Charles GOURDIN

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Gourdin

Charles GOURDIN, Tambour-Major de la Garde Républicaine et compositeur de musique français, né le 15 janvier 1863 à Chamouilley (Haute-Marne), décédé le 15 janvier 1935 à Appoigny (Yonne).

Etat-civil

Biographie

Jeune soldat de la classe de 1883, il fut incorporé au 46e Régiment d'Infanterie à Auxerre, où il obtint successivement les galons de caporal-fourrier, de sergent-fourrier et de sergent-major. En 1887, il passa au 162e Régiment d'Infanterie, en garnison à Saint-Denis, comme tambour-major, suivit ce régiment à Lérouville et à Commercy, et entra comme brigadier à la Garde Républicaine le 30 décembre 1894. Tambour-Major en 1896 jusqu'en 1911 où il prit sa retraite. Il fut rappelé à l'activité durant la première guerre mondiale. Il se reconvertit en artiste de cirque et de music-hall sous le nom de Royus.

Décorations

  • Officier d'Académie (J.O.du 01/01/1905 p.24)

Extraits de presse

  • L'écho de la gendarmerie nationale 26.4.1896 - Le nouveau tambour-major de la garde républicaine. Le tambour-major de la garde républicaine M. Demongiver, vient de prendre sa retraite ; il est remplacé par le brigadier-garde Gourdin qui mesure 1m93. Droit comme un I, les épaules larges, le torse puissant, la physionomie avenante, ce dernier est un homme, un jeune homme, puisqu'il n'a que trente- trois ans, véritablement superbe. A Paris surtout, le tambour-major, celui de la garde plus que tout autre, est un personnage populaire. Quant à la tête de ce régiment d'élite, il passe le jarret tendu, la taille cambrée, il soulève les exclamations et recueille les suffrages. C'est, on peut le dire, un homme en vue, et sa photographie sera bientôt dans les vitrines des boulevards. M. Gourdin, qui est un musicien distingué et, naturellement, un « tapin » émérite, est l'auteur d'un projet de règlement soumis au ministère de la guerre.


  • Le Gaulois 28.4.1896 - Un nom prédestiné : celui du nouveau tambour-major dont nous avons annoncé la nomination dans la garde républicaine, et qui s'appelle Gourdin. C'est faire pressentir de quelle façon il doit manier sa canne de tambour-major. Mais M. Charles Gourdin maniait non moins bien les baguettes de tambour : l'armée lui doit un renouveau dans les batteries, qui a mis les ra et les fla en rapport avec la vivacité d'allures de nos jeunes troupes.


  • Le Radical 29.4.1896 - Charles Gourdin vient d'être nommé tambour-major de la garde républicaine . Il est l'auteur d'intéressants travaux relatifs au perfectionnement artistique de nos batteries de tambour.


  • La Croix 14.7.1897 - Le tambour-major. Un homme qui sera très regardé demain lorsqu'il présentera ses 48 tambours et clairons, c'est M. Gourdin, tambour-major de la garde républicaine. En fonction, depuis 15 mois seulement, M. Gourdin qui a succédé à M. Demougivert est d'allure prodigieuse, il a près de 2 mètres (1m93) exactement.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Ses arrangements et compositions

  • Au catalogue général de la BnF
  • La Marche impériale sur Youtube


Logo internet.png Liens utiles (externes)

Visuel sources.png Sources

  • Acte de naissance (Prénoms à l'état-civil : Jules, Eugène) – Année 1863, acte n°2
  • Gallica BnF: Le petit journal, Le petit parisien, le radical, Comoedia, l'écho de la gendarmerie nationale, le ménestrel, le figaro, le gaulois, la croix