80555 - Monchy-Lagache

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Monchy-Lagache
Blason Monchy-Lagache-80555.png
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1914-1918
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 80 - Blason - Somme.png    Somme
Métropole
Canton Blason Ham-80410.png   80-18   Ham

Blason Ham-80410.png   80-24   Ham (Ancien canton)

Code INSEE 80555
Code postal 80200
Population 755 habitants (2006)
Nom des habitants
Superficie 1544 hectares
Densité 48.9 hab./km²
Altitude 57 m
Point culminant 95 m
Coordonnées
géographiques
49.8517° / 3.04509° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
80555 Monchy-Lagache carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Monchy et Mouchy, dit l'Agâche, la-Gache et Lagache, est cité dans les anciens titres sous le nom latin de Monciacum peirosum, dénomination qui peut s'entendre d'un pays situé sur une montagne pierreuse. Mais comme en langue celtique, Chy, Chil, exprimaient l'idée d'une habitation, et Monch, Monschisck, celle d'une possession monacale ; il serait à supposer également qu'une maison conventuelle ou prieuré, établi sur le haut de la colline, aura donné son nom à ce village : il aurait, du reste, une origine antérieure à l'époque française. Pour le distinguer de Monchy en Beauvaisis, dit MonchyHumières, on lui appliqua dans la suite le surnom picard de l'agache, pour agace ou pie ; parce que sans doute cet oiseau était fort commun dans les marais voisins qu'arrose la rivière d'Aumignon.
En 1001 Roger, évêque de Beauvais, vient chercher un abri, contre les poursuites de ses ennemis, auprès d'Herbert III de Vermandois. Ce comte accorda volontiers sa protection au prélat fugitif, qui était de sa famille. C'est dans cette circonstance que Roger accorda à Othon, fils d'Herbert, la moitié de la vicomté de Monchy, qui lui appartenait : en 1022 il en donna le reste à son église de Saint Pierre de Beauvais.
Ce partage de Monchy entre deux seigneurs différents, vient expliquer les deux cures, sous un seul titre, qui y subsistèrent jusqu'en 1760.
En 1177, une portion des dîmes de Monchy fut cédée à l'abbaye d'Arrouaise, par Hugues, chevalier et fils de Jean de Bucquoy, en échange de quelques pièces de terres à Bayencourt.
Au XVIIIe siècle, la dime totale était répartie entre le chapitre de Noyon, qui avait succédé aux droits de celui de Beauvais; l'abbaye de Corbie, par suite de son échange de 1569 avec celle d'Arrouaise ; plusieurs laïques acquéreurs de N.-D.-aux-Bois.

L'église de Monchy, vocable Saint Pierre, se compose (en 1844) de constructions, ou restaurations, de différentes époques. Assurément l'édifice primitif avait le caractère roman : on en retrouve des restes dans la chapelle latérale du nord, et surtout dans la base de la tour intéressante du clocher. Cette base est quadrangulaire et renferme un portail étroit, à plein cintre surbaissé ; et, ce qui est fort rare, il est surmonté, sur la gauche seulement, de deux petites fenêtres cintrées que couronne un cordon à ornements dentelés. De cette base quadrangulaire s'élève l'autre partie de la tour, sous la forme circulaire : elle se termine par une campanile en charpente, qui aura probablement remplacé un ancien comble en pierres. Cette superposition. Effectuée après la ruine d'une partie de la grosse tour lombarde, renferme deux rangs d'ouvertures en arcades, reposant sur des colonnettes assez élégantes, et offrant tous les caractères du style de transition.

Sous le rapport architectonique, ce monument est l'un des plus intéressants de nos pays : il est digue de l'attention des archéologues, et les habitants ne sauraient déployer trop de zèle pour en prévenir la ruine.
Le chœur de l'église, l'abside et le beau porche du midi, sont des constructions d'architecture gothique: les autres parties sont plus modernes. Il est aisé de reconnaître à l'intérieur que cet édifice avait autrefois beaucoup plus d'élévation. Une belle voûte en bois, où l'œil se méprend, ne repose plus aujourd'hui que sur les tronçons des anciens piliers, dépourvus de leurs chapiteaux. Les clefs de cette voûte représentent quelques figures de saints, et l'une d'elles offre le millésime de 1711. On y admire aussi les belles sculptures de la chaire et quelques autres boiseries, restes épars de la magnificence antérieure de cette église, dont les revenus étaient considérables.

La tradition locale nous apprend que les Bourguignons ayant incendié ce monument religieux, il fut reconstruit par la générosité de deux habitants de la paroisse, qui consacrèrent leur fortune à cette importante restauration. Il est à regretter que le nom de ces bienfaiteurs n'ait point été conservé, pour le transmettre à la postérité.
L'église de Monchy renfermait plusieurs chapellenies.
1. Celle de Notre-Dame : elle avait 100 livres de revenu pour terres affermées, avec la charge d'une messe par mois et de l'entretien de cette chapelle.
2. Celle de Saint Jean (un ancien pouillé en cite deux sous ce titre): les revenus en étaient de 24 setiers de blé avec la charge d'une messe par mois.
Ces chapelles de Saint Jean, dont le chapitre de Noyon avait la présentation, provenaient de l'ancienne maladrerie, depuis hôpital de Monchy : au XVIe siècle, le revenu de cet hôpital, que conférait de plein droit l'évêque diocésain , s'élevait encore à 5,000 livres. Dans ces derniers temps, ce qui restait des biens de cet hôpital fut réuni à celui d'Athies, où les habitants ont droit à deux lits pour leurs malades.
La cure de cette paroisse, à laquelle nommait le chapitre de Noyon, était autrefois divisée entre deux titulaires qui s'en partageaient le titre, les fonctions et le revenu, s'élevant à plus de 6,000 livres L'un d'eux était prieur régulier, et l'autre, prêtre séculier. Mais cette division portant préjudice au bien de l'unité, Monsieur de Bourzac prononça en 1760 l'union des deux titres dans la personne d'un seul curé.
Dans l'échange qui eut lieu en 1569, entre l'abbaye d'Arrouaise et celle de Corbie, il est fait mention d'un droit de dîmes à Lignières, appartenant au prieuré de Monchy-Lagache. Comme l'église a été dépouillée de ses riches et anciennes possessions, la commune du lieu, dont les revenus sont considérables, pourvoit convenablement à tous ses besoins.

Monchy avait beaucoup d'importance au moyen-âge : il est même cité sous le titre de ville, avec sa mesure particulière. Cette importance, il en était redevable à ses puissants seigneurs, dont le château-fort s'élevait auprès du pont, sur les bords de la rivière, qui le séparait de l'établissement des Templiers de Moutécourt. On a vu plus haut que le domaine avait été partagé entre l'église de Beauvais et Othon de Vermandois; ce dernier transmit sa part à ses descendants, sous le titre de vicomté de Monchy.
En 1147, Simon d'Urvillers confirme une donation faite aux Prémontrés par Aëlide, fille de Baudouin de Monchy : et au XIIIe siècle sont cités au nombre des bienfaiteurs de la collégiale de Saint-Quentin Oudard de Monchy et Robert de Monchy, qui y fonda la XVe chapellerie.
A la première croisade, Dreux ou Drogon de Monchy, était l'un des principaux seigneurs qui marchaient à la suite de Hugues, comte de Vermandois. Un châtelain de Monchy, du même nom, paraît encore à la seconde croisade, en 1148.
Au XVIe siècle la vicomté de Monchy était passée dans la maison de Lameth, d'après le dénombrement qu'un vicomte de ce nom en fournit au roi, le 9 juillet 1607 ; comme l'avait fait au chapitre de Beauvais, Jean Hénon, maire du lieu, qui était chargé de ses droits. Car en 1575, M. de Lameth avait acquis d'abord la mairie, et ensuite la seigneurie du lieu, des chanoines de Beauvais, de qui cependant elle continua de relever. Ils en percevaient généralement en nature tous les droits de mutation, pour les biens mouvant de la mairie, de la vicomté et du fief Caudrillier.
Le 1er mars 1699, M. de Lameth vendit sa terre de Monchy à la maison de Nesle. Cette nouvelle vicomté ne fit point partie de son marquisat, mais bien de la substitution par laquelle il la possédait. C'est pourquoi ce marquisat appelait à ses plaids généraux, du lendemain de Quasi modo et du 15 octobre, les censitaires de maisons, terres et héritages dans cette vicomté, suivant la distinction des trois différents fiefs et seigneuries, qui s'y trouvaient en sa possession.
En 1411, le duc de Bourgogne allant assiéger la ville de Ham, vint loger à Monchy-Lagache, situé à peu de distance de cette place forte. Pendant ce séjour, il fit pendre, en présence de toute son armée, un de ses soldats flamands, qui avait volé un calice et d'autres objets dans une église des environs. 1

Toponymie

  • Monchy et Mouchy, dit l'Agâche, la-Gache et Lagache, est cité dans les anciens titres sous le nom latin de Monciacum peirosum, dénomination qui peut s'entendre d'un pays situé sur une montagne pierreuse. Mais comme en langue celtique, Chy, Chil, exprimaient l'idée d'une habitation , et Monch, Monschisck, celle d'une possession monacale ; il serait à supposer également qu'une maison conventuelle ou prieuré, établi sur le haut de la colline, aura donné son nom à ce village : il aurait, du reste, une origine antérieure à l'époque française. Pour le distinguer de Monchy en Beauvaisis, dit MonchyHumières, on lui appliqua dans la suite le surnom picard de l'agache, pour agace ou pie ; parce que sans doute cet oiseau était fort commun dans les marais voisins qu'arrose la rivière d'Aumignon. 1
  • Anthroponymie latine dans les noms de lieux habités : monchy serait construit à partir d'un nom d'homme latin ; Montius. 2

Héraldique

Monchy Lagache 80555 plaque de rue.jpg

De gueules à trois maillets d'or.


Histoire administrative

  • Département - 1801-2021 : Somme
  • Arrondissement - 1801-2021 : Péronne
  • Canton - 1801-2021 : Ham
  • Commune - 1801-2021 : Monchy-Lagache

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Pierre

Vue principale, photo Claude DEROLETZ

L'église Saint-Pierre, restaurée après la première Guerre Mondiale, garde son architecture de style roman. Beau clocher. Très beaux vitraux modernes, classés, de GRUBER. (Source : « La Somme les 783 communes » de Daniel DELATTRE)


L'Église St PIERRE de Monchy Lagache a été officiellement reconnu classé à l'inventaire de la commission départementale des monuments historiques le 25 octobre 1979.


Repère géographique.png Repères géographiques

Village blotti au creux de la vallée de l'Omignon (L'Omignon est une rivière de Picardie, affluent droit de la Somme).
4 hameaux dépendent de Monchy-Lagache : Méréaucourt, Montécourt, Flez et Douvieux.

La commune fait partie de la Communauté de Communes du Pays Hamois.

Localisation (aprés 2015)

80555 - Monchy-Lagache - carte administrative N.png


Démographie.png Démographie

le pic maximal
le pic minimal

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 026 885 886 923 919 933 969 984 1 023 1 045
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 040 1 034 1 034 1 028 1 010 1 005 1 046 1 089 1 065 1 066
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 005 630 793 726 711 649 693 667 651 752
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 810 785 740 756 675 664 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2017.

Monchy Lagache 80555 Courbe population.jpg

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Monchy Lagache 80555 plaque audinot.jpg
  • André AUDINOT : Né le 23 septembre 1933 à MONCHY-LAGACHE et décédé le 18 avril 1986 à PARIS
Député de la somme de 11/03/1973 à 02/04/1978 (Union centriste), de 19/03/1978 à 22/05/1981 (Non inscrit), de 21/06/1981 à 01/04/1986 (Non inscrit), de 16/03/1986 - 18/04/1986 (Non inscrit).
André AUDINOT fut l'un des 9 députés affiliés au groupe de presse Hersant.
Biographie d'André AUDINOT sur le site de l'assemblée nationale.

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Mathias RICHY 12.1792 à 01.1794  
Éloy POPIN 01.1794 à 05.1794  
Sébastien SOILLEUX 05.1794 à 06.1794  
Louis GLADIEUX 06.1794 à 05.1803  
Louis POINTIER 05.1803 à 03.1808  
Victor POINTEVIN 03.1808 à 07.1813  
Louis PERDRIX 08.1814 à 09.1817  
Mary Louis POINTIER 09.1817 à 02.1856  
Auguste POINTIER 02.1856 à 05.1871  
Auguste DUBOIS 05.1871 à 05.1872  
Édouard DUPARCQ 05.1872 à 01.1878  
Fursy COQUART 01.1878 à 05.1892  
Édouard DUPARCQ 05.1892 à 08.1895  
Fursy COQUART 08.1895 à 11.1898  
Théodule MONARD 11.1898 à 08.1901  
Florice LAPIERRE 08.1901 à 05.1912  
Fursy COQUART 05.1912 à 07.1912  
Ernest CASTEL 07.1912 à 05.1925  
Raoul GRU 05.1925 à 03.1947  
Jean DUPARCQ 03.1947 à 03.1965  
Michel GRU 03.1965 à 06.1993  
Germaine BONDUELLE 06.1993 à 06.1995  
André VALLETTE 06.1995 à 03.2008  
Marc RIGAUX 2008 - 2014 Ne se représentera pas en 2014  
Philippe LEVERT 2014 - 2020 Retraité salarié du privé. Ne se représentera pas en 2020  
Jacques PINCHON 2020 - (2026) Cadre retraité  
- -  

Cf. : [ Mairesgenweb]

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Maîtres Jean Marié fin du XVe siècle  
Guillaume Bécart fin du XVe siècle  
Gérard le Caron 1500 Prieur de Monchy, devient le 30e abbé d'Ours-Camp.  
Nicolas Parent vers 1510 Prieur de Monchy puis de Saint Nicolas de Compiègne et enfin vicaire général de l'abbé de Clairvaux.  
Dubois 1711  
Leriche 1742  
Du Frènoy - Curé et doyen.  
Flamand - 1788 Vicaire.  
Copréau Avant et après la révolution, jusqu'en 1812  
Denis-Lambert Devie - Ancien curé de Balâtre.  
René FROMONT 1955 - 1965 Curé. Ordonné prêtre le 29 juin 1949 à Amiens. Vicaire à Roye en 1949. Né le 4 décembre 1924 à Marchiennes (59). Décédé le 25 février 2020 à Amiens (80)  
Édouard PLANQUE 1965 - 2004 Curé. Né en 1923. Décédé le 3 novembre 2006  
- -  

Natifs de la commune titulaires de la légion d'Honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Cesaire Théodore DEMARIGNY 30/07/1841 - dossier sur le site Léonore.  
Henri Joseph Emilien DORVILLÉ 04/01/1894 -  
Emile Marie Félix Auguste DUBOIS 23/06/1866 -  
Emile Louis PERDRY 21/07/1814 - dossier sur le site Léonore.  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 9h à 12h 9h à 12h 9h à 12h
Après-midi 14h à 17h 14h à 19h - 14h à 17h


80555 Monchy Lagache mairie.jpg

Mairie
Adresse : 13, Grande Rue BP n° 10010 - 80200 Monchy-Lagache

Tél : 03 22 85 63 19 - Fax : 03 22 85 63 19

Courriel : mairiemonchylagache@wanadoo.fr

Site internet :

GPS : 49.8517° / 3.04509° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.lepayshamois.com/ (07/03/2012)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • 1 l'arrondissement de Péronne par l'Abbé Paul Decagny (1844).
  • 2 : Noms des lieux de Picardie de Chaurand et Lebégue (2000).

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



^ Sommaire


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.