79016 - Assais-les-Jumeaux

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Assais-les-Jumeaux
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 79 - Blason - Deux-Sèvres.png    Deux-Sèvres
Métropole
Canton Blason en attente.png   79-17   Le Val de Thouet

Blason en attente.png   79-24   Saint-Loup-Lamairé (Ancien canton)

Code INSEE 79016
Code postal 79600
Population 781 habitants (2016)
Nom des habitants Assaisiens, Assaisiennes
Superficie 5 322 hectares
Densité 14.67 hab./km²
Altitude Mini: 75 m
Point culminant 144 m
Coordonnées
géographiques
46.788611° / -0.059167° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier


Histoire.png Histoire de la commune

  • Une présence humaine dans le secteur au Néolithique est attestée par le tumulus de la Motte du Puytaillé (ou Butte du Puy Taillé), qui aurait servi de point de repère.
Long de 140 mètre et large de 50 pour une hauteur de 13 mètres, il est classé aux Monuments historiques depuis l'arrêté du 27 juillet 1970[1].
Ce tumulus aurait également permis de suivre l'évolution de la bataille de Moncontour, décrite ci-dessous.
La bataille de Moncontour
Reproduction d'un tableau de Jan Snellinck, 1587
Photo Nicole Moteau
  • Assais :
- Un prieuré cure dépendait de l'abbaye d'Airvault. Assais faisait partie de l'archiprêtré de Parthenay, de la sénéchaussée de Poitiers, de l'élection de Thouars, et relevait féodalement de la vicomté de Thouars. D'après les anciens registres d'état-civil, Assais s'appelait autrefois Saint-Martin-d'Assay.
- Selon Charles CARRÉ[2], il existait près de la butte du Puytaillé un vieux château appelé « Château Caquet ». Nous savons que le connétable Bertrand du Guesclin s'est blessé au pied droit en voulant prendre ce château. Fait probablement lié à la présence en juin et juillet 1372 des troupes de du Guesclin qui font tomber Moncontour et prennent la ville aux Anglais.
- En 1569, le 3 octobre, a lieu une bataille importante entre Catholiques et Huguenots, conduits respectivement par le duc d'Anjou (frère de Charles IX) et l'amiral Gaspard de Coligny (1519-1572). Cette bataille est restée dans l'Histoire sous le nom de Bataille de Moncontour. Les Huguenots venant de Port-de-Piles pour tenter de rejoindre La Rochelle, se replient sur un autre chemin, sont poursuivis puis encerclés par les Catholiques qui déciment la plupart d'entre eux dans une plaine entre Assais, Marnes et Borcq. De cette histoire proviennent sans doute les dénominations "Vallée de Pis gris"[3], "Plaine des Hauts Morts"[4], "La Bataille", et "La Vallée Rouget".
- Il y avait 206 feux dans le village en 1750.
  • Jumeaux :
Jumeaux dépendait du doyenné de Bressuire et de l'élection de Thouars, après avoir fait partie de celle de Parthenay au XVIe siècle. Le village était compris dans le bailliage d'Orvallois, du ressort du siège de la vicomté de Thouars, et faisait partie de la sénéchaussée de Poitiers.
  • Assais-les-Jumeaux :
L'arrêté préfectoral du 19 janvier 1973 a officialisé la naissance de la commune d'Assais-les-Jumeaux, par fusion des deux précédentes. Elle est désormais la plus vaste du canton de Saint-Loup avec 5223 hectares.


Camp polonais de Veluché et Fronstalag n° 231

  • En septembre 1939 est conclu un accord bilatéral afin de reconstituer une armée polonaise en France. Dès novembre, un camp de base s'implante sur le ban communal des Jumeaux, au lieu-dit Veluché, à la lisière avec le territoire d'Airvault. Long de trois kilomètres, ce camp commence à accueillir dès le mois suivant les 2e et 4e divisions d'infanterie polonaise et finira par compter 32 000 soldats. En mai 1940, la 2e division quitte les lieux, car missionnée sur Nancy. En juin, c'est au tour de l'autre division, mais son départ est contrarié par un bombardement du convoi, entraînant la mort de quelques soldats.
  • Dès l'été qui suit, une partie des lieux est transformée par les Allemands en camp d'internement sous le nom de Fronstalag n° 231, et va accueillir jusqu'à 8 000 prisonniers de guerre, principalement d'Algérie et du Maroc, que les autorités allemandes ne souhaitent pas transférer sur leur propre sol. À cause de mauvaises conditions d'hygiène et d'une épidémie de tuberculose, de nombreux morts sont à déplorer. À la sortie de la guerre, 26 corps sont identifiés et inhumés dans un cimetière militaire marocain, au pied de la "Butte du Fief d'Argent". Et le 27 juillet 1945, un monument commémoratif est élevé à cet endroit.
  • En l'an 2000 un "Mémorial des Polonais de Veluché" est inauguré à l'emplacement du camp.

Résistance et opération Scenery II

Hommage à l'opération Scenery II
  • Le 23 août 1943, l'opérateur radio Jean Hoyoux (Rider) est parachuté au-dessus d'Ecoussais[5]. Pris en charge par Jean Depraetère, chef du bureau de renseignement Delbo-Phénix et son équipe, sa mission est le repérage des rampes de lancement des fusées V1 et V2.


  • Dans la nuit du 16 au 17 décembre 1943 un Lyslander atterrit dans la plaine d'Assais, avec mission d'exfiltrer vers l'Angleterre Robin Hooper et Joseph Dubar. Après l'échec de l'opération Scenery I à Périgné, Jean Depraetère, mentionné ci-dessus, propose à Londres de renouveler l'opération sur le terrain situé à Ecoussais (à 25 km de Parthenay). Le pilote Bob Hodges pose son appareil sans difficulté. Quelques minutes suffisent pour embarquer dans le Lyslander Robin Hooper et Joseph Dubar et repartir. De son côté, l'équipe de réception au sol (Jean Depraetère, Louis Michaud, Albert Luyckx et André Airault) prend en charge l'agent belge François de Kinder (alias Xavier), émissaire du gouvernement belge en exil.


Héraldique

Toponymie

  • Assais :

Archaicum en 1095 - Achai vers 1120 - Azai vers 1150 - Achaicum en 1164 - Assay en 1109 - Acayum en 1249 - Assays en 1441 - Assay en 1561 - Assayes en 1664 - Assay depuis 1782.

  • Jumeaux :

Gemelli en 1095 - Sanctus Martinus de Gemellis en 1113 - Grumeaux en 1300 - Jemmeaulx en 1550 - Jumeaux en 1646 - Jumau en 1654.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2021 : Deux-Sèvres
  • Arrondissement - 1801-2021 : Parthenay
  • Canton - 1801-1973 : Saint-Loup-sur-Thouet - 1973-2015 : Saint-Loup-Lamairé - 2015-2021 : Le Val de Thouet
  • Commune - 1801-1973 : Assais / Jumeaux - 1973-2021 : Assais-les-Jumeaux

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Martin d'Assais

Église après ravalement de façade en 2018.
Photo Nicole Moteau


  • L'église primitive n'était qu'un sanctuaire voûté. Un clocher roman lui est rajouté au XVe siècle. Mais au siècle suivant, lors de la bataille de Moncontour, l'église est détériorée et incendiée. Elle est restaurée tant bien que mal et devient de toute façon trop exigüe.
Au XIXe siècle, le curé Eusèbe Vénard, frère de saint Théophane Vénard, vénéré dans la région, est à l'origine de sa reconstruction dans un style roman. Le clocher médiéval, en tuffeau, est préservé. Une pierre sculptée est également sauvée et incrustée dans le chevet actuel
Pierre de l'ancienne église
Photo Nicole Moteau
La voûte sous le clocher présente des ogives avec liernes et tercerons à la façon angevine. Chaque bras du transept équivaut à deux travées et présente deux autels différents : dédiés à sainte Radegonde et au cœur Immaculé de Marie pour le bras nord, et à Thérèse de l'Enfant Jésus et Théophane Vénard pour ceux du bras sud. Le chevet est plat.
Les trois cloches ont été fondues à Orléans et bénies en 1930. Le coq du clocher a été restauré à la fin des années 90.
L'église, placée sous le patronage de saint Martin de Vertou, cher aux moines de Saint-Jouin-de-Marnes, est inscrite partiellement aux Monuments historiques depuis 1929[6].
  • Le maître-autel, œuvre du sculpteur poitevin Desoulières[7], est en marbre blanc d'Italie et date de 1902. Le motif central de l'autel est en lave émaillée et représente les pèlerins d'Emmaüs. Le tabernacle, du même sculpteur, a été dessiné par A. Boutard.
  • Les vitraux sont nombreux et présentent une dominante claire laissant largement passer la lumière. Ceux du transept sont l'œuvre de L. Fournier, en 1920. Ceux de la nef ont été financés par les paroissiens ou d'autres donateurs ; c'est par exemple l'abbé Bellot qui a permis la réalisation d'un vitrail consacré au célèbre curé d'Ars, Jean Marie Vianney. Ils ont été réalisés en 1931 par le maître verrier Desjardins.



Pictos recherche.png Article détaillé : Pour découvrir la totalité des vitraux...


Église Saint-Martin des Jumeaux

Église au début du XXe siècle


  • Une première église est mentionnée en 1135, placée quant à elle sous le patronage de saint Martin de Tours. Elle subit des réparations au cours du temps.


  • En 1872 une nouvelle construction voit le jour.
Son clocher prend naissance sur un côté de la première travée de la nef. Avec ses deux étages pourvus de baies, il a été bien utile pendant la guerre pour observer les alentours.
La nef comporte quatre travées, marquées par des arcs doubleaux. Le transept peu saillant s'ouvre sur un chœur à chevet plat.
Les vitraux ont été conçus dans un style contemporain. Le maître-autel en pierre blanche sculptée met en scène trois épisodes de la vie de saint Martin.
Une statue en bois sculpté représente un saint local particulièrement vénéré : Théophane Vénard.


Moulin hydraulique

Au hameau de Serzay, un moulin à eau produisait autrefois de la farine.
Le moulin est toujours en activité, mais s'est reconverti dans l'élevage de truites.

Presbytère et puits à roue

Vue de la façade avant Photo Nicole Moteau
Puits à roue Photo Nicole Moteau

Le presbytère date du XVIIe siècle.

Le puits avec roue se trouve devant l'ancienne bâtisse, côté village.

Repère géographique.png Repères géographiques

Assais-les-Jumeaux se trouve dans l'ancienne région Poitou-Charentes, maintenant appelée "Nouvelle Aquitaine". Son ban communal en forme de triangle se confond, à l'est et sur une partie de son côté nord-est, avec la limite entre les départements des Deux-Sèvres et de la Vienne.
La commune se situe à 67 kilomètres au nord de Niort et à 51 kilomètres à l'ouest de Châtellerault.
Le relief principal est celui des plaines thouarsaises, en bordure de la Gâtine. Le seul cours d'eau est La Dive, au nord, aux alentours de Cerzay.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 723 592 534 711 722 751 773 807 849 882
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 883 883 873 891 934 959 917 862 865 901
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 904 807 824 789 813 816 897 829 726 994
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2013 2016 2021 - -
Population 901 808 794 766 774 782 781 - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2016 & 2017.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Pierre ROUX avril 1793 - janvier 1812 -  
François MOREAU février 1812 - décembre 1813 -  
Pierre MOREAU février 1814 - janvier 1816 -  
François MOREAU avril 1816 - septembre 1830 -  
R. BARIN octobre 1830 - juin 1832 -  
 ? RIVIÈRE septembre 1832 - juillet 1837 -  
Célestin SAUSSE juillet 1837 - novembre 1849 -  
BARIN novembre 1849 - juin 1855 -  
Célestin SAUSSE juin 1855 - octobre 1870 -  
Louis GIRARD octobre 1870 - avril 1874 -  
Jacques AURIAULT avril 1874 - mai 1876 -  
Stanislas MOREAU mai 1876 - novembre 1902 -  
Théodore MELIN décembre 1902 - septembre 1909 -  
François BARREAU novembre 1909 - octobre 1919 -  
Gustave HUCTIN octobre 1919 - octobre 1939 -  
Eugène PROUST décembre 1939 - mai 1942 -  
Paul THOMAS septembre 1942 - février 1944
79016 - Assais-Jumeaux Maire Thomas.jpg
 
Cléophas GIRARD février 1944 - décembre 1944 -  
Marcel GIRARD février 1945 - mai 1952
79016 - Assais-Jumeaux Maire Girard.JPG
 
Armand SAUSSÉ mai 1952 - 1964
79016 - Assais-Jumeaux Armand Saussé.jpg
 
Jean GIRAULT février 1965 - janvier 1977
79016 - Assais-Jumeaux Jean Girault.jpg
 
Jacques CAU 1977 - juin 1995
79016 - Assais-Jumeaux Maire Cau.jpg
 
Rémy MOINEREAU juin 1995 - mars 2001
79016 - Assais-Jumeaux Rémy Moinereau.jpg
 
Jean-Pierre CESBRON mars 2001 - 2020
79016 - Assais-Jumeaux Jean Pierre Cesbron.jpg
 
Jean-Claude LAURANTIN 2020 - (2026)
79016 - Assais-Jumeaux Jean Claude Laurantin.jpg
 
- - -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires au bourg d'Assais

Prénom(s) NOM Période Observations
 ? LÉVÊQUE 1660-1705  
 ? ROUX 1675-1685  
- -  

Les notaires au hameau de Serzay (commune d'Assais)

Prénom(s) NOM Période Observations
René GIVELET -1678 Décédé à Serzay en 1678 et enterré à La Grimaudière (Vienne).  
Charles CHAUVEAU ca 1701-  
- -  

Les prieurs de 1636 à la Révolution

Les vicaires de 1636 à la Révolution

Les abbés ou curés depuis la Révolution

Ces trois catégories de membres ecclésiastiques d'Assais-les-Jumeaux nous sont connus grâce au travail de recherche de Nicole Moteau.

Pictos recherche.png Article détaillé : Pour en découvrir la liste dans chaque catégorie...


Les instituteurs et institutrices

Pictos recherche.png Article détaillé : Pour découvrir les divers enseignants de la commune et du hameau de La Girardière...


Titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Émile Raphaël Hilaire BIRONNEAU 8 septembre 1894 26 mars 1968
Chouzé-sur-Loire (Indre-et-Loire)
79016 - Assais-Jumeaux LH Bironneau.jpg

Domicilié à Thénezay lors de la mobilisation.
A participé à la Première Guerre mondiale (2e RCI puis 6e BCM et enfin 1er RCI).
Dossier 1980035/925/7848 non communicable en ligne.  

Pierre Henri MARTIN 26 novembre 1859 mai 1929 Capitaine au 277e Régiment d'Infanterie.
Officier en 1914. Son dossier  
Maxime ROBERT 29 novembre 1877 8 janvier 1965
79016 - Assais-Jumeaux LH Robert.JPG
 

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Stèle en hommage au pilote
  • Georges Léo Joseph VOUILLOUX, né à Clermont-Ferrand, fils de Charles Henri VOUILLOUX, ingénieur, et de Louise Augustine ISABEL.
Sous-lieutenant, pilote de l'escadre de chasse n° 1 de Villacoublay, tombé à Assais-les-Jumeaux le 24 février 1954, à l'âge de 23 ans.
Une aérostèle lui est dédiée.


Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts
Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des soldats inscrits sur le monument...

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 9h00 - 12h00 9h00 - 12h00 - 9h00 - 12h00 9h00 - 12h00 - -
Après-midi 13h30 - 17h30 - - 13h30 - 17h30 - - -
79016 - Assais Jumeaux Mairie.jpg

Mairie
Adresse : 5 place des Tilleuls - 79600 ASSAIS-LES-JUMEAUX

Tél : 05 49 64 63 46 - Fax : 05 49 64 83 15

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Docteur Daniel BOUCHET, Si je meurs venge moi, Mémoires d'un agent de la Résistance, éditions UPCE / Geste paysanne.
  • Monographie d'Assais-les-Jumeaux, en ligne sur le site des Archives Départementales des Deux-Sèvres

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Base Mérimée
  2. Historien de la fin du XIXe siècle
  3. Les Lansquenets allemands portaient des guêtres appelées chaussettes grises
  4. Les morts auraient été entassés pour être brûlés
  5. Lieu-dit sur le ban communal
  6. Base Mérimée
  7. Directeur des ateliers de Saint-Savin, à Poitiers
  8. La rue porte le nom d' un sous-lieutenant pilote de chasse, tombé ici avec son avion en 1954. Un monument lui rend hommage.


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.