Jean Louis CHOREL : Différence entre versions

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(Autres photographies du Monument aux Morts de Montchat à Lyon)
(Après sa mort)
Ligne 193 : Ligne 193 :
 
== Après sa mort ==
 
== Après sa mort ==
  
Suite à son décès survenu le 3 juin [[1946]], il a été inhumé dans le caveau familial de l'Ancien Cimetière de Cusset, 1 rue du cimetière à [[69266 - Villeurbanne|Villeurbanne (Rhône)]].
+
Suite à son décès survenu le 3 juin [[1946]], il a été inhumé dans le caveau familial de l'[[69266 - Villeurbanne - cimetière de Cusset (ancien)|Ancien Cimetière de Cusset]], 1 rue du cimetière à [[69266 - Villeurbanne|Villeurbanne (Rhône)]].
 
<gallery>
 
<gallery>
 
69266 - Villeurbanne - Ancien cimetière - Caveau familial Jean Chorel - 2019 01.JPG|<center>{{Photo Kikipiem}}</center>
 
69266 - Villeurbanne - Ancien cimetière - Caveau familial Jean Chorel - 2019 01.JPG|<center>{{Photo Kikipiem}}</center>

Version du 14 juin 2019 à 22:12


Jean Louis CHOREL (1875 - 1946)

Fils de Charles Francisque Ludovicus et de Julie JUILLET, est né le 28 janvier 1875 dans le 6e arrondissement de Lyon (Rhône) (1).

Il est décédé le 3 juin 1946 à Villeurbanne (Rhône) [1].

Biographie

Enfant de père teinturier et de mère ménagère.

Suite à sa scolarité, il entre à l’École des Beaux-Arts de Lyon en 1892, vraisemblablement dans l’atelier de Charles DUFRAINE qui y est professeur et de Pierre DEVAUX.

Il effectue ses obligations militaires au 157ème Régiment d’Infanterie du 12 novembre 1896 au 18 septembre 1897 [2].

En 1898, il remporte un 1er prix de sculpture (« Adam chassé du paradis terrestre »).
Il obtient le prix de Paris et est admis à l'École des Beaux-Arts de cette ville où il devient l’élève de Louis Ernest BARRIAS et de Jules COUTAN.
Il s'adonne également à la peinture et expose régulièrement aux salons lyonnais.
Son premier envoi à la Société des artistes français est l’Éternelle lutte en 1903 qui obtient une mention au Salon et le prix Chenavard à l'École.
Cette même année, il quitte la capitale et s’installe à Villeurbanne (Rhône).

En 1910, il déménage à Lyon mais retourne à Villeurbanne après quelques années.

Au cours de sa longue carrière, il reçoit de nombreuses commandes publiques, de monuments commémoratifs en particulier, dont il se fait une spécialité.
La statue équestre de Jeanne d'Arc, à laquelle il confère une physionomie très naturaliste, compte pour l'une de ses œuvres les plus sensibles et marque le temps de la réconciliation nationale à l'issue de la Première Guerre mondiale.

Outre ses innombrables œuvres variées allant de la sculpture à la peinture, il est également auteur de médailles et médaillons.

Situation maritale

Le 21 janvier 1905, dans le 6e arrondissement de Lyon (Rhône), il épouse Jeanne Marie MIGEAT née le 8 avril 1875 dans le 5e arrondissement de la dite ville [3] (décédée en 1957).

Oeuvres

Note : La liste des oeuvres n'est pas exhaustive.

Monuments aux Morts

Ambronay (Ain)

Photo B. CANTIN
Photo B. CANTIN


Monument communal inauguré 27 novembre 1921.

Ambronay (Ain)

Monument paroissial représentant un jeune paysan abandonnant sa faux pour saisir l'épée "victorieuse des Saxons" de Saint Bernard.

Nyons (Drôme)

Monument représentant une allégorie de la Justice (Droit) dominant une créature à ses pieds (Force) avec l'inscription « le Droit prime la force ».
Architecte : Pierre BLEIN.
Inauguration du 22 octobre 1922.

Lyon (Rhône)


Architecte : Charles PINET.
Monument édifié square de l'église, quartier de Montchat, dans le 3e arrondissement de Lyon (Rhône).
Inauguré le 3 octobre 1920.

Écully (Rhône)

Colonne avec la statue de la Victoire, casquée et ailée, terrassant l'aigle germanique surmontée d'un coq en bronze, aux ailes déployées.
Architecte : Alexis SANTU.
Inauguration du 9 octobre 1921.

Irigny (Rhône)


Mur surmonté d'un bas-relief représentant un poilu gisant ; une croix latine orne la partie inférieure du monument.
Architectes : Adrien ROBERT et Emile Auguste CHOLLAT. Marbrier : F. CHAUDET.
Inauguration du 13 novembre 1921.

Caluire-et-Cuire (Rhône)


Statue de Victoire tenant une palme en bronze dans la main droite et appuyée sur un faisceau de licteurs à gauche, debout sur un socle réunissant trois colonnes.
Architecte : Jean HEINZELMANN.
Inauguration du 6 mai 1923.

L’Arbresle (Rhône)


Monument représentant La Victoire couronnant un soldat blessé. Inauguration du 26 août 1923.

Villeurbanne (Rhône)


A l'inverse de la plupart des communes, le conseil municipal de Villeurbanne opta, en 1922, pour une oeuvre résolument pacifiste. Conçu par Jean CHOREL, dont l'atelier se trouvait dans le quartier du Tonkin de Villeurbanne, le monument fut inauguré le 11 novembre 1925 par Lazare GOUJON dans l'ancien cimetière de la commune.
Il représente une femme immense, accablée de tristesse, serrant contre elle des veuves, des orphelins, un père privé de son fils...
L'architecte fut L. LAMBERT et l'entreprise, la « Coopérative Ouvrière de Lyon ».

Saint-Dié-des-Vosges (Vosges)

Monument inauguré le 26 août 1928 [4].

Statues et sculptures diverses

Statue de « Gaspard Abraham ANDRÉ »


Monument, sur un projet de l’architecte Paul Pascalon en 1899, élevé sous une arcade du Jardin du Palais Saint-Pierre de Lyon à la mémoire de Gaspard Abraham ANDRÉ, Architecte et inauguré à Lyon 19 novembre 1905.
Ayant disparu, seul le buste sculpté en 1904 a été conservé. De nos jours, il est visible, au Théâtre des Célestins de Lyon, sur un palier des escaliers conduisant de l’atrium à la salle [5].

Buste de « Jean LARONZE »

Buste réalisé suite nomination de Jean LARONZE [6], peintre charolais, dans l'Ordre de la Légion d'honneur le 22 juillet 1906.

Buste de « Madame de CUZIEU »


La « Veuve Denis de CUZIEU » (née FOUGERE Louise Virgine, le 24 frimaire An 4 ou 15.12.1795 à LYON) fut l'une des bienfaitrices de l'institution de la Martinière. Elle fit un legs très important qui permit l'édification de la Martinière des Filles à son emplacement actuel, 33 rue La Martinière dans le 1er arrondissement de Lyon.
D'après la monographie des bâtiments modernes publiée en 1910, le buste (sculpture de 1907) et son socle étaient placés au pied de l'escalier central, face à ce qui était alors l'entrée principale du lycée [7].

« La Muse de Pierre DUPONT »


Érigée en 1910 dans les jardins de la Préfecture du Rhône en hommage à Pierre DUPONT (poète et chansonnier français, né le 23 avril 1821 et décédé le 25 juillet 1870 à Lyon).

Statue de « Jules COSTE dit COSTE-LABAUME »

Extrait de « La Construction lyonnaise N°22 » [8]


Monument élevé par souscription publique à la mémoire de Coste-Labaume, homme politique, mutualiste et publiciste. Élevé sur la Place Croix-Paquet, dans le jardin d'un ancien séminaire, et inauguré le 6 novembre 1911 [9].

« La Pietà »


Statue de la Chapelle des âmes du purgatoire située à la rencontre des deux escaliers latéraux de la crypte de la Basilique de Fourvière [10].

Monument mural en l'honneur de « Pasteur »


Bas-relief, dans le 1er arrondissement de Lyon, 7 rue Saint-Polycarpe, sur la façade des Vieux Bâtiments de la Conditions des Soies construits de 1809 à 1814, en l'honneur de Pasteur qui, vers 1865 - 1870, par ses découvertes sur les maladies des vers à soie, sauva de la ruine la sériciculture française. Inauguré le dimanche 9 mars 1924 [11].

« Statue équestre de Jeanne d'Arc »


Élevée par souscription publique et inaugurée en 1928 sur la place Puvis de Chavannes dans le 6e arrondissement de Lyon.

Statue du « Général MARCHAND »

01 THOISSEY - Statue du Général Marchand.jpg


Érigé à la mémoire du Général Jules MARCHAND à Thoissey (Ain), pays natal du héros de Fachoda [12] [13].
Le Général est représenté dans l'uniforme de commandant d'infanterie coloniale qu'il portait lors de sa célèbre traversée de l'Afrique d'Ouest en Est, avant de conquérir et d'illustrer, sur tous les champs de bataille de la Grande Guerre, ses étoiles de Général de Division [14].

Statue de « Joseph SERLIN »

Surmontée d’un buste à son effigie, érigée le 1er décembre 1946 sur le Cours Morand, en prolongation de la Place du Maréchal Lyautey, dans le 6e arrondissement de Lyon (Rhône).
Œuvre effectuée avec le sculpteur Francisque LAPANDÉRY.

Sculpture murale du Groupe scolaire public de la Gare d'Eau

Etablissement sis 12 rue de Saint-Cyr dans le 9e arrondissement de Lyon [15].

Fresque intitulée « Les Bœufs »

Extrait du Journal « Le Matin » du 24 mai 1934 [16]


Bas-relief de Ecole d'agriculture de Cibeins sculpté en 1934 [17].

Buste de « Lazare GOUJON »


Sculpture de 1934 à Villeurbanne (Rhône). Le socle porte l'inscription : « Au docteur Lazare GOUJON, officier de la Légion d'honneur, député-maire de Villeurbanne, la cité reconnaissante ».

Après sa mort

Suite à son décès survenu le 3 juin 1946, il a été inhumé dans le caveau familial de l'Ancien Cimetière de Cusset, 1 rue du cimetière à Villeurbanne (Rhône).

Hommage


Une place lui est dédiée dans le quartier du Tonkin à Villeurbanne (Rhône).

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Autres photographies de la « Statue équestre de Jeanne d'Arc » à Lyon

Autres photographies du Monument aux Morts de Montchat à Lyon

Autres photographies du Monument aux Morts de Villeurbanne

Quelques autres photographies diverses

Quelques médailles

Acte de naissance (1) de Jean Louis CHOREL

Visuel sources.png Sources

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Décès indiqué en mention marginale de l’acte de naissance
  2. Fiche Matricule Militaire sur le site des « Archives du Rhône »
  3. Acte de mariage sur le site des « Archives municipales de Lyon »
  4. « A Saint-Dié - L'inauguration du monument aux morts » du Journal « L’Action française » du L’Action française 27 août 1928
  5. Monument en l’honneur de Gaspard André sur le site « Le Guichet du Savoir »
  6. Jean LARONZE sur « Wikipédia »
  7. Buste (ronde-bosse) : Mme de Cuzieu sur le site « Inventaire Général du Patrimoine Culturel de la Région Auvergne - Rhône-Alpes »
  8. La Construction lyonnaise N°22 sur le site de la « Bibliothèque municipale numérique de Lyon »
  9. Article de presse « Le Monument Coste-Labaume » du Journal « Le Grand National » du 6 novembre 1911
  10. Article de presse « La Piéta à la Basilique de Fourvière » du Journal « La Croix » du 18 janvier 1922
  11. « En l'honneur de Pasteur » du « Journal des débats politiques et littéraires » du 6 mars 1924
  12. Article de presse « Monument à la mémoire du Général MARCHAND à THOISSEY (Ain) » du Journal « La Dépêche du Berry » du 5 février 1939
  13. Article de presse « Monument à la mémoire du Général MARCHAND à THOISSEY (Ain) » du Journal « Le Progrès de la Côte-d'Or » du 5 février 1939
  14. Article de presse « Un monument à MARCHAND dans son pays natal » du Journal « Le Petit Journal » du 4 février 1939
  15. Groupe scolaire de la Gare d'Eau (détail) sur le site de la « Bibliothèque municipale de Lyon
  16. Extrait du Journal « Le Matin » du 24 mai 1934
  17. Ecole d'agriculture de Cibeins : "Les Boeufs" sur le site de la « Bibliothèque municipale de Lyon