Recherche généalogique en Suède

De Geneawiki
Révision datée du 11 juillet 2019 à 15:26 par B.ohland (discussion | contributions) (Correction Suédois --> lettre minuscule si adjectif ; lettre majuscule si nom des habitants de Suède.)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Suède
Drapeau suédois
Informations
Capitale Stockholm
Population 9 316 256 hab. (2009)
Superficie 449 964 km²
Langue officielle Suédois
Liens complémentaires
Associations de généalogie
Localisation
Localisation de la Suède en Europe

Avec plus de 200 000 généalogistes actifs et près de 150 associations à travers le pays (pour seulement 9,3 millions d'habitants), la généalogie est l'un des loisirs préférés des Suédois. La situation locale est marquée par des archives nombreuses et en excellent état, une fédération efficace, des associations dynamiques et une mise en ligne des archives numérisées par des acteurs privés (accès payant). En moyenne, on peut espérer remonter jusqu'à la période 1650-1700.

Les recherches généalogiques en Suède sont relativement simples sous réserve de parler anglais.

Les recherches généalogiques en Suède

Particularités des recherches

Formation des noms

Pour la majorité des Suédois, avant une période allant de 1870 à 1930, les noms sont construits à partir d'un modèle patronymique qui associe les termes son (fils) ou dotter (fille) au prénom du père.

Le principe est le suivant : Persson doit se lire 'Fils de Per' ('Per' = Prénom + 's' = génitif + 'son' = fils), Persdotter se lisant 'Fille de Per'. Voir ci-contre un exemple de ce système.

Exemple du système patronymique


Cela bouleverse les méthodes des chercheurs français. Il faut intégrer ce changement de patronyme pour chaque génération et éviter de rapprocher deux Andersson d'un même village qui n'ont que très peu de chances d'être cousins.

Ce système existait aussi en Norvège et au Danemark avec une petite différence : 'Fils de' se dit "sen", Andersson devenant Andersen. En Islande, il perdure avec son et dottir.

À partir de 1870, la création des "noms de famille" devient la règle, cette transformation se déroulant sur une période d'une cinquantaine d'années. Si beaucoup de Suédois préfèrent garder un nom en son, d'autres ont choisi un nom composé, le plus souvent, à partir d'une description géographique ou naturelle (exemples : Söderberg = Montagne du sud ; Lindblom = Fleur de tilleul ; Lindberg = Montagne du tilleul).


Description des lieux

Les généalogistes suédois utilisent le système de localisation que l'on trouve dans les documents anciens.

Dans la majorité des cas, le lieu indiqué est la paroisse. Cette paroisse est souvent suivie de la lettre-code du comté correspondant. (ex : Hällaryd(K) correspond à la paroisse Hällaryd du län Blekinge).

Toutefois, il n'est pas rare de trouver un niveau de détail bien supérieur dans les registres :
Ferme (Torp/Backstuga), rattachée au Manoir (Gård/Bruk/Gruva...), du Lieu-dit (By), dans la Paroisse (Socken/Församling), du Comté (Län/Landskap)

Il faut donc soigneusement étudier les lieux que l'on recherche en Suède, la difficulté étant de savoir si le lieu dont on dispose est une ferme ou une paroisse et dans quel comté il se trouve...

La vague de migration vers les USA

Il est important de savoir qu'une énorme vague de migration vers les USA s'est produite en Suède. On estime cette vague à plus de 1,2 millions d'individus entre 1820 et 1930, ce qui équivaut à presque 1 personne sur 5 ...
En 1990, on estimait à environ 5 millions de personnes le nombre des descendants de ces migrants suédois installés aux États-Unis d'Amérique.

La raison principale de cette migration vers un monde meilleur est la pauvreté qui touchait une grande partie de la Suède à cette époque.

Ces migrants étaient convoyés par bateaux à travers l'Océan Atlantique, habituellement au départ de Göteborg pour arriver à New York (Ellis Island).

Il est donc fort probable de trouver des descendants de vos ancêtres suédois aux USA ou au Canada.

Les archives

Les archives suédoises ont été mises en place en 1686, dans le but d'augmenter l'efficacité de la récolte d'impôts dans le pays. Le pouvoir royal s'est appuyé sur l'église suédoise qui à organisé le système bien connu des généalogistes locaux :

Archives paroissiales :

  • Registres de Naissances et Baptêmes (Födelse- et Dopboker)
  • Registres de Mariages (Lysnings- ou Vigselboker)
  • Registres de Décès et Sépulture (Död- et begravningsböcker )
  • Registres de Mouvements (In- och Ut-flyttningslängder) = Registre d'enregistrement de déménagement entre les paroisses.
  • Registres de Recensement annuel ou quinquennal (Husförhörslängder) = Composition de tous les foyers d'une paroisse.
  • Registres des Confirmations religieuses (Konfirmationslängder)

Autres :

  • Recensements (Mantalslängder)
  • Archives judiciaires (Domböcker).
  • Inventaires après décès (Bouppteckningar)
  • Listes de passagers (Archives des Compagnies des transatlantiques - Migration vers les USA)
  • Archives militaires

La tenue des archives est restée à la charge de l'église suédoise jusqu'en 1991. Depuis, l'État à repris cette activité qui est placée sous la responsabilité du ministère des impôts.

L'organisme actuel en charge des archives est le Riksarkivet, l'accès aux documents numérisés est en ligne. Site très complet, mais payant. Abonnement pour un an environ 1 000 SEK (110 €) ou 10 fois 3 heures pour 295 SEK

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Your Sweedish roots, 2004, par Per Clemensson et Kjell Andersson (en anglais)

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.