Les titres de noblesse

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En France

"Rien, en fait de noblesse, ne semble plus mal connu que les titres dont aujourd'hui chacun s'orne à tort et à travers et que le profane croit le seul signe d'une vraie qualité noble."[1]

Pictos recherche.png Article détaillé : Noblesse française

Noblesse d'Ancien Régime

Notions

Durant l'Ancien Régime, le roi est à la tête du système social. Il a des vassaux qui lui doivent fidélité et ont fait vœu d'allégeance.

Il faut faire la différence entre les titres, qui sont attachés à la terre, et les rangs qui sont attachés à la personne. Ainsi, pour devenir comte, le noble doit posséder une seigneurie érigée en comté ; s'il la vend, il perd dès lors son titre de comte. La situation se complique lorsque l'on estime le cas des roturiers possédants un fief de dignité, c'est-à-dire une seigneurie titrée (baronnie, vicomté, comté, marquisat). Ces roturiers ne peuvent se parer du titre attaché à la seigneurie, et ne peuvent être que "sieur de la baronnie de...". À l'inverse, les nobles, c'est-à-dire ceux qui jouissent du rang de chevalier ou d'écuyer, prennent le titre attaché à leur seigneurie.

Les titres sont attachés à une terre et non à une famille.

En France, les titres, hors celui de duc, sont considérés comme moins importants que l'histoire du nom[2].

Dans l'impôt de capitation de 1695, les ducs furent rangés en classe 2, les marquis, comtes, vicomtes, barons, réguliers ou de courtoisie furent rangés en classe 7, les nobles non titrés en classes 10, 15, 19. Dans cet impôt les princes étrangers furent classés avant les ducs[3].

Les titres de noblesse non réguliers (c'est-à-dire qui n'ont pas de valeur légale) sont dits de courtoisie.

Les différents titres

  • Prince du sang (les membres de la famille royale)
  • Prince étranger
  • Duc
  • Marquis
  • Comte
  • Vicomte
  • Baron

Noblesse d'Empire

Notions

La Révolution française abolit le régime féodal et donc, de facto, les titres de noblesse de l'Ancien Régime. Napoléon Ier institua une nouvelle noblesse. Les titres y furent personnels, c'est-à-dire attachés à la personne et à sa descendance, mais il fallait pour les rendre héréditaires constituer un majorat avec des revenus assurés aux éventuels héritiers. À la différence de l'Ancien Régime, cette noblesse ne jouissait pas de privilèges et les titres ne sont plus qu'une distinction honorifique.

Détachés du lien à la terre, les titres d'Empire peuvent donc être accolés directement au patronyme sans particule : baron Mourre par exemple.

Les différents titres

  • Prince
  • Duc
  • Comte
  • Baron
  • Chevalier

Autres pays

Les titres de noblesse dans différents pays européens

Référence.png Notes et références

  1. Philippe du Puy de Clinchamps, La noblesse, collection Que sais-je ? N°830, P.U.F., 1959, page 54.
  2. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, pages 17 et 205.
  3. François Bluche et Jean-François Solnon, La véritable hiérarchie sociale de l’ancienne France – Le tarif de la première capitation (1695). Droz 1983 et 1995.