Hydronymie

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Page en construction.png
Cet article est une ébauche à compléter.
Vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant.


Définition

L' hydronymie est l'étude de l'origine des noms de cours d'eau, basée sur le grec HYDRO "eau" et ONOMA "nom". Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), elle fait partie de l'onomastique (étude des noms propres), elle-même branche de la linguistique. L'étymologie des hydronymes est sans nul doute la plus difficile car un nom de cours d'eau peut souvent remonter à la nuit des temps et être ainsi une mission impossible. Cependant certains hydronymes sont comme les toponymes et les anthroponymes porteurs de racines nous permettant de mieux comprendre l'origine générale des noms et des mots. Ainsi un hydronyme tel que BIÈVRE signifie très exactement "castor" et savoir son sens ouvre d'intéressantes perspectives. Les hommes en effet ont de tout temps toujours baptisé les êtres et les choses de noms signifiants, et cela bien souvent pour des raisons religieuses et/ou magiques. C'est seulement avec le temps qui passe que ces sens sont oubliés. L'hydronymie peut donc elle aussi, profitant du jeu de mots, apporter de l'eau au moulin de la généalogie

Premiers exemples

  • L'Avre, hydronyme, nom de deux rivières (affluent de l'Eure et affluent de la Somme), le nom Avre (f) peut être l'évolution logique d'une forme gauloise *AVENA après mutation de N en R qu'on retrouve assez fréquemment dans les territoires jadis peuplés de populations celtiques. AVENA signifiait en gaulois "rivière" comme en celtique moderne. Breton AVEN (f), Gallois AFON (f), Irlandais ABHAINN (f), tous "rivière'. La mutation de N en R s'observe entre autres dans le mot TIMBRE issu du grec TYMPANON "tambour" qui a muté très rapidement après avoir été introduit par le latin. Autres exemples : ORDRE issu de ORDINEM latin, LANGRES issu de LINGONES gaulois.
  • L'Oise
  • L'Orge
  • La Juine
  • La Sauldre dans le Sancerrois en Berry est notée « Salera » à l'époque gallo-romaine. Sans certitude, il est possible que le nom Salera indique une certaine salinité de la rivière. Ce fait doit pouvoir être confirmé ou infirmé par ceux qui connaissent cette rivière et ses particularités.
  • La Sioule est appelée « Sicaula » à l'époque gallo-romaine. La Sioule s'écoule sur 155 kilomètres depuis sa source près du lac de Servières à 1 140 mètres d'altitude et se jette dans l'Allier à 220 m d'altitude.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)