Ouvrir le menu principal

Geneawiki β

54395 - Nancy


Capitale du duché de Lorraine jusqu'au rattachement de celui-ci au Royaume de France en 1766, évêché depuis 1777, Nancy est le chef-lieu du département de la Meurthe de 1790 à 1871 puis de Meurthe-et-Moselle à partir de 1871.

Retour

Nancy
Blason Nancy-54395.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 54 - Blason - Meurthe-et-Moselle.png    Meurthe-et-Moselle
Métropole Métropole du Grand Nancy
Canton

Anciens cantons
Blason Nancy-54395.png   54-19   Nancy-Est
Blason Nancy-54395.png   54-20   Nancy-Nord
Blason Nancy-54395.png   54-21   Nancy-Ouest
Blason Nancy-54395.png   54-22   Nancy-Sud

Code INSEE 54395
Code postal 54000
Population 108 597 habitants (2009)
Nom des habitants Nancéien (ne)
Superficie 1 501 hectares
Densité 7234,98 hab./km²
Altitude 188 m
Point culminant 353 m
Coordonnées
géographiques
48°41'34° / 6°11'01° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

  • Le nom apparaît au 7e siècle, sur une pièce de monnaie portant le nom de Nanciacus.
  • 1053 : Le nom actuel de la ville apparaît dans un texte, Nancy est alors un bourg fortifié où les ducs de Lorraine passent de temps en temps.
  • Elle devint ensuite la capitale du Duché.
  • 1477 : Charles le Téméraire est battu devant Nancy par René II de Lorraine
  • 1588 : Charles III créé une nouvelle ville, aux rues droites et régulières dotée d'une enceinte
  • La ville subira la guerre de Trente ans, occupée tour à tour par les armées du roi de France ou des ducs de Lorraine.
  • 1725 : Stanislas, roi déchu de Pologne marie sa fille à Louis XV de France, et reçoit en 1737, le duché de Lorraine
  • 1766 : La Lorraine devient française


  Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Meurthe, 1871-2018 : Meurthe-et-Moselle
  • Arrondissement - 1801-2018 : Nancy
  • Canton - 1801-1879 : Nancy-Est, Nancy-Nord et Nancy-Ouest, 1879-2018 : Nancy-Est, Nancy-Nord, Nancy-Ouest et Nancy-Sud

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :
  • Nancy absorbe en 1806 les anciennes communes Notre-Dame-de-Bon-Secours et Les Trois-Maisons.

  Histoire religieuse

  • Paroisses de Nancy
  • Paroisse Saint-Epvre


  Héraldique

D'argent à la tige de chardon arrachée de sinople, fleurie de pourpre, chargée de deux feuilles piquantes au naturel ; au chef coupé d'un et parti de trois : au premier fascé d'argent et de gueules de huit pièces, au deuxième d'azur semé de fleurs de lys d'or brisé en chef d'un lambel de gueules, au troisième d'argent à la croix potencée d'or cantonnée de quatre croisettes du même, au quatrième d'or à quatre pals de gueules, au cinquième d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure cousue de gueules, au sixième d'azur au lion contourné d'or à la queue fourchue, armé, lampassé et couronné de gueules, au septième d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules, au huitième d'azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d'or aux deux bars adossés du même brochant sur le tout, sur le tout d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent.

Repère géographique.png Repères géographiques

Département de la Meurthe de 1801 jusqu'en 1871.


Patrimoine.png Patrimoine

Place Stanislas

 
C.Angsthelm
  • Ensemble architectural du 18e siècle, réalisé par l'architecte Emmanuel Héré', ancien élève de Boffrand, et le ferronnier Jean Lamour (1698-1771).
  • Le pavillon central est occupé par l'Hôtel de ville
  • Un autre pavillon est occupé par le Musée des beaux-arts
  • La place Stanislas, place de la Carrière et place de l'Alliance forment l'ensemble monumental inscrit au Patrimoine mondial de l'Humanité par l' UNESCO en 1983.


Cathédrale

 
C.Angsthelm
  • Construit sur les plans de l'architecte Mansard et achevé en 1742 par G.Boffrand
  • Pour préserver l'indépendance politique et spirituelle de son duché, Charles III demanda au pape Clément VIII de lui accorder la création d'un évêché, mais ce dernier ne lui accorda qu'une primatiale, c'est-à-dire un chapitre dirigé par un primat, titre honorifique et nouveau dans l'Église.
  • La construction de l'église définitive commencée en 1607 fut inaugurée par Stanislas en 1742.
  • L'évêché de Nancy fut créé par une bulle du pape Pie VI en 1777.
  • Les sculptures des façades furent remplacées après la Révolution par des statues de Saint Mansuy et Saint Sigisbert. Les premiers plans de l'église furent établis par Giovanni Betto, critiqué par Jules Hardouin-Mansart qui préconisa l'élévation d'un dôme à lanternon à la croisée du transept, puis ce fut Germain Boffrand qui termina les tours à lanternon.
  • La nef s'orne de piliers corinthiens dont les arcades sont surmontées d'anges sculptés par Menuet, Mesny et Dieudonné.
  • Les chapelles latérales sont closes par des grilles de Jean Lamour et de son élève François Jeanmaire.
  • Dans la tribune surmontant l'entrée, un grand orgue de 1757 provenant des ateliers des frères Dupont. Le facteur Cavaillé-Coll en augmenta sa capacité en 1861.


Basilique Saint Epvre

 
C.Angsthelm
  • L'édifice gothique de 1436 a été remplacé en 1863 par une basilique de style ogival dont le chœur est tourné vers le sud. L'architecte Prosper Morey y travailla de 1805 à 1875.
  • Le curé de Saint Epvre, l'abbé Simon, lança une souscription pour faire face aux travaux, puis l'abbé Trouillet sollicita le gotha européen et les mécènes lorrains. L'empereur d'Autriche François-Joseph offrit le grand escalier ainsi que des vitraux le représentant avec son épouse, puis Napoléon III et l'impératrice Eugénie figurent sous les traits de Saint Louis et Saint Eugénie.
  • Une spectaculaire crèche réalisée par des artisans viennois, ainsi que de nombreux vitraux rappellent que la famille de Lorraine régnait alors sur l'Autriche.
  • L'église Saint Epvre fut promue basilique en 1874.
  • La tour s'élève à 87 mètres au-dessus de ses toitures.
  • La basilique est classée aux Monuments Historiques.


Hôtel de ville

  • Magnifique escalier avec une rampe en fer forgé longue de 25 m, oeuvre de Jean Lamour
  • Ferronnerie du balcon avec les armes de Stanislas Leszczynski et du blason de Nancy.


Place de la Carrière

  • Elle date de l'époque ducale (16e et 18e siècle), elle fut transformée par Héré
  • On y trouve
  • Emmanuel Héré, premier architecte du roi, a dirigé les travaux en déployant pour l'ensemble architectural la quintessence de son art de bâtisseur en faisant le lien entre la ville médiévale et la ville de Charles III (construite au 17e siècle).
  • la carrière est érigée dès la Renaissance. Les façades des maisons (hôtels du 16e et 17e siècles) qui la bordent sont reprises par Héré, en s'inspirant de l'architecture classique utilisé pour le palais de l'Intendance. Les façades de chaque côté de la place présentent un alignement parfait.
  • Les grilles de Jean Lamour, sont implantées plus tardivement et encadrent un terre-plein délimité par un cordon de pierre, décoré aux quatre coins de fontaines sommées par des groupes d'enfants, sculptées par Mesny et Lépy. Cet espace offre un axe de symétrie qui relie le palais de l'Intendance à l'Hôtel de ville en passant par l'arc Héré.


Palais du Gouvernement

  • Ancienne résidence des ducs de Lorraine.
  • Le duc Léopold confia à Boffrand la réalisation d'un nouveau Louvre commencé en 1717, mais fut interrompu par l'arrêt de la dynastie ducale. Le projet du bâtiment devait consister en quatre corps allant jusqu'à la salle d'Opéra. Le Palais actuel sera terminé en 1753 par l'architecte Emmanuel Héré.
  • Il abritera successivement le Palais de l'Intendance, la Préfecture, le quartier général militaire et deviendra musée en 2010.


Palais Ducal

  • Bâtiments construits au 16e sur la base d'un ancien château, par le duc Antoine. Ils furent amputés au 18e siècle de plusieurs ailes.
  • Le roi René II fit reconstruire le château qui tombait en ruines en 1502 par Jacques de Vaucouleurs, et ne fut achevé que sous le règne de Charles III.
  • Le duc Antoine, fils de René, s'inspira de l'art de la Renaissance en Italie, ainsi qu'à la porte monumentale du château de Blois dont il fera reproduire par le sculpteur Jacquemin de Lenoncourt en 1512 la porte pour le palais ducal.
  • Le style est caractéristique de la première Renaissance, alliant des décors italiens à des structures marquées du Moyen-Age. Les fenêtres à meneaux, les médaillons, la moulure torsadée qui ornent la façade rue sont typiques de la Renaissance.
  • En 1871 le palais fût ravagé par un incendie et avec lui la plus grande partie des collections du musée lorrain primitif, mais la Société d'Archéologie lorraine et d'autres mécènes veillèrent à sa résurrection.
  • Le musée lorrain présente un panorama complet de l'histoire de la Lorraine ainsi que quelques unes des œuvres les plus réussies d'artistes qui virent le jour ou s'illustrèrent dans la région : Georges de La Tour, Claude Deruet, Jacques Callot ; des productions des manufactures lorraines (Lunéville, Niderviller, Saint Clément) ; ainsi que des témoignages de la vie de la cour de Lorraine (tapisseries, tableaux).


Église des Cordeliers

  • Attenante au palais ducal, elle abrite de nombreux monuments du Moyen-Age et de la Renaissance.
  • On y trouve les tombeaux du duc René II et de son épouse Philippe de Gueldres réalisés par Ligier Richer, du cardinal de Vaudémont réalisé par Florent Douin.
  • L'église a été consacrée en 1487. Elle fait suite à un vœux du Roi René d'élever un sanctuaire s'il était vainqueur de Charles de Téméraire. Elle était autrefois reliée au palais ducal par un passage couvert. L'édifice a une nef de 73 mètres de long, des chapelles funéraires furent rajoutées ultérieurement.
  • Le vitrail de la rosace moderne située au-dessus du portail représente les armes de Lorraine.
  • Jacques Callot, graveur du 18e siècle y est inhumé avec son père et son grand père.
  • Le couvent attenant fut confié aux franciscains par le Roi René, il contenait plus de trois mille volumes. Aujourd'hui il abrite le Musée des Traditions populaires.


  • Chapelle Ducale
  • De forme octogonale, elle s'élève sur le caveau des ducs de Lorraine. Son architecture est inspirée de la Chapelle des Médicis à Florence.
  • Henri II entreprit l'édification de la chapelle ducale (1609-1612). A l'entrée de la chapelle un groupe sculpté de style roman représentant un croisé et sa femme enlacés. Au centre, un lanternon octogone par Siméon Drouin (1632), n'a pas été mené à son terme. La Révolution profana les sépultures et le sanctuaire est très en dessous des espérances ducales initiales. Le bas-relief de l'autel représentant un Christ mort est attribué à Chassel.
  • La dynastie des Habsbourg-Lorraine est restée attaché à la chapelle de ses aïeux. Marie-Antoinette lors de son passage à Nancy pour rejoindre son époux en 1770, se recueillit sur la tombe de ses ancêtres et, en Mai 1951, l'archiduc Otto de Habsbourg épousa la princesse Régina de Saxe-Meiningen


Église Notre-Dame-de-Bonsecours

  • Construite par l'architecte Héré.
  • On y trouve les tombeaux de Stanislas et de son épouse, Catherine Opalinska.
  • En arrivant en Lorraine en 1737, Stanislas, roi déchu de Lorraine, décide de faire construire une église dédiée à la Vierge sur l'emplacement d'une chapelle et du cimetière des Bourguignons sur la route de Lunéville. L'édifice a été commandé à Emmanuel Héré. Cette église sera consacrée en 1741. Stanislas ne pouvant se faire enterrer au couvent des cordeliers dans le mausolée des ducs de Lorraine, cette église devait lui permettre d'ancrer son règne et sa postérité au cœur de la mémoire des lorrains.
  • Les pierres et colonnes viennent en partie du château de La Malgrange. L'architecture est italienne de la Renaissance. Le toit à bulbe, couvert d'ardoises, est un clin d'oeil au pays d'origine de Stanislas.
  • Le mausolée de Stanislas a été commandé au sculpteur Louis-Claude Vassé par son beau-père Louis XV.


Église Saint-Sébastien

  • Construite par l'architecte Jennesson entre 1720 et 1731.
  • L'édifice a été réalisé par l'architecte nancéien, Jean-Nicolas Jennesson, en calcaire de la Meuse. La façade incurvée est inspirée de celle de Saint Agnès de Rome. Une horloge du XIXe siècle a remplacé les armoiries de Lorraine martelées à la Révolution. Les statues de Saint Sébastien et du duc Léopold ont été offertes par l'abbé Trouillet. Les tours, coiffées de lanternons, sont couvertes d'ardoises.
  • A l'intérieur, la coupole du transept est ornée de bas-reliefs représentant le martyre de Saint Sébastien. Des colonnes ioniques supportent des voûtes ornées de médaillons. Le crucifix du chœur est l'oeuvre du sculpteur César Bagard.
  • Jean Girardet , Premier peintre de Stanislas, est inhumé dans l'église, le monument funéraire visible a été sculpté par Joseph Labrousse en remplacement de celui détruit à la Révolution.


Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Photos

Cartes postales

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

  • Jérôme ANTHONY, animateur télé né le 11 novembre 1968
  • Amélie Marguerite BADEL, danseuse sous le nom de RIGOLBOCHE, née le 13 juin 1842, décédée à Bobigny (Seine-Saint-Denis) le 1er février 1920
  • Houcine CAMBRA, acteur sous le nom de HOUCINE, né le 29 août 1980
  • Daniel CHENEVEZ, compositeur né le 12 juin 1959
  • Claudine Marie Josèphe CLOSTER, actrice née le 16 février 1939
  • Charlélie COUTURE, chanteur compositeur, né le 26 février 1956
  • Jean-Thomas COUTURE, connu sous le nom de Tom NOVEMBRE, chanteur et acteur né le 8 novembre 1959
  • Virginie DESPENTES, écrivaine née le 13 juin 1969
  • Jean-Marie DROT, écrivain né le 2 mars 1929
  • Émile GALLE, ébéniste, céramiste et maître-verrier, né et décédé à Nancy les 4 mai 1846 et 23 septembre 1904)
  • Edmond de GONCOURT, écrivain né le 26 mai 1822, décédé à Champrosay (Essonne) le 16 juillet 1891
  • François JACOB, médecin biologiste prix Nobel en 1965, né le 17 juin 1920, décédé à Paris le 20 avril 2013
  • Marc de JONGE, acteur né le 16 février 1949, décédé accidentellement à Paris le 6 juin 1996
  • Karine LE MARCHAND, présentatrice télé née le 16 août 1968
  • Louis LUCOT, acteur sous le nom de Georges Louis MARCHAL, né le 10 janvier 1920, décédé à Maurens (Dordogne) le 28 novembre 1997
  • Hubert LYAUTEY, maréchal, né le 17 novembre 1854, décédé à Thorey (Yonne) le 21 juillet 1934
  • Jacques MAJORELLE : artiste peintre orientaliste. Né le 07 mars 1886, décédé à Paris le 14 octobre 1962. Il s'installe au Maroc, à Marrakech où il acheta une propriété qui porte désormais son nom : le jardin Marjorelle.
  • Najoua MAZOURI, chanteuse sous le nom de Najoua BÉLYZER, née le 15 décembre 1981.
  • Henri POINCARÉ, mathématicien né le 29 avril 1854, décédé à Paris le 17 juillet 1912
  • René POLLAIN, chef d'orchestre né le 6 novembre 1882, décédé en 1940
  • Georges SADOUL, écrivain né le 4 février 1904, décédé à Paris le 13 octobre 1967
  • Janine SAUNIER, actrice sous le nom de Catherine SAUVAGE, née le 26 mai 1929, décédée à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne) le 20 mars 1998
  • Pierre SCHAEFFER, ingénieur, compositeur né le 14 août 1910, décédé à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) le 19 août 1995
  • Jean-Louis SCHLESSER, pilote automobile né le 12 septembre 1948
  • Pierre-Luc SÉGUILLON, journaliste né le 13 septembre 1940, décédé à Paris le 31 octobre 2010
  • Eugène TISSERANT, cardinal et académicien né le 24 mars 1884, décédé au Vatican le 21 février 1972
  • José TOURÉ, footballeur né le 24 avril 1961


Décès :

  • Henri BRACONNOT, chimiste né à Commercy (Meuse) le 29 mai 1780, décédé à Nancy le 15 janvier 1855
  • 10 novembre : CHARLES le Téméraire, duc de Bourgogne né à Dijon (Côte-d'Or) le 10 novembre 1433, décédé le 5 janvier 1477
  • Émile COUÉ de la CHATAIGNERAIE, pharmacien, créateur de la méthode Coué, né à Troyes (Aube) le 26 février 1857, décédé le 2 juillet 1926
  • Alix LE CLERC, fondatrice des Chanoinesses, née à Remiremont (Vosges) le 2 février 1576, décédée le 9 janvier 1622, béatifiée en 1943
  • Louis MAJORELLE, Louis-Jean-Sylvestre MAJORELLE de son état civil, ébéniste, né à Toul (Meurthe-et-Moselle) le 26 septembre 1859, décédé le 15 janvier 1926

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 29 141 28 227 30 532 29 241 29 122 31 445 35 901 38 795 40 289 48 199
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 49 305 abs. 52 978 66 303 73 225 79 038 87 110 96 306 102 559 110 570
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 119 949 113 226 114 491 120 578 121 301 113 477 124 797 128 677 123 428 107 902
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 96 317 99 351 103 605 105 468 105 382 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015

Familles notables.png Notables

Maison ducale de Lorraine (aujourd'hui de Lorraine-Habsbourg).

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Marie Joseph MALVAL - - Né à Boersch le 08 septembre 1866
- Chevalier de la Légion d'honneur (Voir commune de Boersch, paragraphe "les titulaires de la Légion d'honneur")  
- -  
- -  
M. SIMON 1917  
Lionel PELLERIN 1947 - 1953  
Raymond PINCHARD 1953 - 1961  
Pierre WEBER 1961 - 1969  
Marcel MARTIN 1970 - 1977  
Claude COULAIS 1977 - 1983  
André ROSSINOT 1983 - 2014 président de la Métropole du Grand Nancy (2016)  
Laurent HÉNART 2014 - en cours  
- -  

Source : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
Georges CLESSE 1878-1889  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
  J.-B.-Victor DUFOUR - Curé-Doyen de la paroisse Saint-Pierre-Saint Stanislas, décédé le 31 juillet 1905 dans la 73ème année de son âge  
- -  
- -  
- -  

Les titulaires de la Légion d'Honneur

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
-  
-  
Maurice GROS 8 Avril 1865 24 Décembre 1953
Nice
Dossier Procureur Général de la Cour d'Appel - Commandeur de la Légion d'Honneur  
- -  
-  
- -  
- - - -  

Monument aux morts

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
- - -  
- - -  
- - -  


^ Sommaire

Les "Mariages Napoléon" à Nancy

Napoléon Ier, fit édicter un décret le 25 mars 1810, "par lequel Sa Majesté Impériale et Roi, voulant marquer par des actes de bienfaisance l'époque de son mariage avec Sa Majesté Impériale et Reine l'Archiduchesse Marie-Louise d'Autriche...". (Décret Impérial, contenant les Actes de bienfaisance et d'indulgence à l'occasion du Mariage de Sa Majesté Empereur et Roi, pris au Palais de Compiègne le 25 mars 1810). Il s'agissait de marier 6 000 militaires, dans des villes de l'empire, avec des filles du cru, qui seraient dotées pour l'occasion, afin de récompenser ces soldats. Ces militaires devaient répondre à plusieurs critères dont celui d'être en retraite (militaire) et d'avoir participé au moins à une campagne. Les mariages auraient lieu le 22 avril 1810 (tous n'ont pas eu lieu à cette date), avec des filles de leur commune, auxquelles il serait accordé une dot de 1 200 francs pour Paris et de 600 francs pour le reste de l'Empire.
Le 23 avril 1810, 10 de ces mariages furent célébrés à Nancy :
- Pierre GREGOIRE et Catherine JULLIEN
- Jean-Baptiste Joseph Barnabé LEGAND et Barbe BOURGUIGNON
- Claude François MALETTE et Marguerite Françoise VOIRIN
- Henry DROUIN et Anne Adélaïde KNOCHEL
- Nicolas François BALP et Françoise THOMASSIN
- SERRE Antoine et Anne Catherine DAUTREY
- Joseph KLEIN et Marguerite HORQUIN
- Claude TURCK et Françoise HAUTBOIS
- Jean Nicolas CHRISTOPHE et Henriette PIERRON
- Etienne CLAIRIEU et Marguerite PICHON

Les militaires et les filles à marier étaient choisis de la manière suivante : pour les villes chefs-lieux de département, par délibération du conseil municipal, approuvée par le préfet, pour les villes qui ne sont pas chefs-lieux de département, aussi par délibération du conseil municipal, approuvée par le sous-préfet. Il est précisé dans le décret (titre IV, 7), que "les communes qui ne seraient pas comprises dans les articles précédents, pourront sur la délibération du conseil municipal, approuvée par le sous-préfet, marier un militaire et une fille de la commune, en se conformant, pour le choix et pour la quotité de la dot, aux dispositions ci-dessus." Durant plusieurs années, à l'anniversaire du sacre par exemple, ou bien pour fêter la naissance du Roi de Rome, l'opération se renouvellera.
Pour ces dix mariages, les témoins furent "de qualité" :
- MAUDEL François, pharmacien, MAUDEL Sébastien François, avocat à la Cour et Juge de Paix, LALLEMENT Mathieu Nicolas, inspecteur de l'Enregistrement et des Domaines, ROUOT Jean-Baptiste Flavien, propriétaire, tous les quatre membres du Conseil municipal,
- GILLOT Joseph, général de division, chevalier de l'Empire, commandeur de la Légion d'Honneur, commandant la 4e division militaire,
- RIOUFFE Honoré Jean, Préfet, baron de l'Empire, membre de la Légion d'Honneur,
- d'OSMOND Antoine Eustache, évêque de Nancy, baron de l'Empire, membre de la Légion d'Honneur,
- LELORRAIN François, doyen des juges de la Cour d'appel de Nancy.
Après les mariages et la remise de la dot, sans doute des réjouissances eurent-elles lieu. Voir à ce sujet comment les choses se sont déroulées à Sélestat, dans le Bas-Rhin Voir : Les "Mariages Napoléon" à Sélestat


Émigration

Émigration en Algérie

  Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8 h - 12 h 8 h - 12 h 8 h - 12 h 8 h - 12 h 8 h - 12 h - -
Après-midi 12 h - 17 h 12 h - 17 h 12 h - 17 h 12 h - 17 h 12 h - 17 h - -

Hôtel de Ville
Adresse : 1 place Stanislas Case officielle n° 1 - 54035 NANCY Cedex

Tél : 03 83 85 30 00 - Fax :

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : Page sur Facebook

Source : Site officiel (Mai 2012)

Archives & Dépouillements des registres paroissiaux

  • Etat-Civil récent

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


 
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.