GUIGNARD François Emmanuel : Différence entre versions

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ligne 3 : Ligne 3 :
  
  
François-Emmanuel Guignard, comte de Saint-Priest (fils de l’intendant de Languedoc), né le 12 mars 1735 à [[38185 - Grenoble|Grenoble]] , mort en 1821. D'une famille originaire d'Alsace, il entre dans la carrière militaire, il sert dans les Gardes du Corps du Roi, et parvient au grade de maréchal de camp.
+
François-Emmanuel Guignard, comte de Saint-Priest (fils de l’intendant de Languedoc), né le 12 mars 1735 à [[38185 - Grenoble|Grenoble]] , mort en 1821 à Laon. D'une famille originaire d'Alsace, il entre dans la carrière militaire, il sert dans les Gardes du Corps du Roi, et parvient au grade de maréchal de camp.
  
 
[[Image:GUIGNARD-Emmanuel.gif|150px]]
 
[[Image:GUIGNARD-Emmanuel.gif|150px]]

Version du 13 décembre 2005 à 05:38

< Retour à Saint-Priest


François-Emmanuel Guignard, comte de Saint-Priest (fils de l’intendant de Languedoc), né le 12 mars 1735 à Grenoble , mort en 1821 à Laon. D'une famille originaire d'Alsace, il entre dans la carrière militaire, il sert dans les Gardes du Corps du Roi, et parvient au grade de maréchal de camp.

150px

  • Il entamme une carrière diplomatique en 1768, il est nommé ambassadeur à Lisbonne , près de la Porte ottomane(Constantinople) et en Hollande.
  • Il est nommé secrétaire d'Etat à la Maison du Roi en juillet 1789 par Necker .
  • En août 1789 il est promu ministre de l'intérieur .
  • Le 10 août 1789, il est dénoncé à la tribune par Mirabeau, comme ayant dit aux femmes de Paris venues à Versailles demander du pain : "Vous n'en manquiez pas quand vous n'aviez qu'un roi ; allez en demander à vos douze-cents souverains."
  • il donne sa démission en décembre 1790, et il émigre.


Il émigre en Suède (auprès de son beau-frère, le comte de Ludolph), en Russie, en Prusse, en Autriche, sollicitant l'intervention des souverains en faveur de Louis XVI.

  • En 1795, il est nommé ministre de la maison du roi par Louis XVIII, alors réfugié à Vérone, et il l'accompagne à Mittau et en Suisse.
  • Il rentre en France en 1814, il est nommé "pair de France" l'année suivante.


< Retour à Saint-Priest