Famille Vimal

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La famille Vimal est une famille française originaire d'Auvergne. Deux de ses branches appartiennent à la noblesse française subsistante : Vimal de Saint-Pal (olim Vimal de Murs), anoblie par charge de conseiller-secrétaire du roi près la Cour des comptes de Montpellier de 1762 à 1783[1] et Vimal du Monteil (olim Vimal-Teyras), anoblie par lettres patentes du 16 décembre 1815[1]. Une troisième branche : Vimal du Bouchet est dite de noblesse inachevée (achat le 17 février 1777 d'une charge de secrétaire du roi près le Conseil souverain de Perpignan)[2].
Elle compte notamment des personnalités politiques aux XVIIIe et XIXe siècles, dont quatre députés.

Histoire

La famille Vimal est anciennement implantée à Ambert et sa région, où ses membres se distinguent au XVIIIe siècle par l'usage de leur nom Vimal accompagné du nom de leur épouse ou du nom de leur terre.

Les membres et les branches de cette famille se différencient aussi par leur nom de terre, comme Vimal de Murs, Vimal du Clos, Vimal de la Grange, Vimal-Collangette.

La branche Vimal de Murs (devenue Vimal de Saint-Pal) est anoblie par charge en la personne de Michel Vimal secrétaire du roi auprès de la Chambre des comptes de Languedoc de 1762 à 1783[1].

La branche Vimal-Teyras (devenue Vimal du Monteil) est anoblie en la personne d'Antoine Vimal-Teyras, anoblie par lettres patentes du 16 décembre 1815[1]. Les lettres patentes comporte le règlement d'armoiries De gueules à une croisette d'argent ; taillé d'argent au cerf au naturel, cantonné et couché sur une terrasse de sable.

Une troisième branche Vimal du Bouchet, issue d'André Vimal qui acquit le 17 février 1777 une charge de secrétaire du roi près le Conseil souverain de Perpignan est dite de noblesse inachevée[2] [3].


Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Editions Robert Laffont, 2007
  • Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili nobiliaire français, Sedopols, 2002

Référence.png Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Éditions Robert Laffont, 2007, page 191.
  2. 2,0 et 2,1 Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili nobiliaire français, Sedopols, 2002, page 531.
  3. F. de Saint-Simon, E. de Séréville, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 1199.