78172 - Conflans-Sainte-Honorine : Différence entre versions

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ligne 11 : Ligne 11 :
 
|Canton=Conflans-Sainte-Honorine
 
|Canton=Conflans-Sainte-Honorine
 
|Densité=3178
 
|Densité=3178
|Superficie=980 ha
+
|Superficie=980
 
|Altitude=
 
|Altitude=
 
|Pointculminant=35 m (plateau)
 
|Pointculminant=35 m (plateau)
Ligne 21 : Ligne 21 :
 
La ville de Conflans-Sainte-Honorine tient son nom au voisinage du confluent de la Seine et de l'Oise et aux reliques de sainte Honorine que son église possède et qui furent apportées de Graville (Seine-Maritime) au IXème siècle, à l'époque des invasions normandes.
 
La ville de Conflans-Sainte-Honorine tient son nom au voisinage du confluent de la Seine et de l'Oise et aux reliques de sainte Honorine que son église possède et qui furent apportées de Graville (Seine-Maritime) au IXème siècle, à l'époque des invasions normandes.
 
== Repères géographiques ==
 
== Repères géographiques ==
Bâtie sur la rive droite de la Seine, elle s'étend le long du fleuve, sur une longueur de près de trois kilomètres, del'écart de Gaillon à celui de Fin d'Oise et a ses habitations étagées sur une falaise à côte rapide face à la belle forêt de Saint-Germain... Elle est limitée au nord par Eragny, à l'est par Herblay, au sud par Achères dont elle est séparée par la Seine, à l'ouest par Andrésy et Maurecourt dont elle est séparée par l'Oise et au nord-ouest par Neuville.
+
Bâtie sur la rive droite de la Seine, elle s'étend le long du fleuve, sur une longueur de près de trois kilomètres, de l'écart de Gaillon à celui de Fin d'Oise et a ses habitations étagées sur une falaise à côte rapide face à la belle forêt de Saint-Germain... Elle est limitée au nord par Eragny, à l'est par Herblay, au sud par Achères dont elle est séparée par la Seine, à l'ouest par Andrésy et Maurecourt dont elle est séparée par l'Oise et au nord-ouest par Neuville.
 
== Illustrations, photos anciennes ==
 
== Illustrations, photos anciennes ==
 
== Familles notables ==
 
== Familles notables ==
Ligne 71 : Ligne 71 :
  
 
====Les notaires====
 
====Les notaires====
{{Notable-Entete}}
 
 
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">Georges LEFRANCOIS</td>  
+
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 +
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 +
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 +
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 +
 
 +
{{<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">Georges LEFRANCOIS</td>  
 
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">1890 - 1913</td>|Dates=-  
 
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">1890 - 1913</td>|Dates=-  
 
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">conseiller municipal
 
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">conseiller municipal
 
</tr>
 
</tr>
   <tr>
+
   <tr>}}
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">Abel MAUDUIT</td>  
+
{{<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">Abel MAUDUIT</td>  
 
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">1913 - </td>|1913=- |Commentaire= }}
 
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">1913 - </td>|1913=- |Commentaire= }}
 
</tr>
 
</tr>
   <tr>
+
   <tr>}}
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">Jean MAUDUIT</td>   
+
{{<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">Pierre MAUDUIT</td>   
 
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">2001 - </td>|Dates=- |fils du précédent=}}
 
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">2001 - </td>|Dates=- |fils du précédent=}}
 
</tr>
 
</tr>
 
   <tr>
 
   <tr>
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">GROSSIN</td>  
+
{{<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">Pierre GROSSIN</td>  
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">2001 - </td>
+
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">2001 - </td>}}
 
</tr>
 
</tr>
 
   <tr>
 
   <tr>
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">Etienne MAUDUIT</td>|Dates=- |fils de Jean}}
+
{{<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">Etienne MAUDUIT</td>|Dates=- |fils de Jean}}
 
</tr>
 
</tr>
 
   <tr>
 
   <tr>
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">LEPHILIPPE</td>  
+
{{<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">Eric LEPHILIPPE</td>  
 
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">2001 - </td>|1913=- |Commentaire= }}
 
<td align="center" bgcolor="#F2F9F2">2001 - </td>|1913=- |Commentaire= }}
 
</tr>
 
</tr>
Ligne 104 : Ligne 108 :
 
   <tr>
 
   <tr>
 
<tr> <td align="center" bgcolor="#F2F9F2"> {{{Nom}}} </td> <td align="center" bgcolor="#F2F9F2"> {{{Dates}}} </td> <td bgcolor="#F2F9F2"> {{{Commentaire}}}  </td> </tr>  
 
<tr> <td align="center" bgcolor="#F2F9F2"> {{{Nom}}} </td> <td align="center" bgcolor="#F2F9F2"> {{{Dates}}} </td> <td bgcolor="#F2F9F2"> {{{Commentaire}}}  </td> </tr>  
 
+
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 
+
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
  </tr>
+
{{Notable-Fin}}
</table>
 
  
 
====Les curés et vicaires====
 
====Les curés et vicaires====
Ligne 119 : Ligne 122 :
 
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 
{{Notable-Donnees|Nom=- |Dates=- |Commentaire= }}
 
{{Notable-Fin}}
 
{{Notable-Fin}}
 +
 +
====Les instituteurs====
 +
Le premier bâtiment municipal, nous pourrions presque dire la première mairie de Conflans, se trouvait et se trouve encore place Fouillère à l'encoignure de la place et de la rue Victor Hugo (autrefois rue aux Juifs) ; c'est cette construction délabrée qui servit longtemps d'hôtel particulier au tambour municipal afficheur, et qui du reste appartient encore à la commune de Conflans.
 +
Au temps des barons, et notamment à une époque contemporaine de 1730, ce vieux bâtiment servait d'école aux enfants de la paroisse.
 +
Quand la municipalité en pris possession en 1791, l'école fut transférée à l'ancien vicariat, proche l'église  dans l'impasse qui porte encore aujourd'hui le nom d'impasse du Vicariat, connue également dans l'ancien temps sous le nom de cul de sac Bethfage.
 +
 +
 +
En 1723, Pierre Vincent maître d'école touchait un salaire annuel de 156 F.
 +
 +
En 1758, Mme Cousin, maîtresse d'école recevait 40 F par an.
 +
 +
En 1763, Lecorne, maître d'école touchait 168 F par an.
 +
 +
En 1766, Delaissement touchait aussi 168 F.
 +
 +
En 1770, c'était Placet qui tenait l'école et en 1771, c'était Carbonnier.
 +
 +
M. Delépine qui de 1833 à 1869, c'est-à-dire pendant une période de plus de trente-six ans, remplit les fonctions d'instituteur avec une intelligence et un dévouement dont on se souvient encore.
 +
 +
M. Hanriot de 1869 à 1880,
 +
 +
M. Rigaut de 1880 à 1882,
 +
 +
M. Boucher de 1882 à 1884,
 +
 +
M. Chabrot de 1884 à 1917 (trente-trois ans).
 +
 +
M.Badaire assisté de trois adjoints.
 +
 +
 +
 +
Comme institutrices, citons :
 +
 +
Les religieuses de la Providence de Portieux, et notamment sœur Louise, car avant de fonder le pensionnat de la place de l'Eglise dont nous aurons à parler plus loin, sœur Louise a dirigé l'école communale jusqu'en 1869.
 +
 +
Le 1er avril de cette même année, la direction de l'école des filles fut confiée à des institutrices laïques au nombre
 +
desquelles :
 +
 +
Mmes Dubois, Dumé, de la Chevardière, Berard, Sandras, Séméraire, Mozer, Gonon, Lautour et actuellement Mme Lhermillier également assistée de deux adjointes.
 +
 +
C'est en 1886 que l'école maternelle fut transférée dans le bâtiment spécialement élevé à cet effet, route de Pontoise (rue Maurice-Berteaux).
 +
 +
C'est en 1898 que les écoles furent transférées dans les bâtiments neufs qui s'étagent derrière la mairie actuelle.
 +
 +
Il y avait à l'école des garçons en 1869, 70 enfants ; en 1889, 105 ; en 1899, 165.
 +
 +
Il y en a maintenant 225 en 4 classes.
 +
 +
Il y avait à l'école des filles en 1889, 50 enfants ; il y en a maintenant environ 200.
 +
 +
 +
Dès une époque qui doit remonter aux environs de l'année 1900, et dans le but de décharger d'autant le groupe central scolaire que l'on prévoyait déjà comme devant être insuffisant pour recevoir dans l'avenir le nombre toujours croissant des élèves de la commune, le conseil municipal de Conflans votait la création de nouvelles écoles ; et dans une délibération particulière du 20 février 1910, il se prononçait pour deux écoles mixtes de hameau, l'une à Fin-d'Oise et l'autre à Chennevières.
 +
 +
L'inauguration du groupe scolaire de Chennevières a eu lieu le 5 septembre 1920, et les enfants ont pu en prendre possession à la rentrée des classes en octobre 1920, avec Mme Bougon pour maîtresse.
 +
====Personnages remarquables====
 +
- Pierre Le Messier dit Bellerose, comédien de la troupe de l'hôtel de Bourgogne, mort de la grippe à Conflans en 1670.
 +
 +
- Philbert Gassot dit Du Croisy, comédien de la troupe de Molière, créateur du rôle de Tartuffe, sociétaire de la Comédie française, mort à Conflans en 1695.
 +
 +
- Michel-Ange André Le Roux Deshautesrayes, orientaliste français, né à Conflans le 16 septembre 1724 et mort à Rueil le 1 février 1795.
 +
 +
- Rosalie Levasseur, cantatrice.
 +
 +
- Florimont de Mercy-Argenteau, ambassadeur d'Autriche et dernier seigneur de Conflans.
  
 
== A savoir pour vos recherches généalogiques ==
 
== A savoir pour vos recherches généalogiques ==
Ligne 125 : Ligne 192 :
 
==== Dépouillements des registres paroissiaux ====
 
==== Dépouillements des registres paroissiaux ====
  
- baptêmes : 1557-1561-1564 -1570 à 1572 -1587-1598 -1599 -1654 à 1770 -1773-1774
+
- baptêmes : 1557-1561-1564 -1570 à 1572 -1587-1598 -1599 -1654 à 1770 -1773-1774.
- mariages : 1556 -1570 -1597-1598 -1600 -1601-1603 à 1770 -1773 -1774
+
 
- sépultures :1598 -1604 à 1625 -1631 à 1635 - 1662 à 1769 - 1773 - 1774
+
- mariages : 1556 -1570 -1597-1598 -1600 -1601-1603 à 1770 -1773 -1774.
- mariages : 1792 à 1803
+
 
- passeports pour l'Intérieur au 1er Empire
+
- sépultures :1598 -1604 à 1625 -1631 à 1635 - 1662 à 1769 - 1773 - 1774.
 +
 
 +
- mariages : 1792 à 1803.
 +
 
 +
- passeports pour l'Intérieur au 1er Empire.
 +
 
 
- fichier des bateliers du XIXème.
 
- fichier des bateliers du XIXème.
  
Ligne 149 : Ligne 221 :
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==
 
Monographie 1900 écrite par Eugène Chabrot
 
Monographie 1900 écrite par Eugène Chabrot
 +
Notes de Georges Lefrançois, 1923 (utilisées pour les écoles de Conflans)
 
== Liens utiles ==
 
== Liens utiles ==

Version du 2 mai 2009 à 23:33

Retour

Conflans-Ste-Honorine
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département Yvelines
Métropole {{{Métropole}}}
Canton Conflans-Sainte-Honorine
Code INSEE 78172
Code postal 78700
Population 31467 habitants (1999)
Nom des habitants Conflanais
Superficie 980 hectares
Densité 3210.92 hab./km²
Altitude
Point culminant 35 m (plateau)
Coordonnées
géographiques
{{{Coordonnées}}}
Localisation (avant 2015)
{{{Carte_Localisation}}}
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire de la commune

La ville de Conflans-Sainte-Honorine tient son nom au voisinage du confluent de la Seine et de l'Oise et aux reliques de sainte Honorine que son église possède et qui furent apportées de Graville (Seine-Maritime) au IXème siècle, à l'époque des invasions normandes.

Repères géographiques

Bâtie sur la rive droite de la Seine, elle s'étend le long du fleuve, sur une longueur de près de trois kilomètres, de l'écart de Gaillon à celui de Fin d'Oise et a ses habitations étagées sur une falaise à côte rapide face à la belle forêt de Saint-Germain... Elle est limitée au nord par Eragny, à l'est par Herblay, au sud par Achères dont elle est séparée par la Seine, à l'ouest par Andrésy et Maurecourt dont elle est séparée par l'Oise et au nord-ouest par Neuville.

Illustrations, photos anciennes

Familles notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -
- - -
- - -
Michel ROCARD 1977 - 1993 -
Jean-Paul HUCHON 1993 - 2001 président de la région Ile-de-France depuis 1998
Philippe ESNOL 2001 - originaire de Regnéville-sur-Mer et Hudimesnil dans la Manche, sa généalogie a été étudiée par le Cercle Généalogique de Conflans-Sainte-Honorine et de la Batellerie
- - -

Les notaires

- -   - -   - -   - -   - -   - -   - -   {{Georges LEFRANCOIS 1890 - 1913|Dates=- conseiller municipal }} {{Abel MAUDUIT 1913 - |1913=- |Commentaire= }} }} {{Pierre MAUDUIT 2001 - |Dates=- |fils du précédent=}} {{Pierre GROSSIN 2001 - }} {{Etienne MAUDUIT|Dates=- |fils de Jean}} {{Eric LEPHILIPPE 2001 - |1913=- |Commentaire= }} Jean-Christophe ROMPTEAUX 2001 - |1913=- |Commentaire= }} {{{Nom}}} {{{Dates}}} {{{Commentaire}}} - -   - -  

Les curés et vicaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  

Les instituteurs

Le premier bâtiment municipal, nous pourrions presque dire la première mairie de Conflans, se trouvait et se trouve encore place Fouillère à l'encoignure de la place et de la rue Victor Hugo (autrefois rue aux Juifs) ; c'est cette construction délabrée qui servit longtemps d'hôtel particulier au tambour municipal afficheur, et qui du reste appartient encore à la commune de Conflans. Au temps des barons, et notamment à une époque contemporaine de 1730, ce vieux bâtiment servait d'école aux enfants de la paroisse. Quand la municipalité en pris possession en 1791, l'école fut transférée à l'ancien vicariat, proche l'église dans l'impasse qui porte encore aujourd'hui le nom d'impasse du Vicariat, connue également dans l'ancien temps sous le nom de cul de sac Bethfage.


En 1723, Pierre Vincent maître d'école touchait un salaire annuel de 156 F.

En 1758, Mme Cousin, maîtresse d'école recevait 40 F par an.

En 1763, Lecorne, maître d'école touchait 168 F par an.

En 1766, Delaissement touchait aussi 168 F.

En 1770, c'était Placet qui tenait l'école et en 1771, c'était Carbonnier.

M. Delépine qui de 1833 à 1869, c'est-à-dire pendant une période de plus de trente-six ans, remplit les fonctions d'instituteur avec une intelligence et un dévouement dont on se souvient encore.

M. Hanriot de 1869 à 1880,

M. Rigaut de 1880 à 1882,

M. Boucher de 1882 à 1884,

M. Chabrot de 1884 à 1917 (trente-trois ans).

M.Badaire assisté de trois adjoints.


Comme institutrices, citons :

Les religieuses de la Providence de Portieux, et notamment sœur Louise, car avant de fonder le pensionnat de la place de l'Eglise dont nous aurons à parler plus loin, sœur Louise a dirigé l'école communale jusqu'en 1869.

Le 1er avril de cette même année, la direction de l'école des filles fut confiée à des institutrices laïques au nombre desquelles :

Mmes Dubois, Dumé, de la Chevardière, Berard, Sandras, Séméraire, Mozer, Gonon, Lautour et actuellement Mme Lhermillier également assistée de deux adjointes.

C'est en 1886 que l'école maternelle fut transférée dans le bâtiment spécialement élevé à cet effet, route de Pontoise (rue Maurice-Berteaux).

C'est en 1898 que les écoles furent transférées dans les bâtiments neufs qui s'étagent derrière la mairie actuelle.

Il y avait à l'école des garçons en 1869, 70 enfants ; en 1889, 105 ; en 1899, 165.

Il y en a maintenant 225 en 4 classes.

Il y avait à l'école des filles en 1889, 50 enfants ; il y en a maintenant environ 200.


Dès une époque qui doit remonter aux environs de l'année 1900, et dans le but de décharger d'autant le groupe central scolaire que l'on prévoyait déjà comme devant être insuffisant pour recevoir dans l'avenir le nombre toujours croissant des élèves de la commune, le conseil municipal de Conflans votait la création de nouvelles écoles ; et dans une délibération particulière du 20 février 1910, il se prononçait pour deux écoles mixtes de hameau, l'une à Fin-d'Oise et l'autre à Chennevières.

L'inauguration du groupe scolaire de Chennevières a eu lieu le 5 septembre 1920, et les enfants ont pu en prendre possession à la rentrée des classes en octobre 1920, avec Mme Bougon pour maîtresse.

Personnages remarquables

- Pierre Le Messier dit Bellerose, comédien de la troupe de l'hôtel de Bourgogne, mort de la grippe à Conflans en 1670.

- Philbert Gassot dit Du Croisy, comédien de la troupe de Molière, créateur du rôle de Tartuffe, sociétaire de la Comédie française, mort à Conflans en 1695.

- Michel-Ange André Le Roux Deshautesrayes, orientaliste français, né à Conflans le 16 septembre 1724 et mort à Rueil le 1 février 1795.

- Rosalie Levasseur, cantatrice.

- Florimont de Mercy-Argenteau, ambassadeur d'Autriche et dernier seigneur de Conflans.

A savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

du lundi au vendredi de 13 h 30 à 17 h 30

Dépouillements des registres paroissiaux

- baptêmes : 1557-1561-1564 -1570 à 1572 -1587-1598 -1599 -1654 à 1770 -1773-1774.

- mariages : 1556 -1570 -1597-1598 -1600 -1601-1603 à 1770 -1773 -1774.

- sépultures :1598 -1604 à 1625 -1631 à 1635 - 1662 à 1769 - 1773 - 1774.

- mariages : 1792 à 1803.

- passeports pour l'Intérieur au 1er Empire.

- fichier des bateliers du XIXème.


Archives notariales

Les archives notariales remontent à la fin du XVIème siècle et sont déposées aux Archives départementales des Yvelines.

Dépouillements par le Cercle généalogique de Conflans

- Notariat :1588 à 1620, 1705 à 1710,1748 à 1755, 1768

- Bailliage de la Baronnie de Conflans et Prévôté de la Chancellerie de l'Eglise de Paris à Conflans (mélangés) : Audiences 1668 à1673 en cours

- Chartrier de Neuville-sur-Oise : Grosses seigneuriales 1635 à 1756 (terminé)

- Censives 1562 à 1606 (lettres de A à S)

- Terrier de Conflans en 1608 : en cours

Remarques

Bibliographie

Monographie 1900 écrite par Eugène Chabrot Notes de Georges Lefrançois, 1923 (utilisées pour les écoles de Conflans)

Liens utiles