67462 - Sélestat

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Sélestat
Blason Sélestat-67462.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 67 - Blason - Bas-Rhin.png    Bas-Rhin
Métropole
Canton Blason Sélestat-67462.png   67-16   Sélestat

Blason Sélestat-67462.png   67-24   Sélestat (Ancien canton)

Code INSEE 67462
Code postal 67600
Population 19 546 habitants (2014)
Nom des habitants Sélestadiens, Sélestadiennes
Superficie 4 440 hectares
Densité 440.23 hab./km²
Altitude Mini : 165 m
Point culminant 184 m
Coordonnées
géographiques
48.260278° / 7.455° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
67462 - Sélestat carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Sommaire

Histoire.png Histoire de la commune

Toponymie

  • Elsebus sous les romains.
  • Schelestadt, Schlestatt, Schlestadt, Schlettstadt ... il y eut, au fil des siècles, plus de 70 orthographes différentes !


Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - orthographe du nom de la commune


La légende voudrait que le nom de la ville provienne d'un géant, nommé Schletto, qui vivait en ce lieu. Une côte de ce géant se trouve à la Bibliothèque humaniste (mais il s'agit d'une côte de mammouth !).

Peut-être le nom provient-il d'un ancien vocable germanique : sclade (marécage) et stadt (endroit habité), ce qui pourrait être accrédité par le fait que la ville se trouve au bord de l'Ill, dans le Ried, région marécageuse.

De nombreuses hypothèses furent émises.....

Alexandre DORLAN (1864-1944), l'historien de Sélestat, émet l'hypothèse que le nom viendrait d'un des nombreux fermiers gallo-romains dont les établissements étaient fréquents dans la région, et qui se serait nommé Cladistatus ou Scladistatus...

Pour en savoir plus, on pourra se référer à l'excellent article du docteur et maire de Sélestat Maurice KUBLER, "Orthographe et étymologie du nom de Sélestat", paru dans "Saisons d'Alsace - Sélestat, douze siècles d'histoire", paru en 1975, Istra, Strasbourg.

Héraldique

  • D'argent au lion couronné de gueules.

Histoire

Sélestat, aujourd'hui ville de presque 20.000 habitants, doit sa prospérité à sa situation privilégiée au centre de l'Alsace, à l'entrée de deux vallées des Vosges, et sur le bord de l'Ill navigable. Dès le VIIe siècle, la localité servait de port, puis de centre administratif à un important domaine royal. Charlemagne y célébra les fêtes de Noël en 775. A la fin du XIe siècle, les Hohenstaufen y fondèrent le prieuré bénédictin de Sainte-Foy, qu'ils peuplèrent de moines venus de Conques (Aveyron).
En 1217, l'empereur Frédéric II fit de Sélestat une ville en l'entourant de remparts; ses successeurs lui accordèrent de nombreux privilèges. La ville s'agrandit rapidement. Plusieurs communautés religieuses s'y installèrent : Dominicains (1245), Hospitaliers (1265), Franciscains (1280). Les familles nobles, qui occupaient au début tous les postes importants, furent supplantées en 1352 par les chefs des quatorze tribus artisanales. L'augmentation de la population força le Magistrat à étendre à trois reprises l'enceinte fortifiée : deux tours en susbistent : la tour de l'Horloge et la tour des Sorcières.
La commune était au XIVe siècle (1354) la 3e dans la Confédération des 10 villes impériales de l'Alsace (la Décapole). Un coffre à deux clés renfermait les archives de cette Décapole. L'une des clés était détenue par le Magistrat de Haguenau, et la seconde par celui de Sélestat. Le XVIIe siècle amena d'importants bouleversements dans la ville. Conquise en 1632 par les Suédois, cédée en 1634 aux troupes françaises, elle défendit courageusement son indépendance politique.
En 1673, Louis XIV fit abattre les anciennes murailles; deux ans après, il chargea Vauban et Tarade de construire de nouvelles fortifications dont subsistent des parties considérables au sud de la ville. Place forte importante, occupée en permanence par plusieurs régiments, Sélestat eut à subir des sièges en 1814, 1815, 1870. Le démantèlement en 1874 permit à la ville de s'étendre, de construire de beaux bâtiments, tels que l'Ecole Normale d'instituteurs et le Lycée Docteur Koeberlé, et s'installer des usines importantes : fabriques de toiles métalliques, usines de textile, de papier en aluminium, et de cuir.
Depuis les combats de la Libération en 1945, Sélestat a pris un bel essor, surtout dans le quartier ouest : construction d'un important Centre Hospitalier, d'une nouvelle église et de nombreux blocs d'habitation. Dans les anciens quartiers, on s'est appliqué à mettre en valeur les monuments du passé.
Les dates :

  • 728 : elle est mentionnée comme villa franque dans une charte. Mais elle existait probablement déjà depuis longtemps, et des fouilles y ont révélé des objets gaulois.
  • 775 : Charlemagne y fêta Noël en partant pour l'Italie où il va combattre les Sarrasins. A voir
  • 1094 : Donation de Hildegarde de Buren au monastère de Conques en Rouergue et fondation du prieuré bénédictin de Sainte-Foy de Sélestat. Construction de l'église Sainte-Foy au milieu du XIIe siècle sur l'emplacement de l'ancienne église (oratoire) du Saint-Sépulcre.
  • 1217 : Frédéric II fait de Sélestat une ville impériale. Construction des premiers remparts, qui seront agrandis en 1280, puis de 1397 à 1425, et de nouveau de 1505 à 1559.
  • 1226 : le Landvogt impérial Woelfel fit entourer Sélestat de remparts.
  • 1245 à 1282 : installation de 4 communautés religieuses à Sélestat : Dominicaines de Sylo (1245), Chevaliers de Saint-Jean (1265), Franciscains (1280), Dominicains (1282).
  • XIIIe - XVe siècles : construction de l'église gothique Saint-Georges.
  • 1292 : l'empereur accorde une nouvelle constitution à la ville et se réserve le droit de nommer le prévôt impérial.
  • 1352 : l'empereur confie l'administration de la ville aux bourgeois et écarte les nobles du poste de prévôt impérial.
  • 1354 : Sélestat fait partie de la Décapole )
  • 1441 : Louis Dringenberg est nommé directeur de l'école latine, et Sélestat devient une ville humaniste (Beatus Rhenanus, Jacques Wimpfleling, Martin Bucer, Jean Sapidus...) et beaucoup d'érudits vivent à Sélestat. La Bibliothèque humaniste est fondée en 1442.
  • 1474 : la ville achète le droit de nommer le prévôt impérial.
  • 1519 : Lazare Schürer premier imprimeur à Sélestat.
  • 1521 : première mention connue de l'arbre de Noël.
  • 1615 - 1675 : les Jésuites dirigent le collège secondaire de Sélestat.
  • 1632 : la ville est assiégée par les Suédois.
  • 1634 : les troupes françaises entrent dans Sélestat.
  • 1635 : la Suède cède à la France la ville de Sélestat, qu'elle occupait.
  • 1648 : devient ville française par le traité de Westphalie.
  • 1654 : les tribus de métiers sont réduites à 10 (vignerons, agriculteurs, marchands, tonneliers, bouchers avec les jardiniers, boulangers, maréchaux, cordonniers, tanneurs, pêcheurs avec les bateliers. Au XVe siècle, il existait à Sélestat 14 corporations (13 à partir de 1510, 12 en 1514 et 11 en 1647).
  • 1763 : destruction des remparts du Moyen-Age et nouvelle construction par Vauban et Jacques Tarade de 1675 à 1691).
  • 1678 : Sélestat est officiellement annexée par Louis XIV (avec les autres villes de la Décapole) à la Paix de Nimègue.
  • 1681 : Louis XIV reçoit à Sélestat le Magistrat de Strasbourg.
  • 1717 : Louis XV ordonne que les bourgmestres de Sélestat seront nommés à vie.
  • 1747 : le roi nomme un prêteur royal à Sélestat en remplacement de la charge de prévôt.
  • 1765 : Louis XV ordonne le départ des Jésuites, et, en 1791, ce sont tous les ordres monastiques qui sont explusés.
  • 1789 : Sélestat compte 9.650 habitants.
  • 1793 : la Révolution entre dans sa phase terroriste et de nombreux monuments de la ville sont mutilés par les fanatiques.
  • 1814 et 1815 : la ville est assiégée deux fois.
  • 1870 : entre 1870 et 1918, sous domination allemande, elle s'est appelée Schlestadt ou Schlettstadt, et c'est ainsi que la nomme Émile Zola dans "La Débâcle".
  • 1874 : les autorités allemandes décident de la démolition des remparts Vauban (il en subsiste quelques bons vestiges).
  • 1890 : une synagogue est construite dans le style romano-byzantin.
  • 1906 : on édifie le fameux château d'eau.
  • 1923 : la ville de Sélestat, sous l'administration de M. Stoffel, s'est vue conférer la Croix de Guerre, qui lui a été remise, avec le cérémonial accoutumé, par le Président de la République, M. Millerand, sur la place d'Armes.
  • 1929 : premier Corso Fleuri.
  • 1944 : la ville est libérée le 14 décembre.
  • Hôpital (1956), première piscine (1957), église Notre-Dame-de-la-Paix (1960), Front culturel de l'Ill (1990-2000), salle des Tanzmatten (2000), transformation de la Bibliothèque humaniste (2016, 2017)... Sélestat est une ville chargée d'histoire... et qui bouge !
La cité est aussi connue pour son formidable Corso fleuri, avec ses chars chargés de dahlias, qui se déroule au mois d'août, et son célèbre Carnaval des Machores.
Sélestat recèle aussi de nombreux sites remarquables.

Hommage au patriotisme des Sélestadiens par l'État

La Croix de Guerre 1914-1918

N°3378, arrêté du 23 février 1923 au Ministère de la Guerre et des Pensions, pour citation à l'Ordre de l'Armée (J.O. du 1er mars 1923).
Croix de Guerre remise le 29 mai 1923 par Alexandre MILLERAND, Président de la République.

"Vieille forteresse française qui n'a cessé pendant quatre années de donner le plus bel exemple de fidélité patriotique en supportant vaillamment les bombardements dont elle a été l'objet. Malgré les deuils et les souffrances endurées, elle a toujours montré une confiance inébranlable dans la victoire finale. A bien mérité du pays."
La Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile de vermeil

N°78, par décision du 11 novembre 1948 de M. Max LEJEUNE, Secrétaire d'Etat aux Forces Armées (guerre). Citation à l'Ordre du Corps d'Armée.

"Cité au passé glorieux qui a supporté vaillamment de nombreux bombardements ennemis au cours de la libération de l'Alsace. La population a payé un large tribut de deuil et de souffrances, tout en gardant fidèlement l'amour de la Patrie."

Cette nouvelle décoration a été remise à la ville le 19 décembre 1948 par le général REVERS, chef d'Etat-Major Général de l'Armée, accompagné du Général TATE, délégué militaire de l'Ambassade d'Amérique à Paris, du Préfet René PAIRA, des Généraux GILIOT, Commandant la 6e Région et GRUSS, Gouverneur Militaire de Strasbourg. Au cours de cette cérémonie le Général REVERS a également remis la fourragère à la Compagnie des Sapeurs-Pompiers en récompense pour leur belle conduite pendant les combats de la libération de décembre 1944 à février 1945.
^ Sommaire

Jumelage

Sélestat est jumelée avec 4 villes européennes. Le plus ancien jumelage date de 1959, le plus récent de 2006.
Depuis l'impossible Lotharingie, l'histoire mouvementée de l'Alsace a démontré sans cesse la nécessité de l'unité de l'Europe. Terre d'affrontements répétés, notre province est particulièrement bien placée pour témoigner de ce besoin pressant, mais c'est au niveau des villes et des communes, où au cours des cent dernières années trois guerres ont inscrit et rallongé sur les monuments aux morts la liste des victimes d'hostilités insensées, que l'idée européenne a fait le plus de progrès, surtout depuis 1945. Seule l'union des pays européens pourra assurer la "survie de l'occident".
Sélestat, naguère foyer de l'humanisme rhénan, ne resta pas insensible à cette évolution : sa vocation est européenne et elle a su allier de façon harmonieuse son ardent patriotisme, maintes fois démontré, à une large ouverture des coeurs et des esprits. [1]

Les quatre villes jumelées sont :


Texte d'un serment de jumelage :

Nous, Bourgmestre de Montignies-sur-Sambre, Bürgermeister von Waldkirch-im-Breisgau et Maire de Sélestat,
Librement désignés par le suffrage de nos concitoyens,
Certains de répondre aux aspirations profondes et aux besoins réels de nos populations,
Sachant que la civilisation occidentale a trouvé son berceau dans nos anciennes "Communes" et que l'esprit de liberté s'est d'abord inscrit dans les franchises qu'elles surent conquérir,
Considérant que l'oeuvre de l'histoire doit se poursuivre dans un monde élargi, mais que ce monde ne sera vraiment humain que dans la mesure où les hommes vivront libres, dans des cités libres,
En ce jour prenons l'engagement solennel :
- de maintenir des liens permanents entre les municipalités de nos communes, de favoriser en tous domaines les échanges entre leurs habitants pour développer par une meilleure compréhension mutuelle le sentiment vivant de la fraternité européenne,
- de conjuguer nos efforts afin d'aider dans la pleine mesure de nos moyens au succès de cette nécessaire entreprise de paix et de prospérité : L'UNITE EUROPEENNE.


^ Sommaire

L'humanisme à Sélestat

Du milieu du 14e siècle jusque vers le milieu du 15e siècle, la prospérité de la ville favorise le développement de l'humanisme, orchestré entre autres par Beat BILD, plus connu sous le nom de Beatus Rhenanus (1485-1547), enfant de la cité, consolidé par Erasme de Rotterdam, Mathias Schurer et Jacques Wimpfeling. On peut admirer à Sélestat la bibliothèque de Beatus, qui est la plus importante collection d'un humaniste conservée à ce jour en France. Pour s'en faire une idée, on se référera à l'ouvrage de Paul Adam : "L'Humanisme à Sélestat" (Imp. Alsatia, Sélestat, 1978, 4e édition).
La Bibliothèque de Beatus RHENANUS est inscrite au Registre de la Mémoire du Monde de l'UNESCO depuis le 26 mai 2011.
2016-2018 : la Bibliothèque humaniste est en cours de transformation complète (voir le lien qui suit). On a trouvé dans le sous-sol des vestiges de maisons, et une trentaine de squelettes, datés du 9e au 11e siècle, qui sont en cours d'analyse. (A suivre...)


Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - L'humanisme à Sélestat


^ Sommaire

Anecdotes et récits au fil des siècles

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Anecdotes et récits

Tranches de vies

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Tranches de vies

Les gens

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Les gens

Les corps de métiers

D'après un état du Magistrat du 3 juillet 1767, les maîtrises organisées en corps étaient les suivantes :

Les chirurgiens - Les maîtres maçons, charpentiers et tailleur de pierre - Les tonneliers et baquetiers - Les bateliers (corporation la plus importante d'Alsace) - Les selliers - Les serruriers - Les potiers de terre - Les bouchers - Les pêcheurs - Les meuniers et boulangers - Les teinturiers - Les cordonniers - Les bonnetiers - Les perruquiers - Les tanneurs.

Les corporations étaient nombreuses, et certaines très puissantes, surtout celle des bateliers. [2]


Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Les corporations
Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - La ronde des métiers

Histoire administrative

  • Assemblée de District qui dépendait d'une assemblée générale provinciale qui avait son siège à Strasbourg en 1787

Histoire religieuse

Le Judaïsme

Le décret de Bayonne

DECRET DE BAYONNE Bulletin des Lois de l'Empire français, 4e série, tome 9, Paris août 1809, pp. 27-28, décret n° 3589.

A Bayonne, le 20 juillet 1808. Napoléon, Empereur des Français, Roi d'Italie et Protecteur de la Confédération du Rhin; Sur le rapport de notre ministre de l'Intérieur; Notre Conseil d'état entendu, Nous avons décrété et décrétons ce qui suit :

- Art. 1er. Ceux des sujets de notre Empire qui suivent le culte hébraïque,et jusqu'à présent, n'ont pas reçu de nom de famille et de prénoms fixes, seront tenus d'en adopter dans les trois mois de la publication de notre présent décret, et d'en faire la déclaration devant l'officier d'état civil de la commune où ils sont domiciliés.
- Art. 2. Les Juifs étrangers qui viendraient habiter dans l'Empire, et qui seraient dans le cas prévu par l'article 1er seront tenus de remplir la même formalité dans les trois mois qui suivront leur entrée en France.
- Art. 3. Ne seront pas admis comme nom de famille, aucun nom tiré de l'Ancien-Testament, ni aucun nom de ville. Pourront être pris comme prénoms, ceux autorisés par la loi du 11 germinal an XI.
- Art. 4. Les consistoires en faisant le relevé des Juifs de leur communauté, seront tenus de vérifier et de faire connaître à l'autorité s'ils ont individuellement rempli les conditions prescrites par les articles précédents. Ils seront également tenus de surveiller et de faire connaître à l'autorité ceux des Juifs de leur communauté qui auraient changé de nom sans s'être conformés aux dispositions de la susdite loi du 11 germinal an XI.
- Art. 5. Seront exceptés des dispositions de notre présent décret, les Juifs de nos Etats, ou les Juifs étrangers qui viendraient s'y établir, lorsqu'ils auront des noms et prénoms connus et qu'ils ont constamment portés, encore que lesdits noms et prénoms soient tirés de l'Ancien-Testament ou des villes qu'ils ont habitées.
- Art. 6. Les Juifs mentionnés à l'article précédent, et qui voudront conserver leurs noms et prénoms, seront néanmoins tenus d'en faire la déclaration; savoir : les Juifs de nos Etats, par-devant le maire de la commune où ils sont domiciliés, et les Juifs étrangers, par-devant celle où ils se proposeront de fixer leur domicile; le tout dans le délai porté en l'article 1er.
- Art. 7. Les Juifs qui n'auraient pas rempli les modalités prescrites par le présent décret, et dans les délais y portés, seront renvoyés du territoire de l'Empire : à l'égard de ceux qui, dans quelque acte public ou quelque obligation privée, auraient changé de nom arbitrairement et sans s'être conformés aux dispositions de la loi du 11 germinal, ils seront punis conformément aux lois, et même comme faussaires, suivant l'exigence des cas.
- Art. 8. Notre grand-juge, ministre de la Justice, et nos ministres de l'Intérieur et des Cultes, sont chargés, chacun en ce qui les concerne, de l'exécution du présent décret.

Signé Napoléon. Pour l'Empereur : Le Ministre Secrétaire d'Etat, signé B. Ma

Déclarations de prises de noms patronymiques des Juifs

Voir dans les "liens utiles"

Le cimetière Juif
Cimetière juif Sélestat.jpg

Le cimetière juif a été créé vers 1622 à l'initiative des prévôts des juifs des communautés de Bergheim, Ribeauvillé et Dambach-la-Ville. Il a ensuite été agrandi à plusieurs reprises au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. La tombe la plus ancienne encore présente date de 1666.
L'édifice fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis

^ Sommaire

Histoire Industrielle

  • Fonderie de cuivre et de fer.
  • Poterie de terre.
  • Tissage de toiles métalliques. Sélestat est le berceau d'une spécialité quasi mondiale, qui permet une large exportation; elle est très prospère et en plein développement. Il s'agit d'une toile métallique faite de fils, d'alliage bronze et laiton. Cette toile, tissée sur des métiers spéciaux, est destinée principalement à l'industrie du papier.
  • Maraîchers : L'histoire des maraîchers et de Sélestat remonte presque à la nuit des temps. « Dans les édits du prieur de Sainte-Foy, à la fin des années 1000, il est mentionné l'autorisation de la création du "marché vert" devant l'église Sainte-Foy »,.
  • Activités commerciales, économiques et industrielles.
  • Fabrication de gants.

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Vue générale
  • Le patrimoine de Sélestat est très riche. Avec 35 monuments protégés et bien d'autres d'un intérêt non moindre, Sélestat dispose d'un patrimoine bâti exceptionnel.
Voir : Patrimoine de Sélestat sur le site de la commune et Patrimoine de Sélestat sur le site Patrimoine de France
  • La ville de Sélestat s'enorgueillit de posséder la plus ancienne mention de l'arbre de Noël, datée de 1521, celle-ci est visible dans le Livre de comptes de Sélestat à la Bibliothèque humaniste de Sélestat, il s'agit d’une dépense de 4 shillings pour payer des gardes forestiers qui devaient surveiller les arbres dans les forêts municipales et d’une amende infligée à quiconque coupera les sapins pour Noël. Sélestat et son sapin
  • Sélestat a aussi un rapport avec la découverte de l'Amérique et le nom qu'on lui a donné : Baptême de l'Amérique


Les lieux de culte

Éeglise Sainte-Foy
Photo J-P GALICHON





Pictos recherche.png Article détaillé : Édifices religieux de Sélestat

Repère géographique.png Repères géographiques

Démographie.png Démographie

Année 1597 1664 1709 1720 1750 1789 1800 1801 1806 1821
Population 4 500 5 000 5 913 6 460 7 420 9 650 7 464 7 375 8 068 9 070
Année 1826 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1871
Population 9 600 9 646 9 700 8 634 9 844 10 365 9 950 10 184 10 040 9 307
Année 1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926
Population 9 088 8 979 9 172 9 418 9 304 9 336 9 699 10 604 9 943 10 165
Année 1931 1936 1946 1954 1960 1962 1968 1975 1982 1990
Population 10 959 11 363 10 722 11 705 13 060 14 049 14 904 15 248 15 112 15 538
Année 1999 2006 2011 2016 ' ' ' ' ' '
Population 17 179 19 459 19 181 - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2014.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos


^ Sommaire

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Ville de naissance


Maison du baron AMEY
  • François-Pierre Joseph AMEY : né le 2 octobre 1768, décédé le 16 novembre 1850 à Strasbourg, au n° 3 de la rue de la Mésange, inhumé au cimetière Sainte-Hélène de cette ville. Général de division, grand officier de la Légion d'honneur (1804), chevalier de Saint-Louis (1814), maire de Sélestat (1820-1830), baron d'Empire. Il fait partie des 660 officiers à avoir son nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile. Noms gravés sous l'Arc de Triomphe de l'Étoile : pilier Ouest, 1re et 2e colonnes. Surnommé le boucher de la Vendée. Un boulevard de la ville de Sélestat porte son nom. Marié en premières noces avec Anne Marguerite Elisabeth HANTZLER († av. 11/1850), et en secondes noces avec Caroline Henriette Charlotte de POLENTZ († ap. 1850). À Sélestat, au numéro 5 de la place du Marché Vert, se dresse la maison où AMEY habitait, nommée Au Petit Griffon, qui abrite aujourd'hui une galerie d'art, et sur laquelle est apposée une plaque.


  • François Antoine ANSTETT : né le 17 février 1810, décédé le 25 février 1879 à Sélestat. Dirigeant d'une brasserie à Sélestat, député du Bas-Rhin (1849-1851), siégeant au groupe d'extrême gauche La Montagne. Déchu de son mandat et exilé. Fils de François Antoine, brasseur à Sélestat (° ca. 1782), qui avait épousé à Sélestat, le 18 mars 1809, Anne-Marie Marguerite GÖTZ (° ca. 1786).




Plaque sur rue



  • Eugène KOEBERLE : Professeur agrégé à la faculté de médecine de Strasbourg, chirurgien. Né le 4 janvier 1828, décédé à Strasbourg (quai Kléber) le 13 juin 1915.


Le général de POUYDRAGUIN
  • Louis Marie Gaston ARMAU de POUYDRAGUIN : né le 1er février 1862 au n° 10 de la rue des Clefs (une plaque sur la maison rappelle l'événement), décédé le 17 janvier 1949 à Paris (6e), inhumé à Sélestat (rangée 432, tombes 19, 20, 21, 22). Général de division commandant de corps d'armée, grand croix de la Légion d'honneur (25/10/1920). Fils de Avit Louis Jean, capitaine au 47e de ligne, chevalier de la Légion d'honneur (° 1825 à Aubarède, Hautes-Pyrénées) et de Elise STOFFEL (° 1838 à Sélestat). Il épouse à Dijon (Côte-d'Or), le 15/09/1890, Henriette Josèphe Marcelle ROUGET, née à Dijon le 18/02/1866 fille de Jean-Baptiste Joseph Paul (1821-1899), docteur en droit, président de la chambre des avoués de Dijon, et de Marie Stéphanie BEAUNE. Le général aura cinq enfants, dont deux fils tués à l'ennemi en 1915, un troisième capitaine d'infanterie, commandeur de la Légion d'honneur, et deux filles.


  • Jacques WIMPHELING : né le 27 juillet 1450 à Sélestat d'une famille d'artisans aisés, décédé le 15 novembre 1528 à Sélestat. Dit aussi Jacobus VIMPHELINGUS, dit aussi Jacobus SLETSTATENSIS, de Sélestat. Elagantarium medulla oratoriaque praecepta. Humaniste, poète, prédicateur, pédagogue, historiographe, prêtre, recteur de l'Université de Heidelberg (1481), puis vice-chancelier (1482). Vers la fin de 1515, il revient à Sélestat auprès de sa sœur Madeleine, comme chapelain de l'autel de Saint Antoine et de Sainte Catherine. Inhumé près de Beatus Rhenanus dans l'église Saint-Georges. Voir : Jacques Wimpfeling, sur Wikipédia

Ville de décès

  • Frédéric FIEBIG : Artiste peintre alsacien. Nationalité allemande.
    Né à Talsen (Russie) le 17/05/1885, décédé à Sélestat le 06/02/1953.
- Site de Frédéric FIEBIG.
- Frédéric FIEBIG sur Alsace collection.


Familles notables.png Notables

Les Sous-préfets

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Les Sous-Préfets

Commandement militaire de la place sous le Consulat et le Premier Empire

Commandant de Place
Adjudant de Place
  • LEFAIVRE, 1798-1814.
Commissaire des guerres
  • GIRAUDON, 1797-1803.
Commandant du Génie
  • MORLET, 1802.
  • VERON - REVILLE, 1803.
  • BEAUDRAND, 1804-1805.
  • BLANC, 1806-1811.
  • MESCHINY, 1812-1813.
  • GATTES, 1814.
  • DELMAS, 1815.

Les maires

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Les maires

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Mathieu HERRMANN - Notaire à Sélestat. Fils de Jean, prévôt impérial de Sélestat, notaire (° av. 1610 à St.Hippolyte, † 08/03/1676 Sélestat) et de Marguerite GALL (° av. 1615, † 27/11/1663).  
François Joseph Antoine NOLL avant 1832 Notaire à Sélestat. Né à Sélestat vers 1782, y décédé le 17/02/1832. Il épouse avant 1821, Marie Anne HIRSINGER (° ca. 1792, † ap. 31/01/1857). Ils auront deux enfants :
. Adolphe François Joseph, né en 1821, décédé après 01/1857, capitaine au 42e régiment de ligne,
. Blanche Gabrielle Ernestine, née le 15/03/1827 à Sélestat, qui épouse en ce lieu, le 31/01/1857, Joseph Alexandre Alfred GOETSCHY, né à Sélestat le 14/02/1830, décédé le 03/01/1895, chef de bataillon au 4e régiment de Zouaves, officier de la Légion d'honneur.  
- -  
- -  
Maître Félix GENY Notaire à Sélestat. Administrateur de l'étude d'Andlau (1919-1920).  
- -  
- -  

Les instituteurs, professeurs

Prénom(s) NOM Période Observations
Dominique STAHL 1780 et après Instituteur en cette ville. Né à Sélestat, il épouse avant 1780 Marie (ou Marthe) MEYER († Sélestat). Un fils, François Antoine, qui suit.  
François Antoine STAHL 1818 et après Instituteur. Né à Sélestat le 04/05/1780, y décédé le 30/05/1837. Fils de Dominique STAHL. Il épouse avant 1818 à Sélestat Victoire Catherine FISCHER (° 1781 Ensisheim (Haut-Rhin) † Sélestat 20/12/1831).
Le couple aura deux fils qui émigrèrent en Algérie. Voir fiche : [3]  
Aloyse RUDLER 1866 Professeur. Né à Baldersheim (Haut-Rhin), époux de Joséphine COMTE, née en 1844 à Husseren (Haut-Rhin) décédée à Sélestat en 1867 à l'âge de 22 ans. Ils sont inhumés au cimetière municipal. Domicilié (1866) à Sélestat.  
Marie Célestine FACKLER av.1930 Professeur de musique, née à Sélestat le 06/04/1846, y décédée le 30/01/1930. Fille de Joseph Louis (1797-1874), cafetier, et de Marie Anne FELS (1809 Kaysersberg (Haut-Rhin) - 1874 Sélestat).  
- -  

Les médecins, apothicaires, pharmaciens et santé

Prénom(s) NOM Période Observations
Louis Honoré BAUDINOT av.1805 Médecin aide-major de cette place. Né à Villé (Bas-Rhin), décédé le 21/07/1805 à Sélestat. Il épouse avant 1786 Jacobée COUVILLIE († ap. 05/1813).  
François Antoine Melchior DUTAILLIS av.1815 Médecin physicien, médecin-chef de l'hôpital civil et militaire de Sélestat, domicilié en cette commune. Maire de Sélestat. Epoux de Marie Anne JACQUEMIN († 30/11/1814 Sélestat).  
Joséph Napoléon GA dit GENTIL Pharmacien (Acte de naissance de son fils précisant la profession  
Etienne Antoine HERTZOG 1832 - av.1849 Docteur physicien, domicilié (1832) à Sélestat. Il épouse (probablement à Sélestat) avant 1832, Marie Anne Joséphine Adèle STREICHER (° ca.1809, † ap. 05/1849)  
Jules, baron TAVERNIER 1863 Docteur en médecine, né vers 1805, domicilié (09/1863) à Sélestat.  
François Joseph STAEBEL av.1872 Médecin physicien domicilié (1809) à Sélestat. Né vers 1785 à Kintzheim (Bas-Rhin), décédé après 1872. Fils de François Joseph († ap.02/1835), docteur en médecine, domicilié à Kintzheim, et de N... Il épouse avant 1809 Marie Ursule Caroline LOECHER, née en 1789 à Sélestat, y décédée le 24/07/1814.  
Eugène KOEBERLE av.1915 Chirurgien et humaniste Alsacien. Né à Sélestat le 04/01/1828, décédé à Strasbourg le 13/06/1915. Fils de Mathias (° 19/06/1795), huissier royal à Sélestat, et de Catherine KRETZ.
Il épouse à Strasbourg, le 18/03/1879, Jeanne Clémentine HENRIET. L'un des pionniers de la chirurgien abdominale moderne, ainsi qu'un ardent promoteur de l'aseptie et de l'hémostase. A la fin de sa vie il se consacre à la poésie et à l'archéologie.  
Jean Gaspard GUNTHER av.1679 Apothicaire, conseiller de la ville de Sélestat, marié le 11/11/1642 à Sélestat avec Dorothée BIRCKEL (° Ribeauvillé, Haut-Rhin, † 10/07/1668 Sélestat)  
Jean Guillaume GUNTHER av.1712 Apothicaire, conseiller municipal, décédé à Sélestat le 28/07/1712. Fils de Jean Gaspard GUNTHER (cité dans le présent paragraphe). Epoux de Marie Barbe HEINRICH.  
Jean GUNTHER av.1634 Apothicaire au Marché-aux-Pots, décédé en 1634 à Sélestat, époux de Régine SCHERTLEIN († 22/10/1629 Sélestat.  
Loys LEPOIS Apothicaire à Sélestat. Deux fils : Antoine et Nicolas, tous deux médecins au service du duc de Lorraine.  
Joseph BODEMER 1856 Pharmacien, né vers 1795.
Recensement 05/05/1856 : quartier rouge, rue des Clés, maison n°6 avec son épouse et cinq enfants. Au ménage figure Madeleine MOREL, domestique.  
Marius MARTEL 1841 Praticien, demeurant en 1841 rue de l'église. Il épouse en 1841 Jeanne MOTZ.  
Xavier BECK 1791 Praticien. Recensement 1791 : maison n°2 (propriétaire Michel THOMAN).  
 

Les juristes

Prénom(s) NOM Période Observations
Mathieu HERRMANN ca.1650 Prévôt impérial de Sélestat, né av. 1585, décédé 18/06/1665 Sélestat, épouse av.1608 Marie SCHUMACHER, née av. 1590, décédée 24/06/1665 Sélestat  
Jean HERRMANN 1640 et après Fils de Mathieu HERMANN. Né av. 1710 Saint-Hippolyte (Haut-Rhin), décédé 08/03/1676 Sélestat, greffier de justice, notaire (1640), Prévôt impérial de Sélestat et membre de la Stubengeselschaft à Sélestat, épouse av. 09/1636 Marguerite GALL, née av. 1615, décédée 27/11/1663 Sélestat  
Charles de DARTEIN Prêteur royal.  
Ignace Xavier ZAEPFFEL av.1809 Juge au tribunal de 1ère instance de l'arrondissement de Sélestat, époux de Marie Thérèse GLUCKHER. Leur fille, Marie Joséphine (° 1781 Sélestat, † ap. 1836) épouse à Sélestat, le 02/01/1809, Joseph Clément RENOUVIER (° 1769 Pézenas, † 1836 Sélestat), colonel d'infanterie, officier de la Légion d'honneur.  
Thadée Joseph Auguste Antoine BOURDON av. 1818 Juge de Paix du canton de Sélestat, décédé après 1818, époux de Marie Thérèse KAUFFER († av. 1818).  
François Joseph STOFFEL ... 1815 Greffier près le tribunal civil de 1ère instance de l'arrondissement de Sélestat (1815). Baptisé à Sélestat le 15/05/1771, décédé au même lieu le 01/03/1815. Il épouse avant 1799 Victoire Agnès ARMBRUSTER († 12/10/1840 Sélestat).  
Charles Louis François FELS Président du Tribunal de 1ère instance de l'arrondissement de Sélestat.
Chevalier de la Légion d'honneur (Voir le paragraphe "Les titulaires de la Légion d'honneur" de Sélestat.  
Jean Louis Martin SADOUL 1816 - 1841 Procureur du Roi près le tribunal de première instance de Sélestat (25/09/1816) puis président du même siège (11/07/1827) et ce jusqu'en août 1841. Nommé président honoraire. Chevalier de la Légion d'honneur (05/10/1841). Né le 09/11/1762 à Strasbourg, baptisé le lendemain en l'église de St.Pierre-le-Vieux, décédé le 01/06/1845 à Wissembourg, mais inhumé au cimetière de Sélestat. Fils de Jean-Baptiste (1732-1798), bailli, juge au tribunal, et de Marie Jeanne Pauline (Paula) BRETANO (ca.1728-1786). Il épouse à Rathzill (?), Bavière Rhénane, Allemagne, vers janvier 1787, Marie Anne SPITZ, née le 19/12/1768 à Lauterbourg, décédée le 22/01/1835 à Sélestat, fille de Dominique, grand bailli, et de Marie Anne RICHARD. Le couple aura au moins un fils : Marie Joseph Sébastien (1811-1891), directeur des Postes à Raon-l'Etape (Vosges), époux (° 27/01/1840 Raon) de Marguerite Camille TRESTé (1817-1892), d'où postérité.  
Charles Louis STOFFEL 1824... Fils de François Joseph STOFFEL. Greffier en chef du tribunal de l'arrondissement de Sélestat (1827). Né à Barr (Bas-Rhin) le 18/02/1799, décédé à Sélestat le 28/11/1870. Il épouse à Sélestat, le 26/09/1827, Catherine Emilie LEGROM, née le 10/09/1806 à Durckheim, département du Mont-Tonnerre, décédée après 11/1870.  
François Joseph Auguste STOFFEL 1827.. Frère de Charles Louis STOFFEL. Licencié en droit, avoué au tribunal de Sélestat (09/1827). Né à Barr le 21/01/1800, décédé à Sélestat le 08/06/1876. Il épouse à Sélestat, le 30/09/1827, Marie Anne DENGLER, née le 30/10/1806 à Sélestat, y décédée le 17/02/1885, fille de Robert Joseph (° 06/06/1781 Sélestat, y décédé le 12/01/1852), maître de poste à Sélestat, et de Marie Anne ZIMMERMANN (° 01/11/1780 Aspach-le-Bas (Haut-Rhin), décédée à Sélestat le 05/02/1851).  
Alexis Thomas Prosper VATIN ..1834,1841.. Avoué (1839,1841), avocat et juge suppléant (1848). Né en cette commune le 02 novembre 1798. Fils de Louis André (° 1772 Lunéville, † 1834 Sélestat) et de Marie Barbe STOLTZ (° 1763 Sélestat, † ap.1841 Sélestat).
Il épouse en 1° noces le 17/10/1832, à Sélestat, Marie Antoinette Emérence TREUILLE de BEAULIEU (° 21/04/1812 Sélestat, † 03/12/1839 Sélestat) et en 2° noces, le 25/01/1841, à Sélestat, Marie Lucie DUPRE (° 1818 Sélestat, † 1883 Sélestat). Leur fils, Paul Timoléon Edouard (° 1848 Sélestat, † 1924 Sélestat) sera haut-fonctionnaire, officier de la Garde mobile, chevalier puis officier de la Légion d'honneur. (voir paragraphe "Les titulaires de Légion d'honneur" de Sélestat  
 
 
 

Les militaires distingués

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Les militaires distingués

Les "Mariages Napoléon"

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Les mariages Napoléon

Les titulaires de la Légion d'honneur

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - La Légion d'honneur

Les titulaires de la médaille de Sainte-Hélène

Les personnes citées dans le tableau ci-dessous sont nées dans la commune.

Medaille st helene 2.jpg
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Adrien Jules BOUCHARD 7 brumaire an 8 - 124e léger. Période : 1814 - 1829. Résidant à Ribeauvillé  
Pierre Joseph CROVA 6 décembre 1796 - Sergent. 32 ans et 21 jours de services, et 3 ans de campagnes. Pension de 288 francs. Enclin à la boisson, résidant aux Invalides  
Alexandre de WATRIGAND 3 novembre 1782 125e régiment de ligne. Période : 1802 - 1833. Résidant à Colmar (Haut-Rhin)  
Jean-Baptiste Alexandre de WATRIGANT 2 septembre 1782 - Ancien capitaine adjudant-major au 125e de ligne. Période de 31 ans de 1802 à 1833. 8 campagnes, 2 blessures, 2 ans de captivité.
Chevalier de la Légion d'honneur par décret du 12/08/1866 (Voir paragraphe "Les titulaires de la Légion d'honneur")  
Ignace FREHLIG 6 mars 1798 - Résidant à Sainte-Croix-en-Plaine. 23e régiment de ligne. Période de 1813 à 1827.  
François Joseph MULLER 11 mars 1791 20/03/1866
Ensisheim
(Haut-Rhin)
92e régiment de ligne. Période de 1811 à 1814. Résidant à Ensisheim  
Philippe Jacques MULLER 19 juin 1778 - 57e régiment de ligne. Période de 1794 à 1798. Résidant à Illhaeusern (Haut-Rhin)  
Martin ROERIG - - Chasseur au 25e régiment de ligne. Période de 1810 à 1815. Résidant à Mulhouse (Haut-Rhin)  
Conrad SCHLOSSER - - Soldat à la 1re compagnie de réserve du Train d'artillerie. Période de 1812 à 1814 . Résidant à Mulhouse (Haut-Rhin)  
Georges WALTER 1793 - 9e et 6e régiment de Hussards. Période de 1813 à 1815. Résidant à L'Allemand-Rombach (Rombach-le-Franc, Haut-Rhin)  
Georges ZOLL - Caporal au 57e régiment de ligne. Période de 1804 à 1817. Résidant à Mulhouse (Haut-Rhin)  

Cf : Les médaillés de Sainte-Hélène

Les Barons d'Empire de Sélestat

  • François Pierre Joseph AMEY , né à Sélestat du 02/10/1768, mort à Strasbourg le 16/11/1850. Lieutenant Général, commandeur de la Légion d'honneur. Maire de Sélestat (1820-1830), Baron d'Empire par lettres patentes du 15/06/1810, donataire (rente 4.000) sur le Trasimène par décret impérial du 17/03/1808.
  • Henri Aloyse Ignace BAUDINOT , né à Sélestat le 31/07/1773, mort à Sélestat le 27/12/1840. Colonel, commandeur de la Légion d'honneur, Baron d'Empire par lettres patentes du 10/04/1811, donataire (rente 4.000) sur la Westphalie par décret impérial du 19/03/1808.
  • Joseph Gaspard EBERLE , né à Sélestat le 10/06/1764, mort à Nice le 16/02/1837. Général de brigade, commandeur de la Légion d'honneur, commandant d'armes de la place de Nice (1802), Baron d'Empire par lettres patentes du 01/01/1813, donataire (rente 4 000) sur Rome par décret impérial du 06/01/1812.
  • Pierre François LATAYE , né à Charny (Meuse) le 14/03/1755, mort à Sélestat le 24/02/1827. Colonel de Cuirassiers, commandeur de la Légion d'honneur, conseiller municipal de Sélestat (1815-1827), Baron d'Empire par lettres patentes du 10/02/1809, donataire (rente 4 000) en Westphalie par décret impérial du 17/03/1808.
  • Joseph Ignace MATHIEU de MAUVIERES , né à Sélestat le 31/07/1754, mort à Paris le 26/03/1833. Maire de Saint-Forget, membre du Collège électoral de Seine-et-Oise, notaire, Baron d'Empire sur institution du majorat par lettres patentes du 02/11/1810 sur la terre de Mauvières.
  • Jean Pierre TREUILLE de BEAULIEU , né à Saint-Secondin (Vienne) le 05/08/1768, mort à Sélestat le 21/10/1861, colonel de Dragons, commandeur de la Légion d'honneur, Maire de Sélestat (1811-1812), Baron d'Empire par lettres patentes du 02/07/1808, donataire (rente 4 000) sur la Westphalie par décret impérial du 07/03/1808.

Les personnalités

  • Joseph ANDRES, maître ferronnier d'art. Né à Sélestat le 05/04/1883, y décédé le 04/07/1964. Fils de Joseph, épicier à Sélestat, et de Françoise FUCHS. Il épouse 1° Anne Madeleine WÜRTZ (1909) et en 2° Marie Joséphine KOENIG (1928).
Apprentissage chez maître Durr à Sélestat. Tour de France : Saint-Dié, Paris, Colmar, Guebwiller. Il s'installe à Sélestat en 1908.
. Président de la corporation des patrons serruriers et mécaniciens de l'arrondissement de Sélestat,
. Conseiller municipal à partir de 1924,
. Membre du conseil de fabrique de Sainte-Foy,
. Membre du conseil d'administration de la Caisse d'épargne de Sélestat,
. Chevalier de la Légion d'honneur (1956),
. Officier d'Académie, de l'Instruction publique, du Mérite artisanal, du Mérite social.
Parmi ses pièces maîtresses figurent le magnifique portail en fer forgé de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, et la rampe d'escalier de la banque du Rhin à Strasbourg.
Il obtint de nombreux prix et médailles : médaille d'or à la Gewerbeausstellung de Sélestat (1912), 1er prix et médaille d'or à Paris (1925), médaille d'excellence à l'exposition artisanale de Berlin (1939).
  • Beat BILD , plus connu sous le nom de Beatus RHENANUS, humaniste, éditeur, écrivain, philologue, avocat, né en 1485 à Sélestat, fils de Antoine, né à Rhinau (Bas-Rhin), boucher en ce lieu, qui déménagea à Sélestat vers 1485 par suite d'inondations dans sa ville de résidence, décédé à Sélestat le 21/11/1520.
Beatus est décédé à Strasbourg, à l'âge de 61 ans, le 20/07/1547. Son corps fut ramené à Sélestat où il fut inhumé en l'église Saint-Georges, dans le narthex, tout de suite à gauche lorsqu'on pénètre dans l'église par la porte principale. Son collègue et ami WIMPFELING Jacques (1449-1528) est inhumé de l'autre côté, dans le narthex.
"Toujours dans le narthex, nous pouvons voir les épithaphes des Humanistes Hofmann († 1501) et Wimpfeling († 1528), celle du grand-père et du père de Beatus Rhénanus (Eberhard et Antoine BILD), celle du curé Nicolas HOPPUIS († 1507), et enfin celle de Beatus Rhenanus lui-même († 1547), reconstitué en 1985 à l'occasion du 500e anniversaire de sa naissance." (petite plaquette disponible dans l'église).
Quelques années avant sa mort, il avait épousé une veuve du nom de Anne BRAUN. On ne leur connaît pas d'enfant.
Né dans la maison du n°8 de la rue Bornert, il vécu ensuite dans une maison dite "A l'Eléphant", dans la rue du Sel à Sélestat.
Il est inhumé dans l'église Saint-Georges à Sélestat.
Le pont du tramway reliant la ville de Strasbourg à la ville de Kehl (Allemagne) pour son nom (pont Beatus Rhenanus).
  • Martin BUCER - (11/11/1491 Sélestat, 27/02/1551 Cambridge). Dominicain, humaniste, chef du Consistoire de Strasbourg, professeur à l'Université de Cambridge, théologien et réformateur de l'Eglise luthérienne, grande figure du Protestantisme.
  • Alexandre DORLAN , né le 21/10/1864 à Sélestat, y décédé le 14/04/1944. Juriste, historien de l'Alsace et de la ville de Sélestat. En 1923, il fut fait citoyen d'honneur de la ville de Sélestat. Fils de Antoine Alexandre (° 07/04/1813, † ap. 1863), commissaire priseur à Sélestat, et de Maria DORLAN, sa petite-cousine (° 03/01/1838 Sélestat). Son oncle, Jean-Pierre (° 1810) est avocat, et son grand-père, François Joseph (1780-1846) est propriétaire aubergiste à Sélestat.
Son cousin, Jean Achille (1806-1857) est orfèvre bijoutier, l'autre cousin, Antoine (° 1803-ap.1830) avocat.
Le grand-oncle, Jacques Germain (° 1777-1830) est cafetier et conseiller municipal, et l'aïeul, Antoine (° 1752) aubergiste et conseiller municipal. Une vieille famille de Sélestat.
Les écrits d'Alexandre DORLAN sont nombreux, mais son oeuvre majeure est Histoire architecturale et anecdotique de Sélestat, en trois volumes, un trésor de documentation pour ceux qui s'intéressent au passé de Sélestat. Voir le lien dans Bibliographie, plus bas.
  • Hans JOHNER , Zunftmeister, maître juré de corporation à Sélestat (maître de guilde, organisation professionnelle d'artisans au moyen-âge), né en 1545 (julien) à Sélestat, y décédé le 21/09/1612. Marié en 1563 (julien) avec N. JAECKLER (née 1545 julien). Ils auront au moins une fille, Anne (1578 julien-21/04/1610 Sélestat) qui épouse en 1596 à Sélestat Wendling KEHRWILLER, jardinier à Sélestat, né en 1571 (julien) à Sélestat, y décédé le 06/11/1610, fils de Longinus (né 1510 julien à Sélestat, y décédé en 1571) et de Catherine SCHOENAUER (née 1530 julien à Sélestat, y décédée le 16/03/1609).
  • Irénée LANG , député de la circonscription de Sélestat (1881-1893). Né à Sélestat le 01/08/1841, décédé en 1922. Fils de Joseph Louis (1809-1828 Sélestat), marchand, fabricant de "gazes" métalliques, et de Françoise GOETZ (° 08/03/1817 Sélestat), mariés le 18/04/1838 à Sélestat. Irénée était fabricant de toiles métalliques. "En 1914, cet industriel employait 160 personnes. Après son décès, sa société est devenue une SA dirigée par le père du Préfet Paul Demange. Comme député, Irénée LANG a imposé sa forte personnalité, pendant douze années." (une partie de ce texte emprunté à l'Annuaire 2009, Les Amis de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, p. 95)
  • Léon Lucien LORBER . Né le 21/06/1926 à Haguenau (Bas-Rhin), décédé le 21/07/2008 à Sélestat. Instituteur, secrétaire général de la ville de Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin), directeur général honoraire des services de la ville de Sélestat, « malgré-nous », secrétaire de l'Amicale des Maires du canton de Sélestat, membre du bureau national du SNSGVF et trésorier national, délégué français au conseil d'administration de l'Union des dirigeants territoriaux de l'Europe, membre du Club Vosgien et de l'ARCAL... et de nombreux autres organismes. Membre des confréries des Zewwellatreppler, chevalier du Sacavin d'Angers, du Haut-Koenigsbourg. Officier des Palmes Académiques, Officier dans l'Ordre National du Mérite. Voir : [4] et [5]
  • Joseph Adam LORENTZ, médecin à l'hôpital de Sélestat, médecin en chef de l'Armée du Rhin.

Les citoyens d'honneur

Prénom(s) NOM Période Observations
Lazare WEILLER
Général Paul VONDERSCHERR
Général Gaston d'ARMAU de POUYDRAGUIN
Irénée LANG
1920 Voir les fiches. Leur diplôme leur fut remis le 11 novembre 1920 à l'occasion de la fête de l'Armistice et du Cinquantenaire de la République.  
Alexandre DORLAN
Général Henri SIMON
Général Antoine DIEBOLD
Général Victor HUMBEL
Eugène KUNSTLER
Edouard VATIN
Xavier JEHL
Alexandre MILLERAND
Raymond POINCARRE
1923 Le diplôme leur a été décerné le 29 mai 1923 à l'occasion de la remise de la Croix de Guerre à la ville de Sélestat par le Président de la République.

Alexandre DORLAN : 1864-1944. Juriste et historien
Général Henri SIMON : 1866-1858
Général Antoine DIEBOLD : 1859-1947
Général de division Victor HUMBEL : 1849-1927
Eugène KUNSTLER : 1854-1941. Intendant général
Edouard VATIN : 1848-1934. Préfet honoraire de 1re classe
Xavier JEHL : 1848-1934. Pharmacien militaire et historien
Alexandre MILLERAND : 1859-1943. Président de la République
Raymond POINCARRE : 1860-1934. Président du Conseil.  
Auguste STOFFEL 1933 Né en 1861, décédé en 1940. Premier maire français après l'Armistice, fils d'une ancienne famille sélestadienne, il avait été nommé le 07/12/1918 président de la Commission Municipale et élu le 10/12/1919 aux fonctions de Maire qu'il devait exercer jusqu'au 10/05/1925. Son diplôme lui fut remis le 11/11/1933, 15e anniversaire de l'Armistice.  
Paul DEMANGE 1967 Né en 1906, décédé en 1970. Le titre lui fut décerné le 13/08/1967 lors du Corso Fleuri. Cet enfant de Sélestat avait gravi les plus hauts échelons de l'administration : Préfet de Strasbourg de 1951 à 1955, puis de Seine-et-Oise, avant d'être nommé Ministre d'Etat à Monaco. La population lui a toujours gardé une vive affection. Le 22/04/1970, lors de son enterrement au cimetière de sa ville natale, les gens de toutes classes se souvenaient dans le recueillement qu'il avait été non seulement un bon Préfet, mais un Préfet bon, et qu'il est resté attaché à sa cité.  
Paul IMBS 1968 Recteur Honoraire de l'Université de Nancy. Philologue émérite, il fut chargé de la rédaction du "Trésor de la langue française".  
Frédéric MEYER 1969 Grand capitaine d'industrie, "Sélestadien de métier" depuis qu'en 1932 il est venu implanter route de Kintzheim la Société Alsacienne d'Aluminium. Il est né à Bâle, mais à Sélestat on se réjouit du climat social et de l'ambiance qui règnent dans l'usine modèle de la S.A.A.. Pendant plus de 40 ans il a participé activement à l'animation économique de Sélestat et de sa région.  
Paul Louis WEILLER 1970 Ingénieur de l'Ecole Centrale. Pilote de reconnaissance durant la Grande Guerre. Commandant. Chef d'entreprise. Mécène. Héros de l'aviation 1914-1918. Membre de l'Institut. Il reçoit son diplôme le jour du Corso Fleuri.
Né le 29/09/1893 à Paris (15e), décédé le 06/12/1993 à Genève (Suisse). Fils de Lazare ci-dessus.  
Paul ADAM 1983  
Julien FREUND 1984  
Alfred KERN 1985  
Camille CLAUS 1986  
Charles GOLDSTEIN 1989 (1924-1989). Fondateur de l'association Heimetsproch. Pérennisation de la culture et de la langue régionale, dont le siège est à la Cour des Prélats à Sélestat.  
Mr. et Mme Robert BELTZ 1990 Illustrateur alsacien.  
Tomi UNGERER 1991 Dessinateur, auteur, écrivain, illustrateur.  
Robert GUIDAT
George J. DAVIS
1992 M. GUIDAT, né en 1919, décédé en 2011. Professeur d'allemand, écrivain, historien de Sélestat, il fut aussi conseiller municipal (1971 à 1973, puis 1977 à 1983), membre de la commission d'attribution du nom des rues et places de la ville, Grand maître de la confrérie des Zewwelatreppler (confrérie de l'oignon). Il fut inhumé à Hindisheim (Bas-Rhin).  
Jean HELFTER
Jean COLLAONE
1993 M. HELFTER, médecin.  
Louis MUCKENSTURM 1994 L'un des pères fondateurs de la confrérie des Zewwelatreppler à Sélestat.  
Pierre HOCHWELKER 1995  
Hans-Georg RENNER 1997 Allemand. Domicilié à Ohnenheim. Musicien et poète. Compositeur de la musique pour le Livre des Miracles de Sainte-Foy.  
Géraldine LOEWENGUTH
Hildegard NEULEN
2000  
Paul BUCKENMEYER
Clément IMBS
2003  
Germain SPATZ
Jean PONS
2004 M. SPATZ, Président de la Ligue d'Alsace de handball de 1996 à 2008, fondateur et président du Sélestat-Alsace-Handball, dessinateur de nombreux chars pour le Corso fleuri.
M. PONS : Président honoraire des Amis de la Bibliothèque humaniste, docteur en histoire, colonel de réserve.  
Jacques VAN GOMPEL
Richard LEIBINGER
Boris BANGA
Wolfgang RÜMMELE
2006 Bourgmestres des villes de Charleroi et de Waldkirch, et maires des villes de Grenchen et de Dornbirn.  
 
Roland MACK
Jürgen MACK
Roland MACK est le fondateur de l'Europa Park et du parc aquatique Rulantica (Rust - Allemagne).
Jürgen MACK, frère de Roland MACK, est ingénieur, associé gérant de l'Europa Park (Rust - Allemagne)  
Anne SCHULER  
 
 

Les généraux

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Les généraux Sélestadiens

Les artistes

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Les artistes Sélestadiens


^ Sommaire

Les militaires décédés à Basse-Terre (Guadeloupe)

Guadeloupe


  • Aloyse BROBECK : Fusilier à la 16e compagnie du 1er régiment d'infanterie de Marine, matricule 11688, à Basse-Terre, Guadeloupe.
    Né le 16 février 1825 à Sélestat, décédé le 30 décembre 1849 à Basse-Terre, île de la Guadeloupe , à l’âge de 24 ans.
    Fils de Louis BROBECK 1788- (Cabaretier, domicilié (02/1825) à Sélestat, canton du dit, arrond. de Sélestat-Erstein, Bas-Rhin) et de Thérèse LANGS †.
    Extrait des registres des actes de l'état civil de Basse-Terre :
BROBECK Aloyse, décédé le 30/12/1849 à 5 heures, fusilier à la 16e compagnie du 1er régiment d'infanterie de Marine, matricule 11688, né le 16/02/1825 à Sélestat, fils de Louis et de LANGS Thérèse. Témoins au décès : VIGNAL Hyacinthe, 35 ans, infirmier à l'hôpital, et FOURIANT Jules, 28 ans, charpentier, tous les deux domiciliés en cette ville. L'adjoint délégué. Signé : Cabre.
Transcrit littéralement à Sélestat le 27/08/1850. Signé : Wispi.
  • Edouard HEINRICH : Ouvrier de 3e classe de la 7e compagnie d'artillerie de Marine, matricule 556, à Basse-Terre, île de la Guadeloupe.
    Né le 4 juin 1822 à Sélestat, décédé le 4 juillet 1846 à Basse-Terre, île de la Guadeloupe , à l’âge de 24 ans.
    Fils de Jean-Baptiste HEINRICH † (Musicien, domicilié (06/1822) à Sélestat, canton du dit, arrond. de Sélestat-Erstein, Bas-Rhin)et de Catherine BIHL †.
    Extrait des registres de l'état civil de Basse-Terre, Guadeloupe. Hôpital :
HEINRICH Edouard, ouvrier de 3e classe de la 6e compagnie d'artillerie de Marine, matricule 556, né le 04/06/1822 à Sélestat, fils de Jean-Baptiste et de Catherine BIHL, décédé le 04/07/1846 à 22h. Témoins au décès : DELASSEN (?) François Théodore, 42 ans, infirmier de l'hôpital, y demeurant, et HERLE (?) Jean, 23 ans, écrivain, tous deux domiciliés en cette ville. L'adjoint délégué. Signé : Auguste Vatable.
Transcrit littéralement à Sélestat le 03/06/1847. Signé : illisible.


^ Sommaire

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Morts aux guerres

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Morts aux guerres

Le carré militaire

Pictos recherche.png Article détaillé : Voir la page consacré au cimetière

Émigration

Émigration en Algérie

Un certain nombre de ressortissants de cette ville sont partis vers l'Algérie (90 personnes environ). Un nombre conséquent de jeunes hommes, envoyés en Algérie comme militaires, y ont perdu la vie. Nous présentons deux cas, différents de ceux des familles qui partaient pour se faire une nouvelle vie. Il s'agit de deux jeunes garçons, un qui revient d'Algérie, et un autre qui y part :

voir : L'émigration Algérie et Blog Selestat - "Les migrants"

Un certain nombre de personnes ont demandé un passeport pour l'Algérie. Certains ne sont sans doute pas partis. Voir : Demandes de passeport à Sélestat

En ce qui concerne l'émigration d'Alsace et de Lorraine, on pourra se référer aux ouvrages suivants :

L'émigration des alsaciens et des lorrains du XVIIIè au XXe siècle, par Norman Laybourn, tome I (Les noms de lieux) et tome II (Au-delà des mers), Association des Publications près les Universités de Strasbourg, 1986, ISBN 2-86820-736-4 (édition complète).

Voir aussi :

Émigration aux États-Unis d'Amérique

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Émigration aux États-Unis d'Amérique

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8 h 30 - 12h 8 h 30 - 12h 8 h 30 - 12h 8 h 30 - 12h 8 h 30 - 12h - -
Après-midi 13 h 30 - 17 h 30 13 h 30 - 17 h 30 13 h 30 - 17 h 30 13 h 30 - 17 h 30 13 h 30 - 17 h 30 - -
67462 Sélestat Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 9, place d’Armes - 67604 SÉLESTAT

Tél : 03 88 58 85 00 - Fax : 03 88 82 90 71

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : 48.260278° / 7.455° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public & Mairie (Octobre 2017)

  • La mairie annexe du Heyden, 13, rue Franz Schubert, est ouverte les mêmes jours et aux mêmes heures. Téléphone : 03 88 08 69 72.

Archives & dépouillements des registres paroissiaux et d'état civil

État civil récent

État civil ancien, registres paroissiaux et d'état civil

Les registres d'état civil de Sélestat sont consultables en ligne sur le site des Archives départementales du Bas-Rhin : Adeloch

Les recensements sont également consultables en ligne sur le site Ellenbach : Ellenbach

Une salle de lecture est aussi à disposition du public, aux archives municipales de Sélestat, comprenant 8 places. Les chercheurs y sont admis les mardi et jeudi après-midi, de 14 heures à 17 heures.

Pour des informations plus pointues n'hésitez pas à consulter le Blog de Sélestat, le blog de Association Mémoires de Sélestat sur ce Site, et la Bibliothèque humaniste de Sélestat sur ce Site

Recherches généalogiques anciennes à Sélestat

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Recherches généalogiques anciennes

Archives notariales

Remarques

  • Sélestat était au centre géographique de la Décapole. Située au centre de la province, sur la rive ouest de l'Ill navigable, la ville est la seule à avoir eu une corporation des bateliers. Sa situation particulière fait que les délégués des dix villes s'y réunissent souvent. De plus, la ville conserve les archives de l'alliance dans un coffre dont Haguenau et Colmar détiennent chacun une clé.
  • Il existe une transcription dactylographiée des droits de bourgeoisie consultable aux Archives municipales.


^ Sommaire

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Histoire architecturale et anecdotique de Sélestat - Tome I
  Histoire architecturale et anecdotique de Sélestat - Tome II
  Histoire architecturale et anecdotique de Sélestat - Tome III

Livres de référence

  • L'humanisme à Sélestat, Paul ADAM, imprimerie Alsatia, Sélestat, 1978.
  • L'émigration des Alsaciens et des Lorrains du XVIIIe au XXe siècle, Normann LAYBOURN, tomes I et II, Association des Publications près les Universités de Strasbourg, Strasbourg, 1986. ISBN 2-86820-736-4 (édition complète).
  • L'option et l'émigration des Alsaciens-Lorrains (1871-1872), Alfred WAHL, Association des Publications près les Universités de Strasbourg, Strasbourg, 1974, Ed. Ophrys, Paris. ISBN 2-7080-0407-7.

Sur Geneanet
(des exemplaires sont en consultation libre aux archives municipales de Sélestat, car les liens ci-dessous ne peuvent être utiles qu'à ceux qui désireraient acquérir ces ouvrages.) et bien d'autres publications, dont les annuaires des Amis de la Bibliothèque humaniste, et le Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne.

Alexandre DORLAN 1 et Alexandre DORLAN 2


Sur Google Books

  • Qui êtes-vous ? - Volume 3 - C. Delagrave
  • Histoire religieuse de Sélestat - Paul Adam - Ed. Alsatia Sélestat 1975. 3 tomes.
  • Manuel complet du voyageur en France et en Belgique - Jean-Marie-Vincent Audin - Ed. Maisonneuve, 1854
  • Revue d'Alsace - Ed. Strasbourg 1836

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Pictos recherche.png Article détaillé : Sélestat - Tranches de vie et anecdotes tirées des archives

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Tiré de Vitalité de Sélestat et de sa région, ville de Sélestat, ouvrage publié sous les auspices de l'Association Tourisme, Culture et Loisirs et de la Société des Amis de la Bibliothèque de Sélestat, 1970, imp. Alsatia Sélestat.
  2. Annuaire 2009 - Les Amis de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, p. 195,196


^ Sommaire


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.