69123 - Chapelle Sainte-Croix : Différence entre versions

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(Quelques dates)
Ligne 16 : Ligne 16 :
 
En [[1814]] l'idée de reconstruire un monument est relancé. Un terrain sera acquis auprès des "Hospices Civils de Lyon" pour 4000 francs or et une souscription nationale est lancée pour la réalisation d'une église. L'église sera réalisée par l'architecte COCHET en [[1819]] et inaugurée le 28 mai. Les ossements furent rassemblé en [[1823]] dans l'édifice.<br>
 
En [[1814]] l'idée de reconstruire un monument est relancé. Un terrain sera acquis auprès des "Hospices Civils de Lyon" pour 4000 francs or et une souscription nationale est lancée pour la réalisation d'une église. L'église sera réalisée par l'architecte COCHET en [[1819]] et inaugurée le 28 mai. Les ossements furent rassemblé en [[1823]] dans l'édifice.<br>
 
En [[1886]] , la ville exproprie le sol et le bâtiment pour le prolongement de la rue de Créqui. L'émoi est dans la population lyonnaise fut énorme et la ville pris en charge la réalisation de la chapelle actuelle et une partie seulement du terrain sera exproprié.<br>
 
En [[1886]] , la ville exproprie le sol et le bâtiment pour le prolongement de la rue de Créqui. L'émoi est dans la population lyonnaise fut énorme et la ville pris en charge la réalisation de la chapelle actuelle et une partie seulement du terrain sera exproprié.<br>
La première pierre fut posée en [[1898]] et l’achèvement en [[1901]] .<br>
+
La première pierre fut posée en [[1898]] et l’achèvement en [[1901]]. Elle fût bénite en [[1906]] sous le vocable de Sainte-Croix. .<br>
Édifice de style Byzantin oeuvre de l'architecte PASCALON.<br>
+
Édifice de style Byzantin œuvre de l'architecte Paul PASCALON.<br>
Dans la nef les noms des "Victimes Lyonnaises immolées en 1793 - 1794" sont gravés sur des plaques de marbres. La liste reprend la profession et l'ages des victimes. Parmi celles ci il y a 10 prêtres ou religieux qui furent égorgés , fusillés ou guillotinés pour leur foi.<br>   
+
Dans la nef les noms des "Victimes Lyonnaises immolées en 1793 - 1794" sont gravés sur des plaques de marbres. La liste reprend la profession et l’age des victimes. Parmi celles ci il y a 10 prêtres ou religieux qui furent égorgés , fusillés ou guillotinés pour leur foi.<br>   
Les ossements se trouve depuis [[1906]] dans la crypte.<br>
+
Dans la crypte depuis [[1906]] reposent avec les cendres du général Comte de PERCY , les restes des 209 victimes lyonnais fusillés le 13 Frimaire an II (3 décembre 1793) dans la plaine des Brotteaux à la suite de la sédition contre le gouvernement de la république.<br>
 
Chapelle bénie le 2 août 1906 sous le vocable de Sainte-Croix comme les monuments précédents.<br>
 
Chapelle bénie le 2 août 1906 sous le vocable de Sainte-Croix comme les monuments précédents.<br>
 
Cette chapelle est la propriété d'une association loi 1901.<br>
 
Cette chapelle est la propriété d'une association loi 1901.<br>

Version du 10 septembre 2012 à 11:37


Retour

Église localisée 145 rue de Créqui, 69006 Lyon

Photo Jean-Pierre GALICHON

Quelques dates

  • Parfois appelée : Chapelle Expiatoire - des Capucins - des Martyrs - "La Croix Glorieuse" .

Cette chapelle est élevée à la mémoire de la rébellion lyonnaise de 1793 contre le pouvoir central. Le siège de Lyon par les armées de la Convention et la répression qui suivit firent plus de 2000 morts.
Antérieurement à la réalisation de cette chapelle deux monuments furent édifiés. L'un en forme de cénotaphe en Mai 1795, sera incendié en janvier 1796 par les Jacobins.
En 1814 l'idée de reconstruire un monument est relancé. Un terrain sera acquis auprès des "Hospices Civils de Lyon" pour 4000 francs or et une souscription nationale est lancée pour la réalisation d'une église. L'église sera réalisée par l'architecte COCHET en 1819 et inaugurée le 28 mai. Les ossements furent rassemblé en 1823 dans l'édifice.
En 1886 , la ville exproprie le sol et le bâtiment pour le prolongement de la rue de Créqui. L'émoi est dans la population lyonnaise fut énorme et la ville pris en charge la réalisation de la chapelle actuelle et une partie seulement du terrain sera exproprié.
La première pierre fut posée en 1898 et l’achèvement en 1901. Elle fût bénite en 1906 sous le vocable de Sainte-Croix. .
Édifice de style Byzantin œuvre de l'architecte Paul PASCALON.
Dans la nef les noms des "Victimes Lyonnaises immolées en 1793 - 1794" sont gravés sur des plaques de marbres. La liste reprend la profession et l’age des victimes. Parmi celles ci il y a 10 prêtres ou religieux qui furent égorgés , fusillés ou guillotinés pour leur foi.
Dans la crypte depuis 1906 reposent avec les cendres du général Comte de PERCY , les restes des 209 victimes lyonnais fusillés le 13 Frimaire an II (3 décembre 1793) dans la plaine des Brotteaux à la suite de la sédition contre le gouvernement de la république.
Chapelle bénie le 2 août 1906 sous le vocable de Sainte-Croix comme les monuments précédents.
Cette chapelle est la propriété d'une association loi 1901.
Les pères Capucins eurent la garde de l'édifice jusqu'en 1979 avec une interruption suite à la loi de 1903 prévoyant l'expulsion des religieux.
Des services religieux ont lieu les 29 mai et 12 octobre : dates anniversaires du soulèvement lyonnais et de sa répression.

Photos