67125 - Epfig

De Geneawiki
Révision datée du 3 mai 2019 à 21:55 par Fjchmeyer (discussion | contributions) (Bibliographie)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Epfig
Blason Epfig-67125.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 67 - Blason - Bas-Rhin.png    Bas-Rhin
Métropole
Canton Blason Obernay-67348.png   67-12   Obernai

Blason Barr-67021.png   67-01   Barr (Ancien canton)

Code INSEE 67125
Code postal 67680
Population 1753 habitants (2016)
Nom des habitants Epfigeois, epfigeoises
Superficie 2190 hectares
Densité 80 hab./km²
Altitude Mini: 160 m
Point culminant 311 m
Coordonnées
géographiques
48.359722° / 7.463889° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
67125 - Epfig carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier


HHistoire.pngistoire de la commune

Le nom se compose de l'un des noms celtiques du cheval : « epos », aussi fréquemment attesté dans l'anthroponymie gauloire : eppius, epponus, epillus plus le suffixe celtique -àkon, latinisé en -acum de localisation, puis de propriété. Il signifie soit « lieu des chevaux » soit « propriété d'Eppicus ».

Ce bourg remontant à la plus haute antiquité a été occupé par des populations celtes et germaniques. Sous l'empire romain, la cité était connue sous le nom d' Epiacum (dont la forme Apica est probablement une cacographie). Les troupes romaines y auraient planté, dès le début de leur présence, les premiers plants de vignes. Des immigrants alamans se mêlent peu à peu aux populations locales gallo-romaines originelles et le bas latin est remplacé par un dialecte alémanique. À partir du xiie siècle, les évêques de Strasbourg qui y possédaient un château, dont il ne reste qu'une partie d'une tour et des caves voûtées, dominent la ville. Epfig est complètement ruiné en 1439, lors des premières incursions du parti Armagnacs. Il est une deuxième fois détruit en 1632 lors de la guerre de Trente Ans. Entre le XIe et le xive siècle est érigée une chapelle romaine portant le nom de Sainte Marguerite qui possède un porche unique en Alsace et un ossuaire dont la plupart des ossements provient de la destruction du village disparu et voisin de Kollwiller. Au XVIIIe le cardinal de Rohan fait construire une résidence à côté du donjon. À cette époque le village d'Epfig possédait 60 puits et un calvaire de trois croix.

  • en 1538, le pasteur de Rosheim écrit à un citoyen de Strasbourg que 25 anabaptistes ont été capturés dans les bois à Epfig, et que 300 anabaptistes se sont récemment réunis dans les bois.

Toponymie

Héraldique

De sable à la bande d'argent accompagnée de deux rameaux du même.

Patrimoine.png Patrimoine

Hôtel de ville (1857)
L'hôtel de ville a été construit en 1749 par l'architecte Antoine Ringeisen de l'arrondissement de Sélestat. Il est notamment chargé de veiller et de diriger les travaux des bâtiments publics et culturels de la région. Ses archives, qui couvrent les périodes 1840-1889, sont précieusement conservées à la Bibliothèque humaniste de Sélestat. La chapelle Sainte-Marguerite
La tradition fait remonter la chapelle Sainte Marguerite à l'endroit où se trouvait au xe siècle un couvent de moniales dédiée à Sainte Berthe fille d'un leude de Clovis II. Ce couvent aurait été selon la tradition fondé en 895 par Rothrude, fille de Lothaire Ieret d'Ermengarde, abbesse d'Erstein pour les religieuses du couvent de Blangy-en-Artois qui avaient dû fuir les Normands. La chapelle cémétériale actuelle est de style roman, construite dans le premier quart du XIe siècle. Son plan bâtard combine le plan centré et la forme de la croix latine. La nef unique est orientée vers l'ouest, et se termine par un chevet plat. Au début du xiie siècle on adjoignit à l'édifice un petit porche.

Ossuaire
Accolé au mur de la nef, cet ossuaire remonte peut-être au XVIIIe siècle. Selon la tradition cet ossuaire abrite les crânes des paysans morts à la bataille de Scherwiller en 1525. Mais dans la réalité ce genre d'ossuaire renferme en général les ossements de cimetières désaffectés ou de fosses trop pleines ou encore du village disparu de Kollwiller qui était situé à l'Est, dans la plaine à proximité de la voie rapide du Piémont des Vosges.

Repère géographique.png Repères géographiques

2.200 hectares dont 560 de vignes = la plus grande commune viticole d'Alsace.
Écarts et lieux-dits : Ste.Marguerite, Fronholz, Finkwiller.

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 2 006 2 160 2 082 2 177 2 448 2 942 2 861 3 004 2 962 2 925
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 976 3 008 2 745 2 712 2 567 2 513 2 502 2 423 2 423 2 276
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 2 208 1 898 1 852 1 752 1 700 1 672 1 612 1 718 1 666 1 691
Année 1982 1990 1999 2004 2006 2011 2016 - - -
Population 1 704 1 753 1 947 1 996 2 113 2 192 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
André METZ 1971-1977 Né vers 1923, décédée le 10/02/2017. La cérémonie religieuse des obsèques a été célébrée en l'église Saint-Georges d'Epfig le 14/02/2017.
Source : Faire-part de décès - Dernières nouvelles d'Alsace.  
Claude ADONETH 1977-1989  
Lucien METZ 1989-2008  
Jean-Claude MANDRY 2008-(2020)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
Louis KAUFFEISEN 1819 Notaire royal à Epfig.  
- -  
- -  

Les instituteurs

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
FELTZ 1879-  
- -  

Les prêtres

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les autres personnalités

Joseph Antoine Charles MULLER, né le 13/03/1775 à Epfig, baptisé le lendemain, décédé le 06/05/1853 à Nancy (Meurthe-et-Moselle) à l'âge de 78 ans, fils de Barthélémy Louis (en 1775 : "magnifici domini... questoris lumentissimi principi cardinalis de ROHAN et urbis Benfeldiae magistratus prosidit" (acte de baptême de son fils Joseph Antoine Charles), et de Marie Thérèse NEBEL.
Colonel, baron d'Empire par lettres patentes de l'Empereur Napoléon 1er le 10/09/1808, officier de la Légion d'Honneur le 07/07/1807 (voir dossier), chevalier de l'ordre de Saint-Louis.
Il épouse le 11/10/1810 Marie Madeleine Louise Pierrette TAVALA, dont il eut deux enfants :

- François Xavier Charles Alphonse, baron MULLER, né le 10/06/1811, décédé en 1870.
- Romain MULLER, né vers 1823, décédé après 11/1859, journalier à Epfig.

Joseph Antoine Charles MULLER sur Wikipédia.

Les médaillés

Les titulaires de la Légion d'Honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Joseph Antoine Charles MULLER 13 mars 1775 Epfig 6 mai 1853 Nancy (Meurthe-et-Moselle) Officier de la Légion d'Honneur. Chevalier de St.Louis, colonel, baron d'empire par lettre patente de l'Empereur Napoléon 1er (10/09/1808). Fils de Barthélémy Louis, en 1775 "magnifici domini... questoris lumentissimi principi cardinalis de Rohan et urbis Benfeldiae magistratus prosidit" (acte de baptême de son fils), et de Marie Thérèse NEBEL. Marié le 11/10/1810 avec Marie-Madeleine Louise Pierrette TAVOLA. Ils auront deux fils : François Xavier Charles Alphonse (1811-1870) et Romain (1823-ap.11/1859).  
 

Voir les 18 notices (en renseignant simplement le lieu de naissance)

Les médaillés de Sainte-Hélène

La médaille de Sainte Hélène, créée par Napoléon III, récompense les 405000 soldats encore vivants en 1857, qui ont combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de 1792-1815.

Medaille st helene 2.jpg
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Xavier METZ 28 décembre 1793 après 1857 Réside à Chalampé (Haut-Rhin).
7e régiment de Chasseurs à cheval.
Période : 1811 à 1815.  
 

Source : Les Médaillés de Sainte-Hélène

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Décès de militaires

Liste des militaires décédés hors de la commune, nés dans la commune, ne figurant pas sur le monument aux morts.

  • Georges GERSTER  : né le 02/08/1827 à Epfig, décédé le 07/02/1852 à l'hôpital militaire du Dey à Alger, Chasseur de 2e classe au 1er régiment de Chasseurs d'Afrique, matricule 2310, 24 ans, célibataire, fils de Georges (o ca. 1762), garde champêtre à Epfig, et de Anne Marie RIEFFEL.
  • Joseph MICHEL  : né le 25/11/1831 à Epfig, décédé le 03/09/1856 à l'hôpital militaire du Pirée, Athènes, Grèce, caporal de 2e classe au 2e régiment d'infanterie de Marine, 11e compagnie. N° 17387. 24 ans, fiévreux, entré au dit hôpital le 27/08/1856, y décédé le 03/09/1856, registre 2F2/240. Fils de François Joseph, jardinier à Epfig, et de Madelaine GUTH. Le père de Joseph, François Joseph, avait perdu lui-même son propre père, Georges, alors qu'il était très jeune, en mars 1814, alors qu'il était aussi militaire, à l'hôpital de Hambourg, Allemagne.

Remarque (valable aussi pour REIBEL Herrenbert qui suit) : Pendant la guerre de Crimée, un hôpital français de campagne fut installé au port du Pirée, près d'Athènes. Il accueillait, semble-t-il, les militaires affectés d'une maladie curable, plutôt que des blessés. L'hôpital fonctionna encore un an après la fin de la guerre (mars 1856). La guerre de Crimée causa plus de 95.000 morts dans l'armée d'Orient, dont 10.000 de leurs blessures dans les hôpitaux et environ 75.000 par maladie et épidémies infectieuses, comme le typhus pendant l'hiver 1855-1856. Ils étaient soignés par 450 médecins militaires, dont 82 succombèrent du typhus. Comme c'était la Marine qui transportait ses troupes et le matériel, les archives de l'hôpital du Pirée sont conservées aux Archives maritimes de Toulon, 2F2/240 et 241.
  • Herrenbert REIBEL  : né le 10/03/1832 à Epfig, décédé le 02/09/1856 à l'hôpital militaire du Pirée, Athènes, Grèce, soldat de 2e classe au 2e régiment d'infanterie de Marine, 17e compagnie. N° 19852. 23 ans, fiévreux, entré au dit hôpital du 26/07/1856, y décédé le 02/09/1856, registre 2F2.240. Fils de Joseph Antoine, cultivateur à Epfig, et de Joséphine SPITZ. (Voir remarque ci-dessus.).

Émigration

Émigration en Algérie

Pictos recherche.png Article détaillé : Epfig - Émigration en Algérie


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : -

Tél : - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr (juin 2013)

Dépouillements des registres paroissiaux et d'état civil

Les registres paroissiaux et l'état civil sont consultables en ligne sur le site Adeloch des Archives départementales : Adeloch

Les recensements sont également consultables en ligne sur le site Ellenbach : Ellenbach

Archives notariales

Patronymes

Remarques

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


^ Sommaire