Famille de Salmon

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La famille de Salmon est une famille éteinte du département de la Sarthe.

Origines

Famille établi dans le Vendômois[1], le Maine et la Touraine, qui a formé les branches des seigneurs du Léhon, du Chastellier, de La Brosse, de Loiray de Marçon et de Courtemblay, de La Roche-Musset, paroisse de Saint-Mars[2].

Généalogie

Première branche

Degré I

Jean I de Salmon, écuyer, seigneur du Léhon, était natif du pays de Vendômois, suivant un acte passé à Tours le 30 juillet 1449[3], ne vivait plus le 7 septembre 1487. Il fut seigneur et lui appartenait le lieu, terres et appartenances du Léhon en la paroisse de Savigny-sur-Braye en pays Vendômois ce nonobstant[4] à l'occasion de l'hostilité du à la guerre qui depuis longtemps avait cours dans le royaume et même en pays Vendômois.

Jean Salmon qui était de toujours du parti du roi, n'était pas aller dans le pays Vendômois, c'est pourquoi il n'avait pas eu la jouissance du dit lieu de Léhon, et tant par défaut de payer les devoirs dûs à cause de celui-ci, que Pierre d'Argène, écuyer, sieur du Breuil en la paroisse de Lunay, à qui et à ses prédécesseurs, seigneur de Lunay, étaient dûs les dits devoirs, avait pris en main et appliqué en son domaine le dit lieu et appartenance du Léhon, lequel était alors en friche et désolation, et doutait de jean de Salmon, qui alors ne put trouver les Titres et Enseignements pour justifier que la dite terre semblait lui appartenir, et à cause de ce dit lieu, furent dûs plusieurs charges et arrérages.

Il avait reçu à titre de fief noble par lettres de Jean de Bourbon[5], comte de Vendôme, seigneur d'Épernon et de Mondoubleau datés du premier mai 1454, certaines terres en nature de bois, situées dans la paroisse de Savigny-sur-Braye, dessous le Grand Léhon, joignant le fief du Chastellier. Jean de Salmon paraît encore dans une transaction du 4 avril 1469, il ne vivait plus le 7 septembre 1487, jour auquel ses enfants du consentement de leur mère, partagèrent entre eux les Terres et Seigneuries à eux échues de la succession de leur père. Ces enfants nés d'une femme que l'on ne peut désigner que par le nom de Marie. Il a eu trois enfants ; Nicolas, Claude auteur de la branche des seigneurs de Chastellier, et Jeanne Salmon qui vivait le 7 septembre 1487.

Degré II

Nicolas Salmon, écuyer, seigneur du Léhon, part le partage de 1487, mourut vers 1507. Il eut pour femme Roberde Fleury suivant des lettres datant du 1er mai 1414[3] et décédée en 1493. Roberde Fleury, qui n'est sans doute pas à distinguer de la précédente, se disait alors Femme de noble personne Jean de La Fosse, seigneur de Léhon. De ce mariage il y eut entre autres enfants : Louis de Salmon.

Degré III

Louis Salmon, écuyer, seigneur de Léhon, compris au nombre des arrières vassaux de Claude de Salmon seigneur du Chastellier, dans un aveu que celui-ci rendit le 24 janvier 1507, fut nommé tuteur des enfants de Claude Salmon ses cousins germains, par sentence du 29 novembre 1515. On ne connait pas le nom de sa femme, mais il eut pour fils aîné : Alexandre.

Degré IV

Alexandre Salmon, écuyer, seigneur de Léhon, présent avec Louis Salmon, son père le 15 juin 1530 au contrat de mariage de Jeanne Salmon, fille de Claude Salmon, seigneur du Chastellier, paraît dans un acte de 25 juin 1531, sous la qualité de noble homme Alexandre Salmon seigneur du Léhon, et sous celle de noble personne Alexandre Salmon, seigneur du Léhon, dans le testament de Jean Salmon, seigneur du Chastellier du 10 septembre 1535, dont il fut l'un des exécuteurs testamentaires. Il est appelé cousin du même Jean Salmon dans le codicile de ce Jean, fait le 24 juillet 1537, et transigea cette même année avec Charles et Guillaume Savary, écuyers, frères de demoiselle François Savary, sa femme. On ignore si cet Alexandre Salmon a laissé des enfants. Ceux de son nom qu'on va nommer lui appartenaient peut-être.

Nicolas de Salmon, écuyer, seigneur de Fonteneau, fut présent au contrat de mariage de François de Salmon, seigneur du Chastellier, accordé le 29 août 1563, avec demoiselle Jacqueline de la Beschere, et il y est nommé "cousin de l'un et de l'autre". Le roi lui fit don d'une somme de 500 livres le 12 mars 1573, il était alors capitaine des gentilshommes du ban et de l'arrière ban de la sénéchaussée du Maine.

Milchisedec de Salmon, écuyer, seigneur de Fonteneau, le 15 février 15.., de l'office de maréchal des logis d'Henry, roi de Navarre, duc de Vendômois.

Claude de Salmon, veuve de Louis Auray, sieur des Landes, plaidait le 20 juillet 1622 contre Jean de Salmon, seigneur du Chstellier, qui dans l'acte de ce jour se qualifie cessionnaire d'Abraham du Breuil, écuyer, sieur des Haies et du Léhon.

Deuxième branche

Les seigneurs du Chastellier

Degré II

Claude Salmon, écuyer, seigneur du Chastellier et de La Gillotière, trésorier du comté de Vendômois, eut par le partage de l'an 1487. La métairie de La Giraudière ayant été acquit par acte du 8 janvier 1494 moyennant la somme de 1826 livres tournois[6][7], de noble homme Lorin de Cissé[3], écuyer, seigneur de Vaubineux, au comté du Perche, les fiefs, terres et seigneuries du Chastellier, dans la paroisse de Savigny-sur-Braye, ayant droit de haute, moyenne et basse justice et mouvant du comté de Vendômois, à cause de la châtellenie de Savigné-sur-Braye. Il obtint de Marie de Luxembourg[8], comtesse de Saint Paul, veuve de François de Bourbon, comte de Vendômois, des lettres datées du 18 juillet 1499 où cette princesse dit qu'en considération des bons, agréables et recommandables services Que Claude Salmon sont ami et féal conseiller et trésorier de ses pays et comté de Vendômois, avait rendus dès sa jeunesse à son feu seigneur et mari jusqu'à son décès, et ceux qu'il continuait de lui rendre chaque jour et à ses enfants en grande cure, soin et peine et sollicitude tant au fait de son entremise comme autrement en plusieurs et diverses manières, elle lui permettait de faire construire sur son lieu de Chastellier un portail à pont-levis, afin qu'il fut en sûreté de sa personne et des deniers dont il était chargé demeurer en sa maison du Chastellier, et pour empêcher qu'il ne fut pillé ou robbé, ni autrement outragé en sa personne ni en ses biens par les mauvais garçons, pilleurs et robbeur[9], qui pourvoient journellement tant de jour que de nuit converser à l'environ du Chastellier.

Le 24 janvier 1507, il fournit à Charles de Bourbon, comte de Vendômois, son aveu et dénombrement de ses terres, fiefs et seigneuries du Chastellier et de La Gillotière : parmi ses arrières-vassaux, on trouve entre'autres messire Jean de Beschère, chevalier, seigneur de La Fertière, à cause de son fief et seigneurie de Landes, et il est dit que Claude Salmon scella cet aveu du scel[10] des ces armes ; ce sceau n'existe plus. De son mariage avec demoiselle Jeanne de Cherbeye qu'avait épousé avant le 8 janvier 1494, soeur de noble homme Michel de Cherbeye, trésorier du Vendômois, et peut-être aussi de noble homme François de Cherbeye, écuyer, seigneur de La Mallière. Il y eut quatre enfants au nom desquels en qualité de leur tutrice elle obtint le 30 juillet 1510 un sursis pour faire au Duc de Vendômes les foi et hommage de la seigneurie du Chastellier et des fiefs de La Gillotière, de Vaudours et de Chappedasne. Mais cette Jeanne de Cherbeye s'étant remarièe depuis avec noble homme François le Beneux/Béveux, écuyer, seigneur de Présec et de Mermande, les trois plus jeunes enfants du premier lit furent mis par sentence du 29 novembre 1515, sous la tytelle de Louis Salmon, leur cousin germain, écuyer, seigneur du Léhon, du consentement de Bernard de Saint-Méloir, leur cousin germain paternel à cause de sa femme et de noble homme et sage maître Nicolas Corbin, bailly du duché de Vendômois, leur parents maternel. Les enfants furent :

  • Jean Salmon, l'aîné de tous, continua la filiation.
  • Claude Salmon, âgé de 12 ans lorsqu'il fut mis sous la tutelle de Louis de Salmon son cousin, était curé de Coulonges (Coulongé) le 20 janvier 1530 et vivait encore le 4 juillet 1543, date d'un acte où il est qualifié Noble et discret maitre Salmon, prêtre, curé de Coulonges et chanoine en l'église collégiale de Saint-Georges de Vendôme[11]
  • Louis Salmon, âgé de neuf ans, mourut avant le 20 janvier 1530
  • Jeanne Salmon, âgée de six en 1515, fut mariée par contrat du 15 juin 1530 avec noble homme Julien de la Pierre, écuyer, sieur de Fontenelle
  • Non dénommé, bâtard du Chastellier, vivait le 24 juillet 1537, date du codicile de Jean de Salmon, seigneur du Chastellier, qui lui fit un legs du bordage des Teinières
  • Simone, bâtarde du Chastellier, vivait aussi le 24 juillet 1537, Jean de Salmon, lui donna ce jour-là les héritage qu'elle tenait de lui
Degré III

Jean II de Salmon, écuyer, seigneur du Chastellier, hommes d'armes des ordonnances du roi, dans la compagnie de Charles de Bourbon, duc de Vendôme et depuis maréchal des logis de la même compagnie.Il a dut naître en 1499, puisqu'il disait avoir seize ans le 29 novembre 1515. Il fit un accord en forme de partage le 20 janvier 1530, avec Jeanne Salmon, sa sœur et Jeanne de Cherbeye, leur mère alors dame de Mermande (Marmande), et épousa par contrat du 16 février 1530, Marie le Boucher, fille de messire Raoullin Le Boucher, chevalier, seigneur de La Varenne, capitaine de la garde de messeigneurs les enfants de France, et de dame Marie Lalloiau ; auquel contrat furent présents noble homme Louis des Monts, notaire, seigneur de La Salle[12], cousin germain du futur, demoiselle Jeanne de Vllebresine, sa tante, comme veuve de noble homme maître (notaire) Michel de Cherbeye, seigneur de Thouyn ; Bernard Salviati, écuyer, seigneur de Talcy ; Marie de Morvilliers, veuve de Christophe de Villebresine, et autres parents et amis. Le 20 septembre 1535 atteste le long voyage au pays d'Escosse où il leur convenait d'aller. Ils firent un testament mutuel par lequel ils déclarent que s'ils mouraient à Savigny-sur-Braye où dans les environs, ils voulaient être inhumés dans l'église de Saint-Pierre de ce lieu devant l'autel Notre-Dame, et que s'ils décédaient hors du royaume où dans quelqu'autre pays éloigné, leur intention était que leurs cœurs, si la chose était possible, fussent apportés dans cette même église de Saint-Pierre.

Jean de Salmon, était à Thérouanne, en Artois le 24 juillet 1537, date d'un codicile qu'il y fit, dont les dispositions font qu'il choisissait sa sépulture dans l'église de Saint-Nicolas de Thérouanne, et qu'il laissait à son page nommé Ardene, son cheval gris, et au seigneur de Brannois, guidon[13] de la compagnie de monseigneur de Vendôme, son turc[14] et son moreau[15]. Il ordonna aussi que son harnois de gendarme fût porté à sa maison pour en être disposé par sa femme à sa volonté. On lit dans un mémoire domestique qu'il mourut cette année là, au siège de Thérouanne[16] en 1537, et qu'il était alors maréchal des logis de la compagnie du duc de Vendôme. Un autre mémoire porte, que Marie le Boucher demeura veuve soixante cinq ans, n'étant morte qu'en 1602. De leur mariage naquit un fils et deux filles :

  • François de Salmon, degré IV
  • Louise de Salmon, mariée en premières noces par contrat du 6 septembre 1551, Jean de Vancay, écuyer, seigneur de Rocheux et de Malcloche, se remaria à Vincent de Palvoisin, écuyer, et vivait avec lui le 12 mai 1603
  • Madeleine de Salmon, femme de N... Le Boucher, mourut avant le 12 mai 1603, date d'un acte où il est dit qu'elle avait pour fille demoiselle Claude le Boucher, mariée avec Guillaume Le Boucher, écuyer, sieur de Limours, de La Marne, et de Laubrays, gouverneur du château de Machecoul
Degré IV

François I de Salmon, écuyer, seigneur du Chastellier, de La Fertière, de La Gillotière, du fief Vaudour, de La Roncière, d'Estange, de Montcimier, de Boismoreau, de La Louairière, des Tuandières, de La Rougonnière et des Créneaux, maître d'hôtel de Marie de Bourbon[17] duchesse de Longueville ; écuyer de : Henri d'Orléans[18] son fils, duc de Longueville, dont il fut aussi maître d'hôtel, et gentilhomme ordinaire de François[19] comte de Saint-Pol. Il fut pourvu par cette princesse le 6 juillet 1574, de l'office de capitaine et gouverneur du château de Briquebec[20]. Donna au roi de Navarre, Henri de Bourbon[21], duc de Vendômois, le 12 décembre 1583, son aveu et son dénombrement des seigneuries du Chastellier, de La Gollotière et du fief Vaudour, mouvant de la châtellenie de Savigny-sur-Braye, et fut déclaré par lettres du roy du 30 juin 1594 exempt de la contribution à l'arrière ban, à cause du service qu'il rendait alors à Sa Majesté dans son l'armée près de la personne de François d'Orléans[22], comte de Saint-Pol, dont il était gentilhomme ordinaire, aux termes d'un certificat que lui donna ce prince le même jour 30 juin 1594 où il est dit expressément : que le sieur du Chastellier l'un de ses gentilshommes ordinaires avait assisté en plusieurs occasions qui s'étaient présentées pendant les guerres pour le service du roy. Il obtint une pareille exemption le 15 mars 1596 et une troisième le 28 juillet 1597, à cause de son âge qui était sexagénaire. Un autre certificat donné par le Comte de Saint-Pol (Paul), le même jour 28 juillet 1597 porte qu'il avait toujours rendu de si bons services à Sa Majesté, qu'il méritait et en pouvait attendre justement quelque récompense et gratification.

Il fut maintenu dans la possession de sa noblesse par jugement des commissaires du roi, pour le régulement (règlement) des tailles en la généralité d'Orléans, rendu le 9 décembre 1598. Il fit un partage le 12 mai 1603 avec Louise de Salmon, sa soœur et les enfants de Madeleine de Salmon son autre sœur, des biens de Jean de Salmon et de Marie le Boucher leurs père et mère,sur lesquels il prit comme aîné et principal héritier les fiefs et seigneuries du Chastellier, de La Gillotière, du fief Vaudour, de La Roncière, d'Estange, de Montinier, de Boismoreau, de La Javarière et des Tuaudières, abandonnant pour la portion des Puisnés, le fief, terres et seigneuries des Créneaux situés dans la paroisse Saint-Quentin de La Varrenne, près de Montoire-sur-le-Loir.

De son alliance avec Jacqueline de la Beschère, accordé le 29 août 1563 fille et principale héritière de Jacques de La Beschère[23], écuyer, seigneur de La Fertière et de Jeanne de Thibivilliers[24], naquirent 6 enfants :

  • Jean de Salmon, continua la descendance, degré V
  • Gilles de Salmon, écuyer, seigneur de Liandon et des Tuaudières, auquel cette dernière Terre échut pour son lot par partage qu'il fit avec Jean de Salmon, son frère, le 30 mai 1617, vivait encore le 26 mai 1626. Il servit en qualité d'homme d'armes dans la compagnie de gendarmes du roi et épousa demoiselle Suzanne de Renard, fille de Laurent de Bernard, écuyer, seigneur de Courtemblay, dont il eut : Jacqueline de Salmont, mariée avec René de Launé (Launay), vivant l'un et l'autre le 7 janvier 1660.
  • Lucrèce de Salmon, mourut avant le 30 mai 1617, sans enfant de son mariage avec François de Saint-Melloir, écuyer, lieutenant du bailly de Vendômois.
  • Marie de Salmon, femme de Pierre de La Croix, écuyer, sieur de La Plaine et de Monnet (Monnaie) en Anjou, mourut avant le 30 mai 1617
  • Françoise de Salmon, elle était le 30 mai 1617 religieuse professe dans l'abbaye de Fontevraud
  • Jacqueline de Salmon, religieuse professe dans le monastère de Sainte-Véronique à Blois, le 30 mai 1617
Degré V

Jean III de Salmon, seigneur du Chastellier, de La Fertière, des Tuaudières, des Roches, d'Auvines, de (Marson) Marçon, de Villegager, de La Gillotère, du Fief-Vaudour, de La Roncère, d'Estanges, de Montcimier, de Bois Moreau, de La Javarière, de La Fontaine et des Mazures. Homme d'arme de la compagnie du comte de Saint-Pol le 18 juillet 1597. Il fit un partage avec Gilles de Salmon, son frère, des successions de François de Salmon, leur père et de Lucrèce et Marie de Salmon leurs sœurs le 30 mai 1617 ; acquit le 21 octobre 1624 de Jean de Ronsard, seigneur de La Lunotterie, de Glatigny et des Genêts, et de dame Hélène de Percil, sa femme, les fiefs et seigneuries de La Fontaine dans la paroisse de Savigny-sur-Braye, et vivait encore le 26 mai 1626, date d'un acte où on lui donne la qualité de chevalier de l'ordre du roi, ainsi que dans deux autres du 19 juin 1607 et du 10 juillet 1622. Il avait épousé par contrat du 26 avril 1593, demoiselle Renée de Coutances, fille de Louis de Coutances, écuyer, seigneur de Négron et de Marçon, et de demoiselle Françoise de Pinart. Les enfants qu'il en eut furent au nombre de six :

  • François II de Salmon, degré VI
  • Léonor I de Salmon, a formé la cinquième branche
  • René de Salmon, religieux de l'abbaye de Saint-Calais le 25 octobre 1630, fut depuis prieur titulaire de Savigny-sur-Braye
  • Lucrèce de Salmon, était mariée le 25 octobre 1630 avec Claude de Bernard, écuyer, sieur d'Arville
  • Louise de Salmon, épousa par contrat du 21 octobre 1630 Antoine de Girois, écuyer, seigneur de Bonneval, fils d'Antoine de Girois, seigneur de Neuvy-le-Roi, de Bueil-en-Touraine et chevalier de l'ordre du roi, et de dame Félice de Gruel
  • Angélique de Salmon, religieuse en l'abbaye de sainte Véronique à Blois le 25 octobre 1630, était prieure de ce monastère en 1662
Degré VI

François II de Salmon, seigneur du Chastellier, de La Fertière, du Vaudour, des Mazures, de Montgreffier, de Courtangon et autrement de La Fontaine, de la Gillotière, d'Auvines, des Roches, de Marson (Marçon), de l'Esttière (Estière), de La Boutillonière et de Naubretz, donna comme fils aîné et héritier principal le 25 octobre 1630 à Léonor Lucrèce et Louise de Salmon, ses puisnés, le partage qui leur était dû dans la succession échue de Jean III de Salmon leur père et dans les biens dont Renée de Coutances leur mère s'était démise en leur faveur. Il mourut avant le 24 septembre 1635 et avait épousé par contrat du 8 juin 1622 demoiselle Anne de Menon, fille de messire François de Menon, seigneur de Turbilly Vaulandry, chevalier de l'Ordre du roi et demoiselle Madeleine de Maillé de La Tour-Landry. Ce mariage le lia à ce qu'il y avait de plus grand dans le royaume ; en effet, Anne de Menon du chef de Madeleine de Maillé de La Tour-Landry sa mère, avait l'honneur d'appartenir par consanguinité, non seulement à la Maison de Condé[25], ainsi qu'à beaucoup de seigneurs de Maisons illustres, et même avec le roi Louis XIV. François de Salmon eut de son mariage avec Anne de Menon cinq enfants :

  • François de Salmon, mourut avant le 27 février 1650
  • Urbain de Salmon, continuera la descendance degré VII
  • Léonor de Salmon, reçu chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem au grand prieuré d'Aquitaine, où ses preuves furent admises le 24 décembre 1648, fit vœux à Malte le 21 juillet 1658 et mort commandeur d'Arretins (?)
  • Madelene de Salmon, ne vivait plus le 27 février 1650
  • Anne de Salmon, épousa par contrat de l'an 1644, Jean de Boul, écuyer, seigneur de Cintray en Anjou
Degré VII

Urbain de Salmon, seigneur du Chastellier, d'Auvines, des Roches (Marçon), de Marson (Marçon), de Malitourne, de La Gillotière, du Fief-Vaudour, de Montgreffier et des Vallées, fut maintenu dans sa possession de sa noblesse par ordonnances de M. de Machault et de M. Marin de La Chataigneraie, intendants de la géneralité d'Orléans, des 6 juin 1667 et 14septembre 1673 ; il donna le 17 septembre 1687, à Louis Joseph[26], duc de Vendôme son aveu et dénombrement des fiefs et seigneuries du Chastellier, de La Gillotière, du Fief-Vaudour, de Montgreffier, des Vallées près du Léhon et des terres et seigneurie d'Auvines, le tout mouvant de la châtellenie de Savigny-sur-Braye. Il testa le 15 mars 1689 ; fit deux codiciles, l'un du 2 janvier 1693, l'autre du 3 août 1693, et mourut quelques jours après. De son mariage accordé le 27 février 1650, avec demoiselle Marie Martin, fille aînée de Jacques Martin, écuyer, sieur de Villiers, conseiller du roi, président de la chambre des comptes de Blois, trésorier de France, général des finances en la même ville et de Marie Viart, il avait eu pour enfants :

  • François de Salmon, qui continue la postérité, degré VIII
  • Antoine de Salmon, seigneur de La Giraudière et en partie de La Brosse, chef de la troisième branche
  • Charles Claude de Salmon, seigneur de Loiré-Loiray à Marçon, chef de la quatrième branche
  • Henry de Salmon, religieux de l'Ordre de Grandmont le 12 mars 1694 et depuis titulaire de Chefnégalon
  • Marie Anne, Thérèse et Jeanne de Salmon, religieuses au couvent des Ursulines de Vendôme
  • Catherine de Salmon, mariée par contrat du 9 juin 1696 avec César François de Renty, seigneur de La Bullière, de Vaudrainville et de Marsains, capitaine de dragons dans le régiment de la reine
Degré VIII

François III de Salmon, seigneur du Chastellier, de Marson (Marçon), des Roches et d'Auvines. Cornette dans la compagnie-maître de camp du régiment de cavalerie de Sommery[27] du 11 février 1676, puis capitaine de cavalerie dans le régiment de Vaillac[28]. Il partagea le 12 mars 1694 avec Antoine, Charles et Catherine de Salmon, ses frères et sœur les successions d'Urbain de Salmon, leur père. Il fit son testament le 10 mars 1708 et mourut dans l'année même, laissant de son mariage accordé le 24 juillet 1692 avec demoiselle Marie Catherine de La Barre, fille de François de La Barre, écuyer, conseiller du roi au présidial de Tours, et de Catherine Patrix, ils eurent un fils :

  • François de Salmon, degré IX
Degré IX

François IV de Salmon, seigneur du Chastellier, de Marçon, de La Gillotière, d'Auvines, des Roches, de Sainte-Cérotte et du Vau, demeurant dans sa terre du Chastellier près de Montoire-sur-le-Loir en bas Vendômois, naquit au mois de septembre 1695 et fut pourvu d'un office de lieutenant des maréchaux de France au département du duché de Vendômois. Il épousa par contrat du 26 juin 1723 demoiselle Élisabeth Anne Gigault de Bellefont, sœur de Jacques Bonne de Gigault de Bellefont, qui fut évêque de Bayonne, puis archevêque d'Arles et mort archevêque de Paris, l'un et l'autre enfants de Charles Gigault, seigneur de Bellefont Bellefond, de Pons, du Chassin, de Chateaulandon, ... et de Marie Catherine Anne Binet de Montifroy. Elle mourut en 1746 et François de Salmon du Chastellier, en eu trois enfants :

  • Charles alexandre de Salmon-du Chastellier, né le 16 octobre 1726
  • François Jacques de Salmon, né le 30 décembre 1728
  • Élisabeth Jeanne de Salmon-du Chastellier, née le 17 septembre 1730
Degré X

Charles Alexandre de Salmon, né le 16 octobre 1726 et reçu page de la petite écurie du roi en 1742, fit dans sa quatrième année de page la campagne de 1745, à la suite de Sa Majesté, et porta le surcoût de M. le dauphin. Ce fut lui qui fut chargé d'apporter à la Reine, à Madame la dauphine et à à Mesdames la nouvelle de la prise de Gand. Il fut cornette de cavalerie dans le régiment du comte de Bellefont, son oncle. En 1747, à la bataille de Lawfeld, il eut le bras percé d'un crampon de fer à cheval, et son cheval abattu sous lui. On le releva tout froissé et dans cette état il emportait à pied son étendard. Il fut remonté sur son propre cheval qu'un cavalier du régiment avait repris, et reçut trois coups de sabre et une balle dans ses habits.

François Jacques de Salmon, né le 30 décembre 1728, aussi reçut page du roi dans la petite écurie en 1744. Il fut cornette de cavalerie dans le même régiment de Bellefont, se trouva pareillement à la bataille de Lawfeld, où il eu les deux derniers doigts de la main gauche entièrement coupés. Il reçut de plus deux coups de sabre sur la même main et sur le bras du même côté, deux autres sur le bras droit, dont un lui fit tomber son étendard que jamais il n'avait voulu rendre, et dont les ennemis s'emparèrent, puis un autre coup de sabre sur l'omoplate. Il a été fait prisonnier, emmené à Maastricht, et renvoyé cinq jours après sur sa parole.

Élisabeth Jeanne de Salmon-du Chastellier, née le 17 septembre 1730.

Troisième branche

Les seigneurs de La Brosse

Degré VIII

Antoine de Salmon (Second fils d'Urbain de Salmon, seigneur du Chastellier et de Saint-Martin). Écuyer, seigneur de La Giraudière, de La Lande et de la moitié des indivis des fiefs, terres et seigneurie de La Brosse[29], donna le 20 juillet 1699 son aveu et dénombrement de cette troisième terre située dans la paroisse de Chenusson (Saint-Laurent-en-Gâtines) en Touraine[30], à Jullien Millon dont cette terre de La Brosse mouvait comme noblement comme prévôt des châtellenie et prévôté d'Oué (Notre-Dame-d'Oé) ou Oé[31], duquel il reconnut aussi tenir les fiefs, terres et seigneuries de La Lande, qu'il avait acquis de Jacques Cormery. Il mourut le 27 février 1715 et de son mariage accordé le 24 janvier 1696, avec demoiselle Polixène Davy de La Pailleterie, fille d'Anne Pierre Davy, écuyer, seigneur de La Pailleterie, et de Catherine d'Espinoy, il eut pour enfants :

  • Antoine François de Salmon, de La Brosse, degré IX
  • René César de Salmon, de La Brosse, mort avant le 5 février 1526
  • Angélique de Salmon, de La Brosse, religieuse professe dans le monastère de L'encloître (Rouziers-de-Touraine en Touraine)[32]
  • Marie Anne de Salmon, de La Brosse
Degré IX

Antoine-François de Salmon, écuyer, seigneur de La Brosse aussi seigneur châtelain de Chenusson, capitaine dans le régiment de la Ferre. Il épousa par contrat du 26 mars 1731 demoiselle Louise Charlotte Hubert de Lauberdière, fille de Louis Hubert, écuyer, seigneur de Lauberdière, conseiller du roi, trésorier de France au bureau des finances de la Généralité de Tours et de Charlotte Drouin. Il est mort au mois de mai 1746. De son mariage il eu pour enfants : Voir degré X.

Degré X
  • Antoine Louis de Salmon, de La Brosse
  • Alexandre César de Salmon, écuyer
  • Auguste de Salmon, écuyer
  • Charles Louis de Salmon, écuyer

Quatrième branche

Les seigneurs de Loiray (Loiré)

Degré VIII

Charles Claude de Salmon, troisième fils d'Urbain de Salmon, seigneur du Chastellier et de Marie Martin. Écuyer, seigneur du Grand et Petit Loiray (Loiré), de Gâtineau à Marçon, etc. Lieutenant dans le régiment royal d'infanterie au mois d'avril 1669, puis capitaine dans le même régiment dès l'an 1695, fut maintenu dans sa Noblesse par Ordances de M. Chauvelin de Beauséjour, intendant de Tours, rendue le 12 juillet 1716. De son Mariage avec demoiselle de Marie Anne de Gaigné, fille de François de Gaigné, écuyer, seigneur de Loiray (Loiré) en Marçon et de Madeleine Tournereau. Il eut pour enfants :

  • René Charles de Salmon, né le 2 janvier 1697 à Marçon, mort âgé de vingt-deux ans, sans alliance
  • Honorat Joseph françois Jean de Salmon, né le 7 janvier 1706 à Marçon, degré IX
  • Urbain honorat françois de Salmon, mort jeune
  • Jean mathurin de Salmon, mort jeune
  • René Marie de Salmon, né le 2 janvier 1697 à Marçon mort jeune.
  • Jeanne de Salmon
  • Marie Anne de Salmon
  • Catherine Bonne de Salmon

degré IX

Honorat Joseph François Jean de Salmon[33]

Degré X
  • Premier lit :

Françoise de Salmon, née le 29 juillet 1726 à Marçon

  • Second lit :

André Michel Honorat de Salmon, né le 27 février 1730 à Marçon

Antoine François André de Salmon, né le 27 septembre 1733 à Marçon

Catherine de Salmon, née le 4 juin 1737 à Marçon

Cinquième branche

Les seigneurs de Courtemblay

Degré VI

Léonor I de Salmon, sieur de Négron et de La Fertière. Second fils de Jean III de Salmon, seigneur du Chastellier et de Renée de Coutances. Il fit avec François de Salmon, son frère aîné le partage des biens de leur père le 25 octobre 1630. Il fut maintenu dans les privilèges de la noblesse par sentence des élus de Vendôme du 7 juin 1634, et mourut avant le 7 janvier 1660. De son mariage accordé le 28 avril 1627 avec demoiselle Marie Dionneau, fille de noble homme Louis Dionneau, bailly, juge ordinaire, civil et criminel de la Baronnie de La Chartre-sur-le-Loir et de demoiselle Marie Roulleau, il eu les enfants suivants :

  • François de Salmon, seigneur de La Fertière, marié avec Marie de Mussey[34], fille de Charles de Musset, écuyer, seigneur de La Bonaventure et de Anne Moreau, mort sans enfants le 30 mai 1702
  • René de Salmon, prêtre et chanoine de la Collégiale de Saint-Calais
  • Léonor de Salmon, continu la postérité
  • Marie de Salmon, vivait le 6 avril 1660
  • Renée de Salmon, décédée le 7 septembre 1698, femme de Jacques de Petitjean, écuyer, seigneur de La Roussardière
  • Claude de Salmon, âgée de douze à treize ans le 7 janvier 1660
Degré VII

Léonor II de Salmon, sieur du Liandon et de La Vignonnière, âgé de seize ans le 7 janvier 1660. Il partagea le 6 avril de la même année, avec François de Salmon, son frère aîné, seigneur de La Fertière, les biens de Léonor de Salmon, leur père. Il eut acte de la représentation des titres justificatifs de sa noblesse, par ordonnance de M. Voisin de la Noiraie, commissaire départi pour l'exécution des ordres du roi dans les provinces de Touraine et du Maine, rendu le 22 juillet 1667. De son mariage accordé le 12 novembre 1663 avec demoiselle Anne de Guillot, fille aînée et héritière principale de Balthazar de Guillot, écuyer, sieur de Perray, de la Manfraisière, du Coudray et de demoiselle Louise de Courcillon. Il eut un fils :

  • Léonor III de Salmon, qui poursuit la postérité
Degré VIII

Léonor III de Salmon, écuyer, seigneur de Courtemblay, du Coudray et de La Fertière, né le 25 octobre 1664. Il a été Cornette de Cavalerie dans le régiment de Vaillac. Il épousa par contrat du 5 septembre 1698, en vertu d'une dispense de la Cour de Rome, demoiselle Marie Anne de Petitjean, sa cousine germaine, fille aînée et héritière principale de Jacques de Petitjean, écuyer, seigneur de La Roussardière et de dame Renée de Salmon, (tante de Léonor III). de cette alliance il eut cinq fils et une fille :

  • Léonor Jacques de Salmon, continuera la postérité
  • François Joseph de Salmon de La Fertière, né le 9 août 1702, capitaine d'infanterie dans le régiment de Chartres, a été tué en 1743 au combat d'Oettingen
  • Pierre de Salmon de Courtemblay, né le 2 août 1705, prêtre, chanoine et prévôt de la collégiale de Saint-Martin de Tours[35]
  • René Louis de Salmon de la Roussardière, né le 13 mai 1708, a été lieutenant d'infanterie de La Ferté-Imbault, et a épousé en 1736 demoiselle Éléonor le Jeune de Malherbe[36]
  • Jean Louis de Salmon, né le 14 mai 1710, prêtre, chanoine de la collégiale de Saint-Georges de Vendôme[37]
  • Marie madeleine de Salmon de Courtemblay, naquit le 2 février 1712
Degré IX

Léonor Jacques de Salmon, écuyer, seigneur de Courtemblay et d'Épuisay, demeurant en son château de Saint-Rimay près de Mondoubleau. Il a été lieutenant d'infanterie au régiment de Chartres, et a épousé par contrat du 17 novembre 1727, en vertu d'une dispense de la cour de Rome, demoiselle Renée de Bellanger, sa cousine germaine, fille de Pierre de Bellanger, écuyer, seigneur de Bizerais et de Renée de Petitjean. De ce mariage il a eu deux enfants : degré X.

Degré X

Jacques de Salmon de Courtemblay, écuyer, né le 26 mai 1729, mourut en 1744

René François de Salmon de Courtemblay, écuyer, naquit le 26 mars 1732

Annexes

Référence.png Notes et références

  1. Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois.
  2. Voir armorial de France-Tome IV.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 Armorial général, ou Registres de la noblesse de France, par Louis Pierre d'Hozier, Collombat, Collège de la Sainte Trinité de la Compagnie de Jésus.
  4. Larousse, dictionnaires.
  5. Larousse, encyclopédie.
  6. Le journal de nos aïeux.
  7. Histoire passion.
  8. Site Wikipédia.
  9. Larousse, dictionnaires.
  10. Sceau.
  11. Détruite en 1794- France balade.
  12. Généalogie de La Salle.
  13. Littré, dictionnaire.
  14. Chien turc, sorte de chien sans poil.
  15. Littré, dictionnaire.
  16. Siège de Thérouanne.
  17. Site Wikipédia.
  18. Site Wikipédia.
  19. Site Wikipédia.
  20. Bricquebec, une cité médiévale.
  21. Larousse, encyclopédie.
  22. Site Wikipédia.
  23. Geneanet.
  24. Thibivilliers.
  25. Condé.
  26. Site Wikipédia.
  27. Dictionnaire de la noblesse ... de France, par François Alexandre Aubert de La Chenaye Desbois.
  28. Histoire généalogique et chronologique de la Maison royale de France, des ....
  29. Geneanet.
  30. Geneanet.
  31. Ville de Notre-Dame-d'Oé.
  32. Forum Touraine insolite.
  33. Famille de Salmon (site Geneatique.net).
  34. Armorial général de la France, volume 1, par Antoine Marie d'Hozier de Sérigny.
  35. Tours, basilique Saint-Martin.
  36. Nobiliaire universel de France ou Recueil général des généalogies ..., volume 4, par M. de Saint-Allais (Nicolas Viton), Ange Jacques Marie Poisson de La Chabeaussière, Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Lespines (abbé de), de Saint-Pons, Ducas, Johann Lanz.
  37. Les fortifications médiévales de Vendôme.

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie