76015 - Angiens

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Angiens
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 76 - Blason - Seine-Maritime.png    Seine-Maritime
Métropole
Canton Blason en attente.png   76-33   Saint-Valery-en-Caux

Blason en attente.png   76-22   Fontaine-le-Dun (Ancien canton)

Code INSEE 76015
Code postal 76740
Population 513 habitants (2018)
Nom des habitants Angerlais, Angerlaises
Superficie 688 hectares
Densité 74.56 hab./km²
Altitude Mini: 59 m
Point culminant 96 m
Coordonnées
géographiques
49.83333° / 0.783333° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • Un castrum existe à Angiens dès la fin du Xe siècle ou le début du XIe. Il en subsiste la motte castrale oblongue, au cœur de la commune, avec des traces de son fossé. Mais le nom du village n'apparaît qu'en 1150. Trente ans plus tard est cité un seigneur du nom de Guillaume. Il semblerait que des fortifications se soient érigées à cette époque.
  • Le hameau d'Iclon est d'abord un fief indépendant, avec son château et sa paroisse, cité au XIe siècle dans l'élection d'Arques. Il est élevé en 1714 au rang de haute-justice seigneuriale, puis devient un marquisat en 1731.
Commune indépendante jusqu'en 1826, Iclon est ensuite rattachée à Angiens.
  • Au XVIIe siècle, le village de Silleron s'est organisé autour de son château et de ses dépendances.

Héraldique

Parti : au premier de gueules à un mont d'or mouvant de la pointe ; au second d'or à un chêne de sinople fruité d'or et un buisson du même brochant sur le fût du chêne.

Explication : Le blason témoigne de la fusion des communes d'Angiens et d'Iclon. Angiens est symbolisé par la motte féodale, et Iclon par le chêne avec buisson.

Toponymie

Yquelon, Iquelon, Iclon.

Histoire administrative

  • Département - 1801-1955 : Seine-Inférieure -->1955-2022 : Seine-Maritime
  • Arrondissement - 1801-1926 : Yvetoy - 1926-2022 : Dieppe
  • Canton - 1801-2015 : fontaine-le-Dun - 2015-2022 : Saint-Valéry-en-Caux
  • Commune - 1801-2022 : ....
  • En 1826, Angiens absorbe Iclon.

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Patrimoine d'Angiens

Église Saint-Martin-et-Saint-Sébastien d'Angiens

Façade latérale sud Photo B.ohland
Chevet avec statue au faîte de la croupe Photo B.ohland
  • L'église primitive avec chœur et clocher date du XIIe siècle et était à l'époque placée sous le patronage du prieuré de Longueville-sur-Scie.
Cependant aucun élément de cette époque n'a été conservé. Le clocher est en effet reconstruit au XVIe siècle, et les deux vaisseaux en 1619, sans que l'auteur en soit connu.
Le chœur est de nouveau remanié en 1860, créant une différence de niveau entre lui et la nef.
  • Ce qui caractérise cette église est son toit à longs pans et sa croupe recouverts d'ardoises au XVIIIe siècle, ainsi que son clocher polygonal avec une flèche tors, posé à la jonction entre nef et chœur.
Le long des façades latérales, composées de pierres de taille en grès et de briques, court une corniche supportée par des modillons sculptés. Des armoiries subsistent mais ne sont pas identifiables.
L'édifice est éclairé par des baies en plein cintre, et comprend un escalier hors œuvre.
  • Parmi le mobilier, se remarquent des fonts baptismaux en grès taillé, du XVIe siècle, inscrits au titre d'objet historique depuis 1987[1], ainsi qu'un confessionnal en chêne sculpté, de la fin du XVIIIe, également inscrit depuis la même date[2].



Manoir de Roquefort

La construction de ce manoir débute en 1615, pour devenir la résidence d'Antoine de Rocquigny, seigneur de Roquefort.
Le sous-sol de la bâtisse comprend eux caves avec fours et un escalier en pierre. L'étage a été reconstruit par la suite.
D'époque Louis XIII, mais caractéristiques de l'architecture du pays de Caux, les façades en briques et grès et la toiture en ardoises sont inscrites aux Monuments historiques depuis 1972[3].

Patrimoine d'Iclon

Église Saint-Martin

Église avec ses baies décorées de gerbes de lin
  • Dans ce hameau à l'écart du centre d'Angiens, est fondé une première église en 1088. Elle est par la suite placée sous le patronage du vicomté de Blosseville.
Après les guerres de religion du XVIe siècle, elle est entièrement reconstruite en matériaux "nobles" : grès et silex, ainsi que briques.
Fortement fréquentée lors du pèlerinage de Sainte-Clotilde[4], chaque lundi de Pentecôte, l'église est agrandie en 1768 notamment au niveau du chœur. Enfin, les baies sont remaniées au XIXe siècle.
L'édifice de plan allongé présente une nef unique et un chevet plat. Sa toiture et la flèche polygonale sont couvertes d'ardoises. La voûte intérieure est lambrissée.
  • À l'intérieur, un groupe sculpté est mis en valeur dans une vitrine. Il s'agit d'une mise au tombeau taillée dans du bois et peinte en polychromie. Du XVIIe siècle, ce groupe sculpté est classé depuis 1951 au titre d'objet historique[5].
La nef abrite de nombreuses statues anciennes, dont une de saint Martin sur son âne, et une de saint Nicolas avec les trois enfants dans le saloir, du XVIe siècle, inscrite au titre d'objet historique[6].
Se remarquent également un bénitier du XVe siècle, en grès taillé, dédicacé à saint Martin. Il est également inscrit[7]. De même que des fonts baptismaux portant la date de 1573 et des armoiries[8].



Château d'Iclon

Il s'agit d'un château dont la construction s'est faite par étapes successives :
- l'aile ouest avec étable, grange et colombier circulaire dans la première moitié du XVIIe siècle,
- le corps principal du château en 1730 (date sur la bâtisse),
- des pavillons annexes au début du XVIIIe siècle.

Patrimoine de Silleron

Château de Silleron

Une des deux portes d'entrées dans le domaine
Château lors du Festival du lin 2022
  • Ce château de style Louis XIII est à l'image des demeures de la noblesse d'épée de l'Ancien régime, puisqu'il s'accompagne de dépendances, chapelle, colombier, et grande enceinte avec portes monumentales. Bien que l'ensemble présente une certaine unité architecturale, la construction s'est étalée sur trois siècles.
  • La fondation du château est liée à la famille noble de CLERCY. Un de ses membres en effet, Vivien de CLERCY, grand maître des Eaux et Forêts, achète à la fin du XVe siècle la seigneurie d'Angiens comprenant un lot de terres avec manoir. À partir de 1617 il fait ériger les bases du domaine : murs d'enceinte avec deux portes, trois pavillons d'angle, bâtiment central prolongeant l'ancien manoir.

Un de ses fils, Jacques de CLERCY, fait ériger la chapelle Saint-Jean, à l'écart du corps principal.
Au tout début du XVIIIe siècle, la génération suivante se préoccupe de rajouter l'aile droite, dans le même style. Mais la symétrie recherchée habituellement à cette époque n'est pas respectée.
C'est au XXe siècle que l'équilibre est atteint. Grâce au nouveau propriétaire du château, Henri d'EUDEVILLE, qui confie la construction de l'aile gauche à l'architecte rouennais M. MARTIN. Les travaux s'achèvent en 1920.

  • Le château échappe miraculeusement à un bombardement de 1944, ainsi qu'à une fusée qui atterrit et explose dans le parc. En 1950, l'architecte FLAVIGNY remanie l'intérieur. Et en 2008, l'édifice est inscrit partiellement aux Monuments historiques[9].


Chapelle Saint-Jean

Actuellement, cette chapelle est attenante au château de Silleron, mais il n'en a pas toujours été ainsi.
En effet, lorsque Jacques de CLERCY décide de sa construction en 1643, elle se trouve un peu à l'écart du corps principal de château.
Mais lorsque la génération suivante décide en 1707 d'agrandir la noble demeure par l'ajout d'une aile droite, la chapelle est amputée d'une partie de sa longueur et se retrouve accolée à l'aile.


Repère géographique.png Repères géographiques

Le village s'est épanoui dans le pays de Caux, cette région de Normandie caractérisée par un plateau légèrement ondulé se terminant le long du littoral par des falaises crayeuses entaillées de vallées et valleuses.

Le ban communal comprend le village d'Angiens et les deux hameaux d'Iclon et de Silleron.

Angiens se situe à 6 kilomètres environ au sud de Veules-les-Roses et 10 kilomètres environ à l'ouest de Luneray.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 846 850 875 ill. 1 012 1 017 1 006 1 105 1 047 1 062
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 042 1 009 967 962 925 919 915 853 803 765
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 718 608 653 611 609 629 655 641 538 522
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 527 602 625 594 553 521 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2018.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Simon François ANQUETIL - Né en 1794 - Cultivateur - Décédé en 1859  
- - -  
Léon ANQUETIL - Fils de simon François - Né en 1828 - Cultivateur - Décédé en 1886  
- - -  
Jules Mery Eugène STALIN - Né en 1854 - Exploitant agricole - Décédé en 1921  
- - -  
François Henri Albert CARPENTIER - Né en 1881 - Cultivateur - Décédé en 1945  
- - -  
- - -  
Guy FILLEUX 2001 - 2008 -  
Jean-Marie FERMENT 2008 - (2026) -  
- - -  

Cf. : Mairesgenweb et arbres généalogiques de Geneanet

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Lanfranc BIGOT - Né en 1625 - Curé d'Angiens et de Sommesnil  
- -  
Michel AUVRAY - Né en 1689  
- -  
Jacques Nicolas SAINT-RECQUIER - Né en 1733 - Curé d'Angiens puis de Criquetôt - Décédé en 1797  
- -  
Jean Étienne LEGROS - Né en 1748 - Vicaire puis curé - Décédé en 1818  
- -  

Liste des titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Rodolphe Henri Adrien COTTARD 24 octobre 1891 - Ancien caporal au 151e RI

Chevalier en 1960 Son dossier  

Jules André Marcel OUIN dit "La Croix" 6 décembre 1896 13 mars 1968
Doudeville (76)
Ancien soldat au 11e Régiment de Cuirassiers

Chevalier en 1953 Son dossier  

- - -  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi 16 h 30 - 18 h 30 - - 16 h 30 - 18 h 30 - - -
76015 - Angiens Mairie.JPG

Mairie (pendant le Festival du lin 2022)
Adresse : 2 rue de la Motte - 76740 ANGIENS

Tél : 02 35 97 10 30 - Fax : 02 34 57 14 21

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références