Légion Etrangère - Soldats des anciens temps

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Légion Étrangère - Soldats des anciens temps

Le but de cette page est de recenser les légionnaires des anciens temps, en y ajoutant le maximum de renseignements les concernant.

Nom - Prénoms Date et lieu naissance Date et lieu décès Grade - Qualité Filiation Commentaires
KREPPEN Jean né ca. 1805 Bruchsal (Allemagne) ap. 1851 Grenadier au 1er rgt. Étranger inconnue Sera ensuite maçon. - Lettre du 30/6/1851, du sieur "KREPPIN" au Préfet du Bas-Rhin « À Monsieur le Préfet du département du Bas-Rhin – Strasbourg, le 30 juin 1851. Monsieur le Préfet, a l'honneur de vous exposer très humblement KREPPIN Jean, ancien grenadier au 1er Régiment Étranger au service de France suivant son congé et certificat de bonne conduite. Sollicite... (un mot ?) de l'extrême bonté de Monsieur le Préfet à ce qu'il daigne lui accorder un passe-port gratuit pour retourner à Marseille, vu il a laissé son petit mobilier ayant eu l'intention de retourner à Bruchsal dans sa ville natale où il espérait faire un petit héritage et ayant appris que la démarche ne servait à rien...(un mot ?) il sollicite retourner avec son épouse à Marseille et recevoir de votre bonté un passe-port gratuit. Votre très humble et très obéissant serviteur. Signé : Johann Kreppin. »

En marge : « KREPPEN » Jean, de Bruchsall, maçon, 46 ans, libéré de la Légion Étrangère. » « A reçu à Marseille le 25/2/1851 un passeport avec secours de route pour retourner à Bruchsaal. » Plus bas, au crayon : « A été autorisé seulement à rester à Strasbourg. »

VENDEL Mathéo ca. 1805 Passau (Bavière, Allemagne) 03/04/1847 Philippeville Grenadier au 2e rgt. de la L.E. Mathéo et Marie PERRIEN Sa feuille de route du 4/8/1846, de sous-officier et soldat : Division de Constantine - Place de Bône - 2e régiment de la Légion Étrangère - 2e bataillon - Grenadier - Matricule 2121. 41 ans, 1,70 m, front couvert, yeux gris, nez long, bouche grande, menton rond, cheveux et sourcils blonds, visage ovale.
Grenadier allant en congé, porteur de son acte de libération. Partant de Bône le 24 juillet au soir, pour se rendre à Passau, Bavière. Délivré par nous, Datas, adjoint de 1re classe à l'intendant militaire, le 24 juillet 1846.
Arrive à Philippeville le 25/7 au matin. Embarqué à Philippeville le 14/8 au matin, pour Marseille. Débarqué à Marseille le 17/8/1846.
Itinéraire : Marseille (touché 4 francs le 17/8) - Aix - Lambesc - Orgon - Avignon (touché 8 f. le 20/8) - Bagnol - St. Andéol - Rochemaure - La Voulte - Tournon - Serrière - Vienne - Lyon (touché 2 f. le 27/8) - Villers - Bourg - St. Amour - Lons.le.Saulnier (touché 2 f. le 29/8, et 3 f. le 31/8) - Arbois - Quingey - Besançon (touché 3 f. le 2/9) - Baume - L'Isle - Belfort (touché 5 f. le 4/9) - Cernay - Colmar - Schélestadt - Erstein - Strasbourg.
Mais Mathéo veut retourner en Algérie. Quelques jours après son arrivée à Strasbourg, il se présente à la préfecture pour en faire part, et :
Lettre du 9/9/1846 du Préfet au Ministre de la Guerre :
"Le nommé "WENDEL" Mathéo, âgé de 41 ans, natif de la Bavière, qui a servi pendant plusieurs années dans la Légion Étrangère, désire retourner en Algérie comme tuilier ou comme journalier. Je prie V.E. d'accorder à cet étranger, qui est très robuste, une autorisation de passage gratuit."
Il est reparti en Algérie, mais est décédé peu après.
Acte de décès n° 72, à Philippeville, le 3 avril 1847, WENDEL Mathéo, journalier, 42 ans, né à Passau (Bavière), fils de Mathéo et de Marie PERRIEN, domiciliés à ?? (Bavière). Témoins au décès : G..., secrétaire de la Mairie, 38 ans, et CHERKI Moïse, chaouch (garçon de bureau, employé), 23 ans, les deux demeurant à Philippeville.


DREYER Michel, dit FREYER 01/12/1807 Voelta (?) Hesse-Cassel (Allemagne) 28/10/1841 Mustapha (Alger) Soldat musicien, fusilier au 1er rgt. Étranger Jean et Sabine MULLER Acte de décès n° 168, une heure, à l'hôpital militaire de Mustapha où il était entré le 08/10/1841, abcès au foie. Témoins au décès : SPIRAL Charles Romain, chirurgien sous-aide, 23 ans - VIGNE Guillaume César, adjudant en second des hôpitaux militaires, 39 ans - WOERHAY François, caporal infirmier major, 28 ans.
GEORGE Jean 1809 ap. 01/1849 Soldat au 2e rgt. de la L.E. inconnue Sans autres renseignements.
PFEIFFER Michel 1809 à W..(?) (Allemagne) 24/01/1832 Boufarik (Alger) Fusilier à la 6e compagnie du 1er bataillon de la L.E. mat. 137 André et Eve BIRNERIN. Acte de décès n° 479, à l'hôpital de Boufarik où il est entré le 04/11/1831, et y décédé le 24/01/1832, par suite de .... (rien)....
RINKENS Nicolas 1810 Mannheim (ou Kruckenbach) Bavière 31/03/1849 hôpital militaire Philippeville Fusilier au 2e rgt. de la L.E. (1846) Jean et Elisabeth KUFFER Après quelques années dans la Légion Étrangère, en Algérie, il vient à Strasbourg en 1846. Déposant sa feuille de route à la préfecture, il demande à se réengager à nouveau dans la Légion Étrangère. Il partira de nouveau en Algérie, et y décèdera en 1849, à Philippeville. Deux documents :

- Une feuille de route, du 04/08/1846, de sous-officier et soldat : Concernant RINKENS Nicolas, division de Constantine, place de Bône, 2e régiment de la Légion Étrangère, 3e bataillon, 1re compagnie, matricule 2331.
36 ans, 1,60 m, front ordinaire, yeux gris, nez épaté, bouche moyenne, menton rond, cheveux et sourcils châtains clairs, visage ovale. Fils de feu Jean et de feue Elisabeth KUFFER, né à Kruckenbach, Bavière. Fusilier se rendant dans ses foyers, porteur de son acte de libération, partant de Bône le 4 août au soir pour se rendre à Kruckenbach, Bavière. Délivré par nous, Datas, adjoint de 1re classe à l'intendance militaire, le 4 août 1846.
Débarqué à Toulon, le 15 août 1846. Itinéraire : Cuers, Brignolles, Barjols, Quinson, Valensolle, Les Mées, Pistenon, Serres, La Croix Haute, Le Moustier de Clermont, Grenoble, Voiron, Lambesc, Morestel, Lagnière, Bourg, Lons-le-Saulnier, Arbois, Quingey, Besançon, Baume, l'Isle, Cernay, Colmar, Schélestadt, Erstein, Strasbourg. (Le 4 septembre, il est à Belfort) Le 8 septembre à Strasbourg, il obtient le visa pour se rendre à Wissembourg, frontière proche de ses foyers.
Il touche : 11 francs de Toulon à Grenoble le 15/08, 5 francs à Grenoble le 24/08, 2 francs à Bourg le 28/08, 3 francs à Lons-le-Saulnier le 30/08, 3 francs à Besançon, le 01/09, 5 francs à Belfort le 04/09, 2 francs à Strasbourg le 08/09.
Joint au document : un certificat de visite du chirurgien-major du 2e régiment de la Légion Étrangère, certifiant qu'il n'est atteint "ni de maladie vénérienne, ni de gale."
Au bas du document, la préfecture a noté : "Envoyé la demande au Ministre le 12 septembre 1846". Il doit s'agir d'une demande pour émigrer comme ouvrier, en Algérie. Celle-ci dut probablement être refusée, alors il reprend un autre engagement dans la Légion Étrangère.
- Acte de décès n° 96, Philippeville, 31/03/1849, 19 heures, hôpital militaire de Philippeville : RINKENS Nicolas, allemand, 39 ans, né à Mannheim, Allemagne, fils de feu Jean et de feue Elisabeth KUFFER, déposé provisoirement à l'hôpital militaire de cette ville. Déclaration de Mr. Roussel, directeur de l'hôpital. Fusilier à la 1re compagnie du 1er bataillon du 2e régiment de la Légion Étrangère, immatriculé sous le n° 7658. Témoins au décès : NIVOY Dominique, employé, 63 ans, et Ali Ben ISMAEL chaouch, 21 ans, les deux demeurant à Philippeville.

HIRSCH Jean 1810 Oberrottenbach (Bavière) 24/10/1849 Philippeville Fusilier au 2e rgt. de la L.E. Antoine et Eve STEPHANI Acte de décès n° 1151, 16 h 30, à l'hôpital militaire de Philippeville. Témoins au décès : JACQUOT Jean François, 29 ans, et MARIN Charles Jules, 39 ans, tous deux employés et domiciliés à Philippeville.
DAMM Jean 14/03/1811 Ovendach (Bavière) 10/01/1867 Fleurus (Oran, Algérie) Ancien soldat de la L.E. Jean et Marie ROCH Il sera ensuite cordonnier à Sidi-Chami (Oran), puis à Fleurus. Il épouse à Sidi-Chami, le 12/04/1859, Madeleine LIEBERMANN, née le 17/07/1805 à Orschwiller (Bas-Rhin), veuve de Georges OCHLSCHEGER (1803-1855), fille de Jean (+ 27/05/1814 Orschwiller) et de Barbe (Barbara) HEINRICH (+ av. 1859). Pas de renseignements sur éventuelle postérité.
LEPPERT Joseph 1812 à Ulm (duché de Bade) après 1846 Grenadier de la L.E. Jean Joseph et Catherine HUBERGEN Feuille de route, du 10/5/1846, de sous-officier et soldat :
LEPPERT Joseph, 1er régiment de la Légion Étrangère, 3e bataillon, Grenadier, matricule 2938. 34 ans, 1,76 m, front couvert, yeux bruns, nez court, bouche moyenne, menton rond, cheveux et sourcils blonds, visage rond. Fils de Jean Joseph et de Catherine HUBERGEN, né à Ulm, Grand Duché de Bade.
"Grenadier porteur de son congé de libération, et embarquant sur le bateau à vapeur "Le Pharamond", partant d'Oran, le 10/5/1846, pour se rendre à Strasbourg (Bas-Rhin). Délivré par nous, Lecler, adjoint à l'intendant militaire. Oran, le 10 mai 1846."
Au dos, les différents cachets et tampons jalonnant son itinéraire. Le 31 mai, à Strasbourg, il reçoit 2 francs, "pour se rendre à Wissembourg, frontière la plus rapprochée de son pays". LEPPERT Joseph, 1er régiment de la Légion Étrangère, 3e bataillon, Grenadier, matricule 2938. 34 ans, 1,76 m, front couvert, yeux bruns, nez court, bouche moyenne, menton rond, cheveux et sourcils blonds, visage rond. Fils de Jean Joseph et de Catherine HUBERGEN, né à Ulm, Grand Duché de Bade.
LEYBOLD Jean 1813 Eckertroh (Hesse) ap. 1845 Ancien militaire de la L.E. inconnue Deux documents :
- Brouillon de lettre, du 23/5/1845, du Préfet au Ministre de la Guerre « ... Le nommé LEYBOLD Jean, d'Eckertroh (Hesse), ancien militaire de la Légion Étrangère, âgé de 32 ans, désire se rendre en Algérie comme jardinier terrassier. Cet individu a fait en Afrique les campagnes de 1837 et 1843, est porteur d'un congé et...(mots illisibles). Je prie V.E de lui accorder le passage gratuit à bord d'un bâtiment de l'Etat. "

- Bordereau d'envoi, du 31/5/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet Expédiant l'autorisation de passage gratuit en Algérie pour le sieur LEYBOLD, à Strasbourg.

HOFFMANN Joseph 18/02/1813 Francfort 28/09/1840 Miliana (Alger) Fusilier à la 1re compagnie du 4e bataillon de la L.E. François Joseph (1765-1824) et Dorothée FILIUS (1773-1852) - Transcription d'un acte de décès de la commune de Miliana (Afrique).
L'an 1841, le vingt du mois de juillet, nous Gatty Jean, Maire, faisant fonction d'officier de l'état civil de la commune de Sourbourg, avons transcrit l'acte de décès à nous adressé par le sous-intendant militaire d'Alger, le 8 Juillet 1841.
Commune de Miliana ou armée d'Afrique, hôpital militaire de Miliana. Des registres des décès du dit hôpital a été extrait ce qui suit :
Le sieur HOFFMANN Joseph, fusilier à la 1re compagnie du 4e bataillon de la Légion Étrangère, immatriculé au dit corps sous le n° 6484, né le 18 février 1813 à Franckfort, ville libre, fils de Joseph et de Dorothée FILIUS, est entré au dit hôpital du 2 du mois de septembre de l'an 1840, et y est décédé le 28 du mois de septembre de l'an 1840, par suite de fièvre. Je soussigné comptable du dit hôpital certifie le présent extrait véritable et conforme au registre des décès du dit hôpital. Fait à Miliana, le 28 septembre 1840. Signé : Salière. Nous, sous-intendant militaire, certifions que le signature ci-dessus est celle de M. Salière, adjudant en premier comptable, et que foi doit y être ajoutée. Fait à Alger, le 28 du mois de mars 1841. Signé d'une signature illisible. Pour transcription conforme. Le maire : Gatty.
BAUER Jacques 1814 ap. 04/11/1849 Sergent au 2e rgt. de la L.E. inconnue Domicilié en novembre 1849 à Batna (Constantine). Sans autres renseignements ou précisions.
STRUBLE Jacob Frédéric 10/08/1818 Germersheim (Rhénanie-Palatinat) 03/11/1849 Batna (Constantine) Fusilier au 2e rgt. de la L.H. André et Anne Barbe SABER - Acte de décès n° 159, 11 h, à l'hôpital militaire de Batna. D'après l'avis de M. Capusan, officier d'administration comptable de l'hôpital militaire de Batna. Témoins au décès : COLIN Hubert, sergent infirmier major, et MANDINEAU Etienne, caporal infirmier major, domiciliés à Batna.
BAYER Carl Peter 18/03/1819 Hall (Wurtemberg) ap. 1851 Voltigeur au 1er rgt. de la L.E. inconnue - Déclaration se trouvant insérée dans le registre des naissances de la commune de Sidi-bel-Abbès :

L'an 1851, le 19 du mois de juin, à 8 heures du matin, par devant nous Joseph ROUSSEAU, chef d'escadron, chevalier de la Légion d'honneur, commandant la place de Sidi-bel-Abbès, province d'Oran, Algérie, faisant fonction de maire de la commune de Sidi-bel-Abbès, s'est présenté le sieur Carl Peter BAYER, né le 18 mars 1819 à Hall, royaume de Wurtemberg, le dit déclarant, voltigeur au 1er régiment de la Légion Étrangère, lequel nous a dit et déclaré qu'il a l'intention de s'installer définitivement sur le territoire de la République française, et qu'il fait la présente déclaration à l'effet d'obtenir du Gouvernement de la République française, des lettres de naturalité et la jouissance de la qualité de français, se soumettant à toutes les charges communales et promettant d'observer les lois et ordonnances de la République.
De tout il a requis acte à lui octroyé et avons rédigé la présente déclaration que le comparant à signé, et qui a été inscrite sur les registres de cette commune pour y avoir recours au besoin, et en être délivré expédition à qui de droit. Fait à Sidi-bel-Abbès, les jours, mois et an que dessus et a signé avec nous après lecture faite.

BAYER Jean 1821 Weiler (Wurtemberg) 15/10/1849 hôpital militaire Oran Fusilier à la 3e compagnie du 1er bataillon du 1er rgt. de la L.E. Georges Jean et Marguerite MALT Acte de décès n° 2088, 14 heures, hôpital militaire d'Oran. Témoins au décès : GROULT Léon Frédéric, infirmier major, 25 ans, et GAUCHé Louis, soldat de 1re classe, les deux domiciliés et demeurant à l'hôpital militaire d'Oran.
MARGUARDS Charles Frédéric 10/10/1821 Cammin, Poméranie, Royaume de Prusse 31/07/1856 Guelma (Constantine) Fusilier au 1er rgt. de la L.E., 5e compagnie, 2e bataillon (1847) à Sidi-bel-Abbès (Oran).

Il sera ensuite papetier à Guelma.

Fils de Frédéric (° ca. 1787), cordonnier (1847) à Cammin et de Sophie LUBCKE (° ca. 1797), propriétaire à Cammin. Il épouse à Sidi-bel-Abbès le 14/09/1847, Elisabeth Marguerite ARZENHEIMER, née le 31/08/1829 à Weingarden, royaume de Bavière, fille de Georges (° ca. 1796) colon propriétaire (1847) à Guelma, et de Christine DAMIAN (° ca. 1803).

Le couple aura deux enfants : Charles Frédéric Dominique (° 24/05/1848 Sidi-bel-Abbès, + 06/07/1848 au même lieu) et Charles Henri (° 27/05/1849 Sidi-bel-Abbès, + 02/08/1888 Guelma), bourrelier sellier à Guelma, d'où postérité (8 enfants).

HARDE Georges 1821 Ingenheim (Bavière) ap. 1846 Fusilier au 2e rgt. de la L.E. Balthasar (+ av. 1846) et de Catherine SCHILLING (+ av. 1846) - Une feuille de route, du 24/6/1846, de sous-officier et soldat HARDÉ Georges 2e régiment de la Légion Étrangère Division de Constantine 2e bataillon Place de Bône 2e compagnie Matricule 2174. 25 ans, 1,67 m, front plat, yeux châtains, nez petit et court, bouche moyenne, menton rond, cheveux et sourcils châtains, visage ovale. Fils de feu Balthasar et de feue Catherine SCHILLING, né à Ingenheim, Bavière. Fusilier se rendant dans ses foyers, porteur de son congé de libération, partant de Bône le 24 juin au soir pour se rendre à Ingenheim, Bavière. Délivré par nous, Datas, adjoint de 1re classe à l'intendant militaire – Bône, le 24/6/1846.

Arrivé à Philippeville le 25/6/1846. Embarqué à Philippeville pour Alger le 15/7/1846 au matin. Arrivé à Alger le 17/7/1846. S'embarque pour la France le 2/8/1846. Débarqué à Toulon le 5/8/1846. Son itinéraire : Cuers – Brignoles – Barjols – Quinson – Valensolle – Les Mées – Sisteron – Serres – La Croix-Haute – Moustier de Clermont – Grenoble – Voiron – Les Abrets – Morestel – Lagnière – Bourg – Saint-Amour – Lons-le-Saulnier – Baume – L'Isle – Belfort – Cernay – Colmar – Schlestadt – Erstein – Strasbourg. (Il passe à Arbois le 23 août et à Besançon le 24 août.) Il touche :
11 francs à Toulon le 5/8/1846 5 francs à Grenoble le 15/8/1846 2 francs à Bourg le 21/8/1846 3 francs à Lons-le-Saulnier le 22/8/1846 3 francs à Besançon le 25/8/1846 2 francs à Belfort le 27/8/1846 3 francs à Colmar le 29/8/1846.
En-dessous : « Vu bon pour continuation de route sur Wissembourg, frontière la plus rapprochée de la Bavière, pays où se rend le titulaire. Soldé 2 francs jusqu'à destination. La voiture continue jusqu'à Haguenau. Strasbourg, le 30 août 1846. L'Adjoint de l'intendant militaire.
Joint au document, un certificat de visite du chirurgien-major du 2e régiment de la Légion Étrangère, certifiant qu'il n'est atteint « ni de maladie vénérienne, ni de gale. ».

LINDEMANN Jean-Baptiste 1821 Aix (Belgique) 25/10/1849 hôpital militaire d'Oran Fusilier au 1er rgt. de la L.E., 2e bat, 6e compagnie Christophe (+ av. 1849) et de Marie Louise BRUVELLER Acte de décès n° 290, 17 h, à l'hôpital militaire d'Oran. Témoins au décès : RENUCI Antoine, 25 ans, sergent infirmier major à l'hôpital militaire d'Oran, et BOUATTRE Georges Victor, caporal infirmier amjor au dit hôpital, tous deux y domicilié et y demeurant.
KIRCHNER Jean 15/09/1821 Schendelfeld (Bavière) 15/08/1850 hôpital militaire de Batna Fusilier au 2e rgt. de la L.E. Gaspard et de Catherine WEICHHAND Acte de décès n° 82, une heure, à l'hôpital militaire de Batna. Sur avis de M. Capureau (?), officier d'administration comptable de l'hôpital militaire de Batna. Témoins au décès : POURTEAU Pierre, et KREDAY (?) Jacques, tous deux sergents infirmiers majors, attachés au dit hôpital.
KAPPS Michel 03/10/1823 Marlenheim (Bas-Rhin) 10/01/1849 hôpital militaire d'Oran Fusilier au 1er rgt. de la L.E. (01/1849) Michel (° ca. 1790) tonnelier à Marlenheim, et de Marie Anne BOEHLER Acte de décès n° 50, 10 h, à l'hôpital militaire d'Oran. Témoins au décès : BUFFETEAUX Pierre, 33 ans, élève d'administration à l'hôpital militaire d'Oran, y demeurant, et LEROUX Pierre Augustin, 27 ans, sergent infirmier major à l'hôpital militaire d'Oran, y demeurant.
GONDELACH Jean Philippe Guillaume 1825 Wessel (Prusse) après 1851 ancien du 1er rgt. de la L.E. puis ouvrier serrurier Filiation inconnue Marié, il aura deux enfants.
En 1851, il veut repartir en Algérie. Sans doute y avait-il déjà séjourné en tant que Légionnaire. Quatre documents aux ADBR :

1- Demande de renseignements, du ministère de la Guerre, du 29/11/1851 : Concernant : GONDELACH Jean Philippe Guillaume, demeurant 14, rue de l'Epine à Paris, suite à sa demande du 22 novembre courant.
2- Lettre du 1/12/1851, sur papier à en-tête de la préfecture du Bas-Rhin : Le nommé GONDELACH Jean Philippe Guillaume, serrurier, originaire de la Prusse, a demeuré à Strasbourg pendant les années 1849 et 1850. Il est marié et a plusieurs enfants; peut-être réside-t-il encore en cette ville, et y aurait-il erreur sur la lettre du ministre qui le signale comme demeurant à Paris. Gondelach a travaillé, dit-on, chez Mr Waghette, marchand de houille. Mr Comte est prié de donner des renseignements sur cet étranger, notamment sur la conduite qu'il a tenue pendant son séjour à Strasbourg.
3- Certificat de police - Strasbourg, 3/12/1851: Le nommé GONDELACH Jean Philippe Guillaume Frédéric, né en 1825 à Wesel (Prusse), ouvrier serrurier, sortant du 1er régiment de Légion Étrangère, marié et père de deux enfants, dont l'un a 4 et l'autre 6 ans, était inscrit sur les registres de population du canton sud, rue Saint-Marc, n° 15 (05/11/1844). Il a quitté Strasbourg, sans déclaration, au mois de septembre 1848, pour se rendre à Mutzig où il a travaillé trois mois, de là il est retourné dans son pays natal dit-il.
Rentré en France au mois de mars 1849, il a laissé sa famille à Lauterbourg, lieu de naissance de sa femme. Depuis les deux ans et six mois d'un nouveau séjour en France, Gondelach a travaillé chez plus de quinze maîtres. Rentré à Strasbourg il y a trois mois avec sa femme et ses deux enfans, il n'a pas d'occupation ni moyens d'existence, et n'est pas inscrit. Pendant son séjour à Strasbourg, sa conduite n'a donné lieu à aucune plainte.
4- Lettre du 17/12/1851, du préfet au Ministre de la Guerre: Reprenant les termes de la lettre précédente, en précisant que : "Gondelach a obtenu au mois de décembre 1847 une autorisation de passage gratuit en Algérie, pour lui et sa famille, mais il en est revenu peu après en profitant des secours de route."
Est-il finalement reparti en Algérie ?

COUPY Henri vers 1825 après 07/1850 Caporal au 1er rgt. de la L.E. inconnue Demeure à Sidi-bel-Abbès (07/1850). Sans autres renseignements.
EISELE Fridolin Antoine vers 1826 après 1857 Maître tailleur au 1er Étranger, en garnison à Sétif Filiation inconnue Il épouse avant 1857 Adèle Eugénie HIMMLER (° 1838), d'où : Philippe Eugène, né le 24/11/1857 à Sétif (Constantine).
STEINE Jacques 08/10/1826 Bone (Bonn), Prusse (Allemagne) 17/01/1891 à l'hôpital civil d'Oran Sergent maître d'armes au 2e Étranger. Médaille Militaire Henri (+ av. 1862), professeur de langue française, et de Marie SCHTEING (+ av. 1862). Il épouse à Misserghin (Oran) le 06/02/1862, Louise KERNER (° 04/05/1841 Schaffhouse près Seltz, Bas-Rhin, + ap. 1900). Le couple aura 8 enfants.

Voir fiche.

EPPLE Théophile 1827 ap. 19/01/1849 Caporal au 2e rgt. de la L.E. inconnue Sans autres renseignements.
PFEIFFER Ferdinand 11/02/1827 Dantzig, Prusse (Allemagne) ap. 23/05/1856 Sergent au 1er rgt. de la 1re L.E., en garnison à Sidi-bel-Abbès inconnue Dans le registre des naissances de Sidi-bel-Abbès on trouve :

Déclaration de domicile. À Sidi-bel-Abbès, le 23/05/1856, 10 heures, acte n° 186. Est comparu Ferdinand PFEIFFER, né le 11 février 1827 à Dantzig, Prusse, Allemagne, sergent au premier régiment de la première Légion Étrangère, en garnison à Sidi-bel-Abbès, lequel nous a dit et déclaré qu'il a l'intention de s'établir définitivement sur le territoire de l'empire Français, et qu'il fait la présente déclaration, à l'effet d'obtenir des grâces de Sa Majesté Impériale des lettres de naturalité et la jouissance de la qualité et des droits de français, se soumettant à toutes les charges communales et promettant d'observer les lois et ordonnances de l'empire Français. De tout quoi il a requis acte octroyé et avons rédigé la présente déclaration que le comparant a signée, et a été inscrite sur les registres de cette commune, pour y avoir recours au besoin et en être délivré expédition à qui de droit. Fait à Sidi-bel-Abbès, les jours, mois et an que dessus, et a signé avec nous.

KRETZ Auguste 09/10/1828 Deux-Ponts (Zweibrucken) Rhénanie-Palatinat (Allemagne) ap. 05/1856 Soldat au 1er rgt. de la 1re L.E., en garnison à Sidi-bel-Abbès inconnue Sidi-bel-Abbès, Oran, Algérie - Déclaration de domicile de KRETZ Auguste, soldat, le 27 mai 1856 à 10 heures, acte n° 238 (inscrit sur le registre des naissances) :

"Devant Joseph ROUSSEAU, chef d'escadron, chevalier de la Légion d'honneur, commandant la place de Sidi-bel-Abbès (province d'Oran, Algérie), remplissant les fonctions d'officier de l'état civil, s'est présenté :" "KRETZ Auguste, né le 9 octobre 1828 à Deux-Ponts, Bavière, soldat au 1er régiment de la première Légion Étrangère, en garnison dans notre commune de Sidi-bel-Abbès, lequel nous a dit et déclaré qu'il a l'intention de s'établir définitivement sur le territoire de l'Empire Français, et qu'il fait la présente déclaration à l'effet d'obtenir des grâces de Sa Majesté Impériale, des lettres de naturalité et la jouissance de la qualité et des droits de Français, se soumettant à toutes les charges communales et promettant d'observer les lois et ordonnances de l'Empire Français. De tout quoi il a requis à lui acte octroyé et avons rédigé la présente déclaration que le comparant a signé, et a été inscrite sur les registres de cette commune pour y avoir recours au besoin et être délivré en expédition à qui de droit. Fait à Sidi-bel-Abbès, les jour, mois et an que dessus, et a signé avec nous."

BARTH Adolphe 1829 Sarrebruck, Prusse (Allemagne) 23/08/1853 hôpital militaire de Batna Caporal de grenadiers au 2e rgt. de la L.E. inconnue Acte de décès n° 44, 9 h 30, à l'hôpital militaire de Batna. Sur avis donné par Mr Damez, officier d'administration comptable de l'hôpital militaire de Batna. Témoins au décès : MANDINEAU Etienne, 43 ans, et CHERY Jean François, 27 ans, tous deux sergents infirmiers majors à l'hôpital militaire de Blida.
JOST Louis 1830 Kredelberg, Grand duché de Bade (Allemagne) 17/08/1878 hôpital militaire d'Oran Soldat au 1er rgt. de la L.E. en garnison (1856) à Sidi-bel-Abbès, puis tailleur d'habits, ex-militaire au 1er escadron du train d'artillerie (1878), domicilié à Oran inconnue Sidi-bel-Abbès, Oran, Algérie. Le 26/05/1856, 10 h, acte n° 214 (dans le registre des actes de naissance). Déclaration de domicile de JOST Louis, soldat au 1er régiment de la première Légion, en garnison dans notre commune de Sidi-bel-Abbès, lequel nous a dit et déclaré qu'il a l'intention de s'établir définitivement sur le territoire de l'Empire Français, et qu'il fait la présente déclaration à l'effet d'obtenir des grâces de Sa Majesté Impériale des lettres de naturalité et la jouissance de la qualité et des droits de français, se soumettant à toutes les charges communales et promettant d'observer les lois et ordonnances de l'Empire Français. De tout quoi il a requis à lui acte octroyé, et avons rédigé la présente déclaration que le comparant à signé, et a été inscrite sur les registres de cette commune, pour y avoir recours au besoin, et a été délivré expédition à qui de droit. Fait à Sidi-bel-Abbès, les jour, mois et an que dessus, et a signé avec nous.
LECHLER Jean 20/02/1830 Herfelazingen (?), Wurtemberg (Allemagne) ap. 05/1856 Caporal au 1er rgt. de la L.E., en garnison à Sidi-bel-Abbès inconnue Déclaration de domicile - Sidi-bel-Abbès, 24/05/1856, 10 h :

Pardevant nous, Joseph ROUSSEAU, chef d'escadron, chevalier de la Légion d'honneur, commandant la place de Sidi-bel-Abbès, province d'Oran (Algérie), remplissant les fonctions d'officier de l'état civil, s'est présenté le sieur LECHLER Jean, né le 20 février 1830 à Herfelazingen, Wurtemberg, caporal au 1er régiment de la 1re Légion Étrangère, en garnison dans notre commune de Sidi-bel-Abbès, lequel nous a dit et déclaré qu'il a l'intention de s'établir définitivement sur le territoire de l'Empire Français, et qu'il fait la présente déclaration à l'effet d'obtenir des grâces de Sa Majesté Impériale des lettres de naturalité et la jouissance de la qualité et des droits de Français, se soumettant à toutes les charges communales et promettant d'observer les lois et ordonnances de l'Empire Français. De tout quoi il a requis à lui acte octroyé et avons rédigé la présente déclaration que le comparant a signée, et a été inscrite sur les régistres de cette commune, pour y avoir recours au besoin, et en être délivré expédition à qui de droit. Fait à Sidi-bel-Abbès, les jours, mois et an que dessus, et a signé avec nous. Signé : Lechler, Rousseau.

GLATZ Benedic 1831 Steintzbach, Prusse (Allemagne) 16/12/1854 hôpital militaire d'Alger Fusilier au 2e rgt. de la L.E. Antoine et Cécile DELCKER Acte de décès n° 1577, une heure, à l'hôpital militaire d'Alger. Témoins au décès : illisible..., infirmier major, 41 ans, et MOUSQUE Auguste Jean-Baptiste, soldat infirmier, 27 ans (acte très abîmé et presque illisible).
MORDAING François 1831 ap. 30/10/1879 Capitaine d'habillement à la L.E., domicilié à Sidi-bel-Abbès inconnue Chevalier de la Légion d'honneur.
PFEIFFER Sébastien 09/02/1831 Weissenbach, canton de Berne (Suisse) 23/10/1856 hôpital militaire du Dey, Alger Chasseur de 2e classe au 1er rgt. Étranger, 2e bataillon, compagnie de tirailleurs, à Alger Joachim et Ursule LABER (les deux + av. 1856) Acte de décès n° 1008, 5 h 30, à l'hôpital militaire du Dey. Témoins au décès : FAIVRE Joseph, sergent infirmier major, 31 ans, et SIERE Joseph, 31 ans, caporal infirmier major, 31 ans, tous deux attachés à l'hôpital militaire du Dey, sis à Saint-Eugène, commune d'Alger, y domiciliés, non parents ni alliés du défunt.
PFEIFFER Jacques 14/07/1831 Cleebourg, Bas-Rhin 02/08/1851 hôpital militaire de Constantine Fusilier à la L.E. Frédéric (° ca. 1794, + ap. 07/1831), cordonnier à Cleebourg, et Marguerite KUNTZ Acte de décès n° 120, 9 h, à l'hôpital militaire de Constantine. Témoins au décès : VIENNET dit BOURDAIN Antoine (signe Bourdin), 35 ans, officier d'administration, et PICARD Joseph François, 34 ans, infirmier major, domiciliés tous deux à Constantine.
- -