68242 - Oberhergheim

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Oberhergheim
Blason Oberhergheim-68242.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole -
Canton Blason Ensisheim-68082.png   68-06   Ensisheim

Blason Ensisheim-68082.png   68-06   Ensisheim (Ancien canton)

Code INSEE 68242
Code postal 68127
Population 1 206 habitants (2016)
Nom des habitants Oberhergheimois, Oberhergheimoises
Superficie 1 986 hectares
Densité 60.73 hab./km²
Altitude Mini : 197 m
Point culminant 207 m
Coordonnées
géographiques
47.966388° / 7.395277° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68242 - Oberhergheim carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • Le secteur est déjà occupé aux « époques gauloise et romaine »[1] comme en témoignent certains éléments mis au jour à notre époque.
  • La première mention écrite du hameau figure dans des textes « dès le VIIIe siècle »[2] sous la forme « Heruncheim ».
Au XIIIe siècle, alors qu'il figure dans les possessions de l'abbaye de Murbach, le village est divisé en deux parties : Oberhergheim et Niederhergheim, soit "Hergheim du haut" et "Hergheim du bas" (ce qui ne correspond pas à une différence d'altitude, puisque nous sommes en plaine, mais au sens d'écoulement du Rhin[3]).
  • Oberhergheim entre ensuite dans les possessions des Habsbourg et est tenu en fief par les sires de Hattstatt. Lorsque cette famille s'éteint, en 1585, ce sont les Schauenbourg qui en deviennent propriétaires et édifient un château. En 1622, les troupes de Frédéric V, électeur palatin du Rhin, envahissent le secteur : le 22 janvier, « 19 greniers ont brûlé »[4], et une bonne moitié du village est anéantie une semaine plus tard quand les troupes battent en retraite.
  • Le domaine passe en 1713 aux mains du prêteur royal François Joseph de Klinglin qui remanie le château à sa façon, avec un bassin relié au canal Vauban, une chapelle, un colombier. Ce château est vendu pendant les années révolutionnaires, puis à diverses reprises jusqu'en 1838 où il devient propriété de « la maison de commerce Werthemann »[5] de Mulhouse, qui le démantèle l'année suivante et le vend par lots aux villageois. À son emplacement s'élèvera par la suite la mairie-école-presbytère.
  • L'activité des villageois est essentiellement tournée vers l'agriculture et l'élevage, mais une forge s'installe en 1748, dont il subsiste quelques éléments. Le XIXe siècle est marqué par des crues dévastatrices de l'Ill et par des épidémies meurtrières dont le choléra qui, en 1855, « fait 58 victimes »[6].
  • Durant la Première guerre mondiale, des prisonniers russes sont envoyés dans les fermes pour aider aux travaux agricoles pendant que les hommes sont partis au front. Par ailleurs, certains civils sont réquisitionnés pour « creuser des tranchées pendant quinze jours »[6].
  • Lors de la Seconde guerre mondiale, les Allemands prennent possession du village et y installent un atelier mécanique destiné à l'équipement des avions. Oberhergheim ne retrouvera sa liberté que le 5 février 1945.

Héraldique

« D'argent à la fasce de gueules accompagnée de trois besants du même ».

Ces armoiries apparaissent « dès la fin du XVIIe siècle »[7].

Voir aussi L'histoire du blason sur le site de la mairie

Toponymie

Après la première mention de Heruncheim, apparait la forme "Ober Heringheim" en 1289.

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin - 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne) - 1919-2021 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1871 : Colmar - 1871-1919 : Kreis Guebwiller - 1919-2015 : Guebwiller - 2015-2021 : Thann-Guebwiller
  • Canton - 1801-2021 : Ensisheim

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Léger

Vue latérale Photo B.ohland
  • L'église primitive, citée en 1262, appartenait à l'abbaye de Murbach. Elle était entretenue à la fois par les abbés et par les villageois. En 1739, elle est à nouveau consacrée, puis réparée en 1789. Mais quelques années plus tard le clocher menace de s'écrouler, et en 1842 la décision est prise de démolir l'édifice. Une nouvelle église, à trois vaisseaux, s'élève alors à partir de 1843, dans un style néo-classique selon le projet de l'architecte local LAUBSER.
Vue latérale {{Façade
  • Entre nef et collatéraux, au niveau de la séparation entre les deux niveaux d'élévation, court une frise avec des inscriptions latines : ... DEUS TUORUM MILITUM SORS ET CORONA PRAEMIUM LAUDES CANENTES... La nef est prolongée par une abside dont la voûte en cul-de-four est ornée de caissons.
  • Le maître-autel est l'œuvre de l'artiste local Joseph SAUR, qui a aussi réalisé de nombreux éléments pour l'église Don Bosco de Mulhouse, mais s'est également essayé à d'autres techniques comme l'aquarelle.
La chaire à prêcher est dûe à un autre menuisier, Joseph FREISS. Réalisée en 1866, elle est adossée à une colonne et présente ange et putti sur l'abat-voix.
Le calvaire d'allure baroque est lui aussi adossé à une colonne et présente deux sellettes pour mettre en valeur la Vierge et saint Jean. Il est datable de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et début XIXe, sans que l'on connaisse son auteur.
Les fonts baptismaux sont l'œuvre du sculpteur BARTA, au dernier quart du XIXe siècle. En grès gris, la cuve est divisée en quatre parties et recouverte d'un couvercle en bois.
L'orgue, classé au titre d'objet historique[8], date de 1853. Réalisé par le facteur Claude Ignace CALLINET (et son plus grand instrument en Alsace), il est un des représentants les plus importants d'une esthétique nommée "l'orgue de transition". Avec batterie d'anches françaises et très riche palette de fonds, il comporte trois claviers de 54 notes et une pédale de 25 notes. Suite à la Grande guerre, où ses tuyaux ont été réquisitionnés, il a été remanié par Georges Schwenkedel qui a reculé le buffet et entrepris une nouvelle façade.


Pigeonnier

Pigeonnier remonté à l'Écomusée Photo B.ohland

Ce pigeonnier date du XVIIIe siècle. Il se trouvait dans une ferme du village appartenant à la famille Schmoll. Mais en 1980 ceux-ci projettent de transformer leurs bâtiments et décident de démolir le pigeonnier qui les gêne dans leurs travaux.
L'association "Maisons paysannes d'Alsace", alertée, vient alors démonter le pigeonnier pièce par pièce et le remonte dans la foulée sur le site qui va devenir "l'Écomusée d'Alsace" à Ungersheim. Il se trouve d'abord isolé sur un grand espace nu ; mais très vite des bâtiments sont construits autour, ainsi qu'un mur avec porches, afin de le resituer dans son contexte.
En effet, ainsi que deux autres pigeonniers dans la commune oberhergheimoise, ce pigeonnier est typique des grandes fermes à cour carrée que l'on trouve dans la plaine : on parle de "pigeonnier-tour" car il est construit sur poteaux et adossé à la grange, la partie abritée permettant d'autres activités comme par exemple le battage des céréales par un manège à chevaux.

(Voir aussi : Autopsie du pigeonnier d'Oberhergheim)

Stèle géodésique

Vue globale le matin Photo B.ohland
  • Cette stèle constituée de six blocs de grès rose et atteignant 5 m de haut est située près d'un verger à la sortie du village côté Est. Réalisée en 1804 par l'astronome M. Henry et son équipe (en 38 jours de travail), elle porte l'inscription suivante :
« Terme septentrional d'une base de 19.045 m mesurée sous le règne de Napoléon I empereur des Français pour servir à la carte de l'Helvétie et à la détermination de la grandeur et de la figure de la Terre.
En aoust MDCCCIV ».
  • Il s'agissait en effet d'établir une carte de la Suisse et de déterminer la perpendiculaire de l'observatoire pour obtenir la grandeur de la Terre. Et la plaine d'Alsace, entièrement plane à cet endroit, se prêtait mieux aux mesures que le relief accidenté de la Suisse, offrant une parfaite visibilité entre différents points de repère, ou points géodésiques.
Il avait déjà existé à cet endroit une borne stationnable pour un appareil classique, mais les instruments de l'époque ne mesuraient que les angles et cela ne suffisait pas. Il fallait une base pour effectuer une "triangulation"[9], autrement dit une distance au sol.
Cette stèle, aussi appelée mire topographique, est alors "couplée" à celle de Sausheim, et la distance qui les sépare, de 19,045 km, est appelée "base d'Ensisheim" et représente la plus longue base de ce type à l'époque. La distance est jalonnée de façon rectiligne avec des lattes en invar[10].
  • La base entres les deux stèles est réutilisée par les Allemands en 1870 pour réaliser le cadastre de leur pays.
La stèle est classée aux Monuments historiques en 1979[11].


Mairie

Le bâtiment de la mairie correspond à l'ancienne propriété des Klinglin (à l'endroit où se trouvait autrefois le château) et date de la seconde moitié du XVIIIe siècle.
Elle a été agrandie en 1833 et, jusqu'en 1980, une partie de l'édifice abritait le presbytère, une autre partie l'école.

Repère géographique.png Repères géographiques

La commune d'Oberhergheim se trouve dans la plaine, légèrement à l'ouest de la terrasse alluviale qui longe le Rhin, et son territoire est traversé par l'Ill, affluent du Rhin.
Le village se situe à 16 kilomètres au sud de Colmar et 16 kilomètres également au nord d'Ensisheim. Il est desservi par l'autoroute A35.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 007 1 001 1 100 1 337 1 559 1 656 1 660 1 588 1 501 1 560
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 661 1 610 1 559 1 386 1 431 1 286 1 191 1 072 1 077 1 054
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 042 971 1 002 1 041 973 869 809 874 894 903
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 957 1 071 1 102 1 161 1 195 1 206 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos


Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Jean-Jacques LACH 1800 - 1805 Né en 1735 - Instituteur - d'abord intendant puis schulteiss - Décède en 1805  
Jean-Michel SCHMOLL (père) 1805 - 1810 Né en 1757 - Décédé en 1818  
François Joseph HILDENBRAND 1810 - 1814  
François KUHN 1814 - 1815  
Joseph SANNER 1815 - 1816  
Jean-Michel SCHMOLL (fils) 1816 - 1830 Né en 1792 - Cultivateur - décédé en 1849  
François Joseph LITZLER 1830 - 1832  
Jean-Georges SCHMOLL 1832 - 1845 Frère de Jean-Michel fils - Né en 1796  
- -  
Jean-Jacques LACH 1846 - 1848 Né en 1864 - Décédé en 1867  
Jean-Georges SCHMOLL 1848 - 1870 Le même - Décédé en 1879  
- -  
- -  
François Joseph SANNER 1919 - 1929 Né en 1858 - Cultivateur - décédé en 1940  
- -  
- -  
Alphonse SCHAEFFER 1955 - 1965 Sous-lieutenant  
Léonard SAUR 1965 - 1971 Né en 1933 - Neveu du sculpteur Joseph Saur - Sculpteur lui aussi - Conseiller municipal après 1971 - Décédé en 2019  
Gérard WISS 1971 - 12/2002  
Paul HEGY 01/2003 - 2014 Nommé maire honoraire en 2015  
Corinne SICK-THOMANN 2014 - (2026) Réélue en 2020  
- -  

Cf. : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Maître BELTZ 1826 - En son étude est déposé un testament d'une dame de Niederhergheim léguant une certaine somme à la fabrique de son village.  
- -  
Joseph Eugène Léon BELTZ 1858 - 1880 Né en 1831 - Étudiant en droit en 1852  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Jacobus GREBER 1610 - 1611 ou plus C'est lui qui consigne tous les décès dus à une épidémie de diphtérie entre l'automne 1610 et le printemps 1611  
- -  
Laurent SCHMOLL 1774 - 1783 Né ici en 1747 - Ordonné en 1772 - Primissaire ici - Ensuite curé à Roggenhouse (1784-1782) et Rustenhart (1808-1826) - Décède ici en 1826  
Antoine LASBLIÈRE 1783 - 1818 décède en 1818  
Antoine ELSER 1818 - 1826 Auparavant curé à Biltzheim - Décède en 1826  
Michel MOYSES 1826 - 1834 Auparavant curé à Lautenbach - Sera ensuite nommé à Zellenberg  
Joseph BLENIAT 1834 - 1834 Auparavant curé à Gildwiller - Est ensuite nommé à Lautenbach  
Joseph WETZEL 1834 - 1860 Auparavant curé à Burnhaupt-le-Bas - Décédé en 1862  
Jean BRUNGARD 1860 - 1882 Auparavant curé à Hombourg - Décède en 1882  
Joseph REIBEL 1882 - 1885 Auparavant curé à Hirtzbach - Décède en 1885  
Guillaume MEYER 1885 - 1888 Auparavant curé à Hochstatt - Sera ensuite nommé à Cernay  
Joseph LANDMANN 1888 - 1888 Auparavant curé à Colroy-la-Roche - Décède en 1888  
Louis CRONENBERGER 1888 - 1915 Né en 1835 - Auparavant curé à Aspach-le-Haut - Décède en 1914 - Inhumé au cimetière communal d'Oberhergheim  
Gilbert METZ 1915 - 1921 Né en 1879 - Auparavant curé à Saint-martin de Colmar - Décède en 1920 - Inhumé ici  
François Auguste MENSCH 1921 - Né en 1882 - Auparavant curé à Rorschwihr - Décédé en 1971  
- -  
- -  

Liste des titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Joseph BURGHARD 26 janvier 1880 11 octobre 1943 Soldat au 2e régiment de Chasseurs à pied

Chevalier en 1935. Son dossier  

Pierre Gustave CLAUDON 26 mai 1810 1872 Administrateur de la Caisse des sociétés coopératives

Chevalier en 1868. Son dossier  

Georges HABERSTOCK 23 avril 1803 8 septembre 1843 Maréchal des logis au 3e Régiment de Chasseurs d'Afrique

Chevalier en 1840. Son dossier  

François Joseph HENTZ 16 avril 1778 14 avril 1861 Chasseur à cheval

Chevalier en 1819. Son dossier  

André KEIFFLING 16 avril 1804 - Chevalier en 1879. Son dossier  
Michel Léger MANN 2 octobre 1749 3 janvier 1822 Lieutenant au 17e Régiment de Dragons

Chevalier en 1820. Son dossier  

François Joseph PFEIFFER 26 octobre 1884 5 mars 1964 Auparavant boucher - Engagé volontaire en 1914 - Soldat au 26e Régiment d'artillerie

Chevalier en 1954. Son dossier  

Personnalités nées ou décédées dans la commune

  • Martin DROLLING, peintre. Né ici en 1752. Il fait son apprentissage à Strasbourg puis à Paris où il s'installe. Il réalise surtout des portraits ou des scènes d'intérieur; Puis il devient peintre décorateur pour la Manufacture nationale de Sèvres. Ses œuvres sont peu reconnues de son vivant et il vit dans la pauvreté. Il décède à Paris en 1817.
  • Joseph SAUR, sculpteur d'art sacré. Né ici le 3 mars 1908. Fait son apprentissage chez Théophile KLEM, menuisier réputé ayant réalisé le mobilier de nombreuses églises alsaciennes. S'établit à son compte dans le village en 1938. Travaille avec son neveu Léonard (maire de la commune). Outre les sculptures religieuses, il réalise aussi des monuments aux morts comme celui de Pulversheim, et travaille l'aquarelle, le plâtre et la terre cuite. Il décède ici en 2012, à l'âge de 104 ans.

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts
Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des victimes inscrites sur le monument...

Émigration

Émigration en Amérique

  • Nicolas BURGY, passeport octobre 1846, 35 ans, cabaretier. Sans autres renseignements.

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives


Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 10h - 12h 10h - 12h 10h - 12h 10h - 12h 10h - 12h - -
Après-midi 17h - 19h30 - - 14h - 17h - - -
68242 - Oberhergheim Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 72, rue Principale - 68127 OBERHERGHEIM

Tél : 03 89 49 45 05 - Fax : 03 89 49 92 08

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public & Mairie (Décembre 2016)

Associations d'histoire locale

  • Nom de la commune en langues régionales :
  • en alsacien : Owerhärga
  • en allemand : Oberhergheim

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  • Gilbert POINSOT, Alain HAUSS, Olivia LIND, Michèle SCHNEIDER-BARDOUT, Canton d'Ensiheim, Haut Rhin, images du patrimoine, collection "L'Inventaire", Illkirch, Le Verger éditeur, 1990, 72 pages, ISBN 2-908367-19-X
  • Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 13, 2000, ISSN : 0990-6894
  • Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 28, 2016, ISSN : 0990-6894
  • Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 19, 2006-2007, ISSN : 0990-6894

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  2. Gilbert POINSOT, Alain HAUSS, Olivia LIND, Michèle SCHNEIDER-BARDOUT, Canton d'Ensiheim, Haut Rhin, images du patrimoine, collection "L'Inventaire", Illkirch, Le Verger éditeur, 1990, 72 pages, ISBN 2-908367-19-X
  3. Il en est de même des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin
  4. Article de Georges Bordmann, intitulé "La Guerre de Trente Ans à Oberhergheim et environs en 1622", in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 13, 2000, ISSN 0990-6894
  5. Article de Georges Bordmann, intitulé "Les nobles d'Oberhergheim et leur château", in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 19, 2006-2007, ISSN : 0990-6894
  6. 6,0 et 6,1 Article de Georges Bordmann, intitulé "Lettres des époux Dirry-Kleindienst d'Oberhergheim, 1916-1919", in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 28, 2016, ISSN : 0990-6894
  7. Armoiries des communes, Archives départementales du Haut-Rhin
  8. Base Palissy
  9. Technique permettant de déterminer la position d'un point à partir de la mesure de différents angles
  10. Alliage de fer et de nickel qui ne se dilate quasiment pas
  11. Base Mérimée