parenté '' que la prohibition de l'inceste dans la plupart des sociétés est due à la nécessité de l'exogamie en vue d'agrandir le territoire de la tribu. == {{Voir aussi}} ==* [[Cousin]]* [[Degrés de parenté]]* [[Implexe]] == {{Liens utiles}} == == {{Notes et références}} =={{Références}} =={{Bibliographie}}==* [http://www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1948_num_3_4_2038 '' Fréquence et répartition des mariages consanguins en France ''], article de Jean Sutter et Léon Tabah, dans la revue Population, Année 1948, Volume 3, Numéro 4, pp. 607-630.
185
modifications