69217 - Saint-Just-d'Avray

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Saint-Just-d'Avray
-
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 69 - Blason - Rhône.png    Rhône
Métropole -
Canton Blason Tarare-69243.png   69-10   Tarare

Blason Amplepuis-69006.png   69-01   Amplepuis (Ancien canton)

Code INSEE 69217
Code postal 69870
Population 747 habitants (2018)
Nom des habitants Les chouettes
Superficie 1 750 hectares
Densité 42.69 hab./km²
Altitude Mini: 323 m
Point culminant 890 m
Coordonnées
géographiques
46.002778° / 4.446667° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
69217 - Saint-Just-d'Avray carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Son nom est dû au vocable de l'église ajouté au nom d'un hameau voisin. Paroisse du diocèse de Lyon.

Période révolutionnaire

  • Le 12 mars 1789, les habitants de Saint Just choisirent Jean François PROTON et Gabriel BEDIN comme députés chargés de représenter la paroisse à l’assemblée qui devait avoir lieu le 16 mars devant la Sénéchaussée du Beaujolais.
  • Le 30 nivose An XI de la République (20 janvier 1803), sur l’ordre du Directoire du Département, Saint Just d’Avray dut s’appeler "Avray sur Azergues".
  • le 21 frimaire An XI de la République (12 décembre 1802), on fit conduire chez les administrateurs du district de Villefranche trois cloches sur les quatre qu’avaient la paroisse, elles pesaient 1777 livres. Trois jours plus tard, on déposa au même endroit deux calices, deux patènes, un ostensoir, un ciboire et un porte Dieu, le tout pesant plus de neuf livres.

Épidémie de peste

La peste qui ravagea le Lyonnais et le Beaujolais au XVIIe siècle n’épargna pas Saint Just d’Avray:

  • 1693, il y eut 57 décès
  • 1694, 63,
  • En 1706, retour offensif de la peste, il y eut 50 décès à Saint Just.
  • De 1713 à 1726 inclus, pendant 14 ans, on ne constate que 105 décès soit 8 par an au lieu de 16 à 17 qui était la moyenne annuelle.

Héraldique

Histoire administrative

  • Département - 1801-2022 : Rhône
  • Arrondissement - 1801-2022 : Villefranche-sur-Saône
  • Canton - 1801-1969 : Bois-d'Oingt - 1969-2015 Amplepuis - 2015-2022 : Tarare
  • Commune - 1801-2022 : Saint-Just-d'Avray

Résumé chronologique :

  • 1801-1969 : Canton d'Amplepuis, Arrt. de Villefranche-sur-Saône, Dép. du Rhône

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Just

L'église
Photo J-P GALICHON
L'église
Source Archives du Rhône


Une première délibération du conseil municipal sur la nécessité de reconstruire une église paroissiale date du 15 mai 1866, suite à une délibération du conseil de fabrique. Le conseil municipal reconnaît que l'église paroissiale n'a à l’intérieur que 328 m2 pour accueillir une population supérieure à 1500 habitants et donne un avis favorable à la réalisation d'une nouvelle église. De suite, les démarches administratives sont entreprises auprès de la préfecture et du ministère des cultes. Une demande est faite auprès de l'architecte pour l'établissement de plans.
Le 12 juin 1867, ces derniers sont présentés au CM.
La nouvelle église est de style néo-roman et sera construite sur un terrain de la municipalité, à côté de l'ancienne, pour un budget de 112000 Francs hors honoraires de l'architecte. L'architecte présente le projet réalisable en deux parties : le clocher et le corps principal.
Le Conseil de fabrique propose de participer au financement de cet édifice sous réserve d'un accord avec la municipalité sur le projet.
Église édifiée à partir de 1869 suivant les plans de l'architecte André BERTHIER (architecte départemental de Saône et Loire et diocésain d'Autun).
La première partie du chantier représente 103658,555 francs et le CM, pour financer ce chantier, décide des centimes additionnels sur les différents impôts et ceci sur une durée de 10 ans à partir du 1er janvier 1868. Ces impôts supplémentaires laissent un déficit de financement (23000 fr) que le CM pense combler par la revente des anciens matériaux et une aide publique.
Les accords obtenus, les travaux débutent et le 11 août 1872 l'adjudication du clocher a lieu. Dans le projet lancé, il était prévu de réutiliser l'ancien clocher ce qui ne fut pas possible compte tenu de son état de vétusté. Le devis établi par l'architecte s'élève à 15000 francs. Le financement est difficile à trouver car la fabrique ne dispose que de 8000 Fr, la vente des matériaux est estimée à 1500 Fr et il reste donc un déficit de 5500 fr.
Bien que le budget ne soit pas bouclé, le conseil municipal demande que les travaux soient confiés au même entrepreneur.
Église sans clocher consacrée le 11 novembre 1873 par Monseigneur Claude-Marie DUBUIS, évêque de Galvestone (Texas) du 15 octobre 1862 au 16 décembre 1892.
L’inauguration de l’église achevée eut lieu le 24 décembre 1876.
Une partie des vitraux de la nef de l'église ont été réalisés par les ateliers de Lucien BÉGULE.
L'église a été restaurée en 1979[1].

Vitraux


Chapelle Saint Maurice


Chapelle datant probablement du XVe siècle. Un rapport de visite du 12 avril 1660 signale l'état de vétusté de cette chapelle. Chapelle située au hameau éponyme.
Chapelle ayant appartenue en 1684 à Gabriel de CHERMETTE, écuyer de Saint Maurice, bourgeois de Lyon, qui la restaura vers 1673; puis à Monsieur de MONTOUSE en 1749 [2] et [3].
Chapelle orientée construite en pierres équarries et couverte de tuiles rondes, la nef longue de deux travées est prolongée par un chevet en cul de four. Clocher mur sommé d'une croix métallique.


Château de Longeval


Le site de Longeval a été au Moyen Âge le siège d’une maison forte dépendant de la baronnie d’Amplepuis. Il protégeait les accès à la haute vallée d’Azergues.

Le château actuel a été construit au XVIIe siècle. Au XIXe siècle, le domaine passe aux mains de la famille TERME qui donnera au château l'aspect actuel. Jean François TERME sera maire de Lyon.
En 1964, la baronne DUPONT-BELLEPORTE vend le domaine au Département du Rhône. L’association « Claire Joie » en fit alors, jusqu’en 2011, un centre d’hébergement pour une quarantaine d’enfants difficiles.
Le domaine comprend une bâtisse de 3 293 m2 comportant 60 pièces, un jardin d'agrément de 1,15 ha et trois parcelles de terrain boisé de 6,8 ha.


Château de la Valsonnière

Carte postale du château de la Valsonnière
Le château de la Valsonnière vue depuis le Jacquet



Mairie


  • 1901-1902 : Installation d’un bureau de Poste dans les locaux de la mairie, qui devient trop petite.
  • 1905 : Délibération pour une coupe de bois communaux en vue de financer la construction d’une nouvelle mairie.
  • 1906 : Présentation des plans et devis estimatifs (environ 10 000 francs) du premier projet par Noël RICHARD, architecte.
  • 1907 : Demande de construction de la mairie dans les jardins du presbytère.
  • 1909 : Demande de coupe de bois communaux extraordinaire pour financer la construction de la nouvelle mairie.
  • 1910-1911 : Demande d’adjudication (vente aux enchères) pour la construction de la mairie d’après les plans établis par M. RICHARD.
  • 1912 : Projet d’échange entre la propriété de M. BARBERET (lieu de l’actuelle mairie) contre une partie de l’ancienne mairie. Changement d’architecte, M. Hévière, architecte de Lyon, établit les plans et entérine l’échange comme la meilleure solution.
  • 1913 : Décision de construire la mairie à la place de la maison Barberet.

Passation d’un traité de gré à gré avec M. GUILLOT, maçon de Grandris.
Décision de faire la façade en pierres de taille provenant de la carrière des Arches à St Just d’Avray.
Emprunt de 20 000 francs pour la mairie.

  • 1914 : Demande d’un emprunt de 4 000 francs.

Francs au Crédit de France.

  • 1915 : Nouvelle demande d’emprunt pour achever les travaux suite au non-versement du précédent emprunt.
  • 1919 : Demande de subvention et de d’une nouvelle coupe de bois pour finir la construction.
  • 1920 : Inscription au budget d’environ 6 000 francs supplémentaires pour finir de payer les travaux.

Source site officiel [4]

Croix chemin

Les petites chapelles

Les "petites chapelles" sont situées au lieu-dit "Le Haut plateau", bien qu'il n'y ait pas de chapelle, mais seulement 4 monuments en pierre, petits oratoires dans lesquels sont déposés des statues de la Vierge , de Sainte-Thérèse de Lisieux , du Sacré-Cœur de Jésus et de saint-Joseph.
Les chapelles de la Vierge et de Sainte-Thérèse de Lisieux ont été construites en 1933 par Marie Philomène CORGIER dit Tatan Mème.
Les Hauts plateaux étaient un lieu de pâturage. Tatan mème avait le temps de prier en surveillant son troupeau. Aussi un jour elle décida de construire un premier oratoire et d'y déposer la statue de la Vierge.
En 1939, au début de la seconde guerre mondiale elle construisit l'oratoire du Sacré-Cœur de Jésus et y priait pour le retour des soldats. Au retours des survivants, pour remercier d'être encore en vie, ils ont fait fixer une plaque avec leurs initiales. L'oratoire de saint-Joseph a été construit plus tard par une famille de Saint-Just.
Marie Philomène CORGIER est décédé en 1984 à 99 ans.

Source[5]

Repère géographique.png Repères géographiques

Vue depuis le Jacquet


  • A 20 km du Bois-d'Oingt et 33 km de Villefranche-sur-Saône, Saint-Just-d'Avray se situe sur le versant de la vallée d'Azergue, avec pour activité économique principale la polyculture.
  • Il est situé au Nord-Ouest de Lyon, au pied du col de la Croix des Fourches à 776 m d’altitude et du col de la Croix de l’Orme à 733 m.
  • De nombreux ruisseaux, affluents de l'Azergues, coulent sur le territoire de la commune : le ruisseau d'Avray, long de 6,7km [6] ; le ruisseau de Lonne, long de 4,3 km[7] ; le ruisseau de l'Antoine, long de 4,2 km[8] ; le ruisseau du Gelay, long de 3 km[9] ; le ruisseau du Ternose, long de 2,9 km [10] ; le ruisseau de Muzy, long de 2,4 km[11] et le ruisseau de la Blancherie, long de 1,7 km[12].


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 102 866 1 065 1 169 1 299 1 700 1 634 1 595 1 616 1 525
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 522 1 502 1 466 1 470 1 438 1 445 1 390 1 396 1 355 1 410
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 334 1 047 992 972 873 776 733 723 726 653
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 576 594 631 700 762 752 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2018.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Cartes postales

Vue depuis le calvaire


Photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
Claude François PROTON - Maire en 1810[13]  
- - -  
Joannès TERME 1852 (1823 - 1888) - Député - Chevalier de la Légion d'Honneur[14]  
Claudius BEDIN - Maire en 1900[15]  
Claudius MELET - Maire en 1920[16] - Décédé le 8 août 1920  
- - -  
- - -  
- - -  
Bernard CORGIER  ? - 2008 Réélu en 2001  
Odile DOUCET 2008 - 2009 -  
Sylvain KASPRYK 2009 - 2014 -  
Christine GALILEI 2014 - (2026) -  
- - -  

Cf. : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
- - -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Laurent CONDEYSSIA 20 août 1608 - Source[17]  
- - -  
André MICHON 19 décembre 1614 - Source[17]  
- - -  
BOIRONNET 1660 - Source[17]  
Thomas RETOURNIL 18 avril 1662 - Source[17]  
- - -  
- - -  
Jean SARGNON 20 Mars 1738 - Source[17]  
Benoît GONON 22 juillet 1775 - 1789 Source[17]  
- - Période révolutionnaire  
Benoît GONON Février 1803 - 1818 (? - 9/07/1818) - Auparavant missionnaire à Saint-Didier-sous-Riverie - Source [18]  
Humbert MORIN Juillet 1818 - Source [18]  
Jean Luc DUMAS Octobre 1822 - Source [18]  
Pierre MASSON Avril 1853 - Curé en 1869 - Source [18]  
Barthélémy LARFOUILLOUX Mai 1875 - Source [18]  
Benoît MAUGÉ 1886 - 1909 (1834 - 1909) - Ex curé de Le Cergne - Ex curé de Boisset-lès-Montrond [19]  
Antoine Claude Marie BATAILLON 1909 - 1922 Puis archiprêtre de Saint-Symphorien-de-Lay  
Joseph TÊTE 1923 - 1925 Ex curé de Brussieu - Puis curé de Charly  
Joseph MOULIN 1925 - 1935 Ex curé de Ternand - Puis archiprêtre de Belleville  
Jean-Baptiste CHENET 1935 - Ex curé de Neaux  
- - -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts



Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur le Monument aux Morts ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 8h30 à 12h00 de 8h30 à 12h00 de 8h30 à 12h00 de 8h30 à 12h00 de 8h30 à 12h00 - -
Après-midi - - - - - - -
69217 - Saint-Just-d'Avray-Mairie.jpg

Mairie
Adresse : 192 rue de la Mairie - 69870 SAINT-JUST-D'AVRAY

Tél : 04 74 71 53 47 - Fax : 04 74 71 53 38

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Mairie (11/2022)


Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Autrefois Saint-Just d'Avray par les Amis de St Just d'Avray.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.