69123 - Chapelle de l'Hôpital Édouard Herriot : Différence entre versions

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
({{Historique}})
({{Historique}})
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 11 : Ligne 11 :
  
 
== {{Historique}} ==
 
== {{Historique}} ==
La chapelle n'était pas prévue dans le plan de Tony GARNIER. [[Édouard HERRIOT]], n'a pas d'attrait pour un tel édifice mais il se range à l'avis des administrateurs pour permettre aux sœurs hospitalières d'avoir un lieu de culte. Elle est donc ajoutée à la demande des hospices civils et construite sur leurs fonds propres. La réalisation en est confiée à l'architecte Louis THOMAS qui intègre le cabinet de Tony Garnier en 1924. Le décor du fronton extérieur est du sculpteur Georges Salendre. <br>
+
La chapelle n'était pas prévue dans le plan de Tony GARNIER. [[Édouard HERRIOT]] n'a pas d'attrait pour un tel édifice mais il se range à l'avis des administrateurs pour permettre aux sœurs hospitalières d'avoir un lieu de culte. Elle est donc ajoutée à la demande des hospices civils et construite sur leurs fonds propres. La réalisation en est confiée à l'architecte Louis THOMAS qui intègre le cabinet de Tony Garnier en 1924. Le décor du fronton extérieur est du sculpteur Georges Salendre. <br>
La chapelle est consacrée et bénie le 18 février 1934, l'une des cloches ayant pour marraine Blanche Herriot, épouse du maire<ref>Alain Bouchet (dir.), René Mornex et Danielle Gimenez, Les Hospices civils de Lyon : Histoire de leurs hôpitaux, Lyon, Éditions lyonnaises d'Art et d'Histoire, 2003, 2e éd., 208 p. (ISBN 2-84147-131-4) </ref>. <br>
+
La chapelle est consacrée et bénie le 18 février 1934, l'une des cloches ayant pour marraine Blanche Herriot, épouse du maire <ref>Alain Bouchet (dir.), René Mornex et Danielle Gimenez, Les Hospices civils de Lyon : Histoire de leurs hôpitaux, Lyon, Éditions lyonnaises d'Art et d'Histoire, 2003, 2e éd., 208 p. (ISBN 2-84147-131-4) </ref>. <br>
 
La chapelle de l'hôpital fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 13 décembre 1967<ref>{{merimee|PA00117813|Fiche Mérimée}}</ref>.
 
La chapelle de l'hôpital fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 13 décembre 1967<ref>{{merimee|PA00117813|Fiche Mérimée}}</ref>.
  

Version actuelle datée du 30 décembre 2019 à 10:28

Retour édifices religieux de Lyon

Chapelle localisée : place d'Arsonval, 69003 Lyon

Chapelle de l'Hôpital Édouard Herriot
Photo J-P GALICHON

Histoire.pngHistorique

La chapelle n'était pas prévue dans le plan de Tony GARNIER. Édouard HERRIOT n'a pas d'attrait pour un tel édifice mais il se range à l'avis des administrateurs pour permettre aux sœurs hospitalières d'avoir un lieu de culte. Elle est donc ajoutée à la demande des hospices civils et construite sur leurs fonds propres. La réalisation en est confiée à l'architecte Louis THOMAS qui intègre le cabinet de Tony Garnier en 1924. Le décor du fronton extérieur est du sculpteur Georges Salendre.
La chapelle est consacrée et bénie le 18 février 1934, l'une des cloches ayant pour marraine Blanche Herriot, épouse du maire [1].
La chapelle de l'hôpital fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 13 décembre 1967[2].

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Histoire des églises de Lyon, Louis JACQUEMIN 1983

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Alain Bouchet (dir.), René Mornex et Danielle Gimenez, Les Hospices civils de Lyon : Histoire de leurs hôpitaux, Lyon, Éditions lyonnaises d'Art et d'Histoire, 2003, 2e éd., 208 p. (ISBN 2-84147-131-4)
  2. Fiche Mérimée