Berlin

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Berlin
Rfa-blason-berlin.jpg
Informations
Pays Drapeau allemand    Allemagne
Land Berlin
Code postal
Population 3 439 132 hab. (Sept. 2009)
Superficie 891,82 km²
Densité hab./km²
Altitude m
Point culminant m
Nom des habitants Berlinois, Berlinoises
Coordonnées (long/lat) ° / ° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation

Histoire.pngHistoire

Porte de Brandebourg

Berlin fut fondée au XIIe siècle à partir de deux comptoirs marchands, Cölln et Berlin, situés sur les rives de la Spree.

En 1307, les deux cités fusionnent et deviennent la première ville du Brandebourg. En 1415, Frédéric 1er de Hohenzollern est nommé margrave et électeur de Brandebourg. Après le désastre de la guerre de Trente Ans, Frédéric-Guillaume, surnommé le Grand Electeur (1640-1688), bâti un nouveau Berlin, (nouvelles fortifications, assainissement des sols) et provoque une immigration (Juifs autrichiens, hollandais, français), pour donner un nouveau souffle économique à sa ville.

En effet, lorsqu'en 1685, Louis XIV révoque l'édit de Nantes, le Grand Électeur proclame l'édit de Potsdam par lequel il invite tous les Français protestants à venir s'installer dans le Brandebourg. De nombreux huguenots répondront à son appel et s'établiront à Berlin en apportant leur savoir-faire. Ils influenceront non seulement l'économie, mais aussi la langue allemande. Au XVIIIe siècle, ils représenteront 20 % de la population berlinoise.

Capitale du royaume de Prusse en 1701, et résidence royale en 1709, Berlin devient, avec l'avènement de Frédéric-Guillaume 1er, dit le "roi-sergent", un centre intellectuel important, avec notamment la création de l'Académie des arts et des sciences. À partir de 1740 et sous le règne de Frédéric II le Grand, Berlin devient l'un des foyers de la période culturelle de l'Aufklärung (Lumières).

Sur l'invitation du roi de Prusse, Voltaire vient séjourner trois années durant à Potsdam, dans le château de Sans-souci, bâti par Georg Knobelsdorff. Cet architecte agrandira le château de Charlottenburg, construira l'opéra, la bibliothèque royale, le Palais du prince Heinrich et la cathédrale Sainte-Edwige. Berlin devient alors l'une des plus belles villes d'Europe.

Durant le règne de Frédéric-Guillaume III (1797-1840), Napoléon remporte la bataille de Iéna en 1806 et installe ses soldats à Berlin pendant deux ans. Pendant la première partie du XIXe siècle, de nombreux événements vont façonner le destin de Berlin : la fondation de l'université par Wilhelm von Humboldt en 1810, l'ouverture de la ligne de chemin de fer Berlin-Potsdam en 1838 et la révolution de 1848.

En 1871, Berlin devient capitale de l'Empire allemand dirigé par le chancelier Bismarck. L'industrialisation et l'essor économique de la ville attirent des milliers d'ouvriers qui viennent travailler dans les industries mécaniques (Borsig) et électriques (Siemens et AEG), ainsi que dans la sidérurgie et le textile.

En trente ans, la population berlinoise triple pour atteindre 2,7 millions d'habitants en 1900. La culture et les sciences (avec Robert Koch, Max Planck, Albert Einstein) se développent et Berlin acquiert un profil international.

Pendant la Première Guerre mondiale, les Berlinois vont souffrir de famine et organiser des grèves générales. Le 9 mai 1918, à la suite de la "Révolution de novembre", l'empereur Guillaume II abdique et la république de Weimar est proclamée. Berlin en était la capitale.

En 1920, une loi crée le "Grand-Berlin", qui regroupe plusieurs communes sur 880 km² (soit le double de l'agglomération parisienne actuelle) et divise la ville en 20 arrondissements. Avec ses 4 millions d'habitants, Berlin devient non seulement la plus grande ville industrielle du continent, mais aussi une mégapole dont le rayonnement culturel est à son apogée.

Ville avant-gardiste concernant la libéralisation des moeurs mais aussi pour toutes les formes de création, Berlin foisonne d'écrivains (Brecht, Tucholsky, Kästner, Remarque), de peintres expressionnistes (Dix, Beckmann, Grosz), de metteurs en scène (Reinhard, Piscator), d'architectes (Mendelsohn, Behrens) et de cinéastes (Fritz Lang, W. Pabst).

L'ascension du national-socialisme et la prise de pouvoir par Hitler mettent fin à ces "Années de liberté". Le 27 février 1933, le Reichstag est incendié et le parti nazi sème la terreur en procédant à des persécutions et à des déportations de dizaines de milliers de Juifs berlinois.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Berlin est en partie détruite par les bombes. Après la capitulation allemande, le 8 mai 1945, Berlin est divisée en quatre secteurs d'occupation (américain, britannique, français et russe) sous autorité interalliée.

De 1948 à 1949, l'Union soviétique instaure un blocus de la ville, les alliés occidentaux y répliquent aussitôt par un gigantesque "pont aérien" destiné à alimenter la population des trois secteurs occidentaux. En 1949, la ville est alors scindée en deux. Berlin-Ouest devient un Land de la République fédérale d'Allemagne (occupé par les alliés occidentaux) et isolé comme un îlot au milieu de la RDA, dont Berlin-Est devient la capitale.

Le 17 juin 1953, Berlin-Est est au coeur de révoltes ouvrières contre le régime politique de la RDA. L'occupant soviétique les réprime sévèrement. Face à une émigration constante de la population qui fuit le régime politique, les autorités de la RDA érigent, le 13 août 1961, un mur de séparation entre les deux Berlin et les deux Allemagne.

Le 9 novembre 1989 , les manifestations populaires et les nouvelles directives des dirigeants soviétiques conduisent à la destruction du mur. Le 22 décembre 1989, la Porte de Brandebourg s'ouvre pour la première fois. Le 3 octobre 1990, la Réunification de l'Allemagne est célébrée. Berlin redevient capitale de la RFA en 1991. En 1994, les troupes alliées quittent définitivement la ville.

Dans les années 1999-2000, le gouvernement est transféré de Bonn à Berlin. Le déménagement se termine en mai 2001 avec l'inauguration de la nouvelle chancellerie, le « Kanzleramt ». La ville, en perpétuel mouvement, a, grâce à son urbanisme et à son histoire, une force d'attraction sans précédent.

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Les cimetières

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Les arrondissements de Berlin

Après sa réunification en 1990, Berlin se composait de 23 arrondissements. Au début de l'année 2001, une réforme territoriale est entrée en vigueur qui a en réduit le nombre à 12 :

Arrondissement Superficie Populations
Charlottenburg-Wilmersdorf 64,72 km² 320 087 hab.
Friedrichshain-Kreuzberg 20,16 km² 268 839 hab.
Lichtenberg 52,29 km² 259 663 hab.
En Marzahn-Hellersdorf 61,74 km² 248 026 hab.
Mitte 39,47 km² 333 437 hab.
Neukölln 44,93 km² 312 367 hab.
Pankow 103,01 km² 365 697 hab.
Reinickendorf 89,46 km² 241 065 hab.
Spandau 91,91 km² 223.724 hab.
Steglitz-Zehlendorf 102,50 km² 293 725 hab.
Tempelhof-Schöneberg 53,09 km² 334 993 hab.
Treptow-Köpenick 168,42 km² 241 052 hab.


L'administration d'un arrondissement se compose de l'assemblée des délégués(Bezirksverordnetenversammlung - BVV) et de l'Office (Bezirksamt) d'arrondissement. Ces délégués sont élus par les citoyens allemands ayant le droit de vote et par les ressortissants des pays de l'Union Européenne vivant dans celui-ci. L'Office d'arrondissement est une autorité administrative collégiale, composée d'un maire et de ses adjoints.

Les maires de tous les arrondissements, le Bourgmestre régnant de Berlin et le bourgmestre adjoint forment ensemble le Conseil des Maires. Le Sénat est tenu de demander au Conseil des Maires de prendre position sur les questions fondamentales concernant la législation et l'administration. Le même principe s'applique aux propositions de loi émanant de la Chambre des Députés.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.