Oslo

De Geneawiki
Révision datée du 18 juin 2019 à 10:09 par Thoric (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Oslo
[[Fichier:|150px]]
Informations
Pays Drapeau norvégien    Norvège
Fylke (comté) Oslo
Code postal
Population env. 600 000 hab. (2015)
Superficie km²
Densité hab./km²
Altitude m
Point culminant m
Nom des habitants
Coordonnées (long/lat) ° / ° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation


Historique

  • Les premières peuplades sont apparues autour de -5 000 ans avant J.-C., essentiellement des chasseurs ou pêcheurs, puis des agriculteurs à l'âge de bronze car les terres autour du fjord étaient fertiles.
  • Vers l'an 700, à chaque belle saison, les vikings commencent à développer un lieu d'échanges marchands à Gamlebyen, au fond du fjord. En l'espace de trois siècles, l'endroit va devenir un centre de commerce important.
  • En 1048, la ville d'Oslo est fondée par le roi Harald V le Sévère (aussi appelé "au dur conseil") : il en subsiste quelques traces dans le quartier nommé plus haut.
  • Vers 1300, Oslo est en pleine apogée : 2 500 à 3 000 habitants, neuf lieux de culte dont trois monastères. Elle est « promue Capitale sous le règne de Håkon V (1280-1319) pour accueillir la résidence des rois »[1]. Il y fait ériger la forteresse d'Akershus.
  • En 1348, la grande peste fait des ravages et les deux siècles qui suivent sont très difficiles : multiples incendies, guerres dano-norvégiennes ou suédoises, puis domination de la Hanse et réforme luthérienne.
  • En 1624 a lieu un terrible incendie et la cité est ravagée. C'est alors que Christian IV construit une nouvelle ville, plus baroque avec un plan en damiers, mais surtout avec moins de bois et plus de matériaux durs. Il la baptise Christiania. Elle devient ville de marchands de bois, d'armateurs, et donc une place commerciale pas si bien vue que cela par Copenhague qui est la capitale à l'époque. En 1800 Christiania compte 9000 habitants.
  • En 1814, la Norvège est à unie à la Suède et la ville redevient capitale sous le nom de Kristiania (écriture normalisée en 1877).
  • Le XIXe siècle connait un nouvel essor avec industrialisation mais aussi institutions publiques, palais royal et parlement, universités, gare et musées. La population est de 26 000 habitants en 1845, 151 000 en 1890 et 228 000 en 1900.
  • Avec l'indépendance de 1905, Kristiania redevient capitale et résidence royale, et en 1925, elle reprend le nom d'Oslo.
  • En 1990, les activités industrielles et portuaires sont excentrées, le cœur de ville connait les débuts de la bétonisation.
  • Au XXe siècle, Oslo acquiert une grande renommée grâce à la découverte du pétrole, aux divers prix Nobel de la paix et aux Jeux Olympiques de 1952.
  • En 2015, Oslo comptait 600 000 habitants.

Patrimoine

Akershus Slott og festning : Palais et forteresse Akershus

Mur de défense de la forteresse Akershus
Photo B.ohland

Un premier château et quatre tours sont érigés sur un promontoire à l'entrée du fjord en 1299 par Håkon V Magnusson, en guise de résidence mais aussi pour défendre la ville. Mais après un incendie en 1527, il n'en reste que quelques bases au niveau des ailes et à l'emplacement du donjon.
Au début du XVIIe siècle, Christian IV remanie l'édifice dans le style Renaissance des pays nordiques et le renforce par des murs de défense en disposition étoilée.
Le château est abandonné vers 1815, gardant en son sein les sépultures de « Håkon VII, la reine Maud et la princesse Märta »[2].
Un programme de restauration voit le jour et le site abrite désormais les musées de la Défense et de la Résistance de Norvège, ainsi qu'une maquette de 150 m2 représentant la ville du temps où elle s'appelait Christiana.

Slottet : Palais royal

Façade du palais royal
Photo A. Ohland

Contrairement à celui de Stockholm, le palais ne se trouve pas au bord de l'eau mais en plein cœur de la ville, au bout d'une large et longue avenue.
Il a été édifié entre 1824 et 1828 pour Karl Johan, mais n'a pas été terminé comme l'aurait souhaité son architecte danois du nom de Linstow. L'intérieur est décoré de peintures de Peter Henrik Wergmann et Johannes Flintoe.
Devant le château s'élève une statue de Jean-Baptiste Bernadotte, devenu roi de Norvège et de Suède de 1814 à 1844 sous le nom de Karl Johann.
Dans le parc, qui est un lieu très fréquenté car non grillagé, subsiste une dépendance ayant abrité l'architecte autrefois. Dorénavant, elle héberge gracieusement des artistes de passage que l'on souhaite promouvoir ou distinguer.

Rådhuset : l'hôtel de ville

L'hôtel de ville
Photo A. Ohland

C'est en 1931 que la première pierre est posée et l'édifice sera inauguré en 1950, pour les 900 ans de la ville. C'est un bâtiment imposant avec deux grandes tours qui guident les navires depuis l'entrée du fjord, de même que son horloge (fabriquée à Strasbourg) qui est visible la nuit. Sur une façade se détache la statue équestre de Harald le sévère, sur une autre, la statue du saint patron Hallvard.
La décoration intérieure est très riche : bas-reliefs ou sculptures, fresques, peintures (notamment de Hendrick Sørensen et Guy Krohg), tapisseries aux motifs retraçant l'histoire du pays.
Le grand hall accueille au mois d'octobre de chaque année la cérémonie de remise du prix Nobel de la paix.

Nobels Fredssenter : centre Nobel de la paix

Le centre Nobel de la Paix
Photo A. Ohland

C'est un lieu d'exposition à la muséographie récente.
Il met à l'honneur le chimiste suédois Alfred Bernhard NOBEL (1833-1896), à l'origine de ce prix, financé par sa fortune acquise par l'exploitation de son "explosive" invention.
Le centre met aussi en valeur les lauréats, le contexte de leurs recherches et l'avancée ou la portée de leurs travaux.
Ce sont des hommes, des femmes, mais aussi des organisations qui ont marqué l'Histoire de l'Humanité. De Henri Dunant en 1901 à l'Union européenne en 2012, en passant par Martin Luther King ou Mère Teresa, ils ont tous œuvré en faveur de la paix.

Les autres prix Nobel sont décernés à Stockholm.

Norske Opera & Ballett : opéra et ballet d'Oslo

Opéra d'Oslo

Depuis quelques années Oslo joue la carte de la modernité et s'est doté d'un opéra aux lignes futuristes.
Il a été construit en 2008 au bord du fjord et certains plans inclinés plongent directement dans l'eau.
Sa conception est due au cabinet d'architecture Snøhetta, qui est aussi à l'origine de la bibliothèque d'Alexandrie inaugurée en 2002.
Les matériaux utilisés sont essentiellement l'acier, le verre, le marbre de Carrare et du bois clair à l'intérieur.
Il propose une acoustique de très grande qualité.
Cet édifice s'est vu attribuer en 2009 le prix Mies von der Rohe.

Patrimoine culturel

Les musées

La capitale d'Oslo regorge de musées, dont quatre présentent un intérêt particulier :

Drakkar d'Oseberg au Musée des navires vikings d'Oslo.
Photo J-P GALICHON
  • Vikingskipshuset (Musée des bateaux vikings) : ce musée conserve trois drakkars qui ont plus de 1000 ans d'existence. Le plus célèbre est celui d'Oseberg, découvert par hasard au début du XXe siècle par un agriculteur. Ce n'était pas un navire de pleine mer mais un bateau d'apparat servant aux funérailles. De grande taille et bien conservé, il contenait la tombe d'une personne renommée, peut-être une reine viking. En dehors des squelettes de deux femmes et des animaux les accompagnant, divers objets ont été retrouvés dans le drakkar : un chariot abondamment sculpté, deux traîneaux, les têtes d'animaux ornant poupe et proue du navire, et divers objets usuels.
  • Frammuseet (Musée du Fram) : il présente entre autres le navire polaire construit en ébène, en 1892, pour l'expédition de Fridtjof Nansen.
  • Munchmuseet (Musée Munch) : il propose une belle collection : « 1 100 toiles, 4 500 dessins, 18 000 œuvres graphiques et 6 sculptures »[3] de l'artiste Edvard Munch.
  • Nork Folkemuseum (Musée des arts et traditions populaires de Norvège) : plus ou moins semblable au Skansen de Stockholm, et au sein duquel a été reconstituée la stavkirke de Gol.


Autres centres d'intérêt

  • Deux autres atouts suscitent la curiosité :
-Vigelandasparken (Parc Vigeland), agrémenté de très nombreuses sculptures en pierre dont un monolithe, réalisées par Gustav Vigeland autour des années 1940 et représentant la condition humaine sous toutes ses formes.
-Holmenkollenbakken (Tremplin de saut à skis d'Holmenkollen), réalisé en 1892 et surélevé au début du XXIe siècle, célèbre depuis les J.O. de 1952, et accessible depuis le centre ville par le métro.

Quelques photos

Édifices religieux

Domkirke : cathédrale luthérienne d'Oslo

Cathédrale Saint-Sauveur
Chapelle attenante

Elle correspond à l'église du Saint-Sauveur, a été érigée à la fin du XVIIe siècle, remaniée au XIXe et restaurée en 1955. La tout constituait autrefois un poste de surveillance pour les pompiers.
L'édifice est pourvu de portes en bronze, sculptées par Dagfin Werenskiold. L'intérieur est de style baroque : la voûte est décorée de fresques, les vitraux ont été réalisés par Emmanuel Vigeland, le frère du sculpteur du parc Frogner ; la chaire d'origine hollandaise est en bois sculpté de feuilles d'acanthe et doré ; le retable date de 1700 et le buffet d'orgue du XVIIIe siècle.
À l'arrière de la cathédrale et sa chapelle se déploient en arc de cercle des petites boutiques datant de 1850.

Sankt Olavs Kirke : cathédrale catholique Saint-Olav

Cathédrale Saint-Olav


Elle a été construite en 1856, en briques rouges selon la tradition scandinave à ce moment-là.
D'abord église, elle est promue au rang de cathédrale en 1953.
En 1989, le pape Jean-Paul II est venu la visiter et y a laissé en don des reliques de saint Olav.

Trefoldighetskirke : Église de la Trinité

Église de la Sainte-Trinité


Il s'agit d'un temple luthérien, de style néogothique, conçu selon les plans de l'architecte Alexis de CHATEAUNEUF (qui a également supervisé la reconstruction de la cathédrale Domkirke).
L'église adopte un plan en croix grecque, au centre duquel repose un tambour octogonal. L'édifice est flanqué de deux clochers et surmonté d'une coupole.
Deux restaurations se sont succédées durant le XXe siècle.

Repères géographiques

Oslo se situe au Sud-Est de la Norvège, à environ 50 kilomètres à vol d'oiseau de la Suède. La ville s'est développée à l'extrémité du renfoncement constitué par le fjord d'Oslo. Celui-ci est bordé de chaque côté par une campagne fertile propice à l'agriculture. Au Nord-Ouest de la capitale commencent les premiers reliefs du Buskerud et de l'Oppland.

Quelques personnalités liées à Oslo

Nées à Oslo

Tombe d'Edvard Munch
  • Eva JOLY, née Gro Eva Farseth, le 5 décembre 1943 à Oslo. Magistrate et femme politique. Procureur de la République à Orléans en 1981. Juge d'instruction à Paris en 1990. Députée européenne en 2009. Candidate à l'élection présidentielle en 2012. Avocate en 2015.
  • Haakon Magnus af GLÜCKSBORG, prince héritier de Norvège. Né le 20 juillet 1973 à Oslo. Fils du roi Harald V et de Sonja Haraldsen. Marié en 2001 à Mette-Marit TJESSEN HØIBY.

Décédées à Oslo

  • Henrik IBSEN : Né le 20 mars 1828 à Skien. Décédé le 23 mai 1906 à Christiania (= Oslo). Auteur dramatique, dont la pièce Peer Gynt (musique d'E. Grieg). Il écrit aussi les paroles de l'hymne national. Prix Nobel de Littérature.
  • Edvard MUNCH : Né le 12 décembre 1863 à Løten. Décédé le 23 janvier 1944 à Oslo. Graveur et peintre précurseur de l'expressionisme. Un de ses tableaux les plus connus et le plus cher au monde s'intitule Le cri (1893).


Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 9 h - 9 h - 9 h - 9 h - 9 h - - -
Après-midi - 16 h - 16 h - 16 h - 16 h - 16 h - -
Oslo Hôtel de Ville.JPG

Mairie
Adresse : Rådhusplassen (Place de l'hôtel de ville) - 0037 OSLO

Tél : 23 46 12 00 - Fax :

Courriel : Contact

Site internet : Oslo kommune

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Xavier Marmier, Histoire de la Scandinavie, Danemark, Suède et Norvège, Paris, Arthus Bertrand Éditeur, 2006, 512 pages, ISBN 0-543-88270-5
  • Ingrid van Houdenhove et Simon Descamps, Dictionnaire insolite de la Norvège, Paris, Cosmopole-Diffusions Marcus, 2014, 158 pages, ISBN 978-2-84630-086-5
  • Multi-rédacteurs, Norvège, le guide bleu, Vanves, Hachette Livre, 2015, 476 pages, ISBN 978-2-01-245766-9-89-3330-7

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Page 99, in Ingrid van Houdenhove et Simon Descamps, Dictionnaire insolite de la Norvège, Paris, Cosmopole-Diffusions Marcus, 2014, 158 pages, ISBN 978-2-84630-086-5
  2. Page 134, in Multi-rédacteurs, Norvège, le guide bleu, Vanves, Hachette Livre, 2015, 476 pages, ISBN 978-2-01-245766-9-89-3330-7
  3. Page 146, in Multi-rédacteurs, Norvège, le guide bleu, Vanves, Hachette Livre, 2015, 476 pages, ISBN 978-2-01-245766-9-89-3330-7



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.