Belgique - Sint-Maria-Horebeke : Différence entre versions

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
({{A savoir pour vos recherches généalogiques}} : Sur la communauté protestante du village)
(Adresse de l'administration communale : Précision sur Horebeke-Sainte-Marie)
 
Ligne 46 : Ligne 46 :
  
 
==== Adresse de l'administration communale ====
 
==== Adresse de l'administration communale ====
 +
 +
Voyez la page sur la nouvelle commune d'Horebeke qui englobe aujourd'hui l'ancienne commune d'Horebeke-Saint-Marie.
  
 
== {{Liens utiles}} ==
 
== {{Liens utiles}} ==
  
 
* Site des Archives de l'Etat : http://arch.arch.be
 
* Site des Archives de l'Etat : http://arch.arch.be

Version actuelle datée du 2 juin 2019 à 18:17

Retour

Sint-Maria-Horebeke
Informations
Pays Drapeau de la Belgique    Belgique
Région Flandre
Province Flandre orientale
Code postal
Population 1650 hab. (1895)
Densité hab./km²
Nom des habitants
Superficie 759 ha
Point culminant
Altitude
Coordonnées (long/lat)
Localisation


Histoire.png Histoire de la commune

La commune de Sint-Maria-Horebeke (ou en français Hoorebeke-Sainte-Marie) fait partie, depuis le 1er janvier 1977, de la commune d'Horebeke.

Depuis la Réforme au 16e siècle, une communauté protestante y est établie. De nos jours encore, le Geuzenhoek(le "coin des Gueux") situé non loin du centre de la commune est une "enclave" protestante en Flandre, comprenant les ancienne et nouvelle églises, le cimetière, et jusqu'en 1982, une école protestante.

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Les archives de l'ancienne commune de Sint-Maria-Horebeke (en français : Hoorebeke-Sainte-Marie) étaient conservées aux Archives de l’Etat à Renaix. Ce dépôt a été supprimé le 1er septembre 2009. Pour la situation actuelle, voyez la page "Renaix" de Généawiki.

Sont notamment consultables aux Archives de l’Etat :

  • les actes d’état civil de 1795 jusqu’à la fin du 19e siècle avec des tables décennales, sous la forme de microfilms. Ces actes sont rédigés en français ou en néerlandais suivant les époques considérées.
  • les registres paroissiaux antérieurs à 1796 avec un index alphabétique moderne, sous la forme de microfilms. Ces registres sont rédigés en latin. Ces registres débutent en 1619 pour les baptêmes (le registre de 1632 à 1640 est à chercher sous Schorisse), en 1619 également pour les mariages, et en 1728 pour les inhumations.

A l’appui et en complément des registres paroissiaux, l’on consultera prioritairement les actes de dévolution successorale et de tutelle (les « états de biens », « staten van goed » en néerlandais) passés devant les échevins jusqu’à la fin de l'Ancien Régime. Pour Hoorebeke-Sainte-Marie, les actes vont de 1585 à 1812 (!). Les renseignements généalogiques contenus dans ces actes ont été analysés par André Lafort et Herman van Isterdael et publiés en 2000. Cet ouvrage peut être acquis auprès de M. André Lafort à l'adresse : andre.lafort(arobase)skynet.be

Cet ouvrage donne également la liste des nombreux bourgeois forains de Grammont (Geraardsbergen en néerlandais) et d'Alost (Aalst en néerlandais) résidant à Hoorebeke-Sainte-Marie, ainsi que les cahiers du XXème denier (une taxe) de 1572.

On notera aussi que quelques états de biens concernant des habitants d’Horebeke-Sainte-Marie ont été passés à Audenarde. Le volumineux ouvrage de Carlos Aelvoet et d’André Lafort sur les états de biens de la ville et de la châtellenie d’Audenarde de 1595 à 1796 indexe plusieurs milliers d’actes passés pardevant les échevins d’Audenarde : 14 actes concernent des habitants d’Horebeke-Sainte-Marie. Cet ouvrage « Stad en Kasselrij Oudenaarde, staten van goed (1595-1796), indices » a été publié en 2008 par les Archives de la ville d’Audenarde (où il peut être acquis, voyez la page consacrée à Oudenaarde).

A savoir aussi : depuis l'époque de la Réforme, au XVIe siècle, il y avait dans la région de Renaix et Audenarde, sept petites communautés protestantes. Ces communautés étaient appelées "l'Olivier flamand" ou parfois, plus rarement "le Mont-des-Oliviers flamand", c'est-à-dire les églises sous la Croix en pays flamand. Ce nom leur aurait été donné par Louis de Nassau. Ces communautés protestantes étaient situées dans les villages d'Etikhove, Mater, Melden, Nukerke, Wijlegem, ainsi qu'à Audenarde et à Hoorebeke-Sainte-Marie même. Dans la seconde partie du XVIIIe siècle, subsistaient seules les communautés protestantes de Matere, Etikhove et Hoorebeke-Sainte-Marie. Cette dernière communauté à Hoorebeke existe toujours aujourd'hui. Un registre de baptêmes protestants, de 1756 à 1764, a été publié dans la revue du VVF-Vlaamse Ardennen, n° 20, en 1999. On trouvera dans la revue du SCGD, "L'Intermédiaire des Généalogistes", 1960, pages 129 à 131, par Paul De Zuttere, un article sur la généalogie du pasteur Christian H. Vent, qui fut le président du Consistoire de l'Eglise évangélique française et allemande de Bruxelles et premier chapelain du roi Léopold Ier. Ce dernier, on le sait, n'était pas catholique mais luthérien. Dans l'article de l'Intermédiaire, l'auteur expose que semblent perdus les sept volumes de procès-verbaux manuscrits intitulés Registrum en de memoriael angaende de bedienige der kerckendienst in de heymelicke Kercken van Vlaederen qui furent confiés au pasteur Vent, et dont le reçu figure dans les archives de l'église protestante d'Hoorebeke-Sainte-Marie. Ces registres auraient été d'un immense intérêt pour l'Histoire du Protestantisme dans la région des Ardennes flamandes.

Adresse de l'administration communale

Voyez la page sur la nouvelle commune d'Horebeke qui englobe aujourd'hui l'ancienne commune d'Horebeke-Saint-Marie.

Logo internet.png Liens utiles (externes)