68158 - Jettingen

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Jettingen
Jettingen.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole
Canton Blason Altkirch-68004.png   68-01   Altkirch

Blason Altkirch-68004.png   68-01   Altkirch (Ancien canton)

Code INSEE 68158
Code postal 68130
Population 506 habitants (2016)
Nom des habitants Jettingenois, Jettingenoises
Superficie 630 hectares
Densité 80.32 hab./km²
Altitude Mini: 338 m
Point culminant 431 m
Coordonnées
géographiques
47.598611° / 7.372222° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68158 - Jettingen carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier


Histoire.png Histoire de la commune

  • Des traces découvertes dans la partie méridionale du ban communal attestent la présence de peuplades dès les temps néolithiques. Se rajoute à cela une tombe témoignant d'une autre présence à l'époque de la Tène. Plus tard, un camp gallo-romain était vraisemblablement installé au lieu-dit "Le Burglin".
  • Le village se forme vers le Ve ou VIe siècle. Il est alors « une des ultimes enclaves alémaniques en territoire franc »[1].
  • Au XIIe siècle, la seigneurie qui porte alors le nom d'Uttingen, est un fief placé sous l'autorité des comtes de Ferette. En 1324, il entre dans les possessions des Habsbourg.
  • Lorsque les Bâlois réagissent à l'invasion des Armagnacs, le Sundgau[2] est envahi et voit se dérouler la "bataille de Saint-Jacques" en 1944. Le village est complètement anéanti. Il va cependant renaître de ses cendres un peu plus à l'ouest du lieu primitif, vers la vallée du Thalbach.
  • En 1542, la lignée des seigneurs de Uttingen s'éteint et le domaine est donné en fief aux sires de Ramstein. Ceux-ci le gèrent jusqu'en 1648, où l'Alsace est rattachée au royaume de France par le traité de Westphalie.
  • Après 1697, la famille de Ramstein s'éteint elle aussi et le village passe aux mains des comtes Montjoie jusqu'à la Révolution française.
  • Au XVIIIe siècle, le village, dont l'activité est essentiellement agricole, est doté de quatre moulins profitant de « nappes aquifères perchées »[3].
  • En 1857, le village entreprend de faire construire un pont pour franchir le Thalbach.

Héraldique

Sur la caserne des pompiers
Sur l'hôtel de ville, œuvre d'Astrid Canova


Les armoiries de la ville ont été créées en 1977.
Elles rappellent celles de la famille de Uttingen tenant la seigneurie du XIIe au XIVe siècle, à une différence près : « le meuble héraldique était posé en fasce dans ces dernières »[4].

Elles se blasonnent ainsi : «  De gueules au poisson ailé d'argent posé en bande ».

Toponymie

La première mention écrite, au VIe siècle prend la forme de "Uttingen". Par la suite le toponyme va évoluer en « Hütingen en 1152, Hottingen en 1184, Vtingen en 1421, Eting en 1576, Jettingen en 1793 »[5].
Le suffixe -ingen, largement ancré dans le Sundgau mais aussi en Alsace bossue, peut être traduit par "ensemble". Il indique la fondation par un chef d'un « nouvel habitat qui prendra son nom »[6].

Histoire administrative

  • Département - 1801-1870 : Haut-Rhin - 1870-1919 : Haut-Rhin (Allemagne) - 1919-2021 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1870 : Altkirch - 1870-1919 : Kreis Altkirch - 1919-2021 : Altkirch
  • Canton - 1801-2021 : Altkirch

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Chapelle Saint-Léger

Chapelle le matin Photo B.ohland

Cette chapelle, située au cœur du cimetière communal, correspond tout simplement au chœur de l'église primitive de 1146, sans que l'on en connaisse le maître d'œuvre.
L'église en question était dédiée à saint Léger. Elle a été rebâtie vers 1460, rénovée au XVIIe siècle puis agrandie au niveau de la nef en 1754.
Lorsque la nouvelle église du Sacré-Cœur a vu le jour derrière la mairie en 1877, la nef de l'ancienne a été démolie. Le chœur d'origine à 5 pans avec ses baies en plein cintre a été conservé, ainsi qu'une custode de 1478 et des fonts baptismaux, installés maintenant dans l'église. Et ce petit vestige est devenu chapelle du cimetière.

À l'intérieur subsiste également un retable incrusté dans la maçonnerie présentant un tableau de la Vierge à l'Enfant datant du début du XIXe siècle.


Église du Sacré-Cœur

Façade le matin

Les travaux de construction de cette église commencent en 1874, selon les plans de Jean-Baptiste Schacre, auteur de plusieurs édifices religieux de Mulhouse.
De style néo-roman, l'édifice est composé d'un seul vaisseau avec une nef à 6 travées et un chevet à pans coupés.

Flanc sud et chevet Photo B.ohland

Tout le périmètre de l'église est ornée d'une corniche avec denticules, tandis que le portail en plein-cintre est dominé par un fronton sculpté avec pour motif l'agneau pascal.
Le clocher porche s'élève sur quatre niveaux et, d'abord terminé par un toit en bâtière, il n'est coiffé de sa flèche octogonale qu'en 1884. L'horloge est rajoutée en 1890.
L'église du Sacré-Coeur est consacrée en 1877.

À l'intérieur:
Un arc triomphal avec deux arcades aveugles délimite la nef du sanctuaire. Les baies sont en plein-cintre, et le plafond à caissons est orné de quadrilobes.
- le maître-autel en bois sculpté dans un style néo-roman est l'œuvre du colmarien Théophile Klem en 1877. Son autel abrite un "Christ mort au tombeau" et le retable présente diverses statues.
- la chaire, du même artiste, est assortie à l'autel. Sa cuve est ornée des quatre évangélistes et le dorsal des tables de la Loi.
- la custode, installée dans la chapelle baptismale, provient de l'église primitive. Elle date de 1478 sans que l'en connaisse son auteur. Haute de plus de 2 mètres, elle présente un gâble sculpté représentant saint Léger en évêque et la Vierge à l'Enfant. de part et d'autre sont accrochées au mur quatre statuettes en bois du XVIIIe siècle, provenant de la chaire de l'ancienne église.
- les fonts baptismaux proviennent également de l'église primitive.


Anciens moulins

Un premier moulin est construit au XVIe siècle. Ils sont au nombre de quatre au XVIIIe siècle, réduits à trois au siècle suivant.
Ils n'étaient pas installés sur le cours du Thalbach. Deux utilisaient les eaux d'un petit affluent, l'Isbach. Les deux autres exploitaient à leur avantage une des curiosités locales : des nappes perchées, véritables "cuvettes" où l'eau s'accumule après son passage à travers le "caillouitis" du sol dans ce secteur.

  • Le premier moulin, Moulin Oberdorf ("Altmühle" en Alsacien), est attesté en 1574. Il puisait l'eau d'environ 70 sources de nappes perchées qui se déversaient par un canal d'amenée construit par le meunier « Jean Simenet »[7]. Le moulin produisait essentiellement de la farine, puis a servi à battre le blé au début du XXe siècle grâce à une turbine. Son activité s'est arrêtée après la Seconde Guerre mondiale. Des meules ont été conservées et sont visibles dans la propriété devenue un lieu de pisciculture.
  • Le Vieux Moulin : Il est déjà cité « vers 1700 »[7]. Il n'a pas fonctionné aussi longtemps que les autres. Il n'a laissé aucun vestige et a été remplacé par une maison d'habitation.
  • Le Moulin du Haut Wespiser : Il en est déjà question en 1700 quand « Hans Jacob Wespiser »[7] demande l'autorisation d'installer un foulon à chanvre. Quatorze ans plus tard le moulin est en place et fonctionne avec deux tournants. Au début du XIXe siècle, le moulin change de famille suite à un mariage. C'est alors Joseph Litzler, maire de la commune, qui gère la meunerie. Le canal d'amenée subsiste encore de nos jours.
  • Le Moulin du Bas Wespiser : Très proche du moulin du haut, et géré par le même propriétaire au départ, il est assorti d'une huilerie. Peu avant la première guerre mondiale le moulin a pour meunier Joseph Riesterer, maire de la commune. Puis il est fort détérioré par les combats et laissé à l'abandon.

Croix de chemin

Quelques calvaires ou croix de chemin parsèment le ban communal Jettingenois.

  • Le calvaire de la rue des Sources date du XVIIIe siècle et comporte un décor en bas-relief accompagné de l'inscription « Johanes GROSHENI hat das Cruetz lassen machen » soit l'équivalent de "Jean GROSENI a fait faire cette croix". Peut-être est-ce Hans Grosshenny qui était meunier au Moulin du Bas Wespiser et était également chargé de « la collecte de la dîme »[8].
  • Le fragment de croix accroché dans l'église (base du clocher) provient d'une ancienne croix de chemin qui était située au lieu-dit Forst. Elle date du début du XIXe siècle.
  • La croix en métal, de petite taille, se trouve un peu à l'écart de l'arrière de la mairie.
  • Le petit oratoire de facture récente est situé à l'entrée de la route menant au village.


Repère géographique.png Repères géographiques

Jettingen se situe dans la partie sud-est du département du Haut-Rhin, que l'on appelle le Sundgau, région parsemée de petites collines et de multiples étangs.
Son ban communal est irrigué par le Thalbach et l'Isbach ; et son sol a la particularité d'être constitué d'un cailloutis permettant la formation de nappes aquifères perchées.
La commune se trouve à 12 kilomètres à l'Est d'Altkirch et 20 kilomètres à l'ouest de Bâle.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 371 333 395 443 513 530 560 578 568 588
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 606 619 596 591 548 531 539 478 460 459
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 428 409 413 413 408 418 408 391 430 383
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 394 470 502 508 506 506 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jean RUNSER 1793 - 1796 -  
Théobald SPANDENKNOBEL 1796 - 1797 -  
Jacques SPANDENKNOBEL 1797 - 1798 -  
François OBERDORF 1798 - 1808 -  
Jean RUNSER 1808 - 1813 -  
Adam MORGEN 1813 - 1816 -  
Joseph LITZLER 1816 - 1835 Né en 1774 - Cultivateur - Meunier au moulin du Haut Wespiser - Décédé en 1860  
Jacques OBERDORF 1835 - 1854 -  
Antoine RUNSER 1854 - 1865 -  
Morand GOEPFERT 1865 - 1881 -  
Aloïse RIESTERER 1881 - 1883 -  
Sébastien BURGERMEISTER 1883 - 1902 -  
Joseph RIESTERER 1902 - 1919 Meunier au moulin du Bas Wespiser  
Aloyse SIMET 1919 - 1939 -  
Aloïs BURGERMEISTER 1939 - 1944 -  
Aloyse SIMET 1944 - 1945 -  
Eugène BAUMANN 1945 - 1947 -  
Georges BURGERMEISTER 1947 - 1977 Né en 1885 - Décède en 1961  
Georges SIMET 1961 - 1977 -  
Martin BURGERMEISTER 1977 - 1989 -  
Raymond Joseph OBERDORF 1989 - 2001 -  
Jean-Claude COLIN 2001 - (2026) Entame son quatrième mandat en 2020  
- - -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Pantaléon Joseph SITTERLÉ 1795 - 1804 Cistercien - Décède en 1804  
Léonard SCHILLING 1804 - 1824 Bénédictin - Décède en 1827  
Xavier BELTZ 1824 - 1838 Était auparavant curé à Leymen - décède en 1850  
Valentin STEINBRUCKER 1838 - 1845 Était auparavant curé à Ruederbach - Sera ensuite nommé à Buethwiller  
Georges SCHMITT 1845 - 1862 Sera ensuite curé à Bischheim  
Adolphe BUCHER 1862 - 1863 Né en 1827 - Sera ensuite curé à Walheim - Curé de Fellering en 1884, année où il décède - Inhumé au cimetière communal de Fellering  
Antoine DIETRICH 1863 - 1868 Était auparavant curé à Obernai - Sera ensuite nommé à Ottmarsheim  
Meinrad HERTZOG 1868 - 1890 Était auparavant curé à Dambach-la-Ville - Sera ensuite nommé à Wickerschwiller  
Eugène SCHAEFLE 1890 - 1900 Né en 1852 - Était auparavant curé à Soultz-Haut-Rhin - Sera ensuite nommé à Hochstatt - Curé à Pfaffenheim en 1933, année où il décède - Inhumé à Pfaffenheim  
Joseph SCHOENAUER 1900 - 1911 Né en 1862 - Était auparavant curé à Sélestat - Sera ensuite nommé à Bartenheim - Curé à Rumersheim-le-Haut en 1951, année où il décède - Inhumé à Rumersheim  
Xavier HASENFRATZ 1911 - Était auparavant curé à Wittelsheim  
- -  
- -  


Personnalités nées ou décédées dans la commune

  • Benoist STEHLIN (ou STELLÉ) : Né à Jettingen aux environs de 1732. En 1750, il était à Paris et installé comme facteur de clavecins dans un atelier de la rue des Cordeliers. Décédé à Paris en 1774.

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Il n'existe pas de monument aux morts dans la commune, ni de plaques commémoratives dans l'église.

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - 10h00 - 12h00 - -
Après-midi 17h00 - 19h00 - - - - - -
68158 - Jettingen Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 13, rue de l'Ancienne École - 68130 JETTINGEN

Tél : 03 89 68 02 20 - Fax : 03 89 70 88 40

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Marc GLOTZ et Guy MEYER, Moulins du Sundgau, volume 3, Les Bassins de l'Ill et du Thalbach, Riedisheim, Société d'Histoire du Sundgau, 2000, 368 pages, ISBN 2-908498-12-X
  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  • Jean SCHWEITZER, La toponymie alsacienne, collection "alsatiques", Éditions Jean-Paul Gisserot, 2001, 123 pages.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Panneaux d'information dans la commune
  2. "Territoire du sud" ou comté du sud, dans le département du Haut-Rhin
  3. Marc GLOTZ et Guy MEYER, Moulins du Sundgau, volume 3, Les Bassins de l'Ill et du Thalbach, Riedisheim, Société d'Histoire du Sundgau, 2000, 368 pages, ISBN 2-908498-12-X
  4. Archives départementales du Haut-Rhin, armoiries des communes
  5. Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  6. Jean SCHWEITZER, La toponymie alsacienne, collection "alsatiques", Éditions Jean-Paul Gisserot, 2001, 123 pages.
  7. 7,0 7,1 et 7,2 Marc GLOTZ et Guy MEYER, Moulins du Sundgau, volume 3, Les Bassins de l'Ill et du Thalbach, Riedisheim, Société d'Histoire du Sundgau, 2000, 368 pages, ISBN 2-908498-12-X
  8. Marc GLOTZ et Guy MEYER, Moulins du Sundgau, volume 3, Les Bassins de l'Ill et du Thalbach, Riedisheim, Société d'Histoire du Sundgau, 2000, 368 pages, ISBN 2-908498-12-X