75114 - Paris 14ème Arrondissement

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour à Paris

14e arrondissement de Paris
L'Observatoire
75 - Blason - Paris.png
Informations
Pays Drapeau de la France    France
Région Région - Blason - Ile-de-France.png    Île-de-France
Département 75 - Blason - Paris.png    Paris (Quartiers)
Arrondissement 75 - Blason - Paris.png    20 arrondissements
Chef-lieu 75 - Blason - Paris.png    Paris
Code INSEE 75 - 1 - 28
Population 135 618 hab. (20/01/2010)
Superficie 564 hectares
Densité 24 045 hab/km²
Point culminant -
Quartiers
administratifs
- Le Montparnasse
- Parc Montsouris
- Le Petit-Montrouge
- La Plaisance
Localisation
75 - Carte administrative - Canton - Paris-14ème arrondissement.png
        Arrondissement              Chef-lieu     ?

Histoire.pngHistoire

Quartiers administratifs de l'arrondissement : L'Observatoire

Le quartier de Montparnasse a perdu beaucoup de son charme dans sa rénovation, il reste deux autres petits quartiers qui n'ont que peu été touchés par le modernisme : le quartier de Denfert-Rochereau, très provincial dans sa population et dans son ambiance, et celui d'Alésia près du Parc Montsouris, où le pittoresque et le bucolique sont rois.

  • Le Montparnasse
  • Parc Montsouris
  • Le Petit-Montrouge
  • La Plaisance

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Principaux sites


Quartier de Montparnasse

Pictos recherche.png Article détaillé : Pour découvrir le quartier de Montparnasse



Quartier de Port Royal

L' Observatoire de Paris
L'Observatoire de Paris
Photo : C.Angsthelm
  • Le plus ancien des observatoires du monde en activité, créé par Colbert le 21 juin 1667, jour du solstice d'été, fixe par son orientation le méridien de Paris, matérialisé au second étage par une ligne de cuivre et servant de base à la méridienne de France.
L'Observatoire de Paris au XVII e, (Musée Carnavalet)
  • Bâti sur les plans de Claude Perrault, il accueille les plus grands astronomes français et étrangers : la dynastie des Cassini, de 1671 à la Révolution ; le danois Olaus Römer, qui en 1676, y découvrit la vitesse de la lumière ; Jean Baptiste Delambre et Pierre Méchain pères du mètre ; François Arago, Léon Foucault, Hippolyte Fizeau, Urbain Le Verrier auquel on doit la découverte de Neptune ; Ernest Esclangon initiateur de l'horloge parlante en 1932 ; André Danjon créateur de l'astrobale impersonnel en 1951 ; André Lallemand inventeur de la caméra électronique.




Rue Cassini
75114 - rue Cassini.JPG
Réalisations des architectes Louis Süe et Paul Huillard

La rue porte le nom de la famille d'astronomes d'origine italienne : Jean Dominique Cassini qui dirigea l'Observatoire de Paris dès 1671, puis son petit-fils qui avait repris la direction de l'Observatoire, il fut chargé d'établir la carte de France. L'accès à l'Observatoire se fait par la rue Cassini. La rue est bordée d'hôtels particuliers du début du XXe siècle, notamment trois hôtels-ateliers construits par Louis Süe et Paul Huillard dans un style Art nouveau.


Au N° 3bis

75114 - 3 bis rue Cassini.JPG
  • En 1906, les architectes Louis Süe et Paul Huillard conçoivent un atelier pour le peintre Louis Simon (1892-1960), peintre célèbre à la fin du XIXe proche du mouvement naturaliste et intimiste qui a surtout vécu en Bretagne.
  • Sur une ossature en béton armé, l'hôtel est habillé de briques jaunes. L'atelier se situe sous la corniche où la lumière est la meilleure. Le nombre des ouvertures et des petits volets pourrait rappeler une maison à colombage du Moyen-Âge.



Au N° 5

75114 - 5 rue Cassini.JPG


  • L'hôtel est également une réalisation des architectes Louis Süe et Paul Huillard, avec presque exclusivement de la brique rouge. On sent bien l'expérimentation dans le rythme des ouvertures, le choix de la verrière au plus haut pour apporter la lumière dans l'atelier. Les corbeaux de brique qui soutiennent l'encorbellement de l'atelier rappellent également le Moyen-Âge.
  • Le peintre Jean-Paul Laurens (1838-1921), réputé pour ses scènes historiques, a habité cet hôtel et y reçut notamment André Gide et Charles Péguy.



Au N° 7

yhumb
  • L'hôtel construit en 1903 par les architectes Louis Süe et Paul Huillard pour le peintre Pol de Czernichowski (1876-1916). L'hôtel a une facture beaucoup plus classique, même si l'on identifie un atelier sous le fronton, un décor sculpté et l'utilisation de la pierre de taille en font un pastiche du style Louis XV.



Au N° 12 : Immeuble Abella

75114 - 12 rue Cassini.JPG
Frise de Xavier Hass
  • Un immeuble/ateliers d'artistes des années 1930 signé Charles Abella, dans le style cubisme : assemblage de plusieurs blocs avec les balcons sur la partie droite de l'immeuble, la cage d'escalier séparée, pensée comme à l'époque Renaissance, et la partie ateliers avec ses grandes baies vitrées sur deux étages. La façade est en gravillon lavé, compromis entre le béton brut moderniste et la classique pierre de taille
Ateliers en duplex
  • À l'entrée, une frise en bas-relief de Xavier Hass représentant un musicien, un poète dans la position du penseur, un peintre et un sculpteur, chacun avec un attribut : une flûte, une couronne de laurier, une palette de couleur et un marteau ; puis suivent deux hommes nus allongés.
75114 - 12 Rue Cassini Plaque Jean Moulin.jpg
  • Dans l'atelier du 3e et 4e étage, Jean Moulin a habité quelques mois avant son arrestation. Le peintre anglais Stanley Hayter y avait son atelier.

L'immeuble est inscrit partiellement aux Monuments Historiques depuis le 28 novembre 2001 : [1].





Pavillon des Fontainiers
Pavillon des Fontainiers
  • Pour alimenter les pièces d'eau de son palais du Luxembourg, mais aussi pour donner de l'eau aux habitants de la Rive gauche, Marie de Médicis fit construire entre 1619 et 1623, depuis le bassin de Rungis, un aqueduc sur le tracé d'un ancien ouvrage romain.
  • Il était plus court (13 km au lieu de 16), mais permettait de fournir en eau de source une partie de Paris qui ne disposait jusqu'alors que des eaux de la Seine, et de puits empoisonnés par les suintements des fosses d'aisance.
  • La construction du principal regard, appelé Pavillon des Fontainiers (ingénieurs des eaux), a été successivement attribuée aux architectes Salomon de la Brosse et Louis Métézeau, puis à l'hydraulicien Thomas Francine. Il était destiné au logement du fontainier, au-dessus d'un réservoir de régulation et de redistribution porté en 1845 à 1000 m² sous voûte surbaissée.
  • Ce réseau d'eau a cessé de servir vers 1875, mais le bassin existe encore.

Le bâtiment et l'aqueduc sont inscrits aux Monuments Historiques depuis le 4 mars 1994 : [2]



Hôtel de Massa

38 rue du Faubourg Saint Jacques

Hôtel de Massa
75114 - Hôtel de Massa Plaque Société des gens de lettres.JPG
  • À l'origine, l'hôtel de Massa se trouvait sur l'avenue des Champs Elysées à l'angle de la rue La Boétie, alors en pleine campagne (emplacement actuel du Monoprix Champs-Elysées).
  • L'hôtel est construit en 1779 pour Denis-Philibert Thiroux de Montsauge, administrateur général des Postes à Paris, par l'architecte Jean-Baptiste Le Boursier dans un style classique encore en vogue sous Louis XVI, avec ses façades à refends, ses larges baies rectangulaires ou cintrées et ses guirlandes de fleurs sculptées.
  • Cette folie a été le théâtre de nombreuses fêtes et abrita des amours cachés, notamment du duc de Richelieu (petit-neveu du cardinal de Richelieu) (1696-1788), maréchal de France.
  • En 1803 il est racheté par Bonaparte. Il est loué ensuite sous le Premier Empire, au comte Mareschaldi, ambassadeur du royaume d'Italie en France, qui en fait le théâtre de fêtes somptueuses. En 1830, il est acheté par Charles de Flahaut, général sous Napoléon Ier et pair de France sous la Restauration. Puis en 1853, le baron Roger et son épouse (veuve du marquis de Massa) acquièrent l'hôtel ; le troisième duc de Massa laissera son nom à l'hôtel.
  • Après avoir connu de nombreux propriétaires, Théophile Bader, alors Président des Galeries Lafayette, et André Lévy, investisseur immobilier, achètent l'hôtel en 1926 pour son emplacement stratégique. Ils décident de construire un bâtiment commercial destiné à abriter la National City Bank of America
  • L'hôtel, classé Monument Historique le 2 octobre 1928 . [3] ne peut être transformé en immeuble commercial. Édouard Henriot, alors ministre de l'Éducation nationale et écrivain, donne l'hôtel à l'État avec charge d'y loger La Société des Gens de Lettres (SGDL), association défendant les intérêts des auteurs, fondée en 1838 sur une idée de Louis Desnoyers et soutenue par Honoré de Balzac. Son déplacement pierre par pierre, rue Saint Jacques, dans le jardin de l'Observatoire de Paris, a été l'un des grands chantiers de l'entre-deux guerres.
  • La SGDL s'y installe dès 1929, et rassemble de nombreux souvenirs littéraires (portraits, bustes, autographes).
  • La maîtrise des Galeries Lafayette dote l'hôtel d'un splendide mobilier Art Déco de 110 pièces qui est classé aux objets historiques en 1984. (Maurice Dufrêne, les verriers Daum et Jean Daix, les céramistes Jarègle, Jean Besnard et Buthaud).



Infirmerie Marie-Thérèse
75114 Infirmerie Marie Thérèse.jpg
75114 - Maison Marie Thérèse Résidence de Chateaubriand.JPG
  • L'infirmerie Marie-Thérèse a été créée en 1819 par Céleste de Chateaubriand, épouse de François-René, pour les prêtres âgés. Le nom a été donné en souvenir de la fille de Louis XVI, la duchesse d'Angoulême.
  • Le couple Chateaubriand y vécut de 1826 à 1838. La vicomtesse repose dans l'autel de la chapelle. Chateaubriand y avait fait un parc magnifique en y plantant de nombreux arbres. Il évoque longuement ce lieu dans ses Mémoires d'outre-tombe. Ils ont cédé la propriété au diocèse en 1838, qui a été morcelée en maison de retraite pour les prêtres âgés, l'Oeuvre des jeunes filles aveugles de saint Vincent de Paul et la Fondation Cartier.



Musée de la Libération de Paris - musée du Général Leclerc - musée Jean Moulin

Quartier Montsouris

Square Montsouris
  • Une rue charmante, longue de 200 mètres, donnant sur le Parc Montsouris, bordée de 62 villas construites dès 1923. 28 d'entre elles, toutes de briques rouges ou ocres, étaient à l'origine des HBM (Habitations bon marché, l'ancêtre des HLM). Lors de la création de la rue, se côtoyaient des ouvriers et des artistes. Une architecture hétéroclite se décline en Art Déco ou Art Nouveau, ou encore une silhouette contemporaine. On peut y voir des colombages, des oriels, une marquise, plus ou moins cachés par une végétation exubérante de vignes vierges, de glycines et de rosiers..
  • Y ont habité : les peintres Léonard Foujita (1886-1968) (Tsuguharu Fujita de son vrai nom), Roger Bissière (1886-1964), le sculpteur Clause Bouscau (1909-1985).
  • La villa-atelier, en style paquebot, située à l'angle du square et au 53 de l'avenue Reille, a été dessinée en 1923 par Le Corbusier (1887-1985) et Pierre Jeanneret pour le peintre Amédée Ozenfant (1886-1966).
  • la ville N°42 est signée L. Déchelette.
  • La villa N°40 à colombarges et à vitraux a été construite en 1923 par l'architecte Gilles Buisson pour lui-même, puis a ensuite été habitée par le sculpteur Claude Bouscau.
  • Au N°3, le peintre Foujita y habita un certain temps et le meubla avec le mobilier racheté à Georges Simenon.
  • Au N°2, un bâtiment plutôt moderne avec l'utilisation précoce du béton armé, construite par les frères Perret pour Pierre Gaut (Directeur de production des films de Jean Renoir).



Centres Hospitaliers

Groupe Hospitalier Cochin

75114 - Hôpital Cochin, rue Saint Jacques.jpg
75114 - Hôpital Cochin rue St Jacques.JPG
  • L'hôpital a été créé en 1780 par Jean Denis Cochin, curé de la paroisse Saint Jacques du Haut Pas, rue Saint Jacques, qui fait construire un petit hospice d'une quarantaine de lits, sur sa fortune personnelle et celle de ses paroissiens, pour les pauvres et les ouvriers du quartier. Il s'agrandira en 1784 avec les bâtiments du noviciat des Capucins qu'il utilisera pour les malades atteints de maladies vénériennes, il devient alors l'hôpital des Capucins. En 1902 il fusionne avec l'hôpital voisin Ricord, puis il annexe successivement : la maternité de Port Royal créée en 1795, la clinique Baudelocque créée en 1890 et l'hôpital Tarnier créé en 1881.
  • Entre 1908 et 1926, les bâtiments sont reconstruits sous forme de pavillons de brique.
  • Actuellement le Groupe Hospitalier Cochin emploie plus de 6700 personnels de santé dont 1000 médecins, avec une capacité de plus de 1400 lits.


Maternité de Port-Royal

Ancien portail maternité
Plaque création Ecole d'accouchement en 1814
  • Réunis au groupe hospitalier Cochin, la maternité Baudelocque-Port Royal abrite les bâtiments construits en 1625 pour les religieuses cisterciennes de Port Royal. La chapelle, élevée en 1646-47 par l'architecte Antoine Lepautre, et le cloître adjacent, bâti entre 1652 et 1655, forment encore un incomparable asile de paix
  • Gagnées aux idées réformatrices et à l'austérité janséniste de leur aumônier, l'abbé de Saint-Cyran, les religieuses furent mises en demeure par Louis XIV en 1664 de renoncer à leur doctrine ; devant leur refus il les fit expulser.
  • Ce tragique épisode a inspiré Henri de Montherlant, en 1954, la pièce Port Royal. En 1681, la duchesse de Fontanges, favorite de Louis XIV, mourut à Port Royal (passé aux Visitandines) d'un accouchement prématuré.
  • Fondé en 1795 par la Convention, l'hospice de la maternité était divisé en deux secteurs : l'accouchement dans le bâtiment de l'Oratoire, et l'allaitement dans l'ancienne abbaye. C'est en 1814 que l'hospice prend le nom de Maternité de Port Royal. C'est en 1966 qu'elle s'installera dans des nouveaux locaux.
Obus allemand tombé dans la salle Baudelocque le 11 avril 1918
  • Le 11 avril 1918, la salle d'accouchement Baudelocque reçut un obus allemand tiré avec la grosse bertha (pour les allemands Pariser Canonen).



  • Hôpital Paris Saint Joseph, rue Larousse
  • Hôpital Broussais,
  • Hôpital Léopold Bellan, rue Raymond Losserand



Ancien Hôpital Saint Vincent de Paul

Ancien hôpital Saint Vincent de Paul
Chapelle de l'hôpital
  • L'hôpital avait été installé dans l'ancien noviciat de l'Oratoire créé en 1650. Dès 1800, sous le Consulat, les bâtiments accueillent les enfants assistés, c'est la congrégation des sœurs de saint Vincent de Paul qui assurent les soins, puis dès 1960 elles seront peu à peu remplacées par des infirmières et des aides soignantes laïques.
Oculus chapelle hôpital
  • Une tour d'abandon existait dans l'un des murs de l'hospice, une enclave où les mères pouvaient laisser leurs bébés de façon anonyme, tour qui fut utilisée pendant tout le XIXe siècle.
  • La chapelle a été élevée en 1655, au fronton une sculpture figurant Jésus enfant porté par des chérubins, avec une inscription latine "vous trouverez un enfant enveloppé de langes" qui rappelle l'arrivée des enfants abandonnés en 1838.


Cimetières

Cimetière du Montparnasse

  • Le 25 juillet 1824, le cimetière Montparnasse ouvrit ses portes (19 hectares). Ce cimetière fut créé pour inhumer les habitants de la rive gauche de Paris. Depuis son ouverture, plus de 300.000 corps furent enterrés, dont de nombreuses personnalités comme : Alfred Dreyfus, Bartholdi (sculpteur), Joseph Kessel, Jean-Paul Sartre, Raymond Aron, Baudelaire, Maupassant, Simone de Beauvoir, Samuel Beckett, Marguerite Duras, Eugène Ionesco, Philippe Noiret, Serge Reggiani, Serge Gainsbourg, Raymond Barre, Agnès Varda, Kate Berry, Jean Piat, Mireille Darc, Simone Veil, Sonia Rykiel, Georges Volinski, Stéphane Hessel, Jacques Chirac ...


Cimetière de Montrouge

  • Créé en 1819 sur la commune de Montrouge, mais géographiquement situé au sud du 14e arrondissement.
  • Sont inhumés : Coluche, Michel Audiard, Albert Simonin, Nicolas de Staël, ....



Gares

Gare Montparnasse

Gare Montparnasse
Accident en gare Montparnasse le 22 octobre 1895
  • Le 10 septembre 1840, la première gare de Montparnasse fut construite à l'emplacement de l'actuelle tour Montparnasse. Petite, elle fut assez vite remplacée par l'architecte Victor Lenoir. Cette nouvelle gare desservait l'ouest Breton et la Normandie, ainsi que le sud-ouest.
  • Après la seconde guerre mondiale, une nouvelle gare fut érigée à quelques pas, puis agrandie plus récemment.


Gares RER

  • Palais Royal
  • Denfert Rochereau
  • Cité Universitaire
  • La gare de Denfert Rochereau
Gare de Denfert Rochereau
  • Précédemment gare d'Enfer ou encore gare de Sceaux, elle est la plus ancienne des gares en activité. Construite en 1842 par les ingénieurs Dulong et Jean Claude Arnoux (pour le système ferroviaire), elle est inaugurée en 1846 en présence des ducs de Nemours et de Montpensier, les fils du roi Louis-Philippe, pour la ligne de Sceaux. En 1895, elle est prolongée jusqu'à la station Luxembourg en créant au passage la gare de Port Royal. Depuis 1970, ces trois gares desservent la ligne B du RER.
  • Deux pavillons courbes entourent le pavillon central qui est doté d'un fronton avec un cadran Bodet encadré de bas-reliefs allégoriques à la gloire du chemin de fer.
75114 - Gare Denfert Rochereau Plaque commémorative.JPG

Le bâtiment est inscrit partiellement aux Monuments Historiques depuis le 21 juin 1996 : [4]


Salles de Spectacles

(voir quartier de Montparnasse)

  • Théâtre de la Gaîté Montparnasse, 26 rue de la Gaîté
  • Théâtre Montparnasse et Petit Mntparnasse, 31 rue de la Gaîté
  • Théâtre de la Cité Internationale, 21 boulevard Jourdan
  • Théâtre 14, 20 avenue Marc Sangnier
  • Théâtre Rive Gauche, 6 rue de la Gaîté
  • Bobino, 20 rue de la Gaîté
  • Théâtre d'Edgar, 58 boulevard Edgar Quinet



Les lieux de Culte du 14ème Arrondissement

Pictos recherche.pngLieux de Culte du 14ème Arrondissement


Mairie du 14e

75114 - Paris XIV e Mairie XIV e.JPG

Mairie
Adresse : -

Tél : - Fax :

Courriel : [mailto: Contact]

Site internet : [ Site officiel]

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Nom_du_site (Septembre 2015)


  • Adresse :
2, Place Ferdinand Brunot
75675 Paris Cedex 14
Standard : 01 53 90 67 14
  • Horaires :
Lundi - Vendredi : 8h30 - 17h
Jeudi : 8h30 - 19h30
Samedi : 9h - 12h30 (déclarations naissance et décès)

Les maires d'arrondissement

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Pascal CHERKI 2009 - 2014 Juriste - Député de Paris  
Carine PETIT 2014 - (2026) Née le 26 juin 1974 à Bourges (Cher) - Réélue en 2020  
- -  

Démographie.png Démographie

Année 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 - - -
Population 167 093 149 137 138 596 136 574 132 844 134 370 136 464 - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Source : INSEE INSEE, 2006 & 2008


Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts



Espaces verts

  • Parc Montsouris
  • Jardin Anne Marly, avenue de la Porte de Vanves
  • Jardin Marie-Thérèse Auffray, avenue Reille
  • Jardin Atlantique, place Raoul Dautry
  • Jardin Jean Moulin, avenue de la Porte de Châtillon
  • Jardin du Cloître, rue Guilleminot
  • Square Jules Hénaffe, place Jules Hénaffe
  • Jardin rue Liard
  • Jardin Jean du Moulin des Trois Cornets, rue Raymond Losserand
  • Jardin des Thermopyles, rue Didot, rue des Thermopyles
  • Jardin Françoise Héritier, rue du Moulin des Lapins
  • Jardin de l'Hôpital Sainte Anne, rue d'Alésia


  • Jardin de l'Observatoire, boulevard Arago

Cet espace appartient à l'Observatoire de Paris. Il abrite une centaine d'arbres de 15 essences différentes. Depuis 1992, l'Observatoire de Paris y a matérialisé le méridien de Paris.


  • Square Jacques Antoine, place Denfert Rochereau
  • Square des Artistes, avenue Maurice d'Ocagne
  • Square Julia Bartet, avenue de la Porte de Vanves


  • Square Gaston Baty, rue du Maine
75114 - Square Gaston Baty, rue du Maine.JPG
Chaim Soutine (1893-1943) par Arbit Blatas 1963

Square de forme triangulaire créé en 1881 qui a fait l'objet d'une rénovation complète en 2013. Il honore la mémoire de Gaston Baty (1885-1952) qui dirigea avec son épouse Marguerite Jamois le théâtre de Montparnasse dans les années 30. Une statue en bronze de Chaïm Soutine, (1893-1943), peintre français d'origine lituanienne, émigré en France en 1912, et l'un des représentants les plus éminents de l'École de Paris, œuvre réalisée par Arbit Blatas en 1963.

  • Square Frédéric Bazille, rue Bardinet
  • Square Ferdinand Brunot, rue Ferdinand Brunot
  • Square Achille et Henri Duchêne, rue Vercingétorix


  • Square de l'Aspirant Dunand, rue Mouton-Duvernet

Ce square a été renommé en souvenir de Jean-Louis Dunand, mort au combat en 1940, alors que son escadron attaquait une unité allemande. Ce square salue également le poète et peintre libanais Khalil Gibran (1883-1921) par un cèdre du Liban planté en sa mémoire en 1996. Un monument en pierre et en marbre est dédié à Michel Servet, médecin et philosophe de la Renaissance.


  • Square des Jonquilles, rue Vercingétorix
  • Square du Serment Koufra, avenue Ernest Reyer
  • Square Georges Lamarque, rue Foideveaux
  • Square Claude Nicolas Ledoux, place Denfert Rochereau
  • Square de l'Abbé Lemire, rue Vercingétorix
  • Square de l'Abbé Migne, place Denfert-Rochereau
  • Square Jean Moulin, avenue de la Porte de Châtillon,
  • Square du Père Plumier, rue Vercingétorix
  • Jardin Jules Durand, rue Olivier Noyer
  • Square Alésia Ridder, rue d'Alésia
  • Promenade Jeanne et Paulette Nardal, rue des Arbustes
  • Square Paturle, rue Raymond Losserand
  • Square Pauly, rue Pauly
  • Square Place de Séoul, place de Séoul
  • Jardin Maudy Piot-Jacomet, rue des Suisses
  • Square du Chanoine Viollet, rue Olivier Noyer
  • Square du Cardinal Wyszynski, rue Perrel
  • la Petite Ceinture du 14e, rue Didot


  • Square Yves Klein, rue Campagne Première
75114 - Montparnasse Square Yves Klein.jpg

Le square honore la mémoire de Yves Klein (1928-1962) qui eut son atelier au 9 rue Campagne Première de 1958 à son décès le 6 juin 1962. Il y réalisa la quasi totalité de son œuvre, y compris le dépôt de l'enveloppe Soleau lui donnant la paternité du bleu outremer qui le rendit célèbre sous l'appellation IKB, International Klein Blue. (Remarquez les bancs peints en bleu Klein)


En photos


Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Les arrondissements de Paris

1er  |  2e  |  3e  |  4e  |  5e  |  6e  |  7e  |  8e  |  9e  |  10e  |  11e  |  12e  |  13e  |  14e  |  15e  |  16e  |  17e  |  18e  |  19e  |  20e

Référence.png Notes et références

  • Histoire de Paris : L'observatoire de Paris ; le Pavillon des Fontainiers ; Maternité de Port Royal ;



Blason de Paris
Portail de Paris
Blason de la région Île-de-France
Portail de la région Île-de-France