Dictionnaire des termes du Blason - E : Différence entre versions

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
m
 
(4 révisions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 86 : Ligne 86 :
  
  
'''Éléphant''' : En armoiries, cet animal laisse pendre sa trompe - Voir "Proboscides".
+
'''[[:Catégorie:Blason, Éléphant|Éléphant]]''' : En armoiries, cet animal laisse pendre sa trompe - Voir "Proboscides".
  
  
Ligne 95 : Ligne 95 :
  
  
'''[[Catégorie:Blason, Émanché|Émanché]]''' : Se dit lorsque les triangles sont beaucoup plus longs et effilés que ceux de l'émanche et s'approchent du bord opposé de l'écu. On doit indiquer si l'émanché est en pal, en fasce, en bande ou en barre, ce qui s'exprime par les termes parti-émanché, coupé-émanché, tranché-émanché ou taillé-émanché.
+
'''[[:Catégorie:Blason, Émanché|Émanché]]''' : Se dit lorsque les triangles sont beaucoup plus longs et effilés que ceux de l'émanche et s'approchent du bord opposé de l'écu. On doit indiquer si l'émanché est en pal, en fasce, en bande ou en barre, ce qui s'exprime par les termes parti-émanché, coupé-émanché, tranché-émanché ou taillé-émanché.
  
  
Ligne 146 : Ligne 146 :
  
 
'''Endenté''' : Se dit d'un écu qui est divisé en triangles d'émaux alternés.
 
'''Endenté''' : Se dit d'un écu qui est divisé en triangles d'émaux alternés.
 +
 +
 +
'''[[:Catégorie:Blason, Enfant|Enfant]]''' : Enfant Jésus, représenté dans les bras de la Sainte-Vierge.
  
  
Ligne 189 : Ligne 192 :
  
  
'''Épée''' : Les épées sont presque sans exception d'argent, à garde d'or. Leur position ordinaire est d'être placée en pal, la pointe en haut ; lorsque le contraire a lieu, c'est-à-dire que l'épée est renversée, il faut en faire mention. L'épée est dite "garnie" lorsque la garde est d'un autre émail que la lame, ce qui est presque toujours le cas. Les "épées de cavalerie" se reconnaissent à une sorte de corbeille en fer destinée à amortir les coups de l'ennemi.
+
'''[[:Catégorie:Blason, Épée|Épée]]''' : Les épées sont presque sans exception d'argent, à garde d'or. Leur position ordinaire est d'être placée en pal, la pointe en haut ; lorsque le contraire a lieu, c'est-à-dire que l'épée est renversée, il faut en faire mention. L'épée est dite "garnie" lorsque la garde est d'un autre émail que la lame, ce qui est presque toujours le cas. Les "épées de cavalerie" se reconnaissent à une sorte de corbeille en fer destinée à amortir les coups de l'ennemi.
  
  

Version actuelle datée du 29 avril 2019 à 13:31

< Retour au dictionnaire des termes du blason

Dictionnaire des termes du blason

Accueil - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Voir aussi : Héraldique - Blasons des régions et départements français ou des anciens pays et anciennes provinces français


Ébranché : Se dit d'un tronc d'arbre dont on a coupé les branches.


Écaillé : Se dit de l'émail des écailles d'un poisson. Dans les armes des comtes de Tuttenbach en Bavière, on voit une bande écaillée comme si elle était formée d'écailles de poisson.


Écartelé : Divisé en quatre quartiers égaux, au moyen d'un coupé et d'un parti. Cependant on donne aussi le nom de quartiers aux compartiments qui résultent de l'application d'un plus grand nombre de lignes. Écartelé en équerre est un écartelé de manière que chaque quartier a la forme d'une équerre. Écartelé en sautoir est le produit du tranché et du taillé.


Écartelures : Nom des divisions d'un écu écartelé.


Échancré : C'est un engrêlé de grande dimension.


Échelles d'escalade : Il y en a de formes diverses. Quelques fois ce sont de véritables échelles, munies en haut de deux crocs pour les attacher aux murailles ; d'autres fois c'est un poteau garni à dextre et à senestre de barreaux pour y monter.


Échiqueté : D'abord l'écu entier peut être échiqueté, ce qui se fait d'ordinaire par cinq traits verticaux et cinq traits horizontaux, produisant trente-six carreaux, appelés "points". Lorsqu'il y a plus ou moins de rangs de carreaux, il faut l'exprimer. L'écu échiqueté doit avoir au moins vingt carreaux. Ensuite les pièces héraldiques peuvent être échiquetées. Elles ont au moins deux rangs de carreaux ; ces rangs s’appellent "tires". Nous n'indiquerons que le nombre de tires qui en diffère. Enfin on trouve des aigles, des lions échiquetés, etc. La direction de l'échiqueté est horizontale, mais il y a des échiquetés où les carreaux se suivent dans la direction de la bande ou de la barre.


Écimé : Se dit d'un chevron dont la cime est coupée.


Éclaté : Se dit des lances et chevrons brisés de telle manière qu'on voit les éclats du bois.


Écorché : Se dit d'un animal dont les membres sont de gueules et comme écorchés.


Écot : Synonyme de "Chicot".


Écoté : Se dit de pièces qui ont l'apparence de troncs d'arbres dont les branches sont coupées.


Écrans : Objets d'un usage fréquent en Allemagne, où elles servent de cimiers. Ce sont des disques, des carrés, des pentagones ou hexagones, souvent échancrés et toujours d'une surface plane, où les armoiries se trouvent communément répétées et ornées de boules ou de plumes aux angles.


Écrevisse : Elle est presque toujours posée en pal, la tête en haut.


Écu : On trouve les proportions géométriques de l'écu en divisant sa largeur en sept parties égales. On ajoute une partie de plus pour sa hauteur ce qui forme un carré. Les angles d'en bas sont arrondis d'un quart de cercle dont le rayon est d'une demi-partie ; deux quarts de cercle de même proportion au milieu de la ligne horizontale d'en bas se joignent en dehors de cette ligne et forme la pointe. La forme ci-décrite est actuellement très répandue en Europe, mais on en trouve beaucoup de modifications. En Allemagne on arrondit généralement toute la base ; en Angleterre on s'est habitué à faire deux angles saillants au haut de l'écu, à dextres et à senestres ; en Italie la forme ovale est assez recherchée, spécialement quand il s'agit d'un surtout, etc.


Écu (De l') : Signifie que dans le cimier tel objet doit être représenté dans la même forme et position qu'il a dans l'écu des armes.


Écu (Faux-) : On appelle ainsi une orle qui n'a pas une plus grande dimension qu'un écusson en abîme.


Écu en bannière : Nom d'un écusson tout-à-fait carré. Quelques baronnets de Guyenne plaçaient de préférence leurs armoiries dans un écu de cette forme.


Écusson sur le tout : Voir "Surtout".


Écusson : Petit écu, souvent employé comme meuble dans les armoiries.


Écusson des armes : Nom d'un petit écusson porté en cimier, qui répète les armoiries.


Écusson en abîme : Nom d'un petit écu qui se trouve seul comme meuble au centre de l'écu. Il n'est pas douteux que dans plusieurs cas, la bordure dont le champ était entouré, a été trop élargie, ce qui a eu pour conséquence que la bordure est devenue le champ et que le champ primitif a été réduit aux dimensions d'un écusson en abîme.


Effaré : Se dit d'un cheval cabré.


Effarouché : Se dit d'un chat "rampant", ce qui peut être exprimé tout aussi bien par ce dernier mot.


Effeuillé : Se dit des arbres et des rameaux dépouillés de leurs feuilles.


Élancé : Terme pour un cerf courant.


Éléphant : En armoiries, cet animal laisse pendre sa trompe - Voir "Proboscides".


Émail, pluriel Émaux : Nom collectif des métaux et couleurs qu'on emploie en armoiries.


Émanche : Figure formée de deux ou plusieurs triangles qui réunis par leur base, semblent sortir de la pointe ou des flancs de l'écu. On exprime la position et le nombre des pointes.


Émanché : Se dit lorsque les triangles sont beaucoup plus longs et effilés que ceux de l'émanche et s'approchent du bord opposé de l'écu. On doit indiquer si l'émanché est en pal, en fasce, en bande ou en barre, ce qui s'exprime par les termes parti-émanché, coupé-émanché, tranché-émanché ou taillé-émanché.


Émanchure : Petite section dans un des angles supérieurs de l'écu, ce qui est de la dernière rareté.


Embouté : Se dit d'objets, par exemple, des bâtons de maréchal, dont le bout est d'un émail différent du reste.


Embrassé : Se dit d'un écu divisé en chevron, dont les diagonales, qui produisent la forme du chevron, sortent du flanc dextre ou senestre de l'écu. L'embrassé commence par le flanc où les diagonales se réunissent. Ainsi lorsque lesdites diagonales, ayant leur point de départ au flanc dextre se réunissent au flanc senestre et que l'espace compris entre ces lignes soit d'argent et le reste de l'écu de gueules on dire d'argent, embrassé à senestre de gueules. Le contraire serait l'embrassé à dextre.


Emmanché : S'emploie lorsque le manche d'un outil ou d'une arme est d'un autre émail que l'instrument ou l'arme lui-même.


Emmuselé : Se dit de l'émail de la muselière qui sert à dompter les ours et autres animaux.


Empenné : Se dit des plumes qui garnissent une flèche.


Empiétant : S'applique aux oiseaux de proie qui tiennent quelque oiseau ou autre animal dans leurs serres.


Empoignant : Se dit d'une main ou patte d'animal qui tient quelque objet par le milieu.


Empoigné : Se dit :

  1. de flèches réunies en faisceau et retenues par un lien
  2. d'un objet quelconque tenu par une main humaine ou une patte d'animal.


Encensoir : Espèce de cassolette qui pend à une longue chaine double. Il parait communément avec la chaîne tombée à senestre.


Enchainé : Les chaines au moyens desquelles des animaux sont attachés à des arbres ou autres objets, sont rivées à leur collier, ce qui est aussi le cas avec beaucoup d'animaux servant de supports à des armoiries anglaises, ont une chaine pendante à leur collier.


Enchaussure : Petite section dans un des angles de la base de l'écu, extrêmement rare en armoiries.


Enclavé : Se dit d'une partition crénelée (coupé, parti, etc…) qui pénètre dans une autre division, au moyen de créneaux.


Enclos : Se dit d'un meuble entouré d'un trècheur, d'un annelet, etc.


Encoché : Se dit d'un arc tendu, chargé d'une flèche.


Endenté : Se dit d'un écu qui est divisé en triangles d'émaux alternés.


Enfant : Enfant Jésus, représenté dans les bras de la Sainte-Vierge.


Enfermé : Se dit d'un meuble entouré d'un trécheur, d'un annelet, etc.


Enfilé : Se dit des couronnes ou annelets dans lesquels une pièces longue est passée.


Englanté : Fruité de glands.


Engoulé : Se dit d'une pièce héraldique, d'ordinaire une bande, dont les extrémités aboutissent dans des têtes de lion ou de dragon. Ces têtes sont "engueulantes".

Engrêlé : Se dit des lignes de pièce héraldiques munies de petites dents aux intervalles arrondis.


Engrêlure : Nom de la filière lorsqu'elle est engrêlée.


Enguiché : Indique l'émail de l'embouchure des cors et gréliers.


Enhendé : Se dit de pièces dont le pied est refendu.


Enquérir (à) : Terme qu'on employait pour les armes dites "fausses", c'est-à-dire celles dans lesquelles on trouve métal sur métal ou couleur sur couleur. On s'imaginait que ces armes étaient composées expressément dans le but de forcer le spectateur à s’enquérir de la cause d'une telle infraction aux règles. Il n'en était rien ; le nombre très considérable des armoiries qui se trouvent dans ce cas exclut toute supposition de ce genre ; d'ordinaire, ces armes, (si leur composition n'étaient pas la conséquence d'une ignorance complète de la science des armoiries) étaient devenues fausses par l'effet du temps qui avait terni l'or ou l'argent, et les peintres propageaient l'erreur.


Enquerre (à) : Terme qu'on employait pour les armes dites "fausses", c'est-à-dire celles dans lesquelles on trouve métal sur métal ou couleur sur couleur. On s'imaginait que ces armes étaient composées expressément dans le but de forcer le spectateur à s’enquérir de la cause d'une telle infraction aux règles. Il n'en était rien ; le nombre très considérable des armoiries qui se trouvent dans ce cas exclut toute supposition de ce genre ; d'ordinaire, ces armes, (si leur composition n'étaient pas la conséquence d'une ignorance complète de la science des armoiries) étaient devenues fausses par l'effet du temps qui avait terni l'or ou l'argent, et les peintres propageaient l'erreur.


Enté : Se dit des fasces, bandes et croix dont les contours sont entés, et les partitions qui entrent les uns dans les autres à ondes arrondies.


Entrelacé : Se dit des chevrons, anneaux et autres objets, passés les uns dans les autres.


Éole : Synonyme d'Aquilon.


Épanoui : Terme qui s'applique à une fleur de lis très ornée qui figure dans les armoiries de la ville de Florence et de quelques familles italiennes. Elle a des boutons entre les fleurons des côtés et le fleuron d'en haut est comme ouvert.


Épée : Les épées sont presque sans exception d'argent, à garde d'or. Leur position ordinaire est d'être placée en pal, la pointe en haut ; lorsque le contraire a lieu, c'est-à-dire que l'épée est renversée, il faut en faire mention. L'épée est dite "garnie" lorsque la garde est d'un autre émail que la lame, ce qui est presque toujours le cas. Les "épées de cavalerie" se reconnaissent à une sorte de corbeille en fer destinée à amortir les coups de l'ennemi.


Épi : L'épi porte une feuille recourbée de chaque côté de sa tige. Lorsque ses feuilles manquent, l'épi est dit "effeuillé".


Épieu : Espèce de pique dont le bout supérieur est garni d'un fer large et pointu. Il servait à la chasse du sanglier.


Éployé : Voir "Aigle éployée".


Équerre : Cet objet n'est pas rare en armoiries, et se présente en diverses positions, de sorte qu'il est nécessaire de décrire la position exacte.


Équipé : Se dit d'un vaisseau muni de ses voiles, cordages et autres choses, nécessaires à l'armement complet.


Équipollé : Voir "Points équipollés".


Escarboucle : Nom appliqué à tort à cette figure qui, selon toute apparence, a été dans l'origine une garniture de fer à plusieurs branches, servant à renforcer le bouclier. Plus tard, on y a vu la pierre précieuse dite escarboucle, jaillissante des rais. Aujourd'hui on la représente sous la forme de huit verges ou bâtons, fleurdelisés à leur extrémité, mouvants d'un noyau ou annelet au centre de l'écu.


Escarre : Trait qui sépare un franc-quartier du champ, lorsque ce dernier est du même émail que le premier.


Esculape : Voir "Bâton d'Esculape".


Esserant ou Essorant : Se dit des oiseaux qui prennent leur vol. Dans cette attitude leurs ailes ouvertes sont abaissées.


Essonier : Synonyme de "Trêcheur". C'est un double orle qui couvre l'écu dans le sens de la bordure


Essoré : Se dit de l'émail des toits dont les maisons et les châteaux sont couverts.


Estacade : Travail de fortification, composé de trois pals réunis au moyen d'une poutre horizontale.


Étagé : Se dit des diverses couches de feuillage d'un arbre. Ainsi l'on trouve en armoiries des arbres doublement et triplement étagés. Cependant, ce n'est pas un caractère essentiel, et l'arbre qu'on représente ici à deux ou trois étages, peut-être représenté ailleurs à un seul étage.


Étai : Nom du chevron diminué de largeur, ce qui du reste, devra toujours être le cas, aussitôt qu'il y a deux ou plusieurs chevrons dans l'écu.


Étêté : Synonyme de "Décapité".


Étoile : En France, en Artois, en Picardie, dans la Flandre française, en Angleterre, en Écosse, en Irlande, en Alsace, en Savoie, en Piémont, on donne aux étoiles cinq rais ; partout ailleurs, elles en ont six. Nous n'exprimons le nombre de rais que dans les cas qui font exception, en mettant le nombre de ses rais entre crochets. En Suisse, pays douteux entre la France et l'Allemagne, les étoiles ont tantôt cinq, tantôt six rais. On trouve des étoiles "rayonnantes", c'est-à-dire dont les rais sont ondoyants (les étoiles rayonnantes d'Angleterre sont six rais), et les étoiles "hérissées" qui ont entre leurs rais des petits traits. Il faut qu'un des rais des étoiles se dresse en haut ; si l'on trouve deux rais en haut, l'étoile est dite "renversée" lorsqu'elle est à cinq rais, et "penchée" lorsqu'elle a six rais.



Dictionnaire des termes du blason

Accueil - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Voir aussi : Héraldique - Blasons des régions et départements français ou des anciens pays et anciennes provinces français