Luxembourg - Ettelbruck

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Ettelbruck
Ettelbréck
‎
Informations
Pays Drapeau du Luxembourg    Luxembourg
District Luxembourg Diekirch
Code postal L-9002
Population 7.782 hab. (2010)
Densité hab./km²
Nom des habitants
Superficie 1.518 ha
Point culminant
Altitude
Coordonnées (long/lat)
Localisation

Histoire.png Histoire de la commune

Deux dents complètes de Mammouth longues de 2m gisaient vers 1850 dans la terre glaiseuse «bei der Reih Beem», près de la route reliant Ettelbruck et Schieren, à 2m de profondeur et à 15m au-dessus du niveau de l'Alzette. Au contact avec l'atmosphère les dents se pulvérisaient. Vers 1894 une autre dent de Mammouth était trouvée au Bamerthal à Diekirch, également à 2m de profondeur.

Le plateau «Kochert - Bucheknapp» au-dessus du Grondwee vers Feulen (390m) s'étend sur une surface de 20ha. Le plateau était peuplé au paléothique moyen (Moustérien, 150.000– 35.000 avant J.Ch.), Aurignacien (35.000-20.000 avant J.Ch.) jusqu'au néolithique et même au chalcolithique (cuivre, vers 3.000 avant J.Ch.).

Ce dont témoignent les centaines de pierres travaillées en Silex ( «Feuerstein», importé de la région de la Meuse!), en quartz ou en quartzit. Nos ancètres de l'âge de pierre en ont formé des outils de travail, des haches, des couteaux et autres flèches primitives.

Pendant « l'âge de bronze », vers 1.800 avant J.Ch, le hêtre et le chêne étaient à l'origine de la grande forêt des «Ardennes, Arduenna ou Arda». La région d'Ettelbruck restait en lisière de cette forêt immense.

Sa terre fertile en Alluvium invitait une nouvelle rasse d'êtres humains venant du sud-est à s'établir. Cultivant la terre, élevant le mouton et connaissant le tissage, fabriquant le verre et des outils en bronze, parlant l'Indo-Germanique, ces gens du temps de «La Tène» semblent également avoir «donné son nom» à notre petite ville: «Atilbriga».

En Celtique «atil» veut dire terre fertile, et le mot «briga» une colonie, une zone de colonisation. Lors de fouilles dans un tumulus au lieu dit «Holstadt» on a pu déterrer un veau et un serpent en bronze. Plusieurs autres tumuli sur le territoire communal contenaient des urnes et des vases, une hache, un crâne.

D'autres tumuli aujourd'hui rasés ne rappellent de leur provenance historique que par leur lieu dit: «op der Tomm», «an der Tomm», «Tommendelt». Tant d'autres noms de notre région semblent avoir la même descendance celtique, «Hardt» (de Arda), Seitert (Seit-Hardt), Lopert, Kingert, Kochert (celte coiche = colline) etc.

La désignation «Ettelbruck» est d'origine indo-germanique et fait référence à «ATILBRIGA», ce qui signifie «terre fertile».

D'autres chercheurs ont voulu interpréter autrement la désignation «Ettelbruck»: Il semble qu'en 451 après J.Ch. l'armée des Huns sous leur «chef» Attila (également connu sous le nom «Etzel») serait passé à son retour de la bataille d'Orléans, de Troyes et de Trèves par notre région.

Le passage des troupes d'Attila aurait donné au pont de la Sûre entre Ettelbruck et Erpeldange le nom «Attilaepons = Attilabrücke». Les plus vieux documents officiels retrouvés et reconnus donnent l'indication «Hettilbrucka» en 901, «Etelbrucca» en 1148.

Dès son rattachement à l'abbaye d'Echternach au début du 10e siècle, le petit village comptait une vingtaine de foyers et était situé géopolitiquement dans le «Ardennergau».

Au 11e siècle Ettelbruck formait avec une population de 300 habitants, le centre de la paroisse, qui comprenait en outre les localités de Grentzingen, Birtrange, Schieren, Welsdorf, Warken, Welscheid et Burden.

La dépendance à l'abbaye d'Echternach restait jusqu'à la Révolution Française. Ettelbruck a été détruit trois fois lors des grands feux de 1532, 1778 et 1814. Le feu de 1778 avait ravagé 480 maisons et fût le plus cruel. Afin de venir en aide l'Impératrice Maria Theresia d'Autriche-Hongrie accorda l'autorisation au village d'organiser onze marchés mensuels, en complément au marché annuel traditionnel.

En 1907, le Grand-Duc Guillaume conféra le titre de «Ville» à Ettelbruck. La bataille de Bulge lors de la seconde Guerre Mondiale mît 200 maisons en ruine; toutes les autres furent endommagées. La ville a été libérée le jour de Noël 1944 par la 80ème Division d'Infanterie US.

Repère géographique.png Repères géographiques

De par sa situation centrale au coeur du Grand-Duché de Luxembourg aux confluents des trois rivières Sûre, Alzette et Wark, c'est par la ville pittoresque d'Ettelbruck, encore appelée «la Porte des Ardennes», que passent les grandes voies de communication routières et ferroviaires qui relient le nord et le sud du pays.

Localités

Ettelbruck, Grentzingen, Warken

Patrimoine.png Patrimoine bâti

  • Le monument Patton : La ville d'Ettelbruck fut libérée le 25 décembre 1944 par le 318e Régiment américain sous les ordres du Colonel Lansing McVickar. Pendant la Bataille des Ardennes, la ville subit des dégâts considérables.
    L'idée est née en 1947 de réaliser à Ettelbruck un monument en l'honneur du Général George S. Patton Jr III, grand libérateur du pays.
  • Le Musée Mémorial Général Patton : Le musée rend hommage au Général George S. Patton Jr., dont la 80e Division d'infanterie a définitivement libéré la ville d'Ettelbruck fin décembre 1944.

A savoir pour vos recherches généalogiques

Archives consultables

Adresse de l'administration communale

Adresse postale : B.P. 116 L-9002 Ettelbruck
Adresse mairie : Place de l’Hôtel de Ville
Heures d’ouverture
lundi à vendredi 08.30-11.30 14.00-16.30
mercredi nocturne jusqu’à 18.30
Central téléphonique : 81 91 81-1
Fax : 81 91 81-364
Adresse électronique : commune@ettelbruck.lu

Logo internet.png Liens utiles (externes)