68300 - Sausheim

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Sausheim
Sausheim.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole
Canton Rixheim.png   68-13   Rixheim

Blason Illzach-68154.png   68-31   Illzach (Ancien canton)

Code INSEE 68300
Code postal 68390
Population 5 489 habitants (2018)
Nom des habitants Sausheimois, Sausheimoises
Superficie 1691 hectares
Densité 324.6 hab./km²
Altitude 230 m
Point culminant 236 m
Coordonnées
géographiques
47.7875° / 7.3738888° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68300 - Sausheim carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • La présence humaine sur ce territoire remonte à vraiment très longtemps puisqu'elle est évaluée à - 7 000 avant J.C. De récentes fouilles à titre préventif ont en effet mis au jour des traces du Mésolithique[1], traces pourtant rares dans la région, mais également repérées à Ensisheim. Ici ce sont « une dizaine de silex et des ossements d'animaux »[2] qui attestent de cette période.
Par la suite le secteur est encore occupé autant à l'âge du bronze qu'à l'âge du fer. Enfin, la découverte d'une nécropole de petite taille témoigne d'un habitat « à la fin du VIe siècle »[3].
  • La première citation du village date de l'an 829, sous la forme "Sowinasheim". Elle apparaît dans un texte ratifiant un échange de terres entre l'abbaye de Murbach et le comte Gerold. Il y est aussi mentionné l'existence d'une chapelle.
  • Sausheim fait ensuite partie d'un sous-bailliage de la seigneurie de Landser, appelé "Unteramt"[4];
  • Dès le XIe siècle se construit une église romane. Mais elle est une simple filiale de la paroisse Saint-Jean d'Illzach.
En 1437, la paroisse d'Illzach et donc la filiale de Sausheim sont vendues à la ville de Mulhouse. Mais en 1467 et 1468 a lieu la "Guerre des Six Deniers"[5], au cours de laquelle le village est pillé et incendié.
  • En 1528, Sausheim devient une paroisse autonome. Et suivant un accord signé en avril de la même année à la Régence d'Ensisheim, Mulhouse cède ses droits sur l'église à la Maison des Habsbourg. Sausheim appartiendra à cette famille jusqu'au traité de Westphalie.
  • Le village est plus ou moins épargné par la Guerre de Trente ans. Lorsqu'elle se termine, en 1648, la cité passe aux mains « de la famille de Sénozan »[6].
  • Le XIXe siècle est une période de développement. Des industries papetières et textiles s'installent, notamment l'usine Dolfus et Noack en 1843. À la même date est construite la mairie-école, prévue pour 180 élèves. En 1884, un bureau de poste prend place dans l'auberge qui deviendra "Restaurant de la poste".
Au début du siècle suivant, s'installent une entreprise de battage de céréales (qui fonctionnera jusqu'en 1950), ainsi qu'un pont à bascule pour les charrettes.
Croix de guerre, apposée sur la mairie


  • La seconde Guerre mondiale est désastreuse pour le village qui se trouve détruit aux trois-quarts. La Libération a lieu le 6 février 1945. La commune est citée à l'ordre du régiment en 1948, et se voit attribuer la Croix de guerre 39-45 avec étoile de Bronze.


  • Une évolution importante a lieu en 1962 avec l'implantation dans le voisinage des usines Peugeot. L'offre d'emplois attire à Sausheim de nouveaux habitants, faisant augmenter considérablement la démographie.


Héraldique

Panneau en grès, apposé sur la mairie
Pavage sur un trottoir
  • Blasonnement :
D'argent au gril de sable, la queue en pal vers le chef, soutenant un croissant montant de gueules.
  • Signification :
Les armoiries de Sausheim existent déjà « dès la fin de XVIIe siècle »[7].
Le croissant de lune était déjà l'emblème du village. En effet, selon une légende, il évoquerait la victoire contre les Turcs, en 1148, d'un chevalier sausheimois parti en Terre Sainte lors de la deuxième croisade.
Le gril, quant à lui, est un des attributs de saint Laurent, qui est le patron de la paroisse.

Toponymie

An 829 : Sowinasheim

Histoire administrative

  • Département - 1801-1870 : Haut-Rhin - 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne) - 1919-2022 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1870 : Altkirch - 1871-1919 : Kreis Mulhouse - 1919-2022 : Mulhouse
  • Canton - 1801-2015 : Illzach - 2015-2022 : Rixheim

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Laurent

  • Suite à la chapelle primitive du IXe siècle, quatre édifices se sont succédé au même endroit, pas toujours orientés de la même façon.
  • Tout d'abord une église romane, déjà dédiée à saint Laurent, construite aux XIe et XIIe siècle. Elle n'est d'abord qu'une filiale d'Illzach : quand l'évêque de Bâle lui accorde en 1520 la possibilité d'utiliser des fonts baptismaux et de l'huile sainte, il précise que c'est uniquement lors des inondations qui coupent la route vers Illzach. Cette église devient paroisse autonome en 1528 et reste catholique.

Deuxième église

Arcades Photo B.ohland
  • Au tout début du XVIIIe siècle est construite une nouvelle église. D'une trentaine de mètres de long sur 13 de large, elle est orientée nord-sud avec son clocher à l'angle sud-sud-est.
Elle abrite 24 bancs de 7 places et est consacrée en 1705 par Jean-Christophe HAUS, coadjuteur du prince évêque.
Un siècle plus tard, des réparations sont déjà nécessaires, et elle s'avère trop petite car il faudrait désormais de la place pour 800 fidèles. En 1845, le cimetière est transféré pour faire de la place.
  • Les familles sont prêtes à participer financièrement et l'architecte RISLER conçoit en 1865 un agrandissement préservant le clocher et le porche. Les travaux sont adjugés à deux entreprises mulhousiennes.
Mais les travaux à peine commencés, une grande fissure est constatée au niveau du clocher, et il est décidé de tout démolir.
Voici quelques vestiges conservés et mis en scène à côté de l'église actuelle.


Troisième église

  • Le même architecte revoit donc sa copie. Ce nouvel édifice sera de style néo-roman et orienté est-ouest. La première pierre est posée en juillet 1866 et l'église bénie en 1867 par M. SIMONIS, curé de Rixheim, même si le clocher n'est pas terminé faute d'argent.
  • On installe dans l'église un autel sculpté et un orgue d'occasion, réalisé en 1835 par Georges WEGMANN pour l'église réformée Saint-Jean de Mulhouse. En 1883, il est possible de terminer le clocher et quatre cloches sont bénies.
  • Lors de la Grande Guerre, les tuyaux d'orgue sont réquisitionnés, ainsi que les cloches. Trois nouvelles cloches seront commandées en 1921 et leur sonnerie sera électrifiée en 1928.
  • Arrive la Seconde Guerre mondiale : en 1945, dix jours avant la Libération, un bombardement provoque un incendie ; il ne reste que les murs de l'édifice. les offices seront désormais célébrés au Cercle des œuvres en récupérant l'autel qui a été épargné par les flammes.

Édifice actuel

Chevet Photo B.ohland
Façade nord Photo B.ohland
  • Pour ce nouvel édifice, les architectes R. ROTTER et D. GIRARDOT choisissent de conserver le clocher et le chœur qui ont survécu à l'incendie. Et ils optent pour un style contemporain avec voûte en béton armé et façades ajourées de multiples petites ouvertures. Les travaux sont confiés à l'entreprise Ch. GYSPERGER.
La pierre angulaire est bénie en 1953 et l'église consacrée en 1955 par Jean Julien WEBER, évêque de Strasbourg. Les verrières sont l'œuvre conjointe de D. GIRARDET, NIGGLI de Lausanne et HAAS de Sierentz.
À l'intérieur, un nouvel autel est sculpté par V. JAEG de Strasbourg. Un orgue est installé en tribune, réalisé en 1957 par G. SCHWENKEDEL et fils. Le calvaire et les statues en bois de la deuxième église sont récupérés, restaurés et mis en valeur.
  • Entre 1883 et 1885 a lieu une rénovation. Une séparation délimite la nef du chœur et ce dernier devient chapelle. Des oriels sont aménagés dans les murs latéraux. Un nouveau mobilier est installé : autel, ambon, tabernacle et Christ en bois doré, réalisés par Dominique KAEPPELIN.
L'église rénovée est inaugurée en 1986 et consacrée par Mgr. HÉGELÉ. L'année suivante une toiture traditionnelle vient recouvrir la voûte en béton.
  • En 1998 a lieu une nouvelle transformation du chœur ainsi que l'aménagement des abords.
En 2000, une association est créée afin d'acquérir un nouvel orgue. Le buffet en chêne massif à claires-voies, de huit mètres de haut, est installé entre la nef et le chœur. L'insrument, réalisé par la maison MUHLEISEN, est harmonisé par André SCHAERER et Jean-Christophe DEBELY.



Moulin à turbine

Bâti rénové de la turbine Photo B.ohland
Meule portant le millésime 1811 Photo B.ohland
  • Une rivière du nom de Muhlbach est mentionnée au début du XIIe siècle alors qu'elle alimente le premier moulin d'Ensisheim. Par la suite elle prend le nom de Quatelbach et voit s'installer plusieurs moulins : à Baldersheiom, Battenheim, Modenheim et Sausheim au début du XVe siècle.
Le nom du meunier y travaillant en 1595 est connu (voir tableau plus bas). En 1773, le propriétaire en est le Comte de Rosen, seigneur de Bollwiller.
  • À la fin du XVIIIe siècle, le moulin est équipé de six tournants : meules pour céréales, meule à huile, ribe à chanvre, scierie, effilochage et lessivage de déchets de coton, ce qui en fait un des plus gros moulins du secteur.
En 1811, le moulin et les terrains sont achetés par Dolfuss Dettwiller & Cie pour y construire une usine de textiles à usage technique (qui deviendra par la suite Dolfuss et Noack). Le millésime gravé sur une meule atteste de cette date.
  • En 1880 est installée une turbine Kaplan de la SACM[8]. Avec une chute d'eau de 1,80 m et un débit de 3,5 m3 par seconde, la force hydraulique est transformée en énergie mécanique alimentant toutes les machines de l'usine. Quelques années plus tard les anciens bâtiments du moulin, devenus inutiles, sont démolis.
La turbine continue à alimenter l'usine jusqu'à la destruction de celle-ci pendant la guerre, en 1944. Le bâti industriel est racheté par la commune, mais l'activité délocalisée.
  • En 2001, la municipalité sausheimoise décide de rénover la turbine et son bâtiment.


Stèle géodésique

Stèle à droite de la D 201, entre Sausheim et Ensisheim
Inscription
  • Cette stèle géodésique ou mire topographique, appelée aussi "Pyramide de Sausheim", est la deuxième dans la région. Elle est en effet "couplée" à celle d'Oberhergheim.
Toutes les deux sont constituées de blocs en grès rose, six blocs pour Oberhergheim, soit 5 m de haut, et huit pour ici, portant la hauteur à 7 m.
  • Réalisées en 1804 par l'astronome M. Henry et son équipe (en 38 jours de travail), elles portent l'inscription suivante :
« Terme septentrional d'une base de 19.045 m mesurée sous le règne de Napoléon I empereur des Français, Alex Berthier ministre de la guerre, pour servir à la carte de l'Helvétie et à la détermination de la grandeur et de la figure de la Terre.
Août MDCCCIV ».
Il s'agissait en effet d'établir une carte de la Suisse et de déterminer la perpendiculaire de l'observatoire pour obtenir la grandeur de la Terre. Et la plaine d'Alsace, entièrement plane à cet endroit, se prêtait mieux aux mesures que le relief accidenté de la Suisse, offrant une parfaite visibilité entre différents points de repère, ou points géodésiques.
Il avait déjà existé à Oberhergheim une borne stationnable pour un appareil classique, mais les instruments de l'époque ne mesuraient que les angles et cela ne suffisait pas. Il fallait une base pour effectuer une "triangulation"[9], autrement dit une distance au sol.
La distance entre les deux stèles, de 19,045 km, est appelée "base d'Ensisheim" et représente la plus longue base de ce type à l'époque. Cette distance est jalonnée de façon rectiligne avec des lattes en invar[10].
  • La base entres les deux stèles est réutilisée par les Allemands en 1870 pour réaliser le cadastre de leur pays.
La stèle de Sausheim est classée depuis 1979 aux Monuments historiques [11].
Elle a été restaurée en 1985 grâce à un partenariat entre divers acteurs, dont l'association d'Alsace pour la conservation des monuments Napoléon.


Ouvrage d'art : Croix de la Hardt

Dans la partie médiane du ban communal a été réalisé entre 1975 et 1981 un échangeur autoroutier à trois niveaux, permettant le croisement des autoroutes A 35 et A 36. Il a pris le nom de la forêt de la Hardt qui le jouxte côté Est.

Conçu par l'ingénieur Jean-Paul TEYSSANDIER et l'architecte Jean-Paul MASQUIDA, cet ouvrage est un exemplaire unique par son envergure.

En 2015, il a reçu le label "Architecture contemporaine remarquable"[12].

Carrefours giratoires artistiques

L'Histoire d'Alsace racontée aux petits enfants par l'oncle Hansi
Mémoires bucoliques

Deux carrefours giratoires de la commune ont fait l'objet d'une décoration artistique en 1999.

Ils sont l'œuvre de l'artiste plasticien Claude GEBHARDT qui est connu pour s'adonner à différentes techniques, avec toujours un fil conducteur : l'irruption de l'imaginaire dans le quotidien.

Les bronzes ont été réalisés par la maison STRASSACKER à Heimsbrunn.

Repère géographique.png Repères géographiques

Sausheim se situe plus ou moins dans la partie médiane du département, dans la zone nord-est de la périphérie urbaine de Mulhouse.

La partie orientale de son ban communal, où se sont implantées les usines Peugeot et Gefco, s'ouvre sur la forêt de la Hardt.

Le territoire est irrigué par l'Ill (affluent du Rhin) et le Quatelbach. Il est également traversé par le canal déclassé du Rhône au Rhin.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 630 637 712 883 962 1 198 1 190 1 350 1 318 1 301
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 372 1 318 1 314 1 241 1 333 1 288 1 309 1 288 1 270 1 287
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 398 1 385 1 457 1 771 1 841 1 539 1 929 2 447 3 156 4 940
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 4 737 4 748 5 470 5 299 5 463 5 512 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2018.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Sébastien KITTLER vers 1705 Prévôt - Présent lors de la consécration de la deuxième église  
- -  
Joseph MÜLLER 1788 - 1790 Né en 1760 - Cultivateur - Premier maire élu (selon l'arbre généalogique de (danyburn) sur Geneanet  
François Sébastien ZISLIN 1790 - 1791 Né en 1724 - Cultivateur - Décédé en 1801  
- -  
Joseph MÜLLER 1796 - 1797 Le même  
Jean SCHWERTZ 1797 - 1797  
Joseph MÜLLER 1797 - 1799 Le même - décédé en 1827  
Joseph SCHWERTZ 1799 - 1900  
- -  
François Antoine ZISLIN 1816 - 1823 Fils de François Sébastien ci-dessus - Né en 1766 - Cultivateur - décédé en 1827  
François Joseph LACK 1823 - 1830 Né en 1764 - Chef de bataillon au 44e de ligne - Officier de la Légion d'honneur - Chevalier de l'Ordre de Saint-Louis - Décédé en 1851  
- -  
Laurent LIBS 1876 - 1906 Membre du Conseil d'arrondissement - Vice-président du Comice agricole  
Alphonse WEBER 1906 - 1910  
Xavier LIBS 1910 - 1921  
François RIEDWEG 1921 - 1941 Chef de bureau à l'usine Dolfuss Noack - Médaille de vermeil du Travail  
- -  
- -  
Xavier ZEISER 1945 - 1948  
Gérard WINDHOLTZ -  
Eugène BADER 1959 - 1983 Né en 1921  
Jean-Jacques WEBER 1989 - 2001 Journaliste - Ancien conseiller général du canton d'Habsheim (1988-1998) - Conseiller général du canton d'Illzach (1982-2000) et président du Conseil général - Député (1988-2000)[13]  
Daniel BUX 2001 - 2020  
Guy OMEYER 2020 - (2026)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Udalric FEY 1659 - 1666 Ouvre les premiers registres paroissiaux (Source : panneaux sur l'historique de l'église)  
- -  
Caspar BELTZ 1694 - 1720 Même source  
- -  
François Antoine KITTLER 1788 - 1810 Né ici en 1731 - Décédé en 1810  
Thiébaut MONTAVON 1810 - 1815 Auparavant curé à Kingersheim - Décède en 1815  
Georges MINÉRY 1815 - 1834 Auparavant curé à Kingersheim - Décède en 1834  
Jean-Baptiste KUEHN 1834 - 1840 Sera ensuite curé à Lautenbach  
Joseph BLENIAT 1840 - 1849 Auparavant curé à Lautenbach - Ira ensuite à Knœringue  
Guillaume HUGG 1849 - 1850 Né en 1783 - Ordonné en 1832 - D'abord curé à Rossfeld - Ira ensuite à Rountzenheim  
Mathieu GROSS 1850 - 1855 Auparavant curé à Bréchaumont - Ira ensuite à Duttlenheim  
Jacques FEUERMANN 1855 - 1860 Né en 1811 - D'abord curé à Belfort - Ira ensuite à Schlierbach  
Antoine PLATZ 1860 - 1890 Né en 1812 - D'abord curé à Wildenstein - Est présent ici pour la bénédiction de la troisième église - Décédé en 1896  
Eugène LUTZ 1890 - 1899 Auparavant curé à Rammersmatt - Ira ensuite à Heimersdorf  
Albert WINCKLER 1899 - 1907 Auparavant curé à Lauw - Ira ensuite à Vieux-Thann  
Pierre KUENEMANN 1907 - 1926 Commande trois nouvelles cloches en 1921 - Décède en 1926  
Émile RAPP 1926 - Auparavant curé à Linthal  
- -  
Pierre COLLIN 1942 - 1963 est présent lors de la reconstruction de l'église entre 1951 et 1955  
- -  
Laurent LISCHER 1981 - 2006 Prend sa retraite en 2006  
- -  

Liste des titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Albert WEBER 14 mai 1846 Capitaine adjudant major au 49e RIT

Chevalier en 1889 Son dossier  

Émile Benjamin STADLER 7 mars 1863 6 mars 1947 Inspecteur principal de 3e classe à Batignolles

Chevalier en 1914 Son dossier  

François Joseph LACK 29 septembre 1764 8 janvier 1851 Chef de bataillon d'Infanterie de ligne

Officier en 1812 Son dossier - Maire ici de 1823 à 1830  

Vital RISPY 28 avril 1822 7 septembre 1894 Sous-officier de gendarmerie de Gironde

Chevalier en 1868 Son dossier  

François BAUMLIN 16 octobre 1853 Négociant en soieries à Paris

Chevalier en 1904 Son dossier  

Les meuniers

Prénom(s) NOM Période Observations
Pierre BROMBACH 1595 - 1627 ou plus  
-  
Pierre KRUST - Décède en 1703 - Le moulin passe à son fils, assisté d'un tuteur  
- -  
Joseph WEISS 1758 -  
- -  
Jean Ulrich BRUSTLEIN 1796 - 1836 Né en 1769 - Décédé en 1842 - C'est sa fille Élisabeth qui devient propriétaire du moulin et va épouser successivement trois meuniers  
Élisabeth et LINDER 1836 -  
Élisabeth et BRENNER -  
Élisabeth et EMMELHAINZ - 1863  
Morand BIEHL 1863 - À cette date le couple Emmelhainz-Brustlein vend le moulin à Fritz KOECHLIN, qui en confie l'exploitation à Morand BIEHL  
Martin LINGELSER - 1879 Né en 1825 - Dernier meunier de Sausheim - Décédé en 1883  

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

  • Roger HASSENFORDER, coureur cycliste né le 23 juillet 1930

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts
Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des victimes inscrites sur le monument

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières

Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h - -
Après-midi 13 h 30 - 17 h 30 13 h 30 - 17 h 30 13 h 30 - 17 h 30 13 h 30 - 17 h 30 13 h 30 - 16 h 30 - -
68300 - Sausheim Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 38 Grand Rue - 68390 SAUSHEIM

Tél : 03 89 45 90 90 - Fax : 03 89 56 34 74

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : site officiel (mars 2022)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Référence.png Notes et références

  1. Période de la Préhistoire précédant le Néolithique. Elle est caractérisée par la fin de l'ère glaciaire et le développement des forêts. Les hommes sont encore des chasseurs et cueilleurs mais vont peu à peu commencer à se sédentariser.
  2. Découverte archéologique à Sausheim, journal L'Alsace du 21 août 2020
  3. Histoire de Sausheim, site officiel de la commune
  4. L'autre sous-bailliage s'appelant "Oberamt"
  5. Guerre qui a duré de 1466 à 1468 et a opposé la république de Mulhouse au Saint-Empire romain germanique
  6. Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  7. AD du Haut-Rhin, armoiries des communes
  8. Société Alsacienne de Constructions Mécaniques, à Mulhouse
  9. Technique permettant de déterminer la position d'un point à partir de la mesure de différents angles
  10. Alliage de fer et de nickel qui ne se dilate quasiment pas
  11. Base Mérimée pyramide de Sausheim
  12. Base architecture, viaduc autoroutier Croix de la Hardt
  13. Assemblée nationale
Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.