Bagne Saint-Martin-de-Ré - 17369

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


<<< Retour Saint-Martin-de-Ré
<<< Retour à "Bagnard, Galérien, Prisonnier transporté"

Histoire

L'administration pénitentiaire partage avec une garnison militaire l'ancienne citadelle reconstruite par Vauban.
Ce bagne fut fermé le 5 mai 1934
C'est en 1938 que le dernier bateau-bagne est parti de Saint-Martin-de-Ré vers la Guyane

Le passage obligatoire par Saint-Martin-de-Ré

Les condamnés arrivent des prisons de Rennes, Caen ou Montrevault et sont acheminés à la prison de la Rochelle.
Après un bref séjour, une nuit, à la prison de la Rochelle, les forçats embarquent pour Saint-Martin-de-Ré, à bord d'un bateau à vapeur de la liaison régulière depuis le vieux port.
Le navire accoste au quai Clémenceau dans le port de St Martin, le convoi de bagnard débarque surveillé par la gendarmerie et les tirailleurs sénégalais de l'Île.
Puis les condamnés se rendent à pied, par "l'allée des soupirs", à la citadelle, devenue en 1873 dépôt d'étape.
Là, chacun est fouillé, perd son identité pour un matricule porté sur le bras gauche.
Le détenue reçoit des effets neufs (une vareuses de laine, deux chemises, deux paires de souliers) et une couverture.

Le séjour à Saint-Martin

Les condamnés au bagne peuvent séjourner plusieurs mois à St Martin avant qu'il n'y ait un départ.
Les journées sont rythmées par deux promenades dans la cour, au pas cadencé.
Les détenus sont fouillés au coucher. Il y a quatre rondes par nuit,. L'appel est fait deux fois par jour.
Le travail dans les ateliers est obligatoire. Les productions sont variés, émouchettes pour les chevaux de l'armée, sacs en papiers ou en toile, charpillage, étoupe, camails, fabrication de chaussons, cordonnerie.

Préparation au départ

Quinze jours avant le départ, pour qu'ils supportent mieux le voyage puis le climat tropical, les forçats sont mis au repos.
Le temps des promenades est allongé, la nourriture amélioré avec de la viande 4 fois par semaine et un quart de vin.
Après une douche, une visite médicale décide de l'aptitude au voyage et les forçats sont vaccinés contre la typhoïde et la variole.

Le départ

Les condamnés qui partaient en Guyane devait restés à la prison de Saint-Martin-de-Ré, ensuite il partait vers la prison de Saint-Laurent du Maroni, par le Bateau La Martinière, qui pouvait contenir 650 condamnés, pour un voyage de 2 semaines.

"L'embarquement avait lieu 2 fois dans l'année, le 1er avait lieu la veille de Noël, le deuxième au milieu de l'été. Deux par deux puis quatre par quatre, les condamnés sortent de la citadelle" Ils sont escortés par des surveillants militaires, des soldats d'infanterie. [1]

Les bagnards sont mis dans une cage en groupe, ils la quittent pour respirer sur le pont l'air pur, une fois par jour.

Archives

Les Archives de ce bagne ont brûlé en 1861.


Référence.png Notes et références

  1. Bagnard d'Autrefois - criminocarpus.org/media