75102 - Paris 2ème Arrondissement

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour à Paris

2e arrondissement de Paris
La Bourse
75 - Blason - Paris.png
Informations
Pays Drapeau de la France    France
Région Région - Blason - Ile-de-France.png    Île-de-France
Département 75 - Blason - Paris.png    Paris (Quartiers)
Arrondissement 75 - Blason - Paris.png    20 arrondissements
Chef-lieu 75 - Blason - Paris.png    Paris
Code INSEE 75 - 1 - 16
Population 21 915 hab. (20/01/2010)
Superficie 99 hectares
Densité 22 136 hab/km²
Point culminant -
Quartiers
administratifs
- Gaillon
- Vivienne
- Le Mail
- Bonne-Nouvelle
Localisation
75 - Carte administrative - Canton - Paris-2ème arrondissement.png
        Arrondissement              Chef-lieu     ?

Histoire.pngHistoire

Le 2e arrondissement est bien un des quartiers le plus pittoresque dans Paris. Ses petites rues très animées sont parsemées de vieilles boutiques et de petites échoppes.

Patrimoine.png Patrimoine bâti

  • Quadrilatère Richelieu (ancienne Bibliothèque nationale de France)
  • Palais Brongniart (qui abritait la Bourse de Paris)
  • Tour Jean Sans Peur
  • Théâtre musical populaire
  • Rue Réaumur



Palais Brongniart

Palais Brongniart
Photo : C.Angsthelm
  • Le palais Brongniart est surtout connu pour avoir été le bâtiment de la Bourse de Paris.
  • En 1724, un arrêt du Conseil règlemente l'organisation du marché et définit la profession d'agent de change, suite à la banqueroute de John Law en 1720 et qui interdisait à toute personne de négocier du papier dans un lieu public à l'exception des agents de change.
  • C'est Napoléon Ier qui décide en 1808 la construction d'un édifice particulier pour abriter la Bourse qui, depuis 1724, avait été successivement logée au Palais Mazarin dans la galerie Vivienne, au Louvre, au Palais-Royal et en 1796 dans l'église désaffectée des Petits Pères. Napoléon choisit le terrain de l'ancien couvent des filles Saint Thomas, un vaste monastère pour y construire le Palais impérial de la Bourse.
  • Alexandre Théodore BRONGNIART (1739-1813) réalise un bâtiment rectangulaire de 69 m de long sur 41 m de large, ceinturé d'un péristyle de 64 colonnes corinthiennes, témoin du néo-classicisme de l'Empire. À la chute de l'Empire le bâtiment n'est pas terminé, c'est l'architecte Eloi LABARRE assisté d'Hippolyte LEBAS qui achève la construction en 1826.
  • Quatre statues allégoriques, deux en façade et deux à l'arrière du bâtiment, représentent : La Justice par Francisque DURET en 1851, le Commerce par Augustin DUMONT en 1852, l' Agriculture par Charles SEURRE et l' Industrie par James PRADIER en 1851.
  • En 1906, l'adjonction de deux ailes par Jean-Baptiste CAVEL (1844-1905) donne un plan cruciforme au bâtiment.
  • À l'intérieur, un escalier d'honneur conduit à l'étage, une galerie vitrée surplombe la grande salle du rez-de-chaussée, autrefois la salle de la corbeille. Les décors en grisaille, représentant les villes de France, sont l'œuvre d'Abel de PUJOL et de Charles MEYNIER.
  • Entre 1826 et 1864, le tribunal de commerce, et entre 1826 et 1853, la chambre de commerce, ont été hébergés dans le Palais de la Bourse.
  • En 1998, fermeture de la Bourse au Palais Brongniart, puisque chaque banque gère par informatique le cours du marché des actions au comptant depuis 1987. En 2000, la Bourse est intégrée à Euronext, qui fusionne en 2007 avec le groupe New York Stock Exchange, sous le nom de NYSE Euronext.
  • Aujourd'hui le Palais Brongniart est devenu un centre d'évènements et de conférences. Entre 2011 et 2013, le centre a accueilli 12 start-ups pour une période de six mois. Depuis 2011, elle héberge l'École européenne des métiers de l'internet.

Le Palais Brongniart est inscrit aux Monuments Historiques depuis le 27 octobre 1987 : [1].


Rue Montorgueil

Rue Montorgueil
  • La rue débute à côté de l'église Saint-Eustache sur le parvis de Halles et se termine rue Léopold Bellan. Elle se poursuit par la rue des Petits Carreaux.
  • Haut lieu de la gastronomie et du commerce d'alimentation depuis le XIIIe siècle, cette rue marquait le terme du voyage de la marée des ports du Nord, notamment les huîtres dont le marché a été recouvert par la rue Etienne-Marcel.
  • Au 59 s'élevait de 1794 à 1845 le restaurant Au rocher de Cancale, célèbre pour ses fruits de mer, immortalisé dans la Comédie Humaine et fréquenté par Balzac, Alexandre Dumas, Théophile Gautier, Eugène Sue.
  • Au 61-63, le traiteur Au Rocher d'Étretat tenait le bureau de vente de la Société des huîtres d'Étretat et de Dieppe : celles de Fécamp étaient vendues près de la rue Tiquetonne.
  • La cour de l'auberge Le Compas d'Or abritait le hangar des diligences à destination de Dreux.
  • Aujourd'hui, c'est une rue très attractive par ses nombreuses terrasses de cafés et de restaurants, plutôt bobo, ses nombreux commerces aux devantures de bois à l'ancienne, et ses immeubles XVIIIe ornés de mascarons.



Passage de la Reine de Hongrie

17 Rue Montorgueil

Passage de la Reine de Hongrie
  • Le passage fut créé en 1770, sans nom particulier, uniquement piétonnier et fermé la nuit par deux grilles à ses extrémités. Il prit le nom de passage de l'Égalité en 1792 et reprit sons nom de passage de la Reine de Hongrie en 1808.
  • Le nom de Reine de Hongrie fut attribué à une marchande des Halles voisines, habitant ce passage en 1789 et qui ressemblait fortement à l'archiduchesse Marie-Thérèse d'Autriche, reine de Hongrie..
  • L'immeuble est du XVIIIe siècle et sa façade est ornée de nombreux décors.


À l'Escargot Montorgueil

38 rue Montorgueil

Escargot Montorgueil
L'Escargot Montorgueil
  • En 1900, le nouveau locataire Théodore Lecomte reprend le restaurant ouvert en 1875 par Mignard et Bourreaux des marchands de vins. Les huîtres furent au menu dès 1890. On doit à Monsieur Lecomte le décoration que l'on peut encore voir aujourd'hui, classée aux Monuments Historiques. Le plafond peint par G. Clairin pour la salle à manger de Sarah Bernhardt a été racheté en salle des ventes par André Terrail en 1919. Des décors de 1875 sont encore visibles dans le restaurant : verres gravés à l'acide, escalier en colimaçon, panneaux de bois de la devanture en forme de losanges, escargots en ronde-bosse ...).
  • Ce restaurant créé en 1939, a pour spécialité la cuisine bourguignonne et ses recettes à base d'escargot. Il a été fréquenté par Marcel Proust, Sarah Bernhardt, Sacha Guitry, Pablo Picasso ou encore Charlie Chaplin.

Le restaurant est classé aux Monuments Historiques depuis le 12 juin 1998 : [2].

Pâtisserie Stohrer

51 rue Montorgueil

Enseigne Stohrer
Immeuble Stohrer avec globe et attributs des Arts et des Lettres
  • En 1725, à l'occasion de son mariage avec Louis XV, Marie Leszczynska vint à Paris, emmenant parmi la cour qui l'accompagnait le pâtissier-cuisinier de son père, Monsieur Stohrer. Cinq ans plus tard celui-ci s'installait rue Montorgueil et ouvrait une pâtisserie dont les spécialités allaient être les babas et les puits d'amour.
  • Vers 1864, la boutique fut décorée par le peintre Paul Baudry (1828-1886) qui venait d'atteindre la célébrité par les décors réalisés à l'hôtel Galliera et au Foyer de l'Opéra. Les panneaux peints sont fixés sous verre à motifs de pinceaux et de fleurs pour la frise.
  • L'immeuble de la fin du XVIIIe comporte un curieux bas-relief surmontant le portail : un globe terrestre entouré d'attributs des Arts et des Lettres.

La Maison Stohrer est classée aux Monuments Historiques depuis le 24 juin 1993 : [3].


Immeuble d'angle

73 rue Montorgueil

Initiales ER sur ferronnerie
immeuble d'angle


  • Immeuble de style rocaille construit en 1743 pour le maître maçon Étienne Regnault. Les initiales ER sont présentes dans chaque ferronnerie.


Au rocher de Cancale

78 rue Montorgueil

Au Rocher de Cancale
angle rue
  • L'immeuble du 59 rue Montorgueil abrita le premier Au Rocher de Cancale repris par Balaine en 1804 et célèbre pour ses huîtres et les réunions du Caveau Moderne : "Excellentes huîtres, excellents poissons et excellentes chansons. Le sel dont on assaisonne ces dernières n'est point fourni par la maison ; c'est le rendez-vous des joyeux disciples d'Épicure". La douzaine d'huîtres y coûtait 15 sous. En 1814, Balzac l'utilisa comme décor de plusieurs scènes de La Comédie Humaine et le considérait comme le rendez-vous de la meilleure société de Paris et l'établissement qui fait le plus honneur à la cuisine française.
  • Borel, successeur de Balaine, le ferma pour s'installer rue de Richelieu en 1846. Le nom fut repris par Pécune, qui avait ouvert un restauraut en 1820 au 78 rue Montorgueil.
  • Un premier restaurant ouvrait à cette adresse au début du XIXe et fermait en 1846. Le restaurait actuel ouvre aussitôt après. L'immeuble début XVIIe a gardé ses devantures en bois et plâtre, ses décors de salons peints par Gavarni
  • Il est considéré comme l'un des plus anciens restaurants de Paris avec Le Grand Véfour et Le Doyen.

Le restaurant Au Rocher de Cancale est classé aux Monuments Historiques depuis le 3 mars 1997 : [4].


Au Planteur

Rue des Petits Carreaux, dans le prolongement de la rue Montorgueil

Au Planteur marchand de café 1890
Au Planteur dessin Crommer
  • Dans cet immeuble du XIXe siècle, le magasin proposait du café, entre autres marchandises exotiques. Il disparut en 2012.
  • La façade a conservé ses coffrages de bois insiprés du XVIIIe siècle, avec sa décoration centrale en céramique signée Crommer qui dépeint un homme noir, un esclave sans doute, servant un café à un homme blanc assis sur des sacs de marchandises, habillé en style colonial, le planteur.

L'édifice est inscrit partiellement aux Monuments Historiques depuis le 23 mai 1985 : [5].


Photos, Illustrations



Rue Réaumur

Rue Réaumur
Photo : C.Angsthelm
Pictos recherche.png Article détaillé : Voir la page dédiée ...



Salles de spectacles


  • Théâtre des Bouffes Parisiens, 4 rue Monsigny
Théâtre des Bouffes Parisiens

En 1826, Louis CONTE, directeur d'une école de comédiens, fait construire par BRUNETON et ALLARD un théâtre où jouent ses élèves. En 1855, Jacques OFFENBACH prend la salle à bail, la fait agrandir et décorer par BALLU, et l'inaugure avec sa chinoiserie musicale Ba-ta-clan. Ainsi naissent les Bouffes-Parisiens d'hiver. Jusqu'en 1862, on y joue les œuvres du compositeur, dont Orphée aux Enfers.
Abandonné par OFFENBACH, le théâtre est détruit et rebâti en 1863. Il renoue avec le succès en 1871 en se consacrant à l'opérette. On y joue notamment Les Mousquetaires au couvent, Véronique, Phi-phi, Les œuvres de Messager, Villemetz, Christiné ...



Théâtre Opéra Comique, salle Favart
  • Théâtre national de l'Opéra-Comique, 1 place Boieldieu
Portes d'accès encadrées de candélabres

L'hôtel de Choiseul-Stainville couvrait l'espace compris entre la rue de Richelieu, le boulevard des Italiens les rues de Gramont et Grétry. Vendu par lots en 1780, il donna naissance à un nouveau quartier, dont le principal élément était la salle Favart, conçue par Heurtier et bâtie entre 1781 et 1783 pour la Comédie Italienne.
Sa salle ovale abrita plusieurs troupes avant de brûler dans la nuit du 13 au 14 janvier 1838. Reconstruite par Charpentier, elle prit le nom de Théâtre de l'Opéra-Comique à son ouverture en 1840.
Le 25 mai 1887, pendant la représentation de Mignon d'Ambroise Thomas, un incendie détruisit l'édifice faisant 400 victimes.
Le bâtiment actuel fut édifié de 1894 à 1898 sur les plans de Bernier.
Le théâtre Opéra Comique est classé aux Monuments Historiques depuis le 26 décembre 1977 [6]


Le Grand REX
75102 - Grand REX Tour.JPG
  • Le Grand Rex, 1 boulevard Poissonnière

La marée des ports du Pas-de-Calais acheminée vers les Halles passait ici, ce qui explique le nom du boulevard des Poissonnière.
L'enceinte de Charles V puis de Louis XIII s'ouvrait par la porte Sainte Anne ou de la Poissonnerie et, en 1726, une inscription signalait ici la mite de la Ville.
Haut lieu des plaisirs et des spectacles, le boulevard Poissonnière fut choisi en 1932 pour édifier le cinéma REX, un des plus grands d'Europe. Conçu par l'architecte Auguste Bluysen et l'ingénieur John Eberson, sa façade est l'œuvre du sculpteur Henri Édouard Navarre, et la décoration de la salle de 3 300 places qui marie l'Antiquité à l'Art Déco, est due à Maurice Dufrène.
Le cinéma Rex est classé aux Monuments Historiques depuis le 5 octobre 1981 [7]



  • Théâtre des Variétés, 7 boulevard de Montmartre
  • Théâtre Daunou, 7 rue Daunou
  • Théâtre de la Michodière, 4 bis rue de la Michodière
  • Théâtre de la Pépinière, 7 rue Louis le Grand



Les espaces verts

  • Square Jacques Bidault, rue de la Lune
  • Square Louvois, face à la Bibliothèque Nationale rue de Richelieu


Les lieux de culte du 2e arrondissement

Pictos recherche.png Article détaillé : Lieux de culte du 2e arrondissement ...

Mairie du 2e

Mairie du 2e arrondissement



  • Adresse :
8, rue de la Banque
75002 PARIS
Standard : 01 53 29 75 02
  • Horaires :
Lundi, mardi, mercredi et vendredi : 8 h 30 à 17 h
Jeudi : 8 h 30 à 19 h 30
Samedi : 9 h à 12 h 30 (état civil uniquement)



Logo internet.png Site en ligne : Mairie Paris Centre


Les maires d'arrondissement

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Michel Paul DABRIN 1853 - 1860 Agent de change - Colonel d'État-major de la Garde nationale - Conseiller général du canton de Longjumeau (1842-1848).  
- -  
Jacques BOUTAULT 2001 - 2020 Journaliste.  
Ariel WEIL 2020 - (2026) Premier maire de Paris Centre. Paris Centre comprend les 1, 2, 3 et 4 arrondissements de la ville.  
- -  

Démographie.png Démographie

Année 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 - - -
Population 35 357 26 328 21 203 20 738 19 585 21 259 21 793 - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : INSEE INSEE, 2006 & 2008


Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Naissances :

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  • Panneaux Histoire de Paris : Rue Montorgueil ; Théâtre des Bouffes Parisiens ; Grand REX : Théâtre Opéra Comique, salle Favart
  • Rue Réaumur : Mairie de Paris : Protections patrimoniales 2e arrondissement



Les arrondissements de Paris

1er  |  2e  |  3e  |  4e  |  5e  |  6e  |  7e  |  8e  |  9e  |  10e  |  11e  |  12e  |  13e  |  14e  |  15e  |  16e  |  17e  |  18e  |  19e  |  20e

Blason de Paris
Portail de Paris
Blason de la région Île-de-France
Portail de la région Île-de-France