68026 - Bennwihr

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Bennwihr
Blason Bennwihr-68026.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole
Canton Sainte marie aux mines.png   68-15   Sainte-Marie-aux-Mines

Kaysersberg.png   68-12   Kaysersberg (Ancien canton)

Code INSEE 68026
Code postal 68630
Population 1 321 habitants (2016)
Nom des habitants Bennwihriens, Bennwihriennes
Superficie 659 hectares
Densité 200.46 hab./km²
Altitude Mini: 183 m
Point culminant 354 m
Coordonnées
géographiques
48.0377° / 7.7646° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68026 - Bennwihr carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • La présence de peuplades est attestée dès le Néolithique. La voie romaine venant des Vosges a laissé des traces sur le ban communal
  • C'est dans une donation datée de 777 que le village est mentionné pour la première fois par écrit, sous la forme "Bebonovillare" ou « Beno villare »[1].
  • Au XIe siècle, la cité qui est incluse dans la seigneurie de Riquewihr passe aux mains des comtes de Horbourg. Elle devient ensuite propriété de l'évêché de Strasbourg, puis revient aux mains des Wurtemberg. Enfin, à partir de 1434 et jusqu'à la Révolution, elle entre dans la seigneurie des Ribeaupierre (Rappoltsweiler en langue germanique).
  • Le XVIIe siècle est une époque fortement troublée par la Guerre de Trente ans, le passage de troupes suédoises sans pitié, et une épidémie de peste.
  • De 1870 à 1919, la "germanisation" du village n'empêche en rien son développement : nouveaux bâtiments, nouvelles administrations, électrification. Mais durant la grande guerre, les Allemands envahissent la commune pour y établir un réseau défensif. Après le "retour à la France", les habitants connaissent une autre période difficile : des maladies ravagent le vignoble, la recherche de travail entraîne un exode rural.
  • Durant la seconde guerre mondiale les collines autour de Bennwihr étaient un pôle de résistance lors des combats de la poche de Colmar. Le village se trouve pris dans le feu des bombardements durant tout le mois de décembre 1944. Les habitants se réfugient d'abord dans leurs caves respectives, puis dans les caves plus grandes du couvent, de l'école ou des viticulteurs. Complètement démunis, ils finissent par s'exiler dans les villages alentour.
Bennwihr est libéré le 24 décembre par la 3e division d'infanterie américaine, mais les tirs d'artillerie ennemie continuent encore un mois. Quand les Bennwihriens rentrent chez eux, ils découvrent une destruction quasi totale : seuls demeurent le monument aux morts de la Grande guerre (classé depuis) et quatre maisons plus ou moins épargnées. La commune se voit décerner la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de vermeil et citation (Pour découvrir la citation sur le site officiel).
De 1946 à 1959, la vie reprend dans un village provisoire mis en place par le ministère : les baraquements comprennent 150 logements, ainsi qu'école, église, mairie et restaurant. Les villageois se lancent même dans un projet innovant : la construction d'une coopérative viticole qui est opérationnelle pour les vendanges de septembre 1946. Puis les reconstructions pérennes commencent en 1959 grâce aux dommages de guerre perçus et les services de l'architecte Charles Gustave Stoskopf.
Blason et Croix de guerre (façade de la mairie)

Héraldique

« D'azur à la croix en argent ».
« Dès 1662 »[2] une croix figurait sur le sceau de Bennwihr. Les armoiries sont enregistrées dans l'Armorial de la généralité à la fin du XVIIe siècle.

Toponymie

Le toponyme se décompose en deux parties.
Le suffixe correspond au nom latin "villare" (signifiant domaine, hameau), germanisé en -weiler, francisé en -wilre. Dans le Haut-Rhin, très souvent « -wilre est passé à -wihr »[3]. Quant au préfixe, il pourrait correspondre au patronyme romain Bebo, ce qui pourrait donner globalement l'équivalent de "Domaine de Bebo"

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin - 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne) - 1919-2021 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1871 : Colmar - 1871-1919 : Kreis Rappoltsweiler - 1919-2021 : Ribeauvillé
  • Canton - 1801-2015 : Kaysersberg - 2015-2021 : Sainte-Marie-aux-Mines

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

  • L'église d'origine, victime en 1498 d'un incendie, avait été remplacée en 1507 par un nouvel édifice dédié aux saints Pierre et Paul. Après des remaniements et restaurations aux XVIIIe et XXe siècle, l'église est détruite en décembre 1944. Un calvaire et une pierre gravée de 1779 ainsi qu'une croix datée de 1890[4] sont les seuls vestiges de l'ancienne église. Ils ornent la façade nord de l'édifice actuel (voir galerie "En Photos"). L'ancien tabernacle et des restes de peinture au niveau du clocher ont été inscrits aux Monuments historiques en 1931[5].
De 1946 à 1959, une église provisoire est aménagée dans les baraquements du village de transition et consacrée dès 1946. Puis un projet prend forme pour élever un nouvel édifice, réutilisant en partie des pierres de la destruction, et financé par les indemnités de dommages de guerre ainsi que par la générosité des paroissiens.
Façade sud et baptistère Photo B.ohland
  • La nouvelle église de Bennwhir est édifiée par les architectes associés POURADIER-DUTEIL et PILLON entre 1957 et 1959 pour le clocher (de 42 mètres de haut) avec campanile à l'italienne. La consécration a lieu au cours de l'été 1960. Une restauration en 1997 rénove la toiture avec des tuiles vernissées formant un motif géométrique appelé "bourguignon".
La nef est éclairée par 12 vitraux en dalle de verre signés Paul MARTINEAU [6]. La verrière sud met en scène la Résurrection du Christ. Les vitraux de la chapelle de la Vierge sont un peu plus figuratifs.
L'autel est en marbre de carrare. D'allure contemporaine, le chemin de croix en métal regroupe parfois plusieurs stations sur un même panneau. L'orgue de 1960 est un instrument de Curt Schwenkedel, à transmission électrique.



Fontaine Sainte-Odile et puits

Coté place de l'église
Puits du XVIe siècle
  • Cette fontaine monumentale forme un muret de 13 mètres de long, en grès rose, avec quatre hauts-reliefs entourant un bassin central semi-circulaire de chaque côté. L'ensemble est surmonté d'une statue de sainte Odile redonnant la vue. Ce monument remplace la fontaine initiale qui devançait la mairie, et est l'œuvre du sculpteur Gérard Ambroselli, en 1987. Du côté de la place de l'église, le décor est rehaussé de l'inscription « Blutberg[7], Noël 1944, et Paix sur Terre aux hommes de bonne volonté ». De l'autre côté, le pourtour du bassin est également sculpté et porte l'inscription « Liberté, Fidélité, ne pas subir ».


  • Le puits ci-contre se situe rue du général de Gaule. C'est un puits qui date du XVIe siècle et se trouvait auparavant à Katzenthal. Il est inscrit aux Monuments historiques depuis 1932[8].


Repère géographique.png Repères géographiques

Située dans la partie septentrionale du département, Bennwihr s'est épanouie au pied des collines sous-vosgiennes où règne le vignoble.
La localité se trouve à l'ouest de la RN 83, à 8 kilomètres au nord-ouest de Colmar et 7 kilomètres au sud de Ribeauvillé.
Au nord de son ban communal, l'habitat jouxte directement celui de la commune de Mittelwihr.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 685 661 811 1 104 1 025 1 026 996 1 100 1 110 975
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 965 990 1 017 989 990 963 959 924 948 930
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 990 861 880 872 866 108 845 925 1 039 1 197
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 139 1 003 1 124 1 274 1 260 1 321 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2014.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Augustin KIEN 1789-1793 Né en 1749 - Aubergiste, vigneron et gourmet -  
Pierre Paul BEYWAND 1793-1795 -  
Augustin KIEN 1795-1796 Le même  
Mathieu Maurice KIENLEN 1796-1797 Né en 1758 - Décédé en 1834  
Augustin KIEN 1797-1797 Le même  
François Joseph BUCH 1797-1797 -  
Pierre Paul BEYWAND 1797-1798 -  
Augustin KIEN 1798-1798 Le même  
François Mathias KIENLÉ 1798-1799 -  
Augustin KIEN 1799-1815 Le même - Décédé en 1834  
J. M. KIENLEN 1815-1816 -  
Pierre-Ignace ESCHBACH 1816-1824 Né en 1778  
(Georges) Gangolf KIEN 1824-1826 Né en 1794 - Vigneron - Décédé en 1854  
Augustin FONNÉ 1826-1831 -  
Augustin KIEN, fils 1831-1835 Né en 1792 - Vigneron et gourmet  
François-Joseph METZGER 1835-1837 Né en 1781 - Boucher et marchand - Décédé en 1859  
Alexandre KIEN 1837-1849 -  
Augustin KIEN, fils 1849-1854 Le même - Décède en 1854  
Pierre Ignace ESCHBACH, fils 1854-1871 Né en 1812 - Gourmet - Décédé en 1889  
Sébastien BUCH 1871-1871 -  
Augustin ESCHBACH 1871-1881 Conseiller général en 1862  
Séraphin ESCHBACH 1881-1893 Né en 1827 - Frère de Pierre Ignace fils  
Romuald ENGEL 1893-1910 Né en 1857 - Décède en 1910  
Jules ESCHBACH 1910-1919 -  
César BURLEN 1919-1923 -  
Charles BECKER 1923-1940 Né en 1892  
André BAFFREY 1940-1941 -  
Charles GREINER 1941-1945 -  
Charles BECKER 1945-1950 Le même - Décède en 1950  
Camille DONATH 1950-1959 -  
Marie-Pierre Joseph GRESSER 1959-1965 -  
Jean-Paul Victor SCHMITT 1965-2001 Conseiller général du canton de Kaysersberg (2004-2015)  
Richard FUCHS 2001-2014 - [ Photo]  
Patricia HILD 2014-2020 -  
Francis DONATH 2020-(2026) -  
- - -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Maurice BASTIAN 1802 - 1831 Décède en 1831  
Jean-Baptiste GEBHARDT 1831 - 1835 Auparavant curé à Winkel - Sera ensuite nommé à Westhalten  
Charles LAENGER 1835 - 1849 Auparavant curé à Houssen - Sera ensuite nommé à Rustenhart  
Morand KELLER 1849 - 1878 Né en 1802 - Auparavant curé à Oberlarg puis Kembs - Décède en 1878  
Henri HEINRICH 1878 - 1897 Auparavant curé à Ostheim - Décédé en 1909  
Georges HELL 1897 - 1910 Auparavant curé à Walbach - Décède en 1910  
Joseph MÜSSLIN 1910 - Auparavant curé à Urschenheim  
- -  
- -  

Personnalités liées à la commune

Plaque en l'honneur de Mgr Oswald WALLER
Plaque en l'honneur du Sergent John SHIRLEY


  • Monseigneur Oswald WALLER, né ici le 24 janvier 1866.
Fondateur de la mission d'Abomey au Dahomey, premier préfet apostolique du Nigeria. Décédé le 6 juillet 1939 et inhumé à Bennwihr.


  • Sergent Gus J. FEFURT, né en 1917, décédé ici le 23 décembre 1944.
Compagnie King, 15e Régiment, 3e Division d'Infanterie de l'Armée américaine. Libérateur de Bennwihr.


  • Sergent John SHIRLEY, né le 8 décembre 1924 aux USA.
Compagnie L, 15e Régiment, 3e Division d'Infanterie de l'Armée américaine. Libérateur de Bennwihr, blessé, emprisonné et évadé le 23 décembre 1944. Venu le 14 mai 2005 inaugurer une place à son nom.


Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Monument de la Fidélité
Explication


Ce monument aux morts est appelé Monument de la Fidélité.

Avec quatre maisons à moitié démolies, c'est le seul élément de l'ancien village qui est resté debout après les intenses bombardements de la Libération.

La municipalité a fait le choix de le laisser tel quel, et il est inscrit aux Monuments historiques[9].

Au pied de la stèle verticale dominée par une Alsacienne et une Lorraine, une stèle horizontale porte l'inscription suivante :

« Monument de la Fidélité, symbole de l'attachement de l'Alsace et de la Lorraine à la France. A été érigé en 1925, transporté à cet emplacement lors de la reconstruction de Bennwihr et a été laissé volontairement dans l'état où il s'est trouvé après les bombardements de la Libération de décembre 1944 qui ont détruit complètement la commune ».

Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des victimes civiles et militaires

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières

Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h30 - 12h 8h30 - 12h 8h30 - 12h 8h30 - 12h 8h30 - 12h - -
Après-midi 14h - 19h - - - - - -
68026 - Bennwihr Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 1 place de la Mairie - 68630 BENNWIHR

Tél : 03 89 47 90 26 - Fax : 03 89 47 81 25

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Associations d'histoire locale

Nom de la commune en langues régionales

  • en alsacien : Bannwihr
  • en allemand : Bennweier

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  • Jean SCHWEITZER, La toponymie alsacienne, collection "alsatiques", Éditions Jean-Paul Gisserot, 2001, 123 pages.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  2. AD du Haut-Rhin, armoiries des communes
  3. Jean SCHWEITZER, La toponymie alsacienne, collection "alsatiques", Éditions Jean-Paul Gisserot, 2001, 123 pages
  4. Inscrite aux Monuments historiques à titre d'objet
  5. Base Mérimée
  6. Base Mérimée
  7. Se traduit en français par "Montagne de sang". C'est le nom donné aux collines entourant Sigolsheim, lieux de terribles pertes humaines lors des combats de la poche de Colmar
  8. Base Mérimée
  9. Base Mérimée